Les propos qui sont tenus ici n’engagent que leur auteur. Les textes sont actualisés régulièrement et corrigés en cas d'erreur. Bonne visite

L'AORTE dans tous ses états

le le . .


"Le beurre imprègne les tissus, il bouche, il durcit, il sédimente, ça vous fait l'aorte comme une crosse de hockey. L'huile d'olive vous effleure l'intérieur et file, en ne laissant derrière elle que son parfum." Malavita de Tonino Benacquista


Analyse d'un article qui doit nous amener à changer nos habitudes

Population-Based Risk Factors for Ascending, Arch, Descending, and

Abdominal Aortic Dilations for 60-74–Year-Old Individuals, Lasse M Obel et Coll, JACC, Volume 78, Numéro 3 , 20 juillet 2021 , Pages 201-211, https://www-sciencedirect-com.proxy.insermbiblio.inist.fr/science/article/pii/S073510972105124X

Etude des facteurs de risque basés sur une population pour l'évaluation des  dilatations de l'aorte ,  ascendantes, crosse,  descendante et abdominales  chez les personnes de 60 à 74 ans

Contexte 

Des dilatations aortiques (ectasies et anévrismes) peuvent survenir sur n'importe quel segment de l'aorte. La pathogénie varie selon les emplacements, ce qui suggère que l'étiologie et les facteurs de risque peuvent différer. Malgré cette divergence, les recommandations préconisent  r le dépistage de l'aorte entière si une dilatation segmentaire est découverte.

Objectifs

Le but de cette étude était de déterminer les éléments prédictifs les plus dominants pour les dilatations au niveau de la portion ascendant de l'arche, la portion descendante et la portion abdominale de l'aorte, et d'établir des profils de facteurs de risque complets pour chaque segment aortique.

Méthodes

Des individus âgés de 60 à 74 ans ont été sélectionnés au hasard pour participer à DANCAVAS I+II (Danish Cardiovascular Multicenter Screening Trials). Les participants ont subi des évaluations du risque cardiovasculaire, y compris des tests biologique , des mesures de la pression artérielle,et des scanner sans injection. Les rapports de cotes ajustés pour les facteurs de risque potentiels de dilatations ont été estimés par des analyses logistiques multivariées.

Résultats

La population étudiée était composée de 14 989 participants (14 235 hommes, 754 femmes) avec un âge moyen de 68 ± 4 ans. Les rapports de cotes ajustés les plus élevés pour avoir une dilatation aortique ont été observés lorsque des dilatations aortiques coexistantes étaient présentes. D'autres prédicteurs notables comprenaient la coexistence des dilatations iliaques, l'hypertension, l'augmentation de la surface corporelle, le sexe masculin, les antécédents familiaux  et la fibrillation auriculaire , qui étaient présents dans diverses combinaisons pour les différentes portions aortiques. Le tabagisme et l'infarctus aigu du myocarde étaient inversement associés aux dilatations ascendantes et abdominales. Le diabète était un facteur de protection partagé.

Conclusion

Les facteurs de risque diffèrent pour les dilatations aortiques entre les différentes portions. Le prédicteur le plus dominant pour avoir une dilatation à n'importe quel segment aortique est la présence d'une dilatation aortique ailleurs. Cela soutient les recommandations actuelles en faveur d'un dépistage complet de l'aorte si une dilatation aortique focale est découverte

1 s2.0 S073510972105124X gr1
Les facteurs de risque  : le tabac fait la course en tête...et le diabète protège, par contre l'érédité est un facteur majeur.

FDRANAOAOAOAO


Commentaire

La découverte d'un anévrisme de l'aorte , quelle que soit sa portion justifie d'une étude complète de l'aorte sur tout son trajet. En médecine vasculaire ce sont les anévrismes de l'aorte abdominale , des artères iliaques et des artères périphériques (fémorales et piplités) qu sont le point de déprt des investigations complémentaires. A partir du moment où on diagnostique un anévrisme de pronostic thérapeutique (endovasculaire ou chirurgicale), l'étude de l'aorte compléte est justifiée, prescription "obligatoire". Quand un anévrisme de l'aorte acendante et ou descendante est diagnostiqué, l'étude de l'aorte abdominale et des axes sous jacents peut être réalisé simplement par écho-Doppler. Si on cible l'aorte abdominale le risque d'existence d'un anévrisme de l'aorte ascendante est de 1.9, de l'arche aortique de 1.8, de l'aorte descendante de 3.7 et des artères iliaques de 9.9. Inversement le risque de découvrir un anévrisme de l'aorte abdominale en cas d'anévrisme de l'aorte descendante est de 3.6. Le tableau de synthèse illustre toutes les assocations possible anévrismales.

Donc en cas d'anévrisme de l'aorte abdominale l'étude complète de l'aorte est indiquée et elle est importante. Parmi les facteurs de risque retenons que le diabète "protège" des anévrisme aortiques. Par la contre la FA est un facteur de risque significatif pour l'aorte ascendante et descendante.

Le commentaire de cet article: The Normal Aorta: Characterization Based on 15,000 CT Scans par John A.Elefteriades et  Joshua Beckman, JACC , 20 July 2021, Pages 212-215 est très intéressant .

J.A. Elefteriades, A. Sang, G. Kuzmik, M. Hornick Guilt by association: paradigm for detecting a silent killer (thoracic aortic aneurysm) Open Heart, 2 (1) (2015), Article e000169, 10.1136/openhrt-2014-000169

1 s2.0 S0735109721051251 gr1 lrg


Paradigme de « culpabilité par association » pour la détection des anévrismes silencieux de l'aorte thoracique

Méthodes : L'un des problèmes non résolus les plus graves dans les soins aortiques concerne la détection des anévrismes silencieux chez les patients vulnérables. Dans des études antérieures , nous avons étudié les syndromes associés à l'anévrisme de l'aorte thoracique. Résultats :
Nous avons constaté que les 8 conditions décrites dans ce diagramme devraient faire suspecter un éventuel anévrisme de l'aorte thoracique concomitant
Discussion : Nous suggérons fortement aux praticiens de soins de santé de première ligne d'envisager la possibilité d'un anévrisme de l'aorte thoracique concomitant chez ces patients et de rechercher une imagerie appropriée.

Rappel : Le thurmb-palm sign : l'extension du pouce au-delà du bord de la paume plate, indiquant des os longs excessifs et des articulations relâchées. Cela indique une maladie du tissu conjonctif et devrait inciter à rechercher un anévrisme.

Pour notre pratique quotidienne : 

Découverte d'un anévrisme de l'aorte abdominale sous rénale avec des mensurations chirurgicales ou endovasculaires = angioscanner complet de l'aorte

Découverte d'un anévrisme de l'aorte thoracique  : recherche d'un anévrisme de l'aorte abdominale et des artères iliaque et sous-jacentes par écho-Doppler

Découvete d'un anévrisme de l'aorte abdominale de pronostic non chirurgical  ou endovasculaire : complément d'investigations cardiologiques (systématiques) , le cardiologue décidera ou non de pousser plus loin en fonction des résultats au niveau thoracique.

Mais faut-il devant la découverte d'un anévrisme de l'aorte abdominale entre 30 et 49 mm de DAP prescrire systématiquement un scanner non injecté de l'ensemble de l'aorte. Scanner à base énergie comme pour le dépistage du cancer du poumon ? 

Dans la gestion des anévrismes de l'aorte tout territoire confondu ,il doit y avoir une synergie d'action entre le cardiologue ,le médecin vasculaire et le radiologue vasculaire....et tenir compte des souhaits du patient......

Ne jamais oublier que la maladie anévrismale concerne aussi les femmes, donc le dépistage chez les femmes est nécessaire.  (https://medvasc.info/1298-aaa-et-la-femme-2)

#VACCINE2.0

Statistiques : Aujourd'hui 722 - Hier 817 - Cette semaine 2361 - Ce mois-ci 3073 - Total 204755