Les propos qui sont tenus ici n’engagent que leur auteur. Les textes sont actualisés régulièrement et corrigés en cas d'erreur. Bonne visite

FAST TRACK Biblio 8

le le . .

" Au fond, un glaçon, c'est de l'eau qui a appris à nager " Geluck, le CHAT

“Il faut être imaginatif, car le XXIè siècle ne sera pas celui de la vitesse, mais celui des idées. Parce que la vitesse n'est rien sans contenu.” Stéphane Fouks


L'arrêt du tabac, mais pas sa réduction, réduit l'incidence des maladies cardiovasculaires
 Su-Min Jeong et Coll, European Heart Journal , Volume 42, Numéro 40, 21 octobre 2021, Pages 4141-4153, 
https://doi.org/10.1093/eurheartj/ehab578(pas en accès libre)

ehab578f3
La réduction du tabagisme ne semble pas avoir un avantage certain dans la réduction du risque de maladie cardiovasculaire, quel que soit le degré. Pour réduire le risque de maladies cardiovasculaires, l'arrêt du tabac est nécessaire. La rechute tabagique est associée à un risque accru de maladie cardiovasculaire, ce qui suggère l'importance de maintenir l'arrêt du tabac. 

BADGE MOISSANSTABAC RGB BD

On le savait mais le démontrer sur une large population c'est encore mieux et en faire un argument de poids pour le mois sans tabac

Actualités sur les progestatifs en gynécologie, Joana Pereira Da Crux et coll, Rev Med Suisse 2021 ; 17 : 1798-802, https://www.revmed.ch/revue-medicale-suisse/2021/revue-medicale-suisse-755/actualites-sur-les-progestatifs-en-gynecologie (pas en accès libre) 

Excellent article de synthèse
progestRéf : Piette P. The Pharmacodynamics and Safety of Progesterone. Best Pract Res Clin
Obstet Gynaecol 2020;69:13-29.
impliprogRappelons que les progestatifs peuvent être prescrits dans le cadre de la contraception chez les patientes aux antécédents de maladie thrombo embolique veineuse : forme orale, implant, et stérilet.

Women and Diabetes: Preventing Heart Disease in a New Era of Therapies, Giuseppe Galati , Pierre Sabouret ,Olga Germanova  and Deepak L Bhat, European Cardiology Review 2021;16:e40. DOI: https://doi.org/10.15420/ecr.2021.22 (accès Libre) 

Le risque cardiovasculaire reste élevé pour les femmes atteintes de diabète et est particulièrement sous-estimé – car le tableau SCORE ne prend pas en compte les facteurs de risque spécifiques aux femmes, tels que la ménopause prématurée ou les complications périnatales, ce qui contribue à des stratégies de prévention inadéquates dans cette population. La gestion sous-optimale des femmes atteintes de diabète les conduit à évoluer vers une insuffisance cardiaque manifeste. Les nouvelles approches thérapeutiques offertes par les nouveaux médicaments ont démontré des bénéfices multiples sur la morbidité et la mortalité CV chez les femmes. Une meilleure mise en œuvre de nouveaux traitements pharmacologiques à la fois dans la prévention CV et dans l'IC est un besoin non satisfait pour les femmes atteintes de diabète et nécessite un plus grand engagement de la communauté médicale pour améliorer la santé des femmes.

Un accent particulier sur les avantages des nouveaux médicaments qui ont potentiellement un effet plus important chez les femmes que chez les hommes - comme cela peut être le cas pour ARNI comme indiqué dans PARAGON-HF - et sur des voies spécifiques, potentiellement plus importantes chez les femmes que chez les hommes - comme c'est le cas pour cas de NO/cGMP/PKG – peut nous amener à développer une approche sur mesure utilisant la « médecine de précision"

meacpre

Un article remarquable , à lire en urgence . Une fois de plus la santé cardiovasculaire des femme et de plus diabétique nécessite une détection précoce, un diagnostic et un
traitement adapté , en un mot une MEDECINE de PRECISION. Bravo à l'autrice et aux auteurs 

Apixaban compared with warfarin to prevent thrombosis in thrombotic antiphospholipid
syndrome: a randomized trial, Waller S et Coll, Blood Advances, https://ashpublications.org/bloodadvances/article/doi/10.1182/bloodadvances.2021005808/477384/Apixaban-compared-with-warfarin-to-prevent (accès Libre) 

SAPLAPIX

Le critère de jugement principal dans cet article, l'accident vasculaire cérébral, s'est produit chez 6 des 23 patients randomisés pour recevoir l'apixaban, et ayant un SAPL  contre 0 des 25 patients randomisés pour recevoir la warfarine.

Cette étude avec des limites suggère que l'apixaban n'est pas un substitut équitable à la warfarine pour prévenir la thrombose chez les patients présentant un SAPL

Pour faire  simple d'AOD en cas de SAPL, pivilégier la COUMADINE ++++, ce n'est pas négociable ++++

Inclisiran in lipid management: A Literature overview and future perspectives, Scicchitano P et Coll, Biomedicine & Pharmacotherapy 143 (2021) 112227, accès libtre, https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0753332221010118#fig0010

Les protocoles de prévention primaire et secondaire visent à réduire les taux plasmatiques de lipides - avec une référence particulière aux concentrations plasmatiques de cholestérol à lipoprotéines de basse densité (LDL-C) - afin d'améliorer la survie globale et de réduire la survenue d'événements cardiovasculaires indésirables majeurs. L'utilisation de statines a été largement considérée comme l'approche de première intention dans la gestion des lipides car elles peuvent avoir un impact considérable sur le profil de risque cardiovasculaire des individus. L'introduction de l' ézétimibe et les inhibiteurs de la proprotéine convertase subtilisine-kexine de type 9 (PCSK9) ont surmonté les effets indésirables des statines et amélioré l'atteinte des niveaux de lipides cibles. En effet, les avancées thérapeutiques favorisent l'utilisation de molécules spécifiques – c'est-à-dire de courts brins d'ARN appelés petits ARN interférents (siRNA) – pour supprimer la transcription des gènes liés au métabolisme des lipides . Récemment, l' inclisiran a été développé : il s'agit d'un siRNA capable de bloquer l'ARNm de lagène PCSK9 . Une réduction d'environ 50 % des taux de cholestérol à lipoprotéines de basse densité a été observée dans des essais contrôlés randomisés avec l'inclisiran. L'objectif de cette revue était de résumer la littérature concernant l'inclisiran et son rôle possible dans la prise en charge générale des patients atteints de troubles lipidiques et/ou dans les protocoles de prévention primaire/secondaire.

1 s2.0 S0753332221010118 gr2Représentation schématique du mécanisme d'action de l' inclisiran . Le petit ARN interférent (siRNA) appelé inclisiran est un ARN double brin avec de la N-acétylgalactosamine triantennaire (GalNAc) à son extrémité 3' du brin sens. Le mécanisme d'action est représenté par : [1] l'interaction entre la GalNAc et le récepteur des asialoglycoprotéines(ASGPR) du côté baso-latéral de la membrane des hépatocytes ; [II] l'inclusion du complexe ASGPR/inclisiran dans l'endosome, où le double brin d'inclisiran est libéré dans le cytoplasme de la cellule hépatique ; [III] le double brin libre de l'inclisiran est capté par le complexe de silençage induit par l'ARN (RISC) : la protéine Argonaute-2 a libéré le brin sens ; [IV] l'ARN messager (ARNm) de la proprotéine convertase subtilisine-kexine de type 9 (PCSK9) pénètre dans le cytoplasme, où il interagit avec le brin antisens correspondant de l'inclisiran [V] ; [VI] le RISC détruit l'ARNm de la PCSK9, réduisant ainsi la traduction de la protéine correspondante et, par conséquent, la dégradation du récepteur des lipoprotéines de basse densité (LDL-R) et, par conséquent, les concentrations de LDL-cholestérol (LDL-C) dans le sang.


Résumé graphique de l'article 
 
1 s2.0 S0753332221010118 ga1 lrg
Inclisiran est un nouveau médicament basé sur l'inhibition innovante de la transduction de l'ARNm du gène PCSK9 . L'action de longue date de l'inclisiran et sa capacité précieuse à réduire le LDL-C permettent son inclusion possible dans la pratique clinique pour la prise en charge globale des patients atteints de dyslipidémie. D'autres essais - portant surtout sur les résultats cardiovasculaires - permettront de mettre en lumière le potentiel efficace de ce composé pharmaceutique sur la santé des individus.
 
La force de cette nouvelle molécule outre ses effets sur le Choléstetrol, c'est sa voie d'administration  : 1 inj sous cutanée tous les 6 mois et l'absence aussi d'effets secondaires. En terme de compliance c'est plus que parfait. C'est presque un vaccin anti choléstérol. La dose recommandée est de 284 mg d’inclisiran administrée en une seule injection sous-cutanée : une première fois, puis à 3 mois, puis tous les 6 mois. Le  Nom commercial : LEQVIO 284 mg .  Cette molécule n'est pas  commercialisée en France pour l'instant mais dossier enregistré à l'EMA, doc tout espoir n'est pas perdu pour la voir arriover chez nous.

INCLISRAN dossier EMA : https://www.ema.europa.eu/en/documents/product-information/leqvio-epar-product-information_fr.pdf

#VACCINE3.0

Statistiques : Aujourd'hui 440 - Hier 1030 - Cette semaine 5967 - Ce mois-ci 22464 - Total 299722