Les propos qui sont tenus ici n’engagent que leur auteur. Les textes sont actualisés régulièrement et corrigés en cas d'erreur. Bonne visite

Un BLOW OUT planétaire plus qu'un BURNOUT

le le . .



"On ne peut pas se réaliser en étant enfermé dans son propre égoïsme" Edgar Morin

"Enseigner la compréhension entre les humains est la condition et le garant de la solidarité intellectuelle et morale de l'humanité." Edgar Morin
 
"Nous ajoutons des années à la vie, nous devons ajouter de la vie aux années en créant un pont entre les générations par notre participation à la vie et notre acceptation du nouveau, du non-dit, de l'autre"  et  " Penser  la vie , la nôtre et celle de toute l'humanité, dont nous ne sommes qu'un chaînon qu'un petit chaînon mais aucun chaînon ne doit être manquant " Henri Lombard

Ce texte est un délire "assisté" et "provoqué"  par les choses de ce monde...." Le délire c'est la théorie d'un seul, tandis que la théorie est le délire de plusieurs." François Roustang

La pandémie est à l'origine d'un burnout planétaire : rien ne va plus dans ce bas monde
 
Le virus tel un jeu de domino a entrainé une suite de chutes ininterrompues et des revendications à tous les étages.

Définition du burnout  by Philippe Zawieja (https://www.cairn.info/magazine-sciences-humaines-2017-3-page-17.html)

"Le burnout, tare du monde professionnel contemporain ? Dans les faits, il ne touche pas toutes les personnalités, et le travail est rarement seul en cause. La frontière est floue entre le burnout et la dépression.

C’est donc un fait entendu : le travail nous tuerait à petit feu, et le burnout serait le mal du siècle, à tel point qu’il deviendrait urgent de le reconnaître comme maladie professionnelle, et de l’indemniser comme telle.

Commençons par rappeler que le burnout est, selon sa définition la plus consensuelle (il en existe une cinquantaine), un syndrome associant un épuisement émotionnel et physique, la déshumanisation de la relation aux êtres et aux activités humaines, et une baisse, voire une disparition, du sentiment d’accomplissement personnel, en réponse à une situation chroniquement stressante."

"Au fil de ces longs mois, épidémie, pandémie puis crise ont progressivement servi à qualifier le vécu d’un bouleversement majeur du quotidien et du rapport de l’individu au soi, aux autres, au monde. Certains changements pourraient influencer durablement les consciences collectives, les modes de penser et d’agir, les analyses et le rapport au réel de tout ou partie des populations, experts et décideurs." (https://www.cairn.info/revue-de-neuropsychologie-2021-2-page-116.htm)

La pandémie a été et est encore à l'origine de multiples bouleversements totalement inattendus. Elle a entraîné une remise en question civilisationnelle "over the world". Le monde dans sa complexité et sa diversité a été déstabilisé. La dessus s'est greffé dans de nombreuses professions notamment celles de la santé un burnout total, des étudiants en médecine aux personnels de santé en général. Ce n'est pas directement la pandémie, les problèmes existaient avant mais cette pandémie est directement et indirectement le facteur déclencheur car le monde n'est plus comme avant.

Flash Back, la pandémie : le chaos était  partout car impréparation totale, il manque de tout, on est  parit en France dans une grande improvisation au sommet de l'état. On se querelle sur tout, les masques, les lits, les respirateurs les traitements. 15 jours avant les professionnels de Santé manifestaient car l'hôpital était  et est encore  en déliquescence puis virus aidant les médecins sont devenus des héros en un temps record. Par conte le politique non, informations, contre informations, hésitations, mise en place d'un comité scientifique comme bouclier. Le uns s'invectivent, les autres se font discrets, la classe politique a explosé en vol. Vraiment ce virus est une bombe à retardement et à fragmentation. "Il est désormais reconnu que les sociétés humaines, particulièrement dans les pays développés, se croient fréquemment, de manière consciente ou non, relativement à l’abri des forces de la nature, et donc des événements extrêmes générateurs de catastrophes. Ce facteur s’explique en grande partie par la prégnance d’une culture « ingénierique » du développement et du rapport à l’espace, aux ressources et aux risques (Paskoff, 2004)" (https://www.cairn.info/revue-natures-sciences-societes-2015-2-page-97.htm) .

La pandémie est arrivée sans crier gare, chaque  personne, chaque groupe, chaque pays qui ont été et qui sont aujourd'hui  en contact avec elle, va voir sa personnalité, sa vie même la plus intime qui va être modifée et transformée. Une véritable  bombe à fragmentation nous a explosé à la figure sans prévenir, ce fût un Pearl Harbor 2.
 
Aujourd'hui nous  sommes encore en période pandémique, elle n'est pas encore derrère nous,  les sociétés se fragmentent c'est plus que logique, c'est inévitable et c'était aussi d'une certaine manière attendu. Le burnout "pandémique "  est en fait une image qui va très au delà du burnout professionnel, 

«Le syndrome d’épuisement professionnel ou burnout  n’est pas considéré comme une maladie. Il se rapproche d’autres situations telles que la souffrance au travail ou les effets du stress lié au travail» Haute Autorité de Santé . Voici la défintion de la HAS.

Mais pour tout ce qui est provoqué par la pandémie c'est autre chose . C'est l' association d'un stress post traumatique, c'est une souffrance à la fois psychique et organique, c'est une perte de ses repaires, c'est aussi une remise en question sociétale, c'est un virage politique avec des contrôles et des obligations, c'est une société qui devient différente. Rien et personne ne nous a préparé à cela. Puis le vaccin est arrivé , enfin, suscitant enthousiasme et rejet car notre société est malade de la pandémie. Le quoi qu'il en coûte a été salvateur en France, mais les milliards débloqués chaque jour ajoute à l'anxiété conjoncturelle et celle du lendemain. Où va t-on ? Mais où va t-on ? Puis la crise climatique en remet une couche et les augmentations de tout, pas seulement l'essence. Tout cela donne le vertige même si  on reste un citoyen responsable et lucide.

Ce burnout planétaire est en fait un blow up, ou l'extinction d'une civilisation pour en dessiner comme le Petit Prince le demandait  une nouvelle civilisation, dessine moi une civilisation !  Non pas que la nôtre soit balayée par la pandémie mais elle est sérieusement remise en question. CE BLOW OUT planétaire, inattendu pourrait se révéler très utile.

Le monde d'aujourd'hui a vécu.....mais personne ne s'en rend vraiement compte. Aucun politique imagine un destin pour demain. Les essayistes et les philosophes restent inertes, spectateurs incapables de lancer des idées concrètes, ils sont dans un "spleen total" et se querellent entre eux, la meilleur manière de faire avancer les choses. Et puis ces penseurs se mettent à faire de la politique.

Le climat, la pollution nous pressent de rapidement bouger, mais intertie totale. La COP 26 est engluée dans un brouillard non pas écossais mais un brouillard pour la vision du futur et le choix des méthodes.

Le G 20, désormais G 18 se prend en photo. Une guerre pichrocoline entre la Grande Bretage et la France s'annonce, va t- on couper l'électricité des îles anglo-normandes ? Du grand n'importe quoi. On demande au G 20 d'envisager le futur comme la COP 26.

"Nous sommes très loin du but" : l'ONU tire la sonnette d'alarme sur les gaz à effet de serre avant la COP26. Les concentrations de gaz à effet de serre ont atteint l'an dernier des niveaux records, le taux d'augmentation annuel dépassant même la moyenne de la dernière décennie, s'est inquiété lundi l'Organisation météorologique mondiale (OMM) de l'ONU 
 https://www.lalibre.be/planete/environnement/2021/10/25/record-de-concentrations-des-gaz-a-effet-de-serre-en-2020-PKAYJWF4HZFLTCQME2COWXTQ5A/

Il faut faire fusionner le G20, la COP, l'ONU et le GIEC (alarmiste et dans tous ses états) , pour créer le "BUREAU du MONDE de DEMAIN" , le BMD, nouvelle mission de 007 car "demain nous appartient."....vous appartient ! 

Et en plus rrès de la moitié des Américains ne croient pas que l'activité humaine est à l'origine du changement climatique....c''est dire (https://www.lalibre.be/planete/environnement/2021/10/26/pres-de-la-moitie-des-americains-ne-croient-pas-que-lhomme-est-a-lorigine-du-changement-climatique-JSUA7DWDBRDM3PHEKIECFCPL3M/)

FDAmN oXsAMjTnV

Mais c'est totalement impossible, une deuxième pandémie c'est aussi une solution possible  pour toutes et tous les réveiller, car ils n'ont pas encore compris le message de cette pandémie. Le BLOW OUT, l'extinction d'un monde mais  c'est pour mieux envisager un "NOUVEAU MONDE",  plus tolérant, plus humain, plus à l'écoute, plus compassionnel. Un monde de liberté, de vérité, d'espérance, de respect des uns et des autres, nous avons besoin d'HUMANISME.
 
Aujourd'hui rien de tout cela à l'horizon.
 
Si on fait référence au film BLOW OUT (https://fr.wikipedia.org/wiki/Blow_Out) : c' est un thriller américain réalisé par Brian De Palma, sorti en 1981. Il raconte comment un ingénieur du son, témoin d'un accident qui a coûté la vie à un candidat à l'élection présidentielle, cherche à prouver qu'il s'agit en fait d'un assassinat au moyen de l'enregistrement sonore qu'il a fait de l'accident.

Un son ce n'est pas grand chose, une pandémie est-ce finalement pas grand chose ?  Certains le croient et veulent continuer avec le monde d'avant , une erreur. Cette pandémie c'est l'occasion de ré-ajuster le monde à ses valeurs fondamentales, perdues progressivement devant l'impossibilité de réconcilier les humains. Les robots sauront ils le faire ? Peut être. A force de tout ignorer comme ce son dans BLOW OUT, le monde risque de courrir à sa perte et ce dans l'inconscience totale ces dirigeants de notre planète.

"D’où vient ce sentiment de vivre de plus en plus vite tout en faisant du surplace ? Entre mutation technique, économique et même métaphysique " Etienne Klein

On a besoin de partage , cela aurait du commencer avec les vaccins..........UTOPISME béhat ? Non, beaucoup de choses sont réalisables à condition de le VOULOIR, mais voilà ON NE PEUT PAS  car  ON NE VEUT PAS ! Le BLOW OUT dont je parle n'est pas une extinction d'un cycle mais un appel à une renaissance, c'est une métaphore, l'extinction virtuelle précéde la reniaissance ce qui n'est pas le cas aujourd'hui , loin de là. Chacune et chacun  des décideurs sont d'un égoïsme forcené.

Chacune et chacun boit ses propres  paroles en étant auto-satisfait à satiété de son dernier livre, de sa dernière interview, mais où est l'invention ? Où sont les espérances ? Où est  la vision de demain. Les décideurs, les politiques  n'ont aucune vision correcte du monde actuel , alors pour demain.........Les réseaux sociaux décriés pourraient être plus utiles qu'ils ne  le sont aujourd'hui  , c'est du LIEN et le LIEN est indispensable entre les humains, les réseaux sociaux nous l'offrent avec des débordements qu'il faudra maîtriser mais les réseaux sociaux seront indissociables de notre vie.

Les beaux discours des uns et des autres sont vides, sont un ramassis de mensonges, de platitudes, rien qui n'envisagent jamais  l'avenir avec raison et qui donnerait  de l'espoir dont on "a tant besoin. 
 
Ce sont toutes et tous des marionnettes, mais qui tire les ficelles ?

A vous de le dire chères lectrices et lecteurs... le Petit  Prince ...certainement

MAIS ce sont eux : (source : @jblefevre60) FC2Vx1XWUAA7OXg


DISCOURS SUR LA MISÈRE, Victor Hugo

"Actes et Paroles" 
Discours devant l'Assemblée constituante, 15 septembre 1848 (écrit le 9 juillet 1849)

je ne suis pas, messieurs, de ceux qui croient qu'on peut supprimer la souffrance en ce monde, la souffrance est une loi divine, mais je suis de ceux qui pensent et qui affirment qu'on peut détruire la misère. (réclamations - violentes dénégations à droite) [...] il y a dans Paris... (l'orateur s'interrompt). mon Dieu, je n'hésite pas à les citer, ces faits. Ils sont tristes, mais nécessaires à révéler [...].

Voici donc ces faits. Il y a dans Paris, dans ces faubourgs de Paris que le vent de l'émeute soulevait naguère si aisément, il y a des rues, des maisons, des cloaques, où des familles, des familles entières vivent pêle-mêle, hommes, femmes, jeunes filles, enfants, n'ayant pour lits, n'ayant pour couvertures, j'ai presque dit pour vêtements, que des monceaux infects de chiffons en fermentation, ramassés dans la fange du coin des bornes, espèce de fumier des villes, où des créatures humaines s'enfouissent toutes vivantes pour échapper au froid de l'hiver. (Mouvement)

Voulez-vous quelque chose de plus douloureux encore ? Le mois passé, pendant la recrudescence du choléra, on a trouvé une mère et ses quatre enfants qui cherchaient leur nourriture dans les débris immondes et pestilentiels des charniers de Montfaucon ! (Sensation)

Eh bien, messieurs, je dis que ce sont là des choses qui ne doivent pas être ; je dis que la société doit dépenser toute sa force, toute sa sollicitude, toute son intelligence, toute sa volonté, pour que de telles choses ne soient pas ...........c'était en 1848, en 2021, la pauvreté , la faim, la misère existent toujours et encore plus........

L'histoire est là pour nous le rappeler et faire qu'aujourd'hui ne ressemble pas à hier et que demain soit un peu mieux, pour la planète, et pour les humains. Halte au repli sur soi, halte au racisme de tout bord, respect des religions, respect de la pensée oui au partage des idées, oui aux échanges, oui à l'autre et non au nombrilisme latent.

Nous sommes spectateurs de l'état du monde, il faut  devenir des acteurs de l'état du monde. Un monde concret et non pas un monde de  science-fiction, un monde où la science aurait son rôle mais un rôle modulateur et appaisant.

FC8 0bsXsAUJsb3This cartoon by
@paolo_calleri, METAVERSE

Est ce que le METVAVERSE est le monde que nous voulons ? Le monde réel est si mal connu et si passionnant à découvrir. Le METAVERSE est un monde en ligne virtuel et immersif dans lequel chacun peut y vivre une partie de sa vie, sous la forme d'un avatar ou d'un hologramme.......quel est l'enjeu du METAVERSE ? Sur le plan technologique oui, en médecine oui ,non pas pour être consulté par un robot mais dans le domaine de l'imagerie , de la chirurgie ,dans l'industrie oui,etc. mais pour vivre notre vie non et dans la poltique non, pour diriger un pays non, pour aimer non, pour se réaliser non, pour pense non ... et non à une existence numérique commùe l'envisage Fanny Parise.

Un effet de la pandémie  : "Fanny Parise, anthropologue, l’envisage sérieusement. Chercheuse associée à l’université de Lausanne, elle observe une accélération de la «numérisation des modes de vie» avec la crise du Covid-19 et le confinement. Autrement dit, l’existence «réelle» est en train de se déplacer – de gré ou de force – vers le numérique de plus en plus rapidement." https://www.liberation.fr/economie/economie-numerique/ce-qui-minquiete-cest-que-le-metaverse-soit-preempte-par-des-entreprises-20210814_BMASKRPFF5HQLC7Z5FWOK6UOJI/?redirected=1 

Est-ce nous voulons de cela ? 

Est-ce que cela vous fait rêver

Il faut noter  dans un article de Science et Vie que" l’IA stimulera notre intelligence et notre créativité" mais à la condition de continuer à vivre dans un monde réél. La conclusion de cet article de Charles Tijus qui est professeur de psychologie cognitive à l'université Paris 8 et directeur du Laboratoire des Usages en Technologies d’Information Numériques (LUTIN) est la bonne :  " Je plaide pour la transparence. Il faut l’exiger, si nécessaire par voie réglementaire. Sur les réseaux sociaux, j’ai le droit de savoir si c’est un être humain qui s’adresse à moi en donnant sincèrement son avis ou s’il s’agit d’une machine qui cherche à orienter mes achats ou mes opinions. Transparente et responsable, l’IA ouvrira quantité de possibilités et stimulera notre intelligence et notre créativité." 
(https://www.sciencesetavenir.fr/high-tech/intelligence-artificielle/questions-a-charles-tijus-professeur-de-psychologie-cognitive-a-l-universite-paris-lumieres-paris-vi-l-ia-stimulera-notre-intelligence-et-notre-creativite_137692

Dominique SIMONET

Le monde de demain

Dans un monde insensible et toujours plus sectaire,
Robotisé, brumeux, sans amour au chemin,
L'avenir se dévoile à l'homme dès demain,
Le poète devra se cacher ou se taire.

Dans le vent du progrès, l'enfant naît solitaire,
L'Internet pourra-t-il remplacer une main,
La voix n'est plus qu'un son du portable inhumain,
L'image a remplacé le rêve de la terre.

La nature a donné son ramage à l'oiseau,
L'arc-en-ciel pour la fleur, du vent sur le roseau,
La lumière au soleil, un grand rêve à la lune.

Dans mon jardin la rose, en manteau d'apparat,
Me demande à genoux, pour chacun, pour chacune,
De lancer dans les coeurs son parfum, son éclat !

https://www.bonjourpoesie.fr/vospoemes/Poemes/dominique_simonet/le_monde_de_demain


Comme le dit aujourd'hui Edgar Morin  : "il faut être en résistance, une résistance fraternaliste."

Edgar Morin :" Mais je pense que c'est aussi l'adversité qui doit stimuler. La Résistance était surtout composée de jeunes : nos chefs avaient entre 24 et 28 ans. C'était un mouvement où la jeunesse exprimait aussi bien ses aspirations que sa révolte. Moi, je pense que les jeunes doivent exprimer leurs aspirations et leurs révoltes en même temps, comme nous l'avons fait. Aujourd'hui, ce n'est pas la même cause. Nous, c'était la défense de la patrie et même, plus largement, c'était l'humanité mise en danger par les forces totalitaires. Mais aujourd'hui, c'est la Terre qui est menacée. Ce n'est pas seulement le monde animal et végétal. C'est nous-mêmes, avec les pollutions, l'agriculture industrialisée. Nous avons mille menaces avec des conflits, les fanatismes, les refermetures sur soi. Il y a des causes absolument magnifiques pour les jeunes, la défense de la Terre, la défense de l'humanité, c'est-à-dire l'humanisme. On voit aussi bien la petite Greta Thunberg que d'autres jeunes, qu'ils sentent ceci. Moi, je pense que nous avons besoin, toujours, de nous mobiliser pour une chose commune, pour une communauté. On ne peut pas se réaliser en étant enfermé dans son propre égoïsme, dans sa propre carrière. On doit aussi participer à l'humanité et c'est une des raisons, je crois, qui m'ont maintenu alerte jusqu'à mon âge." https://www.babelio.com/auteur/Edgar-Morin/2686/citations?pageN=25

"On ne peut pas se réaliser en étant enfermé dans son propre égoïsme" Edgar Morin

"Enseigner la compréhension entre les humains est la condition et le garant de la solidarité intellectuelle et morale de l'humanité." Edgar Morin

" La vie est une succession d'instants éternels , un seul vaut la peine d'être vécu, l'instant présent " .....dans le bonheur du partage et de la renconte  et dans la prespective d'un avenir d'après Claude Maffesoli

Mais tout n'est pas perdu : "Je crois utile de rappeler une évidence, déjà notée par Ludwig Wittgenstein : C'est un coup du sort étrange : tous les hommes dont on a ouvert le crâne avaient un cerveau." Etienne Klein

VACCINE3.0

Statistiques : Aujourd'hui 437 - Hier 1030 - Cette semaine 5964 - Ce mois-ci 22461 - Total 299719