Les propos qui sont tenus ici n’engagent que leur auteur. Les textes sont actualisés régulièrement et corrigés en cas d'erreur. Bonne visite

Pressothérapie et Lymphœdème

le le . .

iconographie :Unité de pressothérapie pour jambes - TP05i - Eureduc - sur chariot / 5 cellules indépendantes (medicalexpo.fr)

"Ce qui est formule-choc aujourd'hui a des chances d'être banalité demain : ne faut-il pas que la société renouvelle régulièrement son stock d'idées reçues ?" Didier NORDON

Signé : Jean-Claude Ferrandez, kinésithérapeute, Institut du cancer Avignon-Provence. Formateur en rééducation lymphatique Institut national de la kinésithérapie,
Président AKTL 
(http://www.aktl.org/)




Pressothérapie et œdème : que reste-t-il des raisons d’être contre ?

Tout avait mal commencé avec la pressothérapie pneumatique dans les années 1980 quand les kinésithérapeutes découvrirent le traitement des lymphoedèmes. Ils acquirent une cotation de facturation pour le traitement s’ils utilisaient une technique de drainage manuel et un bandage de décongestion. De là, à remplacer pernicieusement le drainage manuel par la pressothérapie et à oublier de mettre un bandage, certains sautèrent le pas. Les résultats cliniques n’étaient évidemment pas au rendez-vous. On assista à une levée de boucliers accusant la pressothérapie d’incompétence. Cela simplifiait le procès en le raccourcissant. De nombreux médecins stipulèrent sur leur ordonnance : « drainage manuel, pas de pressothérapie ». Situation curieuse et paradoxale car l’utilisation de la pressothérapie associée à un bandage compressif faisait l’objet d’une cotation médicale : K 20. Il y avait donc confusion de responsabilité.

Pressothérapie pneumatique : comment ça marche ?

Le membre étant enveloppé par un manchon ou une botte. Ces éléments sont confectionnés d’alvéoles gonflables. Leur mise en pression avec l’air issu d’un compresseur permet d’appliquer une pression sur le membre. Les appareils actuels sont confectionnés de plusieurs alvéoles dont la mise en pression s’effectue classiquement mais pas systématiquement de la distalité vers la racine.

Mais que peut faire la pressothérapie pneumatique sur un œdème ? Pour comprendre son mode d’action, il faut lui envisager plusieurs effets combinés : veineux, lymphatique et tissulaire.

Sur le réseau veineux, la pressothérapie utilisant une compression centripète augmente le retour du sang veineux. Son utilisation est comparable au massage manuel circulatoire qui chasse le sang du distal vers la racine. L’effet est en relation avec le gradient disto proximal comparable à celui d’un bas médical de compression.La chasse veineuse est analogue à celle d’un effet amélioré par la déclive. Cet outil est utilisé par certains en prévention des thromboses veineuses profondes.

Sur le réseau lymphatique, la pressothérapie permet un avancement de la lymphe présente dans les collecteurs lymphatiques (démonstration lymphoscintigraphique). Le débat qui fit rage, fut de savoir si ce traitement favorisait également la résorption lymphatique. Les résultats des travaux isotopiques étaient discordants selon les auteurs (voir plus loin dosage de la pression).

Sur le système interstitiel, la pressothérapie permet dans certains conditions un déplacement de la phase liquidienne de l’œdème par translation.

En prenant en compte le mode d’action de cette technique, il reste à savoir l’utiliser. Son mode d’emploi n’est pas le même pour tous les œdèmes et nécessite une évaluation clinique. Le choix du moment dans la séance, avant ou après le drainage manuel, celui de la pression utilisée et la longueur de la séance sont déterminés par le kinésithérapeute. Ce choix de la pression explique les résultats différents des études protocolisées qui ont essayé d’évaluer l’efficacité en lymphoscintigraphie

Pour être utile dans le traitement d’un œdème, le choix de ces paramètres- notament la pression exercée- sont adaptés à chaque patient et à chaque séance.

Au final et sans parti-pris, la pressothérapie est un outil utile pour le traitement des œdèmes. Son adaptation à la clinique est l’assurance de son efficacité. On retrouve de nombreuses analogies de ses effets vasculaires avec ceux de la compression par orthèses ou bandages. Ce n’est finalement que peu surprenant puisque la pressothérapie pneumatique est souvent appelée la compression pneumatique intermittente.

Alors quelles raisons resterait-il d’être contre ?

PS

  1. Comme toute technique, la pressothérapie a des contre-indications et non indications
  2. La réelle pression appliquée sur l’œdème est toujours inférieure à celle lue sur le manomètre

Commentaire : merci à Jean Claude Ferrandez pour cette mise au pont "néceassaire". Le traitement d'un lymphoedème passe aujourd'hui par une expertise médicale et kinésithérapeutique. Les patients ont maintenant un parcours de soins lymphologique adapte à leur situation clinique. La physiothérapie sous toutes ses formes est un temps majeur de ce parcours de soins qui associe aussi une éducation thérapeutique. Il est important de respecter chacune des phases de cette prise en charge et en comprendre leurs intérêts.

La pressothérapie en fait partie MAIS JAMAIS DE MANIERE ISOLEE ++++, on ne le dira jamais assez.
 

Statistiques : Aujourd'hui 563 - Hier 1030 - Cette semaine 6090 - Ce mois-ci 22587 - Total 299845