Les propos qui sont tenus ici n’engagent que leur auteur. Les textes sont actualisés régulièrement et corrigés en cas d'erreur. Bonne visite

Le choc du choix

le le . .

iconographie : ressucitate

« A force de tout voir, on finit par tout supporter…A force de tout supporter, on finit par tout tolérer… A force de tout tolérer, on finit par tout accepter…A force de tout accepter, on finit par tout approuver ! »
Saint Augustin.

"Je considérerai la santé et le bien-être de mon patient comme ma priorité " Déclaration de Genève (Serment d'Hippocrate)

"La vie est faite de choix : Oui ou Non ; Continuer ou Abandonner . Se relever ou Rester à terre... Certains choix comptent plus que d'autres : Aimer ou Haïr ,être un Héros ou un Lâche . Se battre ou Se rendre .Vivre ou Mourir. Je vais le répéter une dernière fois, pour ceux qui en douteraient encore : la vie est faite de choix. Vivre ou mourir, le choix le plus important, mais la décision nous appartient rarement"
Grey's Anatomy - Derek Shepherd

"Au lieu d'"emmerder" les non-vaccinés, pourquoi ne pas "emmerder" vraiment les désinformateurs qui alimentent la peur du vaccin, qui continuent à semer le doute parfois avec des moyens publics et qui ont du sang sur les mains ? " Patrick Cohen



"Et si les non-vaccinés assumaient aussi leur libre choix de ne pas être réanimés " Tribune par le Pr André Grimaldi, JDD du 02/01/2022

FIFptZKWUAMM9Vf
Une tribune hautement polémique. Je partage le point de vue qui fait des anti-vax  (purs et durs) des êtres à part car ils prennent la place de patients dont l'état médical impose la réanimation , qu'ils s'agissent de patients covid ou non. Cette population est  non vaccinée a tord , on est d'accord et on ne le dira jamais assez, aucune excuse. Les anti vax existent depuis 1760 avec un argumentaire qui n' a jamais changé. Les anti statines se rapprochent des anti vax. 

Par contre opposer les vaccinés et les non vaccinés me dérangent fortement en tant que médecin mais aussi en tant qu'être humain et sur le plan éthique. Nous n'avons pas besoin des avis des sociétés savantes, des agences de santé, de l'avis de la société pour décider de traiter ou non un patient. Le devoir d'un médecin est de traiter TOUS les patients. On traite le cancer du poumon du fumeur, on débouche les artères des fumeurs alors qu'effectivement le plus souvent c'est le tabac qui est à l'origine de tout. On soigne les drogués, on soigne les migrants, les sans abrits etc. On ne doit pas choisir de traiter ou non une personne en fonction de ses orientations et / ou de ses vices antérieurs. C'est remettre en cause le serment d'Hippocrate, c'est remettre en cause le métier de médecin, c'est remettre en cause notre place dans la société, c'est indigne d'un être humain. Une société qui imposerait de choisir les patients à traiter ou non, je n'en veux pas.

phpjLaqoz
 
Le TRI des patients aux urgences s'est toujours posé même avant la Covid-19, en premier lieu en temps de guerre.

Voici une fiche de gestion du tri qui montre que derrière ce tri il existe une réfléxion, une concertation souvent pluridisciplinaire.
 
media shema2
Remarque : réflexion de départ : Dr Fabrice Venier in " Pandémie 2020, Ethique, Société, Politique, sous la direction d'Emmanuel Hirsch, Ed du Cerf, 2020

L'organisation du SAMU et les modalitrés de tri

"La notion de tri ou triage est une notion le plus communément associée à la médecine militaire, aux catastrophes. Impensé politique, le tri resurgit à l'occasion de la pandémie Covid,dans une acceptation qui pourrait l'assimiler à un abandon de soins nécessaires. Il est pourtant familier aux urgentistes, en dehors même des situations exceptionnelles,et la réorganisation devant l'événement a permis d'en atténuer la rigueur.Il est un point de tension entre la politique et l'éthique. A ce titre, il est nécessaire que la délibération démocratique d'en empare.".....cette délibération qui n'a jamais eu lieu dira quoi ? Quand on connaît les problèmes non résolus de la fin de vie......no comment.

Témoignage : "Trier, c’est-à-dire sauver des vies par le sacrifice de quelques-unes, quelle que soit la sophistication des protocoles de décision et de classement, revient à obliger les médecins à « accomplir des tâches qui partagent la brutalité et l’horreur de la guerre – comme tirer sur ses propres soldats " Jon Kerstetter (Guerre d'Irak)


Je ne suis pas d'accord avec le Pr Grimaldi parce qu' Il faut faire la différence entre les vrais ANTI-VAX et les patients non vaccinés pour d'autres raisons. Les ANTI-VAX farouches sont à combattre. Pas de discussion , ce serait une perte de temps inutile. Ils représentent une très faible minorité. Par contre la très grande majorité des non vaccinés ne sont pas des anti-vax. Dans la vraie vie, en consultation, chaque fois que je rencontre un patient et c'est au quotiden, une question êtes vous vacciné ? Si la réponse est non , pourquoi ? Les réponses sont toujours les mêmes : j'ai peur, j'ai entendu que, j'ai lu que, on m'a dit que, ma cousine me le déconseille (votre cousine est médecin ? Non...) , je pense ou on pense (pour moi) que j'ai une contre indication au vaccin etc. Ce ne sont pas des anti-vax , mais ce sont des personnes indécises, apeurées, anxieuses et surtout des personnes qui par l'entremise des médias et des réseaux sociaux ne savent plus où elles en sont.Les coupables sont là, issus de tous les milieux, médecine comprise. Et c'est là tout le problème, prenons de la hauteur et observons. Posons les bonnes questions. Notre devoir de médecin c'est de les remettre dans le parcours vaccinal et de ne pas les stigmatiser uniquement, ce qui rajoute de la peur à leur peur. Le travail à faire est immense, c'est un travail de chaque jour, un travail de pédagogie pour les convaicre du bienfait du vaccin. Ces "non-vaccinés" font partie intégrante de la pandémie actuelle. Et c'est une fraction icompressible de toutes les pandémies, de tous les fléaux.


Albert Camus dans la Peste nous apporte un début de réponse : "Ce que l'on apprend au milieu des fléaux, c'est qu'il y a dans les hommes plus de choses à admirer que de choses à mépriser". De plus " Le fléau n'est pas à la mesure de l'homme, on se dit donc que le fléau est irréel, c'est un mauvais rêve qui va passer".

Hippocrate nous rappelle ce qu'est la médecine :" La vie est courte, l'art est long, l'occasion fugitive, l'expérience trompeuse, le jugement difficile". Au cours de l'histoire cette situation s'est posée à maintes reprises essentiellement au cours des guerres où le barbier puis le chirurgien prenaient en charge les blessés les plus vaillants.
 
Mais comme le disait Romain Gary : " La médecine doit avoir le dernier mot et lutter jusqu'au bout pour empêcher que la volonté de Dieu soit faite" .
 
Pour le COVID-19, il faudra lutter jusqu'au bout, pour le plus grand nombre, mais perte de chance il y aura pour un petit nombre, c'est-à-dire possiblement une perte de vie. Décision inadmissible, mais les fléaux imposent de tels choix ! Sachons nous en souvenir afin pour l'avenir d'anticiper le pire, et donner à tous les patients les mêmes chances sans perte de chance.
 
C'est aux politiques d'anticiper pour le bien de la population, mais sont-ils encore capable de le faire ? Enfin ne jamais utiliser le terme " tri des patients", c'est à la suite d'un débat au sein de l'équipe médicale que la décision sera prise en leur âme et conscience.

Différer, reporter une intervention (déprogrammations) , un traitement , des examens, c'est une perte de chance pour le patient qui est lourde de conséquences notamment en cancérologie.

Est-ce que les autorités sont conscientes de tout cela ?
 
C'est une décision de guerre, c'est une décision douloureuse, c'est une décision collégiale, c'est une décision que l'on prend après avoir envisagé tous les scénarios possibles avec le patient (quand il est réceptif). et la famille.

Compassion et éthique semblent être des mots oubliés ou vider de leur sens aujourd'hui par certains; et c'est grave.

Nous prenons en charge des êtres humains et non des choses. ! Alors plus de compassion et d'éthique, il n' y en aura jamais assez........

"Vivre ou mourir, le choix le plus important, mais la décision nous appartient rarement" , malheureusement elle nous appartient dans toutes les périodes troublées : pandémies, guerres, tremblements de terre, tsunamis, innondations, incendies , attentats etc.

Une personne revendiquant le libre choix de ne pas se fairre vacciner ne devrait-elle pas assumer son libre choix de ne pas se faire réanimer ?  La réponse est NON, d'autant plus que cette personne non vaccinée ne sera plus la même personne en cas de Covid grave. De plus cela va contre toutes mes convictions médicales et ce depuis que j'exerce la médecine : 40 ans.

Enfin le Président dans toute sa grandeur  et de toute sa hauteur veut "EMMERDER" les non vaccinés, "j'ai envie de les EMMERDER" ces 10% des français : NO COMMENT , la campagne électorale qui arrive va être détestable. Quant au Président , que dire ? Un être fébrile qui est incapable de se controler, cela ne présage rien de bon pour l'avenir. Au lieu de prendre de la hauteur, il descend dans les égouts........Jupiter rejoint HADES ! En Décembre sur TF1 il vait assuré qu'il ne ferait plus d'écarts de langage, promesse vaine , as usual ! 

Rappel : 
Jupiter utilise souvent la prétérition ou la parlipse (ce qui est la même chose) dans ses discours La prétérition est une figure de style qui consiste à dire qu'on ne va pas parler d'une chose en le faisant malgré tout le "en même temps" . Par extension, elle peut consister à dire qu'on ne veut ou qu'on ne va pas faire quelque chose que l'on fait tout de même...EMMERDER est un exemple de plus.
 
Un PROFESSEUR (que je respecte) et un PRESIDENT (....)  égarés, hors du temps, ailleurs ,décidemment nous vivons dans le meilleur des mondes et dans une époque merveilleuse. 
 
Nous devons jour après jour convaincre ces fameux hésitants, par la pédagogie, par le dialogue et ne pas envisager des solution extrêmes anti démocratiques. Je ne les excuse pas mais chaque jour je m'astreint à cet effort de pédagogie et ça fonctionne dans 90% des cas, mais il faut prendre du temps....mais c'est vrai que plus personne ne prend du temps sur son temps auprès du patient et c'est très regrettable.
 
«C’est avec celles et ceux qui font vivre le souci éthique de l’autre que nous devons comprendre comment décider et agir dans ce contexte de crise où les intelligences pratiques sont plus légitimes que des préconisations hors sol.» Emmanuel Hirsch

« Il convient de ne jamais considérer l’isolement comme une exigence due à la pandémie, mais de déployer des mesures concrètes permettant le maintien du lien entre la personne et son entourage.» Didier Robiliard

« Le soin, la dignité, l’humanité trouvent dans la mort, ce qui la précède, ce qui l’entoure, ce qui la suit, une épreuve et une exigence première» (Comité consultatif national d’éthique)

" Mourir est plus intolérable encore si l'on sait quand " H Le Tellier, in "L'anomalie"

"Au lieu d'"emmerder" les non-vaccinés, pourquoi ne pas "emmerder" vraiment les désinformateurs qui alimentent la peur du vaccin, qui continuent à semer le doute parfois avec des moyens publics et qui ont du sang sur les mains ?" Parick Cohen

 
#VACCINE3.0 + grippe


Statistiques : Aujourd'hui 491 - Hier 862 - Cette semaine 3251 - Ce mois-ci 24981 - Total 353221