Les propos qui sont tenus ici n’engagent que leur auteur. Les textes sont actualisés régulièrement et corrigés en cas d'erreur. Bonne visite

FAST TRACK 13 COVID19

le le . .

 
 "On pense aujourd'hui à la révolution, non comme à une solution des problèmes posés par l'actualité, mais comme à un miracle dispensant de résoudre les problèmes." Simone Veil 

"Le journaliste ne travaille pas continuellement dans l'exceptionnel : il doit avoir la modestie de se frotter au tout venant de l'actualité en espérant que les occasions de s'enthousiasmer seront plus nombreuses que celles de râler." Bernard Pivot

"L'actualité. Ne rien choisir, tout prendre. S'étonner de tout. Insatiable curiosité, inlassable marée dont la vague laisse sur la grève les traces de faits, de noms, d'événements, trop vite effacés par la vague suivante." Michel Field










Long COVID in a prospective cohort of home-isolated patients, Blomberg B et Coll, Nature Medicine | VOL 27 | September 2021 | 1607–1613 | www.nature.com/naturemedicine ,
Long COVID dans une cohorte prospective de patients isolés à domicile , article libre d'accès 


"Les complications à long terme après la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) sont courantes chez les patients hospitalisés, mais le spectre des symptômes dans les cas plus bénins nécessite une enquête plus approfondie. Nous avons mené un suivi à long terme dans une étude de cohorte prospective de 312 patients - 247 isolés à domicile et 65 hospitalisés - comprenant 82 % du total des cas à Bergen lors de la première vague pandémique en Norvège. À 6 mois, 61 % (189/312) de tous les patients présentaient des symptômes persistants, qui étaient indépendamment associés à la gravité de la maladie initiale, à une augmentation des titres d'anticorps de convalescence et à une maladie pulmonaire chronique préexistante. Nous avons constaté que 52 % (32/61) des jeunes adultes isolés à domicile, âgés de 16 à 30 ans, présentaient des symptômes à 6 mois, notamment une perte du goût et/ou de l'odorat (28 %, 17/61), de la fatigue (21 % , 13/61), dyspnée (13 %, 8/61), troubles de la concentration (13 %, 8/61) et troubles de la mémoire (11 %, 7/61).

Les voies respiratoires sont le site d'entrée et d'infection du coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SARS-CoV-2); cependant, la COVID-19 est une maladie systémique complexe, affectant les systèmes cardiovasculaire, rénal, hématologique, gastro-intestinal et nerveux central  . À mesure que des preuves émergent d'une altération principalement durable de la fonction pulmonaire liée à la fibrose, davantage de données sur les effets à long terme du COVID-19 sur d'autres organes sont nécessaires  . Une pléthore de symptômes persiste chez les patients survivant à un COVID-19 sévère , et un long syndrome COVID a été proposé . Cependant, la gravité et la durée des symptômes restent largement inconnues. La fatigue chronique est survenue après l'infection par le SRAS en 2003  et elle est bien connue à la suite d'un spectre de maladies infectieuses . Avant la pandémie de SRAS-CoV-2, la prise en charge des patients en soins intensifs était fréquemment associée à un déclin mental et physique, ce qui pourrait expliquer en partie le long COVID chez les patients atteints d'une maladie grave  Cependant, le fardeau du COVID long chez les patients légers à modérément malades n’est pas bien défini. Nous avons évalué les symptômes persistants 6 mois après le COVID-19 initial dans une cohorte prospective de patients hospitalisés et isolés à domicile de la première vague pandémique à Bergen, en Norvège

41591 2021 1433 Fig2 HTML

La relation entre la gravité de la maladie COVID-19 initiale et l'âge avec le pic anti-SARS-CoV-2 ( a et b ) et les titres d'anticorps microneutralisants ( e et f ) à 2 mois. Relation entre les titres d'anticorps à 2 mois avec le nombre de symptômes persistants ( c et g ) et le score total de fatigue selon l'échelle de Chalder ( d et h ) à 6 mois de suivi. Les 13 symptômes utilisés sont répertoriés dans le tableau 2 . La gravité de la maladie était la suivante : 1 — asymptomatique ( n  = 5) ; 2- isolement à domicile avec symptômes ( n  = 242) ; 3-hospitalisé sans besoins médicaux ( n = 0); 4-hospitalisé avec des besoins médicaux ( n  = 31); 5-hospitalisé ayant besoin d'O 2 ( n  = 24) ; 6—hospitalisé nécessitant une ventilation non invasive ( n  = 4) ; et 7—hospitalisé nécessitant un respirateur ( n  = 6). La cohorte a été divisée en tranches d'âge de 15 ans : 0-15 ( n  = 16), 16-30 ( n  = 65), 31-45 ( n  = 69), 46-60 ( n  = 90) et > 60 ( n  = 72). a , b , e et fmontrent les pics médians d'IgG et les titres d'anticorps microneutralisants (ligne horizontale), les quantiles à 25 % et 75 % (encadré), plus les intervalles de confiance à 95 % (lignes) avec les valeurs aberrantes (points). c et d sont des tracés au violon du nombre de symptômes (jusqu'à 13) ou du score de fatigue (valeurs 0 à 33) divisés en quatre catégories d'IgG de pointe : < 150 ( n  = 21), 150 à 4 999 ( n  = 96), 5 000 –20 000 ( n  = 103) et > 20 000 ( n  = 92). 5k, 5 000 ; 20 000, 20 000. g et h sont des tracés de violon de quatre catégories de titres microneutralisants : <20 (neg n  = 42), 20-79 ( n  = 107), 80-320 ( n  = 92) et > 320 ( n = 71). O 2 , oxygène supplémentaire.

Ce qu'il faut retenir c'est que le Covid-Long est une réalité, qu'il existe une pléthore de symptomes et qu'il faut prendre ces patients au sérieu. Ce n'est pas uniquement les effets d'un stress post traumatique. Cetains ont rattaché le Covid-Long à l'atteinte de l'endothélium L'article ci dessous de nos Amis Tunisiens développent cette hypothèse

FIkUFnsWYAEWuhm

Long COVID 19 Syndrome: Is It Related to Microcirculation and Endothelial Dysfunction? Insights From TUN-EndCOV Study, Charfeddine S et Coll, Front. Cardiovasc. Med., 30 November 2021 | https://doi.org/10.3389/fcvm.2021.745758   Article Libre d'Accès 

La maladie COVID-19 est une maladie multisystémique due en partie à la lésion de l'endothélium vasculaire. Des effets durables et des séquelles à long terme peuvent persister après l'infection et peuvent être dus à un dysfonctionnement endothélial persistant.Notre étude s'est concentrée sur l'évaluation de l'indice de qualité endothéliale (EQI) par surveillance thermique des doigts avec diagnostic E4 Polymath dans une large cohorte de patients COVID-19 longs pour déterminer si les symptômes du long covid 19 sont associés à un dysfonctionnement endothélial. Il s'agit d'une étude observationnelle multicentrique transversale avec un recrutement prospectif de patients. Au total, 798 patients ont été inclus dans cette étude. Au total, 618 patients (77,4 %) présentaient de longs symptômes de COVID-19. L'EQI moyen était de 2,02 ± 0,99 IC à 95 % [1,95 –2.08]. Au total, 397 (49,7 %) patients présentaient une altération de l'EQI. La fatigue, les douleurs thoraciques et les difficultés neurocognitives étaient significativement associées au dysfonctionnement de l'endothélium avec un EQI <2 après ajustement pour l'âge, le sexe, le diabète, l'hypertension, la dyslipidémie, la maladie coronarienne et la gravité de l'infection aiguë au COVID-19. En analyse multivariée, la dysfonction endothéliale (EQI < 2), le sexe féminin et l'état clinique sévère lors d'une infection aiguë au COVID-19 avec un besoin de supplémentation en oxygène étaient des facteurs de risque indépendants du syndrome COVID-19 long. Les symptômes longs du COVID-19, en particulier les symptômes non respiratoires, sont dus à un dysfonctionnement endothélial persistant. Ces résultats permettent une meilleure prise en charge des patients présentant de longs symptômes de COVID-19.

chardeff
Il s'agit de la plus grande et de la première étude à ce jour qui s'est concentrée sur l'évaluation non invasive de la fonction endothéliale par FTM pendant le long COVID-19. Une découverte importante est l'association probable de longs symptômes « non respiratoires » du COVID-19, en particulier des douleurs thoraciques, de la fatigue et des difficultés neurocognitives, à la dysfonction endothéliale, soulignant l'importance d'une évaluation précoce de la qualité de l'endothélium pour une prise en charge appropriée.

Comprendre la physiopathologie et les mécanismes sous-jacents des symptômes persistants chez les patients COVID-19 de longue durée est nécessaire pour guider les investigations, la gestion et améliorer le pronostic des patients.

Dans une sous-étude Tun-EndCov, ont été randomisé des patients symptomatiques de long Covid en rééducation avec ou sans Sulodexide, un glycosaminoglycane qui comprend un mélange d'héparine à action rapide et de sulfate de dermatane. Il a été prouvé qu'il avait des effets sur le système fibrinolytique, les plaquettes, les cellules endothéliales et l'inflammation. Le sulodexide utilisé dans les premiers stades de COVID-19 a été associé à une limitation de la progression de la maladie, à une diminution des besoins en oxygène et en soins hospitaliers (Thromb Haemost. 7 mars 2021). Notre étude démontre que le sulodexide (250 mg x2) en plus de la rééducation a amélioré de manière significative l'indice de qualité de l'endothélium et a eu un impact bénéfique important sur les longs symptômes du COVID-19 en 3 semaines. Les symptômes liés à l'endothélium (définis par l'étude Tun EndCov) étaient les plus susceptibles de répondre à ce médicament. (dossier complet sur le SULODEXIDE : https://medvasc.info/1404-fast-track-biblio-7-ftb

Annexe : 
Évaluation de la circulation microvasculaire et de la fonction endothéliale
Tous les sites d'investigation ont utilisé le dispositif de diagnostic E4 (Société Polymath. Tunisie) avec une procédure d'hyperémie réactive post-occlusion (PORH) entièrement automatisée et standardisée. Le E4-diagnose est un appareil de mesure de la température de la peau à haute résolution (0,002 °C) non invasif. Il se compose d'une unité de microcontrôleur portable (MCU), de deux capteurs de température de doigt précis et d'un brassard intégré. Toutes les procédures et calculs automatisés sont entièrement traités par le micrologiciel MCU intégré. Un logiciel PC dédié affiche, stocke et exporte les données. Les tests ont été effectués dans une pièce sombre et silencieuse. La température ambiante (entre 22 et 24 °C) a été maintenue de manière constante pendant le test. Le patient était à jeun, sans tabac ni activité physique intense, depuis 4 h avant le test. Au moins 20 minutes ont été autorisées pour l'acclimatation et les sujets ont été maintenus dans une position assise relaxante. La pression artérielle systolique a été vérifiée pour être <160 mmHg et la température de l'index au-dessus de 27°C. Le brassard intégré est placé sur l'avant-bras dominant et les deux capteurs de doigt sont délicatement fixés aux deux index.
Le protocole standard est rapportée en matériau supplémentaire , complémentaire
Au cours de l'étude TUN-EndCOV, l'EQI a été sélectionné comme le meilleur paramètre pour refléter la fonction endothéliale en s'appuyant sur la classification ci-dessous :
  • EQI ≥ 2 : Bonne fonction endothéliale
  • EQI <2 : Dysfonction endothéliale

Cette approche originale du Covid-Long mérite une lecture attentive de ces articles notamment les études réalisés en Tunisie par une équipe de grande qualité. ENDOTHELIOPATHIE et COVID-LONG , une piste à ne pas négiulider . Quant au SULODEXIDE non disponible en France nous faît rêver......Affaire à suivre en attendant d'autres études. Y a t il une place pour cette molécule ? Possible ou impossible, l'avenir nous le dira.....mais il me semblait important d'en reparler. Il est toujours intéressant d'aller voir ailleurs ce qui se passe en médecine. Nous n'avons pas l'exclusivité de la science. la confrontation des expériences d'ici et d'ailleurs reste le moteur principal des avancées de la science. Le partage des connaissances ne peut qu'amener à la connaissance.

desabastecimiento ing
 Atorvastatin versus placebo in patients with covid-19 in intensive care: randomized controlled trial, INSPIRATION-S Investigators, BMJ 2022;376:e068407 http://dx.doi.org/10.1136/
Atorvastatine versus placebo chez des patients atteints de covid-19 en réanimation : essai contrôlé randomisé, Article d'accès libre

 
Conclusion
Chez les adultes atteints de covid-19 admis à l'USI, l'atorvastatine n'a pas été associée à une réduction significative du composite de thrombose veineuse ou artérielle, au traitement par oxygénation extracorporelle par membrane ou à la mortalité toutes causes par rapport au placebo.

Le traitement s'est toutefois avéré sûr. Comme les taux d'événements globaux étaient inférieurs aux attentes, un effet thérapeutique cliniquement important ne peut être exclu.

Qu'est-ce qu'on sait déjà à ce sujet
* Des études ont montré que les statines pourraient avoir des propriétés anti-inflammatoires, antithrombotiques et antifibrotiques
* Certaines études cliniques avant covid-19 ont indiqué que le traitement par statines pourrait être associé à une mortalité réduite chez les patients atteints du syndrome de détresse respiratoire aiguë hyperinflammatoire
* Certaines études observationnelles ont suggéré une association entre des antécédents d'utilisation de statines ou d'utilisation continue de statines pendant l'hospitalisation et de meilleurs résultats chez les patients atteints de covid-19
Ce que cette étude ajoute
* Dans cet essai randomisé, l'atorvastatine par rapport au placebo n'a pas été associée à une réduction significative du critère de jugement principal, un composite de thrombose veineuse ou artérielle, de traitement par oxygénation extracorporelle par membrane ou de mortalité toutes causes confondues.
* Étant donné que les taux d'événements étaient plus faibles que prévu, un effet de traitement plus faible ne peut être exclu
* Les résultats au sein des sous-groupes, y compris les patients qui se sont présentés dans les sept jours suivant l'apparition des symptômes, sont générateurs d'hypothèses et nécessitent une confirmation supplémentaire
dans les études en cours

Une fois de polus une statine n'a pas montré d'effets significatifs au cours de la Covid-19n sur le critère de jugement principal danbs cet article.Mais les études de sous groupes sont à prendre en considération et à affiner. Les statines du fait de leur activité pléiotropique ne sont pas à négliger

 
PLEIO
 

Toutes ces études sur les statines sont à la fois passionnates et intéressantes. Il était d'ailleurs logique de les entreprendre. La maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) est associée à une inflammation systémique, à une activation endothéliale et à des manifestations multiviscérales. Les agents modulateurs des lipides peuvent être utiles dans le traitement des patients atteints de COVID-19. L'activité pléiotropique des statines va dans ce sens.Mais ne pas oublier comme le précise différents auteurs : sur ces 40 ECR, seuls 2 ont rapporté des résultats préliminaires mais la traduction en termes de bénéfice clinique n'est pas assurée pour ces 2 études et la plupart des autres sont en cours.
 
FHtXbYDX0AIMNImCoronavirus Disease-2019 and Heart Failure: A Scientific Statement From the Heart Failure Society of America BHATT AS et Coll, Journal of Cardiac Failure Vol. 28 No. 1 2022
Article libre d'accés :
 https://www.onlinejcf.com/article/S1071-9164(21)00354-7/fulltext
Maladie à coronavirus-2019 et insuffisance cardiaque : une déclaration scientifique de la Heart Failure Society of America


INSCARDCOVID

gr1 lrg
gr3 lrg
La présente déclaration scientifique résume les découvertes cliniques et de recherche au lien de l'insuffisance cardiaque (IC) et de la COVID-19 à ce jour, au moment de la revue et de la rédaction. Les patients atteints d'IC ​​sont particulièrement sensibles aux effets indésirables dans le cadre d'une infection au COVID-19, ce qui souligne l'importance de la vaccination dans cette population. L'IC incidente est rare dans le cadre d'une COVID-19 aiguë, bien que des marqueurs soutenus de lésion myocardique dans le cadre post-aigu soulèvent des questions quant à savoir si l'IC peut être une conséquence future. Les premières phases de la pandémie ont entraîné des changements substantiels dans la prestation des soins, entraînant une utilisation accrue des technologies de surveillance non invasive et à distance et une augmentation de la télémédecine. Cependant, l'impact de ces changements devra être exploré. Les fondements physiopathologiques des lésions myocardiques et des séquelles post-aiguës liées au COVID-19 font l'objet d'une enquête en cours. Les concepts présentés ici sont susceptibles de changer à mesure que de nouvelles informations et découvertes émergent concernant COVID-19 et l'ensemble des populations d'IC, y compris l'assistance circulatoire mécanique et la transplantation cardiaque.

Les patients vivant avec une insuffisance cardiaque constituent une population particulièrement vulnérable où de pires résultats cliniques s'ensuivent dans le cadre d'un COVID-19 aigu. Les questions relatives aux mécanismes de l'activité de la maladie, à la vulnérabilité unique attribuable à une maladie CV préexistante et à l'histoire naturelle des séquelles post-aiguës font l'objet de recherches en cours. Les changements dans les modèles de soins pour les patients atteints de maladies chroniques ont entraîné des changements spectaculaires dans la prestation des soins, avec une dépendance accrue aux systèmes de surveillance à distance et aux visites virtuelles. Les soins de l'IC ont été particulièrement touchés à cet égard.

News : Karine Lacombe #CitoyensDuWeb
@LacombeKarine1
En réponse @regueyne @LouiseOdessa
et 10 autres personnes
Deux études, l’une Française (Coviboost, en cours de publication ) et l’autre Anglaise, Cov Boost, publiée dans le Lancet), ont montré qu’avec un schéma hétérologue (=vaccins différents), on obtenait un taux plus élevé d’Ac (surtout si on finit avec du Moderna).
Référence de l'article dabs le Lancet  : https://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(21)02717-3/fulltext

Le point de la pandémie by @LEXPRESS

FIlCPFkXIAA0kTq
Une fois de plus la vaccination est la solution chez tous les patients avec facteurs de comorbidités , ici l'insuffisance cardiaque. Mais la vaccination doit aller bien au delà des facteurs de comorbidités , elle doit concerner TOUTE la POPULATION, enfants compris. En cas d'insuffisance cardiaque, et dans bien d'autre situations pathologiques ne pas se faitre vacciner c'est du suicide, il faut le dire et le clamer haut et fort. Changer de vaccin pour la 3° dose serait intéressant , effet booster suractivé ,à noter. Exemple vaccin 1 et 2 PFIZER, vaccin 3 MODERNA. Enfin après le variant OMICRON : prochain variant  ?  :  VARIANT or not VARIANT, la question mérite d'être posée et souhaiter l'absence d'un nouveau variant, mais.........

#VACCINE3.0+grippe

Statistiques : Aujourd'hui 464 - Hier 862 - Cette semaine 3224 - Ce mois-ci 24954 - Total 353194