Les propos qui sont tenus ici n’engagent que leur auteur. Les textes sont actualisés régulièrement et corrigés en cas d'erreur. Bonne visite

Anti-PCSK9 , c'est OUI pour les médecins vasculaires

le le . .

"Le secret du changement consiste à concentrer son énergie pour créer du nouveau, et non pas pour se battre contre l'ancien." Dan Millman

Médicaments hypocholestérolémiants anti-PCSK9 : la prescription élargie aux médecins vasculaires et aux neurologues depuis le 29 Avril 2022

Afin de faciliter l’accès aux médicaments hypocholestérolémiants anti-PCSK9 des patients qui en ont besoin, les médecins spécialistes en médecine vasculaire ou en neurologie peuvent mettre en place ces traitements depuis le 29 avril 2022.

La prescription initiale annuelle de ces médicaments était jusqu’alors réservée aux spécialistes en cardiologie, endocrinologie-diabétologie-nutrition ou médecine interne. 

Le renouvellement de la prescription reste ouvert à tout médecin. Cette mesure répond à la demande de plusieurs sociétés savantes et associations de patients.

Les médicaments anti-PCSK9 sont indiqués dans la prise en charge des hypercholestérolémies et dyslipidémies mixtes (taux de LDL cholestérol sanguin élevé, taux élevé de triglycérides et de LDL cholestérol), des hypercholestérolémies familiales homozygotes et en cas de maladie cardiovasculaire athéroscléreuse établie (antécédents d’infarctus du myocarde, d’accident vasculaire cérébral ou d’affection des artères).

Les médicaments disponibles en France sont l’alirocumab (Praluent) et l’evolocumab (Repatha).
 
Information pour les patients
Veillez à toujours utiliser ce médicament en suivant exactement les indications de votre médecin, notamment la posologie de votre traitement.

Si vous ressentez un quelconque effet indésirable, parlez-en à votre médecin, votre pharmacien ou votre infirmier/ère. Ceci s’applique aussi à tout effet indésirable qui ne serait pas mentionné dans la notice. Vous pouvez également déclarer les effets indésirables directement via le portail des signalements.

En signalant les effets indésirables, vous contribuez à fournir davantage d’informations sur la sécurité du médicament.

Pour des informations complètes sur ces médicaments, consultez les notices sur la base de données publique des médicaments.
Information pour les professionnels de santé
Pour rappel, ces spécialités ne sont pas indiquées notamment chez :
  • les patients qui ne sont pas à très haut risque cardiovasculaire,
  • les patients ne recevant pas un traitement optimisé (comprenant au moins une statine à 
 666 ckeditor perso 28559 5e26cf3ce8d84 9


Les médecins vasculaires sont autorisés à prescrire un anti PCSK9 (PRALUENT et REPATHA) grâce au travail du Collège National Professionnel de Médecine Vasculaire et de sa Présidente Christine Jurus
 
 
Depuis le 15 décembre dernier, la prise en charge par l’assurance maladie des médicaments anti-PCSK9, alirocumab (praluent ®) et evolocumab, (repatha ®) est subordonnée à l’accord préalable du service de l’assurance maladie. Cette demande d’accord préalable (DAP) est nécessaire pour chaque prescription, instauration ou renouvellement.
conditions prescription pcsk9

https://www.cardio-online.fr/Actualites/A-la-une/Conditions-prescription-et-prise-en-charge-des-inhibiteurs-de-PCSK9

EVOLOCUMAB (REPATHA )
repapapap

POSOLOGIE USUELLE :
Dyslipidémie mixte et prévention cardiovasculaire :
Adulte : 1 dose de 140 mg tous les 15 jours ou 1 dose de 420 mg par mois (dans ce cas il faut utiliser 3 stylos le même jour).
Hypercholestérolémie familiale :
Adulte et adolescent de plus de 12 ans : 1 dose de 420 mg par mois (dans ce cas il faut utiliser 3 stylos le même jour).

ALIROCUMAB (PRALUENT)
pralu

POSOLOGIE USUELLE :
Adulte : la dose initiale est habituellement de 1 injection à 75 mg tous les 15 jours. Elle peut ensuite être adaptée par votre médecin en fonction des résultats sanguins. (autres dosages150 et 300 mg)

conditions prescription pcsk9

Désormais les Médecins Vasculaires disposent d'un arsenal thérapeutique complet pour la prévention SECONDAIRE CV (jamais en primaire) .
 
Les anti PCSK9 sont aujourd'hui disponibles sous forme injectable sous cutanée, tous les 15 jours (Praluent(r) et Repatha (r) )

Régles à suivre

m ehab841f6

ANTIP2
 
ANTIP3
 antiP1

En médecine vasculaire nous sommes concernés par la  maladie cardiovasculaire athéroscléreuse établie (antécédents d’infarctus du myocarde, d’accident vasculaire cérébral ou d’affection des artères).

Les études
 
FOURIERTRI

Jamais d'anti-PCSK 9 d'emblée exemple de l'AOMI, LDL cible < 0.55
* En 1 STATINE à 40 mg
* En 2 si la cible LDL n'est pas atteinte STATINE + EZETIMIDE
* En 3 si la cible LDL n'est pas atteinte, que le patient est compliant STATINE + anti-PCSK9 ou si intolérance vraie aux statines anti-PCSK9 seule

Ces médicament ne sont pas hémorragiques, CI grossesse, alaitement ,insuffisance rénale

ATTENTION : la prescription d'un anti-PCSK9 nécessite une 
demande d’accord préalable (DAP) est nécessaire pour chaque prescription, instauration ou renouvellement, à remplir directement sur le site AMELI

Les conditions de prescription :
 file:///E:/Downloads/2021-CCM-Conditions_prescription_pris_charge_inhibiteurs_PCSK9%20(1).pdf
 
Remarque du SWISS FORUM
"Etant donné le coût actuel de ces traitements, nous recommandons une évaluation détaillée des possibles causes expliquant pourquoi les taux de LDL-cholestérol ne peuvent être abaissés. Selon les règles édictées par l’OFSP, l’évaluation doit être faite par un médecin spécialiste en médecine vasculaire, cardiologie, endocrinologie/diabétologie, néphrologie, neurologie ou un expert reconnu en lipidologie avant de faire la demande de remboursement, de débuter le traitement et de le poursuivre à long-terme."

HAS 

Rubrique « Effets indésirables » du RCP « Dans dix essais contrôlés de phase 3 incluant des patients avec hypercholestérolémie primaireet dyslipidémie mixte, les effets indésirables les plus fréquents étaient des réactions locales au site d’injection, des symptômes des voies aériennes supérieures et un prurit. Les effets indésirables les plus fréquents conduisant à un arrêt du traitement chez les patients traités par PRALUENT étaient des réactions locales au site d’injection. Le seul effet indésirable identifié dans le cadre de l’étude ODYSSEY OUTCOMES (essai portant sur les résultats cardiovasculaires à long terme) a été une réaction au site d’injection. Le profil de sécurité dans l’étude ODYSSEY OUTCOMES était conforme au profil global de sécurité décrit dans les essais contrôlés de phase 3. Aucune différence n’a été observée dans le profil de sécurité entre les deux doses (75 mg et 150 mg) utilisées durant le programme de phase 3. »

Pas d'intercations avec les AOD et les anti plaquettaires
Insuffisance rénale < 30 ml/mn, prudence
 

Pour en savoir plus
 

Statistiques : Aujourd'hui 305 - Hier 681 - Cette semaine 5026 - Ce mois-ci 19255 - Total 463892