Les propos qui sont tenus ici n’engagent que leur auteur. Les textes sont actualisés régulièrement et corrigés en cas d'erreur. Bonne visite

La "pollution" du discours sur la santé

le le . .

"Une perception subliminale, ça s'appelait comme ça. Quelque chose que vous ne voyez pas, mais que vous percevez sans le savoir. Quelque chose que vous lisez, mais qui n'est pas écrit." Rafaël Reig

"SOS-Racisme. SOS-baleines. Ambiguïté : dans un cas, c'est pour dénoncer le racisme, dans l'autre, c'est pour sauver les baleines. Et si dans le premier cas, c'était aussi un appel subliminal à sauver le racisme, et donc l'enjeu de la lutte antiraciste comme dernier vestige des passions politiques, et donc une espèce virtuellement condamnée. Jean Baudrillard


The pollution of health discourse and the need for effective counter-framing
,Nason Maani, May CI van Schalkwyk ,  Mark Petticrew ,  Kent Buse , Cite this as: BMJ 2022;377:o1128 http://dx.doi.org/10.1136/bmj.o1128  Published: 04 May 2022

 
 
La UK Health Foundation soutient que pour mieux communiquer sur les déterminants sociaux de la santé, nous devons changer nos orientations .L'orientation décrit ce que nous disons à propos d'un problème ou d'un concept et comment nous le disons, ce qui à son tour affecte la compréhension, les réactions, les sentiments et les actions des gens. Par exemple, le fait de présenter la santé comme étant principalement une conséquence d'un choix individuel - comme c'est souvent le cas dans le débat public - détourne l'attention de la façon dont la santé est fortement façonnée par d'autres forces, telles que la richesse de nos parents ou la disponibilité de l'éducation pour nous.

De telles perspectives individualistes enracinées sur la santé ont des conséquences sur les politiques que le public et les décideurs soutiennent, et sur la responsabilité politique, ou son absence, lorsque la santé décline. L'orientation aide à expliquer pourquoi nous célébrons et finançons une nouvelle thérapie contre le cancer qui prolonge la vie de plusieurs mois, alors que les écarts d'espérance de vie de près de 20 ans entre les différents quartiers d'une même ville reçoivent peu d'attention. La façon dont nous soutenons alors les problèmes peut être « une question de vie ou de mort », comme le décrit la Health Foundation. Cependant, afin de changer la manière dont les problèmes sont exposés, nous devons comprendre qui crée ces orientations et pourquoi.

Il existe désormais de nombreuses preuves que les grands acteurs commerciaux façonnent activement la manière dont les problèmes de santé sont définis. Ils le font pour promouvoir leurs intérêts commerciaux, se protéger d'une responsabilité potentielle et protéger la réputation de la marque. L'ampleur et la nature de ces efforts contribuent à une pollution de notre discours, y compris la façon dont nous abordons les problèmes et les solutions, qui est rarement reconnue.

Le tabac, en est l'exemple le plus évident, qui cherchait à encadrer la cigarette comme symbole de masculinité  et plus tard comme symbole d'émancipation féminine. La même industrie a défini les méfaits du tabac comme étant un sujet de controverse scientifique,  puis, comme les preuves devenaient insurmontables pour qu'un tel cadre persiste, comme étant une question de responsabilité personnelle ou de liberté de choix,  plutôt que la responsabilité légale du fabricant de ne pas nuire au public. La recherche et les défenseurs de la santé publique ont également été présentés comme des « nanny staters » ou des « prohibitionnistes » se livrant à la « guerre des classes ». Des documents divulgués ont révélé à quel point ces messages ont été affinés et testés, avant d'être amplifiés par des réseaux de scientifiques, de journalistes, de spin-doctorants, de revues scientifiques, de journaux et de politiciens financés par l'industrie.

Ces stratégies ne sont pas uniques à l'industrie du tabac, mais font partie d'un manuel  qui a été reproduit où les intérêts d'une industrie de produits nocifs et de la société dans son ensemble divergent. Ces entreprises utilisent une partie de leurs revenus pour promouvoir des discours  qui protègent les revenus futurs et minimisent le risque de réglementation. Les fabricants de boissons sucrées présentent l'obésité comme une question de responsabilité personnelle, un problème complexe et une question d'activité physique, allant jusqu'à financer de grands programmes d'activité physique, notamment par l'intermédiaire des Centers for Disease Control and Prevention (CDC) des États-Unis.Les entreprises de combustibles fossiles se sont engagées pendant des décennies à présenter le réchauffement climatique comme un sujet de controverse scientifique, notamment par le biais de publireportages payants dans les principaux journaux,  et la responsabilité personnelle.

Ces efforts bien financés et soigneusement conçus pour encadrer la santé peuvent avoir des effets négatifs cumulatifs, notamment en mettant l'accent « en aval » sur le traitement et la responsabilité individuelle, plutôt que sur les interventions de prévention « en amont ». Ces discours réduisent également la confiance dans les organismes de réglementation nationaux et internationaux, sapent la confiance du public dans la science et les preuves, et promeuvent les solutions préférées des industries telles que l'autoréglementation de la responsabilité sociale des entreprises  ou une « meilleure réglementation » alternatives à une politique publique efficace. Une stratégie clé consiste à accroître le doute. Un récent essai contrôlé randomisé a révélé que les cadres de l'industrie qui mettaient l'accent sur l'incertitude, notamment sur l'alcool et le cancer du sein, les combustibles fossiles et le réchauffement climatique, les boissons sucrées et l'obésité, et le tabac et le cancer du poumon augmentaient considérablement l'incertitude dans l'esprit des répondants concernant les méfaits des produits par rapport à aux informations d'organismes indépendants. 

Il est donc urgent non seulement de reconnaître l'importance des discours  lors de la communication sur les moteurs de la mauvaise santé, mais aussi de contrer la pollution active créée par les discours  trompeurs d'acteurs puissants ayant des conflits d'intérêts et aucune compétence en santé publique

FSI9fWZXMAA4F 2


Nous suggérons trois voies à suivre :

Premièrement, nous avons besoin d'une plus grande prise de conscience de la pollution des discours sur la santé par les acteurs de l'industrie. Le cadrage de l'industrie sur les méfaits des produits est puissant, mais prévisible. Une meilleure compréhension des stratégies de cadrage adoptées par les industries pour s'écarter de leurs pratiques et produits nocifs pour la santé, et de la façon dont ceux-ci évoluent en réponse à l'évolution des menaces et des contextes, est importante pour comprendre comment les visions déformées de la santé et de ses causes deviennent à la fois si répandu, et donc résistant au changement.

Deuxièmement, un plus grand accent sur la transparence et la responsabilité des sources. Les cadres pro-industrie sont souvent diffusés par le biais d'initiatives de responsabilité sociale des entreprises et d'organisations tierces parrainées. Exposer les liens de ces messages à leurs architectes d'entreprise pourrait diminuer leur impact et donner une voix à des alternatives plus indépendantes. Par exemple, en Irlande, une coalition d'organisations caritatives a lancé le « i-Mark »,  un symbole pour distinguer les sources indépendantes d'informations sur la santé des organisations caritatives financées par l'industrie de l'alcool. 

Troisièmement, au-delà du recadrage demandé dans le rapport de la Health Foundation, il est nécessaire de développer et de tester des messages de contre-cadrage qui réussissent à "inoculer" le public contre les discours favorables à l'industrie et à les dénormaliser .L'élaboration d'une fiche d'information de l'OMS sur les déterminants commerciaux de la santé,  qui reconnaît explicitement ces effets sur la compréhension du public, la publication de livres populaires sur ces sujets (par exemple par Naomi Oreskes et David Michaels ) et la diffusion de termes tels que " chauffage global » plutôt que le « changement climatique », sont des exemples de ce qui pourrait devenir une approche plus coordonnée et stratégique qui reconnaît à la fois l'importance du cadrage et la nécessité de tester et de diffuser un contre-cadrage efficace.

La politique est dans une large mesure façonnée par qui prévaut dans la formulation des problèmes et leurs solutionsTrop souvent, les choix que nous faisons à propos de ce que nous disons et de la manière dont nous le disons sont influencés par les intérêts des entreprises et les reflètent. De cette manière, les entreprises peuvent définir le monde du possible et de l'impossible, de l'irréprochable et du coupable. Nous devons trouver de meilleures façons de raconter les histoires qui comptent et de meilleures façons de contrer la pollution du discours sur la santé.

Commentaire

communication subliminale fonctionne reellement couv 816x532https://trustmyscience.com/messages-subliminaux-fonctionnent-ils-reellement/

Une article vivifiant sur tous les discours à propos de la santé.Il ne faut pas perdre  de vue que celles et ceux qui entendent ces discours sont les patients. A travers tout ce qui est véhiculé par les médias sur la santé, sur les "remédes miracles" en utilisant des termes ambigus ont été pendant la Covid-19 par exemple une source de conflits , de mensonges, de perte de confiance des gens . L'indépendance  et l'objectivité de l'information existe-telle ? 

Par exemple l'industrie du tabac et de l'alcool véhiculent des discours apaisants par l'intermédiaire d'organisations caritatives elles mêmes financées par l'alcool et le tabac.

Le changement climatique, la pollution doivent reposer sur des informations honnêtes , scientifiquement prouvées. Cristalliser sur la peur est totalement inefficace, responsabiliser est la solution. Les partis politiques en France font du "merchadising" sur le climat. Chacun invente ses propres solutions qui n'en sont pas...

Un recadrage est nécessaire et il est urgent. Si Greta Thunberg a pu émerger de ce marécage médiatique  climatique et pseudo climatique c'est que son discours est vrai, certes exagéré, mais il fait prendre conscience des choses. Car le le message passe mieux  si on bouscule la population, par exemple ici l'âge de l'intervenante.

Mais concernant les messages sur la santé ils sont plus perverses car ils sont souvent à l'étage subliminal. Rappelons qu'un message subliminal est une stimulation faite sur un individu ou un groupe d'individus au moyen d'une image ou d'un message verbal camouflé au milieu d'autres et repérable uniquement par l'inconscient. La communication  utilise beaucoup ce subterfuge notamment sur le climat, la pollution, les virus , la santé en générale. La perception suliminale est controversée mais elle existe. Mais ce qui fait mouche en communication c'est la vérité non édulcorée. Lorsque l'on a un message de vérité auprès des patients il passe. De plus ce message doit être clair et non alambiqué, il ne doit rien oubllié, il doit être sans contrainte, en toute liberté . Est-ce toujours possible ? Cela decrait l'être.

The_Noir 

Jorge Luis Borges


Tour droite, fou diagonal, reine acharnée,
Roi vulnérable, pions qu'achemine l'espoir,
Par les détours fixés d'un ordre blanc et noir
Vous cherchez, vous livrez la bataille obstinée.

Mais qui de vous sent sa démarche gouvernée ?
La main ni le joueur, vous ne sauriez les voir ;
Vous ne sauriez penser qu'un rigoureux pouvoir
Dicte votre dessein, règle votre journée.


Le joueur, ô Khayam ! est lui-même en prison,
Et c'est un échiquier que l'humain horizon:
Jours blancs et noires nuits, route stricte et finie.

La pièce se soumet à l'homme, et l'homme à Dieu.
Derrière Dieu, qui d'autre a commencé ce jeu
De poussière, de temps, de rêve, d'agonie ?

"À tous la vie donne tout, mais la plupart l'ignorent.” Jorge Luis Borges

Statistiques : Aujourd'hui 389 - Hier 681 - Cette semaine 5110 - Ce mois-ci 19339 - Total 463976