Les propos qui sont tenus ici n’engagent que leur auteur. Les textes sont actualisés régulièrement et corrigés en cas d'erreur. Bonne visite

LDL, too low ?

le le . .

"Nous souhaitons la vérité, et ne trouvons en nous qu'incertitude." Blaise Pascal

« La découverte est le fruit de longues méditations. »
Lavoisier

J Kleinke, dans la revue américaine Health Affairs, écrit « le coût de l’innovation est le prix du progrès"

Remarque préliminaire : "Le développement d’un médicament suit un parcours long et balisé. Plus d’une décennie s’écoule entre la découverte par un chercheur d’une « cible thérapeutique » (une protéine, un gène, etc. lié à une maladie) et la commercialisation d’un médicament. Les étapes de tests nécessaires à cette mise sur le marché sont bien codifiées et réglementées. Elles exigent un investissement considérable en temps et en ressources pour tout laboratoire pharmaceutique."
newmolomo
https://www.synergielyoncancer.fr/les-enjeux/le-parcours-du-medicament

aodrivaro

L'exemple du rivaroxaban 

Low Levels of Low-Density Lipoprotein Cholesterol, Intracerebral Hemorrhage, and Other Safety Issues: Is There Still a Matter of Debate?

Pierre Sabouret, Denis Angoulvant, Christopher P. Cannon, Maciej Banach
European Heart Journal Open, oeac038, https://doi.org/10.1093/ehjopen/oeac038 Published: 07 June 2022
Faibles niveaux de LDL , hémorragie intracérébrale et autres problèmes de sécurité : y a-t-il encore matière à débat ?

 
"Bien que certaines études observationnelles suggèrent une association potentielle de faibles niveaux de cholestérol à lipoprotéines de basse densité (LDL-C) avec une hémorragie intracérébrale (ICH), ces analyses ont des problèmes de confusion lorsque d'autres facteurs (p. ex., âge avancé, fragilité) qui expliquent probablement le résultats, et le nombre d'événements était très faible.

Des résultats plus récents d'essais cliniques randomisés n'ont pas révélé de risque accru d'ICH, notamment des essais utilisant des inhibiteurs de PCSK9 qui atteignent de très faibles niveaux de LDL-C, mais également dans le suivi à long terme de l'essai IMPROVE-IT. De plus, d'autres problèmes de sécurité associés aux statines, y compris le diabète d'apparition récente (NOD) et le risque de cancer ne devraient pas être la raison de l'arrêt des statines, en particulier pour le premier, les avantages l'emportent largement sur le risque (même 5x), et pour le second il y a aucun lien confirmé suggérant une augmentation du risque, à l'opposé, il existe des données suggérant les avantages du traitement par statine dans la prévention du cancer.

De plus, l'utilisation de stratégies intensives de réduction des lipides avec des statines et des médicaments autres que les statines entraîne une diminution des événements cardiaques indésirables majeurs ischémiques (MACE), sans problème de sécurité, dans une grande population de patients atteints de maladie cardiovasculaire athéroscléreuse (ASCVD). Ces données devraient promouvoir le concept "le plus tôt, le plus bas, le plus longtemps, le mieux" pour la gestion des lipides des patients ASCVD.

Bien que peu d'incertitudes subsistent dans plusieurs populations qui ont été sous-représentées dans les essais cliniques (patients afro-américains et asiatiques, personnes de faible poids), les données les plus récentes sur la réduction intensive du LDL-C avec les inhibiteurs de PCSK9 rassurent sur le fait que le bénéfice l'emporte sur tout risque éventuel."

Commentaire

Article rassurant qui doit rassurer les septiques.

Les connaissances sur le rôle de PCSK9 dans différents tissus se sont accumulées depuis sa découverte en 2003. L'intervention thérapeutique dans la voie PCSK9 a abouti à la mise en œuvre réussie d'un nouveau groupe de médicaments dans le traitement hypolipidémiant, ce qui a considérablement amélioré le pronostic des patients à très- risque cardiovasculaire élevé. Depuis lors, de nouveaux aspects de PCSK9 fonctionnant dans des tissus sélectionnés, par exemple les vaisseaux artériels, le sang, le tractus gastro-intestinal, le SNC et les reins, ont été décrits. De plus, il semble que PCSK9 puisse jouer un rôle important dans l'initiation d'autres morbidités. L'observation que PCSK9 est impliqué dans la physiopathologie de l'inflammation, des maladies cardiaques, de l'athérosclérose, du syndrome néphrotique, de la stéatose hépatique, des infections, et les métastases cancéreuses pourraient avoir une influence positive sur l'approche thérapeutique de ces maladies à l'avenir. Néanmoins, d'autres études sont nécessaires pour bien comprendre le fonctionnement de PCSK9 dans les cellules humaines avant que de nouvelles thérapies interférant avec PCSK9 puissent être introduites.

Nouveau médicament = nouveau débat, une constante dans l'exercice de la médecine. Immédiatement il y a les POUR et les CONTRE avant toute prescription. Pour les patients c'est pareil : "vous êtes sûr que......" Ce qu'il faut rappeler ,les nouvelles molécules qui arrivent sur le marché sont tester en amont de nombreuses années. Il faut faire confiance à l'AMM et ensuite voire si parmi vos patients , qui pourrait en bénéficier. La lecture des articles médicaux sur cette nouvelle molécule est vivement conseillé. Face à un nouveau médicament avoir une réflexion médico-économique, avoir fait l'effort d'une lecture critique de la littérature médicale sur cette nouvelle molécule.

L'innovation thérapeutique en France est à la "recherche de sa recherche" .

"Les autorités de santé ne peuvent que se réjouir ,si en autorisant le remboursement d’un nouveau médicament, elles permettent de sauver des vies, mais encore faut-il que le prix auquel elles le remboursent reflète le progrès thérapeutique espéré, ce qui n’est pas toujours  la règle aujourd’hui.

" Recommandation 1. Augmenter les fonds publics alloués à la recherche fondamentale et poursuivre les efforts visant à renforcer les collaborations entre les universités et les start-ups.

Recommandation 2. Réserver les financements publics aux essais cliniques avec des normes élevées de preuve scientifique.

Recommandation 3. Au niveau européen, permettre l’élaboration de contrats dont la durée de l’exclusivité commerciale varie en fonction du degré d’innovation du médicament.

Recommandation 4. Pour certaines pathologies jugées prioritaires, lancer des concours d’innovations pharmaceutiques, et s’engager à l’avance de manière crédible à en financer le montant. Ces appels d’offres doivent être concertés entre États membres  pour être efficaces et attractifs pour les entreprises, et pour éviter le resquillage entre les pays.

Recommandation 5. Améliorer la cohérence des règles de fixation du prix en France et permettre leur évolution sur la base des données en vie réelle. Encourager l’expérimentation de contrats de rémunération à la performance et d’autres nouveaux modes de fixation des prix.

Recommandation 6. Soutenir l’initiative du European Health Data Space, pour un partage de données au niveau européen afin de développer la recherche et l’évaluation de nouveaux médicaments par les agences de santé. Poursuivre le travail d’ouverture des données au sein du Health Data Hub au niveau national.

Recommandation 7.
Mettre en place un interlocuteur unique pour les porteurs d’innovation, afin d’améliorer la cohérence et fluidifier les exigences des différentes institutions impliquées dans le développement d’un nouveau médicament.

Recommandation 8.
Évaluer l’efficacité des dernières mesures visant à favoriser la substitution vers les génériques (LFSS 2019) afin de faire jouer la concurrence et de libérer le budget pour les dépenses en médicaments innovants.

Au total, la France souffre d’une série de dysfonctionnements dans le domaine pharmaceutique, qui lui ont fait perdre des places dans la course internationale à l’innovation.

Des initiatives récentes comme la Loi pour la recherche et le 4e volet du Programme investissement avenir (PIA) répondent aux besoins d’investir davantage dans la recherche. Il convient toutefois d’aller encore plus loin dans la réduction de la complexité du millefeuille administratif, le rapprochement du monde de la recherche fondamentale et de la recherche appliquée et la meilleure exploitation des données pour tenir compte de la valeur des traitements dans la gestion économique afin de définir un socle de mesures favorables à l’innovation dans ce secteur important."

https://www.cairn.info/revue-notes-du-conseil-d-analyse-economique-2020-8-page-1.htm

La France a fait le choix de ne pas limiter l’accès à l’innovation médicale, se privant par là-même de mettre en relation progrès thérapeutique et montant de dépense consentie. Jusqu’à quand?"

https://www.cairn.info/revue-apres-demain-2012-2-page-16.htm

Pour ce qui est des anti PCSK9 , comme les iGLP2, le nombre de vies sauvées n'est plus à calculer, c'est un fait indéniable.

Un anti-PCSK9 un  nouveau traitement efficace, à réserver dans le domaine de la médecine vasculaire aux patients présentant une athérothrombose associée à l'absence de maîtrise sur le LDL malgrè une association STATINE forte dose et EZETIMIDE. Cela concerne les patients qui ont corrigé les FDRCV, et qui n'atteignent pas la cible d'un LDL< 0.55, prescription encadrée de 3° intention, prise en charge soumise à une demande d'accord préalable

"L’innovation dans le domaine des médicaments est un parcours semé d’embûches, un coût et un risque financier majeur pour les entreprises qui en sont les promoteurs, mais c’est aussi un véritable investissement pour nos sociétés."

https://www.cairn.info/revue-les-tribunes-de-la-sante1-2004-1-page-47.htm

A lire : 

https://medvasc.info/1445-anti-pcsk9-per-os
https://medvasc.info/1630-anti-psk9-cochrane

Statistiques : Aujourd'hui 890 - Hier 805 - Cette semaine 890 - Ce mois-ci 3119 - Total 500810