Les propos qui sont tenus ici n’engagent que leur auteur. Les textes sont actualisés régulièrement et corrigés en cas d'erreur. Bonne visite

Ecologie et Santé

le le . .

Je pense sincèrement que la pollution de la planète ce n'est pas aussi grave qu'on le dit... C'est beaucoup plus grave qu'on le dit." Geluck

L’impact de l’homme, « sans équivoque » sur le réchauffement climatique et la pollution GIEC 2021
 
"Le succès consiste à aller d'échecs en échecs sans perdre son enthousiasme." Winston Churchill

Acte1 : le bloc opératoire
Green Operating Room—Current Standards and Insights From a Large North American Medical Center
Salle d'opération verte - Normes actuelles et informations d'un grand centre médical nord-américain

JAMA Surg. 2022;157(6):465-466. doi:10.1001/jamasurg.2022.0140

Le changement climatique représente une menace imminente pour la santé environnementale et publique. Malgré les efforts récents pour réduire notre empreinte carbone, les États-Unis restent l'un des principaux contributeurs à ce problème, se classant au deuxième rang mondial pour les émissions de gaz à effet de serre et la consommation d'énergie. 

Les soins de santé représentent à eux seuls près de 10 % de cette dépense énergétique.  Dans les hôpitaux, les blocs opératoires (SOP) produisent une quantité disproportionnée de gaz à effet de serre et de déchets jetables et consomment une quantité démesurée d'énergie. Des études récentes attribuent plus de 30 % des déchets médicaux hospitaliers aux blocs opératoires et estiment leur intensité énergétique, définie par la quantité d'énergie utilisée par espace occupé, à 3 à 6 fois celle d'un hôpital dans son ensemble.

Alors que d'autres industries ont tendance à baisser à la fois en termes d'émissions et de dépenses, les soins de santé ont sensiblement pris du retard. Bien que des normes nationales de consommation d'énergie et de gestion des déchets aient été établies par les Centers for Disease Control and Prevention ainsi que par des organisations privées, les améliorations apportées à ces normes ont été rares et incohérentes. Une évaluation critique des étapes existantes vers des soins de santé plus durables peut aider à créer un modèle informé et reproductible pour les politiques et les investissements futurs. Nous cherchons ici à décrire les initiatives actuelles de la littérature et de l'Université de Pittsburgh Medical Center (UPMC) liées à la consommation d'énergie et à la gestion des déchets.
                        

Consommation d'énergie        

Les établissements de santé aux États-Unis consomment 2 à 3 fois plus d'énergie par mètre carré que les autres bâtiments commerciaux.  Les principales composantes de ce problème, notamment le chauffage, la ventilation, le chauffage de l'eau et le refroidissement, peuvent être réduites grâce à des technologies et à des conceptions d'infrastructure éconergétiques. Même des efforts systémiques apparemment simples, comme l'utilisation de lampes LED par opposition aux lampes halogènes standard, ont permis de réduire la consommation d'énergie directe de 49 %.

De même, l'initiation du mode « économie d'énergie » dans les salles d'opération peut avoir un effet écologique et économique majeurUne étude a révélé que l'arrêt de l'anesthésie et des équipements électroniques dans 35 salles d'opération pendant les heures inoccupées permettait d'économiser environ 33 000 dollars par an et de réduire les émissions annuelles de dioxyde de carbone de 234,3 tonnes métriques. 

Une autre étude a indiqué que l'arrêt des systèmes de chauffage, de ventilation et de climatisation pendant les heures d'inactivité entraînait des économies annuelles estimées à 6 105 $ par salle d'opération.  Il est important de noter que cette étude a également révélé que le nombre de particules et de microbes restait à un niveau sûr après cette mesure si une ventilation adéquate était redémarrée dans les 30 minutes. En plus de respecter les normes nationales de consommation d'énergie, l'UPMC a mis en place des modes d'économie d'énergie dans les salles d'opération, arrêtant automatiquement la ventilation et l'éclairage lorsque la salle d'opération n'est pas utilisée.

                        

Gaz anesthésique         

L'anesthésie contribue de manière significative à la pollution et aux coûts énergétiques associés à l'air de la salle d'opération. Les agents anesthésiques inhalés, y compris le protoxyde d'azote et les vapeurs halogénées, sont des gaz à effet de serre nocifs reconnus. La minimisation de la libération de gaz anesthésique par les appareils d'anesthésie en boucle fermée et les voies respiratoires des patients reste un objectif majeur pour l'American Society of Anesthesiologists. 

Leur article "Verdir la salle d'opération" met en garde les cliniciens contre l'utilisation de gaz anesthésiques qui sont les plus nocifs pour l'environnement, comme le desflurane, et décrit des méthodes pour réduire l'impact environnemental de ces gaz.  Le premier est corroboré par une étude qui a révélé que l'utilisation du desflurane pendant 1 heure équivaut à 235 à 470 miles de conduite en termes d'impact environnemental. Ce dernier comprend la minimisation du débit de gaz frais pendant le maintien de l'anesthésie, la désactivation du débit de gaz frais pendant l'intubation et le réglage de l'évaporateur pour augmenter la concentration de gaz anesthésique délivré avec un débit de gaz frais plus faible. Ces mesures doivent être équilibrées avec un effet anesthésique adéquat et des soins sûrs aux patients. Des initiatives récentes basées sur l'industrie, telles que le système de récupération dynamique des gaz et Deltasorb, permettent de collecter et de réutiliser jusqu'à 99 % des gaz anesthésiques. 8 Dans les centres chirurgicaux de l'UPMC, les cliniciens sont fortement encouragés à suivre les directives de l'American Society of Anesthesiologists pour réduire l'utilisation des gaz anesthésiques, tandis que les codes du bâtiment et le personnel de maintenance assurent le bon entretien des systèmes d'administration de gaz anesthésique et des systèmes de ventilation.

                        

La gestion des déchets          

La gestion des déchets est une responsabilité essentielle de tous les hôpitaux. Les efforts en faveur d'une gestion verte des déchets de salle d'opération peuvent être généralement classés en diminuant la quantité de déchets de salle d'opération et en classant correctement les déchets de salle d'opération en déchets généraux (non contaminés) ou en déchets médicaux réglementés (RMW), qui doivent être traités par stérilisation, incinération ou les deux avant d'être sûrs. disposition. Jusqu'à 75 % des fournitures utilisées dans la salle d'opération sont recyclables, principalement constituées d'articles tels que des serviettes de salle d'opération bleues, des emballages en polypropylène, des contenants en plastique stériles, des masques et des tubulures à oxygène et des bouteilles en plastique. Les dispositifs à usage unique représentent également une part importante des déchets du bloc opératoire. Les initiatives visant à réutiliser et à recycler des dispositifs tels que les instruments laparoscopiques, les brassards de tensiomètre, les agrafeuses, les fixateurs externes, la cautérisation, les fraises et les lames de scie peuvent potentiellement faire économiser au système de santé américain 150 millions de dollars par an, tout en maintenant l'efficacité et en réduisant considérablement l'impact écologique.  Des collaborations avec des entreprises de technologie médicale ou de recyclage peuvent faciliter ces processus. Des mesures simples pour promouvoir une bonne classification des déchets de bloc opératoire peuvent également avoir des effets significatifs. Par exemple, Wormer et al décrit une initiative axée sur l'éducation qui a entraîné une diminution de 75 % du RMW et des économies annuelles de 60 000 $. Ils ont également constaté que le passage à un rembourrage en gel réutilisable au lieu de rembourrages en mousse permet d'économiser près de 50 000 $ par année. 5

                        

L'augmentation de la RMW entraîne une augmentation des coûts de traitement et une augmentation des rejets de polluants ; néanmoins, on estime que 50 % à 85 % des déchets non contaminés sont rejetés de manière inappropriée en tant que MRW. Une étude de l'UPMC a révélé que la fermeture de toutes les poubelles RMW avant l'entrée du patient au bloc opératoire et l'élimination des déchets liés à l'anesthésie dans des poubelles standard pourraient permettre une réduction annuelle potentielle de 13 800 kg de RMW. D'autres méthodes utilisées par l'UPMC incluent le recyclage, par lequel les articles à usage unique sont stérilisés et réutilisés, et le retraitement, par lequel les articles ouverts et inutilisés sont expédiés vers d'autres pays pour être utilisés, afin de réduire la production de déchets. De plus, l'UPMC autoclave tous les RMW en interne avant d'envoyer les déchets en décharge pour une élimination définitive. Ce procédé réduit théoriquement l'impact environnemental des RMW en diminuant l'énergie nécessaire pour transporter ces déchets de l'hôpital à l'intermédiaire et enfin à la décharge. Cependant, les avantages économiques et écologiques quantitatifs de cette méthode n'ont pas été élucidés.

                        

Directions futures

                        

Comme souligné tout au long de ce Point de vue, de nombreux groupes ont cherché à faire avancer l'industrie de la santé dans la salle d'opération en réduisant la consommation d'énergie, la réduction de la production de déchets et le recyclage ou le retraitement d'articles à usage unique. Des mesures apparemment simples peuvent avoir des effets dramatiques. Les changements les plus faciles à mettre en œuvre incluent probablement des changements culturels au niveau de l'établissement, tels que le remplacement des lampes halogènes par des lampes à LED, la formation des employés sur l'élimination appropriée des déchets et la réduction des déchets en général, ainsi que la garantie que les anesthésistes sont conscients de l'utilisation d'anesthésiques sûrs mais respectueux de l'environnement. consommation de gaz. Le prochain niveau de changements verts (en difficulté de mise en œuvre et en vigueur) peut inclure des partenariats d'entreprise entre les hôpitaux et les entreprises qui retraitent les articles à usage unique ou capturent et recyclent les gaz anesthésiques.

                        

Bien que les politiques futures spécifiques soient discutables, les déductions fiscales telles que celles de la loi sur la politique énergétique de 2005 et le plan d'action climatique 2021 du ministère de la Santé et des Services sociaux fournissent des exemples du rôle que le gouvernement peut jouer dans ce processus. En fin de compte, le changement climatique est un problème urgent qui nécessite un effort systémique concerté dans lequel la contribution de l'industrie des soins de santé a fait défaut. Nous espérons que ce point de vue met en évidence des pistes d'amélioration et inspire un changement actif au sein de la salle d'opération et de l'industrie en général.

 Acte2 : le bloc suite

GREENING THE Operative Room 
Design and implement strategies that reduce energy use, supply costs, and waste generated in the operating room.

Les salles d'opération peuvent entraîner des économies de coûts et des améliorations de l'efficacité des grands établissements grâce à des pratiques intelligentes, progressives et durables. Plus important encore, il est possible d'apporter ces changements tout en maintenant non seulement des soins de qualité aux patients, mais également en soutenant la santé du personnel et de l'environnement.

Bien qu'elles ne représentent qu'un infime pourcentage de l'empreinte physique totale d'un hôpital, les salles d'opération ont un impact énorme sur les budgets des hôpitaux. Les blocs opératoires, en moyenne :

  • Générez jusqu'à 60 % des revenus d'un hôpital
  • Sont responsables de 40 à 60 % des coûts totaux d'approvisionnement de l'organisation
  • Produire plus de 30 % des déchets d'un établissement et les deux tiers de ses déchets médicaux réglementés
  • Peut consommer trois à six fois plus d'énergie par pied carré que n'importe où ailleurs dans l'installation

Malgré une analyse de rentabilisation solide, l'un des plus grands défis pour verdir la salle d'opération peut être de convaincre les équipes chirurgicales, qui s'appuient sur des données empiriques et des cohérences dans la structure et le processus, d'envisager des changements dans leurs pratiques respectives. Pratique Les hôpitaux membres de Greenhealth ont appris que les données, la communication et la collaboration entre les disciplines sont essentielles au succès, en particulier en milieu chirurgical.

GOR.Infographic.2021

Pratique Greenhealth offre des ressources pour aider les membres à développer des cadres proactifs pour entreprendre des stratégies d'écologisation de la salle d'opération. Notre objectif est de fournir des ressources étape par étape qui simplifient la conception, la mise en œuvre et la mesure du succès des efforts visant à réduire la consommation d'énergie, les coûts d'approvisionnement et les déchets générés dans la salle d'opération.

Lorsque vous avez besoin de plus que des ressources, laissez-nous devenir une extension de votre équipe pour déployer Accelerate Change: Greening the OR™ Quickstart ,  un engagement stratégique qui élabore un plan pour une mise en œuvre rapide de la boîte à outils Greening the OR™ de Practice Greenhealth et prépare votre établissement pour adoption rapide et « victoires » reconnaissables.

La Cleveland Clinic a économisé plus de 4 millions de dollars en 2017 grâce aux stratégies Greening the OR de Practice Greenhealth. Les petits hôpitaux peuvent également en bénéficier, économisant des centaines de milliers de dollars grâce à des programmes similaires. 

prix d'excellence environnementale

Les  Prix d'excellence environnementale  sont le premier programme national de reconnaissance de la performance environnementale dans le secteur des soins de santé. Les prix Circle of Excellence récompensent les hôpitaux qui ont non seulement remporté un prix pour leurs réalisations en matière de développement durable, mais qui ont également été identifiés comme les programmes les mieux notés pour chaque catégorie de développement durable.

Le Greening the OR Circle reconnaît le leadership dans la mise en œuvre et l'innovation dans le service de chirurgie. Un certain nombre de pratiques dans la salle d'opération ont été évaluées pour ce prix, notamment : la réduction des déchets médicaux et le recyclage des plastiques cliniques, la reformulation des kits de salle d'opération, le retraitement des dispositifs médicaux, l'utilisation de cas de stérilisation réutilisables et les pratiques d'anesthésie durables ainsi que d'autres programmes innovants dans leur fonctionnement. 

Acte 3 : Décarbonons la Santé avec le SHIFT PROJECT
Jean-Marc Jancovici est le président du think tank The Shift Project.

https://theshiftproject.org/fonctionnement/

The Shift Project est un think tank qui oeuvre en faveur d’une économie libérée de la contrainte carbone. Association loi 1901 d’intérêt général et guidée par l’exigence de la rigueur scientifique, notre mission est d’éclairer et influencer le débat sur la transition énergétique, en France et en Europe.
Un objectif : progresser vers une économie libérée de la contrainte carbone, gage de stabilité et donc de prospérité.
Un crédo : en démocratie, aucune grande ambition ne peut se concrétiser si la totalité du milieu économique s’y oppose. Pour tout changement souhaitable pour la collectivité, il faut donc convaincre une partie des acteurs économiques influents que ce changement servira leur propre intérêt de moyen terme. Nous avons l’ambition de parvenir à rassembler ces acteurs.
Une cible première : les décideurs des milieux économiques.
Un point de départ : des constats documentés, conformes à l’état de l’art de la connaissance scientifique, et établis en lien avec les experts du domaine.
Une valeur ajoutée : des propositions pragmatiques mais ambitieuses pour enclencher la transition vers une économie post-carbone.
Un élément distinctif : une équipe dirigeante issue du monde de l’entreprise, mais disposant d’une forte expérience dans le monde associatif et public



SHIFT1
SHIFT2SHIFT3SHIFT4SHIFT5SHIFT6SHIFT7
SHIFT9SCHIFT
Documents  : 

https://theshiftproject.org/article/decarbonons-la-sante-rapport-intermediaire-shift/
https://theshiftproject.org/wp-content/uploads/2021/06/PTEF_Decarbonons-la-sante-pour-soigner-durablement_RI_Juin-2021.vf_.pdf

A lire 



B017JIVKSQ.01. SCLZZZZZZZ SX500
Commentaire

Comme on peut le voire et le lire, la Santé est une source importante de polluants en tout genre. La décarbonation de la santé pour soigner durablement est donc un objectif de santé à prendre en compte. En fait chaque profession est concernbé par la décarbonation, car nous avons toures et toius une empreinte carbone conséquente. Si on se situe au niveui de la planète, c'est une véritable bombe à retardement.Si nous nous engageons dans cette voie et ile faut cela va entraunrer des révolutions au niveau de tous les métiers, de l'agriculture, des systèmes de soins, de l'alimentation etc. L'industrie va devoir modifier ses pratiques, les énergies alternatives devront pendre le pouvoir, notre mobilité va âtre affectée, la productivité aussi etc. Lutter contre la pollution, avoir prise sur le climat, c'est un big bang non pas pour demain mais dès maintenant tant la situation s'aggrave chaque seconde.  Rappelez vous que "Le monde déteste le changement, c'est pourtant la seule chose qui lui a permis de progresser " Charles F. Kettering.  il faut donc "changer le monde " comme le suggère JM Jancovici.

Au delà de ce qui peut être fait dans un bloc opératoire et qu'il faut faire, le monde doit changer de paradigme, plus simplement il doit changer de logiciel. 

Alors pourquoi croit-on toujours que la science – même la plus folle – trouvera une solution ? Qu’on pourra dompter le climat ?

Parce que ça occulte ce qu’il est impératif de faire. Et qui est très simple :  il faut réduire les émissions. Laisser dans le sous-sol le pétrole et le charbon restant. Mais ça, ça implique de changer de monde, d’économie, de mode de consommation, de déplacement.

Et ce défi là n’est pas celui de la science. C’est celui de la société !
Qui peut compter sur la science pour l’aider, mais pas le faire à sa place ! I


Il y a des illusions qui sont dangereuses.

Statistiques : Aujourd'hui 111 - Hier 875 - Cette semaine 1728 - Ce mois-ci 12052 - Total 533464