Les propos qui sont tenus ici n’engagent que leur auteur. Les textes sont actualisés régulièrement et corrigés en cas d'erreur. Bonne visite

Changement Climatique by NEJM : Call to Action !

le le . .

iconographie : Call to Action !

"Je pense sincèrement que la pollution de la planète ce n'est pas aussi grave qu'on le dit... C'est beaucoup plus grave qu'on le dit. "
Philippe Geluck
 
Préambule 

560x315 maxnewsworldfive517493

Christophe Cassou, climatologiue, membre du GIEC sur France Inter : Selon lui, "il y a une seule solution" pour éviter que les canicules précoces ne deviennent la norme : une réduction "immédiate" des émissions de gaz à effet de serre."



"De fortes chaleurs sont attendues partout en France à partir de ce mercredi 15 juin et certainement jusqu'à la fin de semaine. "On parle d'évènement rare en termes d'intensité, d'exceptionnel dans la précocité", explique Christophe Cassou, climatologue et co-auteur du 6ème rapport du GIEC."

"On voit bien l'effet du changement climatique. Ces évènements extrêmes sont liés de manière très robuste à l'élévation de la température sur la planète. Les évènements extrêmes aujourd'hui sont plus fréquents, plus intenses, durent plus longtemps et surtout leur saisonnalité est changée", poursuit-il.

Il ajoute que ces canicules, "en particulier celles qui commencent tôt", vont avoir "des impacts plus importants" notamment sur l'agriculture : "la fin du printemps, c'est la saison où la végétation a besoin le plus d'eau et a besoin le moins de chaleur

A écouter
https://www.radiofrance.fr/franceinter/podcasts/l-invite-de-7h50/l-invite-de-7h50-du-mercredi-15-juin-2022-9020557


Fossil-Fuel Pollution and Climate Change — A New NEJM Group Series

Caren G. Solomon, M.D., M.P.H., Renee N. Salas, M.D., M.P.H., Debra Malina, Ph.D., Chana A. Sacks, M.D., M.P.H., C. Corey Hardin, M.D., Ph.D., Edward Prewitt, M.P.P., Thomas H. Lee, M.D., and Eric J. Rubin, M.D., Ph.D.N Engl J Med 2022 ; 386:2328-2329
DOI : 10.1056/NEJMe2206300, https://www.nejm.org/doi/full/10.1056/NEJMe2206300
Pollution par les combustibles fossiles et changement climatique - Une nouvelle série du groupe NEJM


En septembre 2021, le New England Journal of Medicine et plus de 200 autres revues de santé dans le monde ont publié un éditorial conjoint appelant à une action urgente pour limiter les émissions de gaz à effet de serre afin de protéger la santé humaine,
  s'ajoutant aux demandes croissantes du monde entier. 

Pourtant, 9 mois plus tard, les émissions mondiales de gaz à effet de serre - principalement dues à la combustion de combustibles fossiles - continuent d'augmenter alors que les réponses requises sont débattues ou ignorées. Aux États-Unis, le pays qui a historiquement les émissions cumulées les plus importantes et qui est le plus grand producteur de pétrole et de gaz, les émissions de gaz à effet de serre reviennent rapidement aux niveaux prépandémiques et croissent plus rapidement que l'économie américaine. 

630x354 100 300 000000x30x0

Pendant ce temps, les récentes promesses américaines de décarboner rapidement sont incompatibles avec les politiques et pratiques actuelles, notamment la délivrance de nouveaux permis de location pour le forage de combustibles fossiles et la poursuite de la construction de nouveaux pipelines, qui bloquent les émissions futures et leurs effets nocifs sur la santé.

La température mondiale moyenne est maintenant supérieure de 1,1 °C aux niveaux préindustriels. Le rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat des Nations Unies publié plus tôt cette année avertit que les émissions de gaz à effet de serre doivent commencer à diminuer d'ici 2025 et chuter de 43 % par rapport aux niveaux actuels d'ici 2030 si nous voulons limiter le réchauffement à 1,5 °C, le climat "idéal"  objectif de l'Accord de Paris. 

L'humanité dispose des outils nécessaires pour commencer à réduire substantiellement ses émissions au cours des 3 prochaines années ; les progrès technologiques ont rendu l'énergie solaire et éolienne largement disponible et souvent moins chère que les combustibles fossiles, surtout si les gouvernements cessent de subventionner les combustibles fossiles.

 Le principal obstacle à une transition équitable loin du charbon, du pétrole et du gaz naturel est le manque de volonté politique, soutenu par l'influence de l'industrie des combustibles fossiles. 

Pourquoi les combustibles fossiles sont-ils un problème pour la médecine et, en particulier, pour les revues médicales ? Leur extraction et leur utilisation sont à l'origine de la pollution de l'air et du changement climatique. Chaque année, on estime que 8,7 millions de personnes dans le monde meurent à cause de la pollution atmosphérique particulaire générée par les combustibles fossiles,  et le nombre total de décès attribuables au changement climatique n'est même pas connu. La pollution de l'air et le changement climatique causent et exacerbent également une myriade de problèmes de santé, notamment les maladies liées à la chaleur, les maladies cardiovasculaires et respiratoires, les allergies, les maladies à transmission vectorielle, les complications de la grossesse et les troubles de santé mentale. 

Bien que presque tout le monde soit touché dans une certaine mesure, les conséquences sur la santé sont réparties de manière inéquitable. En raison de l'injustice économique et du racisme systémique, les communautés à faible revenu et certains groupes raciaux et ethniques subissent souvent les plus grands préjudices, bien qu'ils contribuent le moins aux émissions de gaz à effet de serre et à la pollution.
 

En tant que soignants, nous devons être des leaders dans l'amélioration de ces problèmes.

Le changement climatique perturbe également de plus en plus les infrastructures, l'énergie et les chaînes d'approvisionnement du secteur de la santé, en particulier lors d'événements à intensité climatique tels que les incendies de forêt, les inondations et les ouragans. Dans une récente enquête NEJM Catalyst Innovations in Care Delivery auprès de près de 800 leaders mondiaux des soins de santé, 70 % des répondants américains ont indiqué que le changement climatique affecte déjà la prestation des soins. 7 Pourtant, moins d'un quart des répondants ont indiqué que leurs organisations avaient évalué leurs propres risques liés au climat.

Bien que les publications du groupe NEJM couvrent déjà les conséquences sanitaires du changement climatique et de la pollution de l'air (voir la page thématique sur le changement climatique, à l' adresse https://www.nejm.org/climate-change), nous redoublons d'engagement face à l'urgence croissante. 

Nous lançons un effort plus large en commençant par des articles dans chacune de nos revues - le New England Journal of Medicine , NEJM Evidence et NEJM Catalyst Innovations in Care Delivery - abordant différents aspects de ce défi sans précédent. Dans les numéros publiés aujourd'hui, Perera et Nadeau examinent les conséquences et les réponses pour la santé des enfants ( New England Journal of Medicine ), Keswani et al. aborder les effets néfastes de la pollution de l'air sur la santé ( NEJM Evidence ), Heinzerling analyse les ramifications d'une affaire de la Cour suprême contre l'Environmental Protection Agency (New England Journal of Medicine ), 10 et Patel et al. décrivent les implications de la chaleur accablante pour le système de soins de santé ( NEJM Catalyst Innovations in Care Delivery ). 

Tout au long de 2022, nous publierons chaque mois au moins un article dans une revue du groupe NEJM concernant les dommages pour la santé liés aux combustibles fossiles et planifierons par la suite une couverture continue du contenu connexe. Pour impliquer davantage les stagiaires et les éducateurs, notre site Web Resident  ( https://resident360.nejm.org/.) lance, coïncidant avec la publication des premiers articles de la série, une discussion sur l'intégration d'une lentille climatique dans la formation médicale. Pendant ce temps, nos revues accueillent les soumissions pour cette série, en particulier, mais sans s'y limiter, les recherches originales de haute qualité.

Cette série est conforme à notre mission principale qui consiste à doter les médecins et les stagiaires des connaissances et des outils nécessaires pour pratiquer au 21e siècle. Les principaux objectifs sont d'informer les cliniciens et les administrateurs du système de santé des conséquences de l'extraction et de l'utilisation des combustibles fossiles qui affectent de plus en plus nos patients et nos systèmes de prestation de soins et de fournir des informations sur les stratégies efficaces pour réduire les risques associés. 

Nous espérons que ces articles clarifieront les rôles complémentaires des secteurs médical et de la santé publique dans la résolution de cette crise et, en identifiant les lacunes dans les connaissances, stimuleront la recherche pour guider l'élaboration de politiques d'adaptation et d'atténuation équitables.

En tant que membres de la communauté médicale et de la prestation de soins, nos lecteurs sont idéalement placés pour réduire les conséquences dévastatrices du changement climatique et de la pollution de l'air en instaurant des pratiques et en préconisant des politiques qui favorisent la santé et l'équité. 

La santé de nos patients et de notre monde exige notre engagement.

Commentaire

Belles paroles, voeux pieux , non, le changement climatique est une réalité. La pollution entraîne des dégâts majeurs pour la Santé, pour l'ensemble de la planète. AGIR est une URGENCE non négociable. AGIR VITE, est-ce possible ? Les articles qui sont publiés en rafale sur ce sujet ne font pas vraiment avancer les choses. Tout le monde est conscient de l'URGENCE CLIMATIQUE. Mais que faire, quels sont les projets à mettre en oeuvre le plus rapidement ?  Comment ? Où ? ......autant de questions sans réelles réponses.

Le problème du Climat c'est comme la guerre en Ukraine, on y assiste, du fond de notre fauteuil devant la TV. Un aveu d'impuissace réeelle. Supprimer les énergies fossiles, oui mais cela va prendre beaucoup de temps. Supprimer les gaz à effet de serre, OUI.....quelle est la bonne solution ? La meilleure solution ?  le comprtement de chaque individu esdt un début de solution comme le préconise le GIEC.....

Le texte du NEJM part d'une bonne volonté mais c'est aussu un "texte alibi" comme la plupart des textes sur le CLIMAT et la POLLUTION. Il faut du CONCRET ! 


A lire : 
https://medvasc.info/1122-pollution
https://medvasc.info/1680-ecologie-et-sant%C3%A9
https://medvasc.info/1640-la-pollution-du-discours-sur-la-sant%C3%A9

Rapport GIEC 2022 : https://www.greenly.earth/blog-fr/rapport-du-giec-2022-enjeux-et-conclusions-du-dernier-volet?utm_term=&utm_campaign=perf-max-fr&utm_source=google&utm_medium=cpc&utm_content=&gclid=CjwKCAjwqauVBhBGEiwAXOepkfbxiCvDjgTNxjuZ1ttTIUixkmCPFoA2x8XeSemvvnn5tk5xoP7uFxoC1fIQAvD_BwE


Suite aux conclusions des deux premiers volets, cette troisième partie du sixième rapport du GIEC apporte des solutions techniques, sociales et technologiques pour réduire les émissions de CO2. Voici les principaux champs d’action pour diminuer les émissions de 27 à 43 % en 2030 et de 63 à 84 % en 2050....à lire......
......En réponse à la question « Comment le monde peut se passer d’une partie de l’énergie aujourd’hui produite ? », le GIEC met tous ses espoirs dans la sobriété. Considéré comme l’une des solutions majeures, ce concept ne fait pas l’unanimité au sein des États membres. Prometteuses en matière de réduction d’émissions de CO2, ces mesures de décarbonation sont moins attractives au niveau politique.
......
Afin d’éviter la catastrophe climatique, il devient essentiel de faire appel aux technologies pour éliminer les émissions de CO2 dans l’atmosphère. En effet, les puits de carbone naturels ne sont plus suffisants (forêts et océans).

Responsable de 22 % des émissions mondiales, l’agriculture peut réduire ses émissions, mais également capter celles des autres secteurs. En effet, le GIEC indique que la préservation des écosystèmes (forêts, marais côtiers, savanes, prairies et tourbières), une meilleure gestion des cultures et des élevages, ainsi qu’un régime alimentaire pauvre en viande permettraient de réduire considérablement les émissions.

Par ailleurs, avec 6 % des émissions mondiales, le BTP va subir quelques changements de taille. Les experts climat misent sur l’électrification, la réduction de la consommation énergétique et l’augmentation des dispositifs de captation de CO2. Ces derniers permettent de contrebalancer les émissions résiduelles grâce à des puits naturels de carbone et des solutions artificielles.

C’est un fait, le monde n’est pas prêt pour lutter contre le réchauffement climatique.

En proposant pour la première fois des solutions comportementales, ce nouveau rapport du GIEC souhaite accélérer la prise de conscience face à l’urgence climatique. Le GIEC partage ainsi une véritable feuille de route comprenant des mesures immédiates pour que notre planète reste habitable.

Statistiques : Aujourd'hui 855 - Hier 805 - Cette semaine 855 - Ce mois-ci 3084 - Total 500775