Les propos qui sont tenus ici n’engagent que leur auteur. Les textes sont actualisés régulièrement et corrigés en cas d'erreur. Bonne visite

Renouveler l'air !

le le . .

J'ai voulu m'aérer l'esprit, le vent a emporté mes idées. Mazouz Hacène

Transmission aérienne à longue distance du SRAS-CoV-2 : examen systématique rapide

BMJ 2022 ; 377 doi : https://doi.org/10.1136/bmj-2021-068743 (Publié le 29 juin 2022)
Citer ceci comme suit : BMJ 2022;377:e068743
 
bmjair
Cette revue systématique rapide a trouvé des preuves suggérant que la transmission aérienne à longue distance du SRAS-CoV-2 pourrait se produire dans des environnements intérieurs tels que les restaurants, les lieux de travail et les lieux de chorale, et a identifié des facteurs tels qu'un remplacement insuffisant de l'air qui a probablement contribué à la transmission. Ces résultats renforcent la nécessité de mesures d'atténuation dans les environnements intérieurs, en particulier l'utilisation d'une ventilation adéquate.

Il est temps de révolutionner l'air intérieur
Airborne SARS-CoV-2
Time for an indoor air revolution

Stephanie J Dancer 
, microbiologiste consultante,  BMJ 2022;377:o1408
https://www.bmj.com/content/bmj/377/bmj.o1408.full.pdf

Rappel : Les 4 modes de transmission du virus SRAS-CoV-2
La projection de gouttelettes aéroportées
Le contact physique direct
Le contact indirect
Les aérosols

Le débat sur le mode exact de transmission du SRAS-CoV-2 a été intense.  Ceci est tout à fait raisonnable, étant donné que le mécanisme de propagation détermine les politiques préventives et potentiellement salvatrices. Mais le choix entre un aérosol respiratoire ou une gouttelette s'est posé sur des gouttelettes à courte portée, qui contournaient parfaitement tout risque en dehors de la zone légendaire de 2 m. Ce choix a donné lieu à la distanciation sociale, à l'hygiène des mains et des surfaces et au port de masques, mais pas à une amélioration de la qualité de l'air intérieur.

Et donc le débat couve, comme Duval et ses collègues (doi : 10.1136/bmj-2021-068743 ) rapportent de leur revue systématique liée soutenant le rôle de la transmission aérienne longue distance du SARS-CoV-2. L'examen a examiné les événements de transmission du covid-19 dans une variété de contextes communautaires intérieurs allant des installations de conditionnement physique, des bureaux, des bus et des restaurants aux salles de chorale et à une église, mais pas aux hôpitaux, aux hospices ou aux maisons de soins. L'inclusion des éclosions dans les foyers de soins pourrait avoir renforcé les résultats globaux, ainsi que des études plus récentes détaillant les grappes nosocomiales parmi les travailleurs de la santé vaccinés. 

La sélection des études était, par nécessité, quelque peu labile, car toute épidémie laissant supposer la moindre possibilité de contact ou de transmission par fomite aurait été exclue. Cela pourrait expliquer l'omission d'épidémies communautaires notables, y compris celles où le virus s'est presque certainement propagé à travers les systèmes d'assainissement dans les immeubles de grande hauteur. Cette voie de transmission opportuniste rappelle la célèbre épidémie de SRAS-1 d'Amoy Gardens à Hong Kong.

Le SRAS-CoV-2 survit dans les matières fécales, l'urine et les eaux usées, et la transmission des aérosols par les drains sanitaires interconnectés (tout comme pour le SRAS-1) doit être explorée plus avant.La propagation virale dans les toilettes peut ne pas figurer dans la littérature, mais cela ne signifie pas que le risque doit être ignoré. Les aérosols fécaux pourraient avoir joué un rôle important dans la transmission pendant la pandémie de covid-19, d'autant plus que la diarrhée est fréquente chez les patients infectés et que l'excrétion virale persiste dans les selles malgré les résultats négatifs des échantillons respiratoires.

On peut soutenir que l'examen de Duval et ses collègues aurait également dû mentionner des études faisant état de la transmission par aérosol du SRAS-CoV-2 entre les animaux.  Étant donné que des études similaires sur l'homme n'obtiendraient jamais une approbation éthique, ces enquêtes - qui soutiennent pratiquement toutes la propagation des aérosols sur de longues distances, imitent habilement les travaux originaux sur la transmission de la tuberculose du début des années 1960. Ce travail a finalement été accepté par la communauté scientifique comme preuve de la transmission aérienne de la tuberculose chez l'homme, malgré le fait que Mycobacterium tuberculosisn'a jamais été cultivé avec succès à partir de l'air. On espère que le SRAS-CoV-2 et sa propension à la transmission aérienne seront acceptés un peu plus rapidement qu'ils ne l'étaient pour la tuberculose. La grippe devra peut-être attendre. 

Bien sûr, certains affirment que se fier aux événements d'observation est une science médiocre. Mais il existe clairement un rôle pour l'épidémiologie détaillée dans les épidémies respiratoires, simplement parce qu'elle fournit une validation empirique que la transmission par aérosol se produit, et se produit en fait de manière extensive.  Comme Duval et ses collègues le supposent, il est nécessaire d'élaborer un nouveau cadre pour la synthèse des preuves des enquêtes, soit plus d'un siècle de travaux épidémiologiques détaillés identifiant la cause des épidémies et suivant la propagation d'agents pathogènes notables doivent être ignorés. Après tout, qui choisirait d'habiter l'environnement « témoin » dans un essai randomisé examinant l'effet protecteur de l'air frais lors d'une épidémie de grippe ? Il est louable de rechercher des preuves scientifiques solides, mais lorsqu'une maladie se propage si rapidement, nous ne devrions vraiment pas avoir à attendre des preuves aléatoires qui pourraient ne jamais se matérialiser. 

Juste au moment où le monde se réveillait face à une pandémie, un petit groupe de scientifiques déterminés (dont cet auteur) a lancé un appel pour que l'on considère la propagation par voie aérienne.  Leurs conseils ont été sommairement rejetés.  Et ainsi le groupe – comme les pionniers de la transmission de la tuberculose – « a fourni un ingrédient que les scientifiques mentionnent rarement : une mission pour convaincre les non-croyants ». 

Maintenant, les preuves présentées dans l'examen de Duval et ses collègues, aussi ténues soient-elles, valident l'hypothèse selon laquelle de minuscules particules respiratoires contenant le SRAS-CoV-2 se transmettent librement dans des environnements insuffisamment ventilés. 

Que ce petit groupe de scientifiques ait (presque) gagné son argument est une maigre consolation pour ceux qui subissent encore les effets du covid-19. Mais grâce à la persévérance et à l'augmentation des preuves indépendantes, une meilleure qualité de l'air intérieur peut être envisagée pour tout le monde à l'avenir.  On espère que les responsables de la santé publique élaboreront des conseils pratiques et « orienteront » les personnes et les lieux vers la sécurité. L'heure est effectivement à la révolution de l'air intérieur., ce message n'est pas nouveau, mais est-il suivi partout notamment dans les écoles, lycés ..????

Un article paru le 1 Juillet 2022 dans Sciences Avenir  "montre qu' après 20 minutes dans les airs, le virus perd 90% de son pouvoir infectieux. Pour éviter l’infection, même après 20 minutes, il faut aérer. Mais attention,-90% d’infectiosité ne signifie pas qu’après un bon quart d’heure, le risque d’attraper le Covid-19 à partir d’une atmosphère viciée est évité. "Les gouttelettes peuvent parcourir plusieurs mètres en quelques secondes, et 10% pourraient encore être plus que suffisants pour infecter les gens", tempère Allen Haddrell. D’autant que l’infectiosité du virus peut être partiellement restaurée lorsque la quantité de CO2 augmente dans la pièce, et réinfuse lentement dans les gouttelettes, comme les chercheurs l’ont d’ailleurs vérifié dans leurs expériences. “Lorsque la teneur en CO2 de l'air est augmentée, la stabilité du virus en phase aérosol est accrue. Cela suggère que les salles bondées augmentent la probabilité de transmission en augmentant la quantité de virus dans l'air, mais aussi en rendant l'air lui même moins dangereux pour le virus”, conclut Allen Haddrell.

Ces travaux sont une nouvelle fois la preuve qu’une aération régulière et un contrôle du taux de CO2 dans les salles fermées sont une arme efficace contre le Covid-19."

https://www.sciencesetavenir.fr/fondamental/biologie-cellulaire/covid-19-apres
-20-minutes-le-virus-perd-90-de-son-pouvoir-infectieux_164725

 113295149 airborne transmission 640 3x nc

https://jamanetwork.com/journals/jamainternalmedicine/article-abstract/2770172
TRANS1TRANSM2


viggen35 aeration appliquer les consignes sanitaires 1605685899
ARERER et TAUX de CO2 < 600 PPM 


Appareils mesure co2 dioxyde de carbone nateosante 350x267

https://www.nateosante.com/fr/produits/appareils-de-mesure/appareils-de-mesure-co2/


A lire
https://medvasc.info/1217-propagation


 

 

 
 

Statistiques : Aujourd'hui 41 - Hier 875 - Cette semaine 1658 - Ce mois-ci 11982 - Total 533394