Les propos qui sont tenus ici n’engagent que leur auteur. Les textes sont actualisés régulièrement et corrigés en cas d'erreur. Bonne visite

Discours du 28 Avril : le 11 ,Mais......

Écrit par Jean Pierre LAROCHE le .

"une douzaine d’huîtres un citron un pain un rayon de soleil une lame de fond six musiciens une porte avec son paillasson un monsieur décoré de la légion d'honneur un autre raton laveur...." Inventaire à la Prévert 

VERTU : Force morale avec laquelle l'être humain tend au bien, s'applique à suivre la règle, la loi morale , telle fut la conclusion du discours à l'assemblée Nationale ce jour.  Edouard Philippe a terminé son discours en faisant allusion à la VERTU mais celle des Romains qui associent rectitude (discipline) , honneteté et courage, ce dont nous aurons besoin pour sortir de cette situation ...."inconfortable". "Relacher les gestes barrières le virus repart, etre plus strict sur le confinement, le pays s'écroule, ligne de crêtes sur laquelle on est en équilibre instable."

Ce discours d'annonces étaient attendus, ce qui est normal, l'autorité politique décide après de multiples conciliabules avec les uns et les autres.

La crainte du Premier Ministre et il a raison c'est l'écroulement de notre pays notamment sur le plan économique, il faut donc le remettre au travail pas à pas.


Donc le 11 Mai le déconfinement va commencer OUI......MAI !  au niveau des écoles, au niveau de nos déplacements qui se feront  sans autorisation sauf pour les déplacements de plus de 100 km.


Les magasins ré ouvriront,
sauf des grandes surface de plus de 40 000 m²

Pour les restaurants et le cafés il faudra attendre le 2 Juin......en principe
EWwne8oXkAAqi9Z
Nos mouvements se feront selon que votre département soit ROUGE ou VERT à partir du 7 mai.  Rouge virus très présent Vert virus peu présent. Nous aurons la carte des départements ainsi coloriée chaque soir. Trois critères pour définir la situation  ROUGE :  la circulation du virus reste active, les capacités hospitalières en réanimation restent tendues, systéme local de tests et de détections des cas contacts pas prêts. VERT...tous va bien

- Le tracking pas au programme encore, nécessité de faire voter une loi....on aisément  comprend pourquoi, mi_s en place "brigades d'alerte", à définir, le plus importntant le CIVISME de chacun et non la DELATION à tout prix.

On peut ajouter à cette inventaire à la Prévert : 
- 700.000 tests par semaine à partir du 11 mai, les personnes testées positives seront invitées à s’isoler chez elle ou à l'hôtel.La triade "Protéger, tester, isoler" est le base de le lutte contre le virus, en théorie !!!!!
 Assez de masques à partir du 11 mai, là encore OUI.....MAI ! . Le port sera notamment obligatoire dans les transports publics et pour les professionnels de la petite enfance, ainsi que pour les élèves à partir du collège. 
- Pas d’événements regroupant plus de 5000 participants avant septembre. La saison 2019-2020 des sports professionnels, notamment de football, ne pourra reprendre. Cinémas, théâtres, grands musées et salles de concert resteront fermés mais les petits lieux culturels p
ourront réouvrir à partir du 2 Juin

Quelque soient les lieux, les moyens de transports etc, les mesures barrières sont toujours d'actualité et même encore plus, est-ce que cela sera possible et effectif dans les bus, le métro, le train? 

Une fois de plus on sent dans la bouche du Premier Ministre une hésitation quant au port du masque, compréhensible car on manque de masques mais incompréhensible sur le fond, parce que quand on en aura, le risque c'est qu'ils ne soient pas portés quand il le faudra, à force de dire ça ne sert à rien, ça convainc une partie de la population.
 
On perçoit un Premier Ministre au bout du rouleau, toujours dans un indicible flou, c'est vrai que GILETS JAUNES puis COVID-19 ,ça use énormément. Il fait le job (jusqu'à quand?)  Il a terminé son discours par quelques pics bien senties notamment sur les commenteurs. " j'ai été frappé depuis le début de cette crise par le nombre de commentateurs ayant une vision parfaitement claire de ce qu'il aurait fallu faire selon eux à chaque instant, la modernité les a souvent  fait passer du café du commerce aux plateaux TV, les courbes d'audience y gagnent, ce que la convivialité des bistros y perd (ils sont fermé en plus....) et je ne crois pas que cela grandisse le débat publique"  J'approuve totalement sans réserve ces remarques mais tout cela Vertu + Bistrot  et le reste ne font pas un grand discours car derrière il n'y a pas de troupes prêtent à bondir, quant au chef ? Je tombe dans le commentaire, mais il n'est pas interdit de penser ! 
D'un côté Jupiter préche à la manière d'un  Curé et de l'autre le Premier Ministre prêche comme un Pasteur........c'est vrai que ça stimule ! 

Source : le 11,Mai..... 
@laprovence, 29/04/2020
#1MASQUEPOURTOUS, c'est maintenant !...et NON le 11 Mais..........

COVID-19 : une lueur d'espoir, le TOCILIZUMAB

Écrit par Jean Pierre LAROCHE le .

"Les médecins administrent des médicaments dont ils savent très peu, à des malades dont ils savent moins, pour guérir des maladies dont ils ne savent rien" Voltaire

Le tocilizumab , c'est quoi ?
P
roduit le plus intéressant dans les formes avec détresse respiratoire. C’est un anticorps monoclonal (de synthèse donc) dirigé contre les récepteurs à l’interleukine 6 (IL6). L’IL6 est une cytokine, c’est-à-dire une substance élaborée par le système immunitaire qui intervient dans l’inflammation (K Boulslama) .lololololPremiers résultats de l'essai randomisé contrôlé ouvert CORIMUNO-TOCI. Chez les patients avec pneumonie COVID-19, on pense qu'un "orage cytokinique" d'origine immunologique conduit à l'insuffisance respiratoire aigüe et au décès. Le tolilizumab est utlisée pour diminuer la "tempête inflammatoire " et de réduire le passage à une forme plus grvce de l'affection, voire à réduire le passage en réanimation. La plateforme CORIMUNO-19 a été conçue et rapidement mise sur pied pour permettre de tester l'efficacité et la tolérance de divers médicaments immuno-modulateurs et d'autres traitements chez les patients adultes avec infection COVID 19 sévère, grâce à une série d'essais randomisés contrôlés multicentriques, qui ont débuté le 27 mars 2020. Ces premiers résultats concernent un essai randomisé contrôlé ouvert multicentrique du tocilizumab, un anticorps monoclonal qui bloque le récepteur de la cytokine interleukine-6, et qui est utilisé notamment dans le traitement de la polyarthrite rhumatoïde sont encourageants.(https://www.aphp.fr/actualite/covid-19-le-tocilizumab-ameliore-significativement-le-pronostic-des-patients-avec) .Article et tous les résultats  en cours de publication pour en savoir plus (mise en ligne dès publication).

L'essai a reçu un financement du Programme Hospitalier de Recherche Clinique du Ministère de la Santé, un financement d'amorçage du réseau REACTing/INSERM via la Fondation pour la Recherche Médicale, Paris, France, et un financement de la Fondation AP-HP pour la recherche, Paris, France. Le tocilizumab ainsi que 4 000 kits de dosage Elecsys d’interluekine 6 ont été fournis sans conditions par le laboratoire Roche, qui n'a été impliqué ni dans la conception de l'essai, la collection des données, l'analyse, l'interprétation, l'écriture du manuscript ni dans la gouvernance de l'essai
 
A noter que cet essai thérapeutique a été réalisé dans les règles de "bonne conduite " des essais thérapeutiques et rapidement, je ne ferai pas plus de commentaires si ce n'est que ce qui n'est pas possible à Marseille, l'est à Paris ! 
 
Indications actuelles du tocilzumab : il est utilisé dans la prise en charge de : arthrites juvéniles idiopathiques systémiques, polyarthrites rhumatoïdes.Le tocilizumab fait l'objet d'essais thérapeutiques  dans l’artérite à cellules géantes (maladie de Horton), maladie inflammatoire artérielle. AMM dans cette  indication en 2018 

Nom commercial :   RoActemra®  , ACTEMRA® aux USA
roactemra
Coût :  Le coût actuel du tocilizumab est d’environ 800 € par injection, un prix élevé mais bien moindre que celui d’une journée d’hospitalisation dans un service de réanimation.

Caratéristiques du produit https://ec.europa.eu/health/documents/community-register/2020/20200401147710/anx_147710_fr.pdf

Enfin un traitement prometteur : la prochaine étape déterminer les meilleurs indications d'utilisation dans le COVID-19, indications, contre indications effets secondaires, surveillance

Vue le contexte actuel, j'insiste sur un point majeur, un essai thérapeutique "dans les règles" , Bravo à l'APHP.

L'avis d'un expert signé : Pr JF Schved Prodesseur en Hématologie et Transfusion, Faculté de Médecine de Montpellier, Tocilizumab, au-delà de l'effet d'annonce 

Le 27 avril ; l’APHP (Hôpitaux de Paris) se fendait d’un communiqué de presse sur une étude utilisant le tocilizumab dans l’infection à Covid-19.

« Les patients ont été sélectionnés sur la base d'une hospitalisation pour pneumonie COVID-19 moyenne ou sévère, mais ne nécessitant pas de réanimation au moment de l'admission. Le critère de jugement primaire était la combinaison du besoin de ventilation (mécanique ou non invasive) ou du décès à J14.Au total, 129 patients ont été randomisés : 65 pour traitement habituel + tocilizumab et 64 pour le traitement habituel. Le critère de jugement principal a été atteint chez une proportion significativement plus faible de patients dans le bras tocilizumab. »

 

Deux types de réaction dans le public qui interprète, avec les médias, la dernière phrase, scientifiquement indiscutable mais totalement incompréhensible pour un non initié : d’un côté, les optimistes « on a trouvé un traitement efficace pour le Covid 19 » d’un autre côté les complotistes « on a bloqué les essais sur la chloroquine qui ne coûte rien pour favoriser ce médicament à …big pharma etc… »

 

Quelques commentaires

1 - l’équipe qui a géré cet essai est une équipe rompue aux essais cliniques, de très haut niveau et la méthodologie paraît excellente, même s’il faudra la publication définitive pour juger

2 - le travail n’est pas original dans la mesure où ce médicament, le tocilizumab (Roactemra®) qui est un anti-récepteur à l’IL6 a été testé par les chinois, et surtout fait l’objet de 4 autres essais, deux en Italie, un au Danemark et un en Chine. Nous ne disposons d’aucun résultat sur ces essais.

3 – Il existe un autre médicament le sarilumab (Kevzara®) basé sur le même principe (anti-récepteur à l’IL6), à l’essai dans quatre études cliniques (France, deux aux USA, un au Canada), résultats non publiés à ce jour.

4 - les investigateurs de cet essai et l’APHP se sont dépêchés de communiquer les résultats par voie de grande presse pour être les premiers à la faire. Il est impossible à l’heure actuelle de juger ce travail, non publié, donc non évalué par la communauté scientifique sur les critères habituels : sélection des patients, objectifs, résultats, sachant qu’il s’agit d’une série assez courte (65 patients dans chaque bras).

Disons, au risque de déplaire que l’on fait de la communication Raoult avec un travail sérieux et c’est dommage : comment utiliser cette information ? En particulier peut-on dès maintenant traiter tous les patients avec pneumonie Covid par tocilizumab ?

La réponse est Non : Il faut valider ces résultats, donc attendre la publication pour savoir quelle population de malade exactement pourrait en bénéficier, quelles sont les contre-indications et quelles sont les possibilités de production du (des) laboratoires.

A ce jour et en attente de la publication, on peut considérer

- que ce traitement ne s’adressera pas aux patients ayant pas ou peu de symptômes (85%) chez lesquels il n’a pas été testés (et à 800 euros le traitement, quel système de santé tiendrait le choc ?) 

- que ce traitement ne s’adressera pas non plus aux malades graves qui ont été exclus de l’essai tocilizumab et sont maintenant exclus des essais sarilumab. Dans cette population, ces traitements sont inefficaces voire dangereux. La mortalité chez ces patients en réanimation reste élevée ( 30 à 50%)

Conclusion : espoir thérapeutique indiscutable reposant sur des bases physiopathologiques solides, s’adressant à un nombre limité de patients et aux résultats clamé prématurément par des médecins, industriels et administratifs impatients.

#1MASQUEPOURTOUS

 

COVID-19 : les molécules testées, état des lieux

Écrit par Jean Pierre LAROCHE le .

Voici la liste des principales molécules testées actuellement contre le  COVID-19 . 

"L'esprit c'est comme un parachute : s'il reste fermé, on s'écrase." Franck Zappa

momolp
Rappel : toutes ces molécules ont déjà des indications, elles sont connues et prescrites.Le COVID-19 est une affection virale, il était donc logique de tester les médicaments existants qui sont soient des anti viraux, soit des anti inflammatoires puissants. De plus la plupart de ces médicaments sont utilisés au quotidien dans leurs indications spécifiques, on connaît donc leur mode d'utilisation, les effets secondaires potentiels et la manière de les surveiller.On ne part pas l'aventure.
Essais thérapeutiques , principes fondamentaux : 3 phases, c'est une machine lourde car elle concerne des êtres humains

Remarque
: Durant tout le développement d’un médicament, la balance entre les bénéfices et les risques est constamment évaluée. Cette évaluation est d’abord réalisée en amont du lancement de l’essai, à partir des données préalablement acquises. Et elle l’est aussi au terme de l’essai : il faut alors déterminer si le médicament produit suffisamment de résultats positifs pour justifier sa mise sur le marché. Quant aux molécules déjà commercialisées pour un autre usage thérapeutique, elles doivent confirmer les bénéfices qu’elles peuvent apporter, pour ne pas exposer inutilement les patients à de potentiels effets indésirables : c’est ce que l’essai Discovery pour le COVID-19 cherche à établir par le biais d’un essai randomisé, en procédant à une répartition aléatoire de différents traitements.


Sources : 

 
https://www.e-cancer.fr/Comprendre-prevenir-depister/Comprendre-la-recherche/A-quoi-sert-la-recherche/Les-essais-cliniques
https://theconversation.com/essais-cliniques-en-situation-de-pandemie-quelles-sont-les-regles-133730
 
Pré requis : l'autorisation du patient (consentement éclairé)  pour toutes les essais thérapeutiques

- Les essais de phase I
 
ont pour objectif d'évaluer la tolérance de l’organisme et la toxicité d’un tout nouveau traitement (c’est-à-dire l’ensemble des effets indésirables liés à son administration). Le but est de déterminer la dose recommandée pour l’administration de ce nouveau traitement. Le traitement évalué est donné à un petit nombre de malades (10 à 40). Pour le COVID - 19 ce n'est pas le cas car les molécules testées sont déjà utilisées et connues

- Les essais de phase II
précisent l’activité clinique ou pharmacologique d'un traitement à la dose recommandée à l’issue de la phase I. Ils nécessitent en général l'inclusion de 40 à 80 malades. Pour le COVID - 19 ce n'est pas le cas car les molécules testées sont déjà utilisées et connues mais adapatation posologique vraisemblable

- Les essais de phase III sont des essais comparatifs . Ils permettent de comparer le nouveau traitement avec le traitement utilisé habituellement, dit "traitement de référence" ou "traitement standard", afin de déterminer son efficacité. Deux groupes de patients sont constitués par tirage au sort (randomisation), de manière à constituer des groupes homogènes et comparables (âge, sexe, caractéristiques de la maladie…) : l'un recevra le traitement de référence (dans ce cas le traitement classique de réanimation) , l'autre le nouveau traitement  plus le traitement classique, ou un placebo .Dans certains cas, les patients ne sauront pas quel est le traitement reçu (traitement de référence ou nouveau traitement). On parle d’essai en aveugle. Il est dit "en double aveugle" lorsque ni le patient, ni le personnel soignant ne savent quel traitement est donné. Ce n'est donc pas le médecin qui décide de l'attribution de l'un ou l'autre des traitements à son patient.  Quelque soit l'approche la comparaison est le princeps de base de tous les essais thérapeutiques, nul ne peut s'y soustraire.... comparer à rien c'est l'assurance de ne rien, trouver ni prouver...... sauf le parachute qui n'a pas fait l'objet d'un essai en double aveugle .....mais si ça vous dit, n'hésitez pas!

Ces essais nécessitent normalement l'inclusion d'un grand nombre de patients (plusieurs centaines ou milliers) pour établir une différence entre les traitements, mais face à l'urgence du COVID-19 ce n'est pas possible Pour ces essais ,les statisticiens calculent le nombre de patients à inclure pour avoir un résultat significatif. Lorsque l'on teste une nouvelle moécule, tout ce processus prend 10 ans. Dans le cas de l'urgence c'est évidemment impossible. Mais faire les choses "à l'envers" : NON, car alors on ne sait pas où on va, c'est imposible à évaluer. Nous parlons de traitements "lourds" sur un patient en détresse, qui peut décéder , il ne faut pas faire n'importe quoi, même si on est .......the best of the world, justement on montre le très bon exemple....à moins que je n'ai rien compris depuis le début, "à l'insu de mon plein gré".

#1MASQUEPOURTOUS, ça vous protège et ça protège les autres 

Distanciation sociale le 11 Mai : à l'école (made in China)

Écrit par Jean Pierre LAROCHE le .

 
SOURCE : Pr . B Dautzenberg , @parissanstabac
EWkzqkbXQAECQXDEWkzqkcXYAE88f8
 
 














Toujours faire référence au passé, on ne ré invente pas les choses à l'infini.......

La photo est de Eileen Chengyin Chow
@chowleen Merci à elle ! 謝謝你的這張美麗的照片

#1MASQUEPOURTOUS à l'école 

Rappel : la GRIPPE ESPAGNOLE

Écrit par Jean Pierre LAROCHE le .

La pandémie grippale de 1918, dite « grippe espagnole », est due à une souche (H1N1) particulièrement virulente et contagieuse qui s'est répandue de 1918 à 1919. Elle prit le nom de « grippe espagnole » car l'Espagne – non impliquée dans la Première Guerre mondiale – fut le seul pays à publier librement les informations relatives à cette épidémie.

Cette pandémie a fait de 20 à 50 millions de morts selon l'Institut Pasteur, et peut-être jusqu'à 100 millions selon certaines réévaluations récentes, soit 2,5 à 5 % de la population mondiale.

A cette éposque les masques n'ont fait aucun débat, portés par toute la population, et en cas de manquement  la prison!!!!!

masque esp 2masque llll

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo source : Dr I Gueroult (Avignon)

#1MASQUEPOURTOUS en 1918 et en 2020

COVID-19 : le noeud du problème l'ACE2

Écrit par Jean Pierre LAROCHE le .

"Quel génie : 100 idées par jour; 99 de bonnes et une qui fiche toutes les autres en l'air !".....c'est un peu ce que l'ont vit aujourd'hui avec le COVID-19. 
Richard LEWY

« La connaissance s'acquiert par l'expérience, tout le reste n'est que de l'information. » Albert Einstein

L'enzyme de conversion de l'angiotensine 2, ou ACE2
(de l'anglais Angiotensin-Converting Enzyme 2), est une enzyme liée à la face externe des membranes plasmiques de cellules du poumon, des artères, du cœur, du rein et de l'appareil digestif mais aussi l'endothélium vasculaire. Ce dernier est présent dans les vaisseaux. Le SARS-CoV-2 infecte l'être humain en se fixant sur ACE2. Or l'ACE2 est présent pratiquement partout.

Ceci explique le caractère ubiquitaire du COVID-19, nul organe n'est épargné, ce qui fait de lui comme nous l'avons déjà signalé une bombe à fragmentation.Lorsque l’endothélium vasculaire dysfonctionne, le risque de micro-thrombose et de vasoconstriction augmente en particulier au niveau cardiaque (risque d’infarctus),pulmonaire (risque d’insuffisance respiratoire), rénal (risque d’insuffisance rénale), digestif (risque d’infarctus mésentérique), cérébral (accident vasculaire cérébrall) , réalisant une atteinte vasculaire pluri focale, une véritable "panartérite". On comprend alors que la survenue d'embolie pulmonaire et de thrombose veineuse profonde puissent faire partie du tableau clinique en cas de phase évoluée en réanimation, lors d'une charge virale maximale, les micro thromboses sont aussi présentes. Les complications cardio vasculaires représentent une menace majeur du COVID-19.Ceci explique que le diabète, l'HTA, l'intoxication tabagique fassent partie des facteurs pronostiques de gravité.Quelque soient les traitements utilisés en cas de COVID-19, la participation thrombotique est un des éléments à prendre en considération. Les anticoagulants et notamment l'Héparine ou les Héparines de Bas Poids Moléculaires ont une place en prévention et pour le traitement de la thrombose.La médecine vasculaire a un rôle a jouer comme la cardiologie,l'avenir nous le montrera.Face au COVID-19 seule une synergie entre toutes les spécialités permettra de vaincre ce virus.
scheme sars cov 2
SOURCES : 

Distanciation sociale le 11 Mai : restaurant

Écrit par Jean Pierre LAROCHE le .

Source : @le_Parisien

En arrivant et en sortant du restaurant : #1MASQUEPOURTOUS

Statistiques : Aujourd'hui 217 - Hier 1030 - Cette semaine 217 - Ce mois-ci 6365 - Total 726024