Les propos qui sont tenus ici n’engagent que leur auteur. Les textes sont actualisés régulièrement et corrigés en cas d'erreur. Bonne visite

FRANCE COVID-19 ALLEMAGNE

Écrit par Jean Pierre LAROCHE le .

"Les prédictions pour la semaine qui vient. Poisson : vendredi est votre jour. Taureau : évitez les voyages en Espagne. Cancer : faites un dépistage. Balance : essayez de perdre du poids" Geluck.

Deux pays amis  si proches avec un passé commun, et qui appréhendent le COVID-19 de manière tout à fait opposées, deux stratégies bien différentes. L'Allemagne a basé son action contre le COVID-19 sur le DEPISTAGE , c'est la clé de voute de leur gestion de la crise. C'est l'Institut Robert-Koch                  ( équivalent Institut Pasteur) qui est à l'origine de ce choix. Ce dépistage peut se faire partout : hôpital, clinique, laboratoires, cabinet médical et dans votre voiture ! 500 000 tests / semaine et ce depuis le mois de Janvier (700 000 depuis peu, Avril). Les tests ciblent principalement deux catégories de personnes : celles qui présentent des symptômes de la maladie (même bénins) et toutes celles qui ont été en contact avec des malades.
Test positif = confinement (https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/coronavirus-pourquoi-l-allemagne-semble-t-elle-mieux-gerer-l-epidemie-que-la-france_3894519.html#xtor=CS2-765-[autres]-). "Le fait que l'on identifie autant de personnes infectées nous permet de limiter leurs contacts, donc de limiter le nombre de morts", explique le professeur Thomas Schulz, médecin à l'institut de virologie de Hanovre (Allemagne), interrogé par franceinfo.Mais tout n'est pas rose en Allemagne : population vieillisante, manque de personnel mais budget recherche supérieur à la France, enfin plus de lits de réanimation et de respirateurs. Pour l'instant la stratégie allemande de dépistage semble payante , beaucoup moins de décès qu'en France , l'avenir nous dira rapidement quelle est ou aurait été la meilleure solution. Taux de mortalité en Allemagne actuellement 1.5% contre 7.5% en France par arpport aux cas rencensés, ce dessin de Gorce (les indégivrables) explique l'essentiel.
EWHQk8TXQAAVk2u
Lisez l'article de France-Info , il est très complet. Ce que je retiendrai  c'est que l'Allemagne a suivi la Corée du Sud pour le dépistage , cette dernière a vu la courbe des décès s'infléchir significativement. Je pense que le dépistage est nécessaire et qu'il devrait se faire à une grande échelle en France si j'ai bien compris. En tant que médecin c'est logique de dépister la population mais avec des tests faciles à metre en oeuve, peu couteux et surtout fiables comme c'est logique de porter un masque...Mais çà c'est une autre hiostoire (#1MASQUEPOURTOUS) 

ALGUNA COSA DESORDENADA AQUESTA PRIMAVERA DEL 2020.

Écrit par Jean Pierre LAROCHE le .

« Il suffit parfois de se séparer pour être ensemble » Robert Sabatier. « J’ai appris que le courage n’est pas l’absence de peur mais la capacité à la vaincre » Nelson Mandela.

INVITEE du jour  : Dr Joelle Laffont, Médecin Vasculaire, Toulouse,
Illustration Fresque de Raymond Moretti

Oui quelque chose « déconne » forcément ce printemps 2020. Troisième semaine de confinement ! Le matin arrive plus tôt. Forcément ce dernier week-end de mars nous avons changé d’heure et gagné une heure soi-disant, mais le temps s’en fout : il s’est arrêté voilà trois semaines sur un mot, un seul « confinement ». L’ennemi avance pervers silencieux. Pour lui faire face on se masque : jeu de dupes ! Pour se protéger, protéger nos familles, nos plus petits et nos anciens si fragiles mais tellement mémoire de nos vies, il faut rester chez soi. Terminées les fêtes de famille, les virées, les pots au coin du zinc, les ballades le nez au vent, les réunions festives ou de travail ! Les rues sont vides, les écoles désertées, les magasins fermés : mince plus de shopping, plus de coiffeur mais à quoi allons-nous ressembler après ? L’économie s’endort pour longtemps. Un bon point le pétrole baisse mais tout le monde s’en fout les voitures rongent leur frein au garage et les radars dépriment. Les jardins s’ennuient : finis les cris et douces cavalcades des enfants. Les jeunes étudient et jouent en ligne, regardent Netflix, échangent sur les réseaux pour garder leurs amis présents - au moins virtuellement. Les jours se ressemblent. Alors il faut trouver à s’occuper, meubler ce temps ensemble : on recommence à lire, à jouer en famille, à apprendre une nouvelle façon de communiquer. Autour de nous les gens, inconnus ou proches, tombent malades. Les hôpitaux se remplissent vite trop vite et le virus « couronné » poursuit sa course. Celles et ceux qui veillent sur la vie, la santé sont là au front, font leur maximum même au prix de la vie : ils sont applaudis le soir aux balcons. Ils aimeraient tant que pour leur faciliter leur quotidien, chacun respecte ces trois mots « Restez chez vous ». Et l’on prend conscience de l’importance de la santé, de l'imbrication de ce monde qui s’est d’un coup arrêté. Nous sommes en avril 2020. L’inquiétude est bien présente. Alors oui j’ai peur, sentiment trop humain : peur de ne pas être à la hauteur de ce que l’on attendra de moi, peur de ne plus revoir des êtres chers qui se seront absentés ou parce que je me serai absentée, peur de devoir faire des choix douloureux, peur d’aller au front casque troué, balles à blanc et sans gilet pare-balles. Cependant autour de nous les fleurs commencent à fleurir, les feuilles poussent, les arbres mettent les bourgeons les fruits ne sont pas loin. Le soleil nous réchauffe plus souvent. Les oiseaux chantent, c’est vrai on les entend mieux. Les hirondelles ne devraient pas tarder. Les animaux se réapproprient nos cités : des cerfs ont été vus dans les rues de Nara (Japon), les moutons et sangliers en Italie, un puma dans celles de Santiago du Chili, des sangliers à Barcelone ; chez nous les canards vont faire un tour à la Comédie Française dans une capitale débarrassée des particules fines, les dauphins peuvent évoluer peinards dans les calanques. Aux jardins l’herbe reverdit et pousse sans entraves, il va falloir y aller, nous en avons le temps. Car le printemps est là. Il ne sait pas qu’un virus menace.
Malgré le virus, l'inquiétude et la mort, parce que le printemps ne sait pas il nous apprend le pouvoir de la vie. Nous avons changé d’heure ce dernier week-end, nous en ressentirons moins les effets car confinés pour la plupart nous avons eu du temps pour récupérer et nous serons fins prêts pour le retour à la vie normale d’avant. « Normale » le sera-t-elle vraiment ? Retournerons à la vie d’avant ? Oui surement tant le pouvoir de l’oubli est puissant. Cependant pourrions-nous en garder leçon, revoir nos valeurs, préserver ce qui nous est précieux et qui nous a peut-être tant manqué pendant ces journées, dire à celles et ceux qui nous sont chers que nous les aimons simplement. Pourrions-nous faire que cette nouvelle langue « être solidaires » ne soit pas feu de paille. Le jour de la libération arrivera : sans masques sans gants, dans les rues, les jardins au bord des plages, très émus surement, les yeux vaguement mouillés, nous pourrons à nouveau nous tenir enlacés, nous embrasser car c’est quand même bien çà aussi. Et l’été sera là. Rendez-vous à toutes et tous.

Amitiés. Yo el 2020 04 03


149 Pays COVID-19 +

Écrit par Jean Pierre LAROCHE le .

"Le monde entier est un théâtre, Et tous, hommes et femmes, n'en sont que les acteurs. Et notre vie durant nous jouons plusieurs rôles".
William Shakespeare

Le MONDE c'est 197 pays (ONU) , 149 (ou 170, les chiffres varient)  sont infectés par le virus, pandémie mondiale. Mais la prise en charge de la pandémie est très différente d'un pays à l'autre, elle s'explique  par  un niveau de civilisation différent, un contexte économique différent et géo poplitique différents, un context religieux différent des revenus différents, un contexte social différent, des systémes politiques différents, de systémes de santé et d'accès au soins différents, de coutumes différentes, efin nous appartenons à des civilisations diffétrentes et chaque pays a son histoire et son caractère. Relisez "Tristes Tropiques " de Claude Levi Straus.« la nouveauté du livre s'oppose à un ressassement, elle répond au besoin de valeurs plus larges, plus poétiques, telles que l'horreur et la tendresse à l'échelle de l'histoire et de l'univers, nous arrache à la pauvreté de nos rues et de nos immeubles»Georges Bataille.

C'est à cet instant qu'il faut  regarder ces 149 pays , et prendre conscience car ce n'est pas évident pour tout le monde en France de la chance que l'on a : un systéme de santé vaillant et efficace, un accès soins faciles et non côuteux pour l'assuré social (75 000 $ pour un séjour en réanimation  COVID-19 aux USA si vous n'avez pas de couverture sociale) , des indemnités de chomage qui n'existent pas partout etc. Il ne s'agit pas de crier cocorico, mais il s'agit d'une prise de conscience que chacune et chacun doit avoir aujourd'hui. C'est dans la  situation actuelle que l'on mesure avantages et inconvénients. Il y a des pays qui font mieux que nous, oui et d'autres moins bien oui.  Il faut arrêter de vouloir TOUT CRITIQUER, TOUT REVENDIQUER et surtout n'importe quoi, TOUT REMETTRE en QUESTION, FAIRE des SI à souhaits. Il faut gérer une situation que nul n'avait anticipé dans aucun pays, oui il y a a eu quelques anticipations sur une éventuelle pandémie il y a 10 à 15 ans mais si on  en faisait d'autres aujourd'hui dans n'importe quel domaine qui agirait ? 

Alors rien n'est parfait, chaque pays a ses polémiques et nous en avons, mais continuer à polémiquer aujourd'hui c'est IRRESPONSBLE, mettez vos egos au porte-manteau, parlez vrai et non avec des vérités teintées de relants politiques abjects. Que les plus malins et les  #YAKAFOQUE se taisent, que les pessimistes deviennent réalistes. Vos querelles nous embrouillent le cerveau comme me l'a dit encore hier un patient . Arrêter de nous déstabiliser, ne parlez que lorsque vous en êtes sûr, soyez plein d'HUMILITE, DOUTEZ avec raison, n'avancez pas des affirmations fausses ou des PEUT-ETRE insipides.Il n' y a qu'une chose importante SOLIDARITE entre nous, CONFIANCE dans tous les soignants, quant aux politques remuer 98 fois votre langue dans la bouche avant de parler. Enfin que les religions s'abstiennent de revendiquer le mal ou le bien, il nous faut du CALME  et de la SERENITE pour le recueillement et l'espoir.
 

COVID-19 : synthèse clinique

Écrit par Jean Pierre LAROCHE le .

CONFINEMENT versus VIRUS

Écrit par Jean Pierre LAROCHE le .

 Le symbole d'une double lutte : CONFINEMENT / VERSUS VIRUS 

Nous sommes confrontés dans tous les pays à 2 impératifs absolus : un confinement efficace donc suivi et le confinement du virus jusqu'à son extermination. Police d'un côté, Professionnels de santé de l'autre.Les deux sont difficiles mais à priori c'est le maintien du confinement bien que difficile est efficace. De l'autre côté ce virus nous le connaissons de mieux en mieux mais on a l'impression qu'il le sait car chaque jour une publication (sérieuse) nous apprend autre chose sur son compte. Pré de 80 molécules différentes ont été testées sans un succès retentissant.Mais les médecins n'ont pas dit leur dernier mot, il faut les soutenir, il faut y croire. Attention aux sorciers improvisés qui se délectent en proposant des breuvages en tout genre, qui peuvent s'avérer dangreux et qui sont très couteux et non goutteux.

Ne vous laisser pas séduire par les sorcières et les sorciers improvisés en tout genre.
t
#RESTEZCHEZVOUS, #QUEDATEENCAS, #SOGGIORNEACASA,  #STAYATHOME   #ZU HAUSEBLEIBEN

 


EV JZqWXQAAofbT

Peur, Bêtise, Ignorance

Écrit par Jean Pierre LAROCHE le .

"L'ignorance mène à la peur, la peur mène à la haine et la haine conduit à la violence. Voilà l'équation. "Averroes

«Pour reconnaître que l’on n’est pas intelligent, il faudrait l’être » Georges Brassens

De plus en plus, des professionnels de santé se retrouvent mis à la porte de leur appartement : la raison,vous allez contaminer tout l'immeuble, vous apportez la mort. On se retrouve au moyen-âge où les pestiférés étaient reclus (confinement dèjà) à l'écart des villages, voire brûlés sur le bucher de la délivrance et du salut. Pourquoi ? Est ce que ce sont des personnes fondamentalement mauvaises, le plus souvent non. Mais 3 facteurs qui lorqu'ils sont conjugués expliquent cette manière de faire si tenté qu'elle soit explicable.
- La PEUR : on en a déjà parlé précedemment, cette peur indicible est la porte ouverte à tous les excès , j'ai peur, je me protège à tout prix et le plus souvent n'importe comment , la peur devinet incontrolable.
- La BÊTISE : c 'est le manque d'intelligence ou de jugement , c'est la stupidité compléte
- L'IGNORANCE : c'est évident mais l'ignorance de la vérité est souvent la croyance en des fausses vérités
Si vous associez ces trois facteurs de risque de la bêtise humaine , vous allez trouver les motivations de conduites abjectes et inexcusables mais bien réelles malheureusement en 2021....retour vers le pasé !
Ces 3 mots c'est le #PeurIgnoranceBêtise  de la connerie.
La résultante de la PEUR  + la BETISE + l'IGNORANCE amènent à la HAINE
Quel est le remède ?
lducation mais souvent c'est trop tard, des explications simples et non les infos en continue plus que stressantes et déstabilisantes, des réunions au sein du quartier, un appel à l'aide d'un membre de la famille qui peut raisonner des propriétaires apeurés et ignorants et finalement pour les plus récalcitrants et les plus méchants (pour ne pas dire plus)  d'entre eux des sanctions pénales.

On n’envoie pas les soldats au combat sans leur donner des casques. !

Écrit par Jean Pierre LAROCHE le .

« Si nous avons dit que les masques étaient inutiles, c'était pour obliger les Français à apprendre à se laver les mains ........». Anonyme

Comme vous le savez je suis un incondionnel du masque pour tous , une lettre adressée à Olivier VERAN par 4 personnalités relance le débat . Claude Got, professeur de médecine, Catherine Hill, épidémiologiste, Michel Parigot, chercheur en mathématiques au CNRS, président du Comité anti-amiante Jussieu, Chantal Perrichon, présidente de la Ligue contre la violence routière, appellent le gouvernement  « à organiser la production de masques ». Et appellent à « tester et isoler les personnes contaminées » par le coronavirus.

Extrait :  : On n’envoie pas les soldats au combat sans leur donner des casques. Faute de disposer d’un nombre suffisant de masques, la position du gouvernement et de la direction générale de la santé a été de dire qu’ils ne servaient à rien en dehors de l’équipement des personnels hospitaliers. Ceci est faux. Ils protègent doublement : ils évitent à ceux qui sont porteurs du virus (souvent sans le savoir) de le transmettre et évitent à ceux qui ne le sont pas de le récupérer. Les pays du sud-est asiatique arrivent à maîtriser l’épidémie sans confinement et le port généralisé du masque est un des éléments de leur stratégie etça marche . http://www.leparisien.fr/societe/sante/il-faut-generaliser-le-port-des-masques-l-appel-de-personnalites-a-olivier-veran-20-03-2020-8284488.php

 

Alors il faut se préparer à porter correctement un masque : mode d'emploi OMS) 

* Avant de mettre un masque, se laver les mains avec une solution hydroalcoolique ou à l’eau et au savon

* Appliquer le masque de façon à recouvrir le nez et la bouche et veillez à l’ajuster au mieux sur votre visage

* Lorsque l’on porte un masque, éviter de le toucher; chaque fois que l’on touche un masque usagé, se laver les mains à l’aide d’une solution hydroalcoolique ou à l’eau et au savon

* Lorsqu’il s’humidifie, le remplacer par un nouveau masque et ne pas réutiliser des masques à usage unique

* Pour retirer le masque: l’enlever par derrière (ne pas toucher le devant du masque); le jeter immédiatement dans une poubelle fermée; se laver les mains avec une solution hydroalcoolique ou à l’eau et au savon

La carte des transferts de patients

Écrit par Jean Pierre LAROCHE le .

Ces transferts sont nécessaires et justifiés. Demain après la pandémie, la restructuration des hôpitaux  et la carte sanitaire "transformée" tiendront compte de cet épisode afin de ne pas le renouveler : coût, eloignemnt de la famille, mobilisation de beaucoup de personnel médical. On a pas le choix aujourd'hui, demain devra tenircompte des problèmes d'aujourd'hui. Mais c'est un sacré "Barnum" quand même.

Portrait du médecin anti COVID-19

Écrit par Jean Pierre LAROCHE le .



Et c'est pour ça que le gouvernement maintenant  adore les acteurs de santé ! 
 

Statistiques : Aujourd'hui 929 - Hier 711 - Cette semaine 5501 - Ce mois-ci 15998 - Total 242105