Les propos qui sont tenus ici n’engagent que leur auteur. Les textes sont actualisés régulièrement et corrigés en cas d'erreur. Bonne visite

Bienvenue sur le BLOG MEDVASC, c'est la guerre ?

Écrit par Jean Pierre LAROCHE le .

Qu'est-ce que le Blog MEDVASC ?

Je suis le Dr Jean Pierre Laroche , Médecin Vasculaire, exerçant en Avignon, 80 semestres d'exercice, ancien Président de nombreuses Sociétés et Associations au sein de la Médecine Vasculaire


SOUTIEN au PEUPLE UKRAINIEN

what do colors and symbols of flag of ukraine mean
" Notre âme ne peut pas mourir, la liberté ne meurt jamais."
Taras Chevtchenko (Ukraine)

Taras Hryhorovytch Chevtchenko (en ukrainien : Тара́с Григо́рович Шевче́нко), surnommé Kobzar, né le 25 février 1814 (9 mars 1814 dans le calendrier grégorien) à Moryntsi (en), gouvernement de Kiev, et mort le 26 février 1861 (10 mars 1861 dans le calendrier grégorien) à Saint-Pétersbourg (Empire russe), est un poète, peintre et humaniste ukrainien.

world thrombosis dayFJHZWzhnCa

@Echoraljpangio

Plus de 725 200 visiteurs

25 000  à 38 000 par mois

Plus de 2000 articles en ligne

Plus de 30 millions d'impression

      
" Ce qui peut être affirmé sans preuve, peut être nié sans preuve" Euclide

"L'écriture est une mémoire dans un tissu d'oubli." Eric Fottorino

"La science n'a pas de patrie parce que le savoir est le patrimoine de l'humanité, le flambeau qui éclaire le monde" Pasteur

Merci à toutes celles et à  tous ceux qui prennent le temps de visiter ce blog, confinement aidant....puis déconfinement aidant , et reconfinement .....restez PRUDENT et faites vous vacciner .

Masquez-vous ! 

C'est un blog sans filtre et pragmatique qui parle aussi bien de Médecine Vasculaire que de l'actualité (COVID-19) surtout de la COVID-19, aucun non dit, et les pieds dans le plat mais ce n'est pas obligatoire. Le partage du savoir est ma devise. J'ai en horreur celles et ceux qui murmurent à l'oreille des décideuses et décideurs. L'actualité fait aussi partie de la démarche éditoriale de ce Blog qui est à 80% médical et 20% "ailleurs" .
EWraj8gUwAEyV9a

" L'art de la guerre,c'est de soumettre l'ennemi sans combat " Sun Tzu

Aujourd'hui parlons de la guerre,notre Président a été clair nous sommes en guerre contre le COVID-19. Afin d'en savoir plus sur la guerre, une référence, "L'art de la Guerre" de SunTsu (544-496 av JC). Il faut toujours remonter à la source. Un grand principe : "dans les temps anciens les guerriers habiles commençaient par se rendre invincibles puis ils attendaient que l'ennemi fût vulnérable.

Donc nous ne sommes pas en guerre selon Sun Tsu car nous ne sommes pas invincibles (pas de traitement et pas de vaccin contre le virus), et donc très vulnérables 

Nous sommes le 18 Mars 2020 confinés pour éviter la contamination, c'est une tactique adoptée aussi par la Chine et l'Italie et on en sent au bout de quelques semaines des effets minimes mais positifs pour les Chinois et les Italiens .

Sun Tsu toujours :" Rien n’est plus difficile que l’art de la manœuvre, la difficulté en cette manière consiste à faire d’une voie tortueuse la route la plus directe et à changer la malchance en avantage". Le Général VERAN est chargé des manoeuvres. La garnison c'est l'hôpital, sous doté, c'est vrai que les Princesses de la Santé  ont tout fait depuis des années pour supprimer des lits et des moyens, deux armes importantes en cas d'atteinte virale. 

Le terme de guerre ne me semble pas le bon terme, la notion de guerre est agressive, je préfère le combat ou la lutte contre le virus, la notion de guerre s'accompagne d'un catastrophisme anxiogène subliminal.

Au total notre combat est pour l'instant inégal entre le virus et nos forces vives. Ch'en Hao insiste lorsque le général établit des plans inutiles ",chacun est fatigué". Les plans actuels ne sont pas inutiles, le confinement, une de nos armes, n'est facile pour personne mais on ne peut faire sans. Alors restons confinés, sans état d'âme, pour l'instant c'est le seul moyen d'être moins vulnérable , voire non vulnérable.C'est ainsi que nous avancerons vers l'invincibilité à terme vis à vis du virus.

Malheureusement nous ne nous soumettrons pas au virus  sans combat ......

EZaQkBbXQAAjMW9
Petit lexique illustré : 
Fiche identité COVID19 540px

 IMPORTANT : tous les articles sont mis à jour quotidiennement en fonction des nouvelles données qui nous parviennent et des éventuelles imprécisions qui me sont signalées.

Veni Vidi Vaccin

"Il est aussi raisonnable de représenter une espèce d’emprisonnement par une autre que de représenter n’importe quelle chose qui existe réellement par quelque chose qui n’existe pas". DANIEL DE FOE,  La Peste d'Albert Camus

"En additionnant des obscurités individuelles, on obtient rarement une lumière collective" H Le Tellier in "l'Anomalie"

« J’ai beau faire, tout m’intéresse ». Paul Valéry

L’histoire, c’est un conte de faits. . . »  Franck Dhumes

     #1MASQUEPOURTOUS  #JESUISVACCINE 

touscov
7b223dfaf60358a455a4e47e7a2e1957 611x378

Le Prince du Carbone

Écrit par Jean Pierre LAROCHE le .

« Nous ne pouvons pas résoudre nos problèmes avec la même pensée que nous avions quand nous les avons créés. » A.Einstein

" A chaque problème complexe il y a une réponse claire, simple...et fausse"
HL.Mencken


Article Signé : René Moretti ,"expert en management durable", Cabrières d'Avignon, Vice - Président de ReseauCEP  http://reseaucep.com 



SEQE : too big to fail ?


Je recommande l'excellente série de France 5 baptisée "Planet Killers", et notamment son épisode consacré à Cyril Astruc, baptisé "Le Prince du carbone", qui a détourné des sommes considérables en exploitant les failles du marché du carbone.

Traqué par Interpol, il coule des jours tranquilles à Tel-Aviv, dans sa villa du « quartier des CO2 », où résident en toute impunité de richissimes fraudeurs du marché du carbone.

Cette aventure révoltante quoique rocambolesque repose la question de la pertinence de l'usine à gaz (à effet de serre) que représente le Système européen d’Échange de Quotas d’Émissions de gaz à effet de serre (SEQE), qui en est à sa quatrième phase (2021-2030).

L'idée de départ, séduisante, consistait à mettre sur le marché une quantité définie de tonnes de carbone (les fameux quotas) et de diminuer cette quantité au fil des années afin d'atteindre les objectifs de réduction d'émission et in fine la neutralité carbone.

Mais, après bientôt 20 ans de "maturation", tous les secteurs ne sont pas couverts, seulement deux gaz à effet de serre (GES) sont concernés sur les 6 principaux identifiés, et le système d'allocations, malgré de multiples ajustements, est un outil complexe orienté par la peur de la délocalisation des industries les plus énergivores (carbon leakage), sans oublier les premiers pas qui ont été des fiascos permettant aux industries les plus polluantes de revendre quantité de quotas gracieusement attribués, notamment à l'occasion de la baisse d'activité liée à la crise de 2008.

On peut légitimement se poser la question de ce qu'aurait donné une simple taxe avec des aménagements ciblés (pour les particuliers notamment) et appliquée aussi aux produits importés, accompagnée d'un mécanisme de pénalité (qui existe d'ailleurs dans le SEQE) afin d'assurer une réduction effective des émissions.

Mais le SEQE est devenu un "machin" tellement énorme que la seule attitude possible est peut-être la fuite en avant. Too big to fail ?

https://lnkd.in/dXrT-N4h

Infographies

schema ets

carbboo

RIETE EXPRESS : l'âge et la MTEV récurrente

Écrit par Jean Pierre LAROCHE le .

"Nous sommes en train de vivre une période exceptionnelle de l'Histoire. On a vécu 70 ans de paix, l'espérance de vie a cru jusqu'à 80 ans, la population paysanne est passée de 75 à 2 %... Par conséquent, toutes les institutions que nous avons créées l'ont été à une époque où le monde n'était pas ce qu'il est devenu." Michel Serres

Age over 75 does not increase the risk of recurrent venous thromboembolism: Findings from the RIETE registry,
Paolo Prandoni et Coll,  RIETE
Thrombosis Research 222 (2023) 16–19
L'âge supérieur à 75 ans n'augmente pas le risque de récidive thromboembolique veineuse : résultats du registre RIETE
https://www.thrombosisresearch.com/article/S0049-3848(22)00482-0/fulltext

Lettre à l'éditeur

Monsieur le Rédacteur,

D'après les preuves actuelles, chez la plupart des patients présentant un épisode de thromboembolie veineuse (MTEV), une anticoagulation prolongée est généralement recommandée au-delà des 3 à 6 premiers mois, à condition que le risque de saignement soit suffisamment faible .

L'âge avancé est l'un des facteurs susceptibles d'augmenter le risque de complications hémorragiques (majeures).......et le risque décés

Dans un aperçu et une méta-analyse récents de 27 cohortes prospectives et d'essais cliniques randomisés, les patients âgés présentaient un risque plus élevé de complications hémorragiques majeures ou cliniquement pertinentes, même avec l'utilisation d'anticoagulants oraux directs (AOD)

Il n'est donc pas surprenant que la prolongation de l'anticoagulation au-delà des 3 à 6 premiers mois chez les patients de plus de 75 ans soit généralement déconseillée .

Cette recommandation ne peut toutefois être justifiée que si le risque de récidive de MTEV chez les patients chez qui l'anticoagulation est interrompue n'excède pas celui attendu chez les sujets plus jeunes.

A notre connaissance, aucune étude n'a abordé le risque de récidive de MTEV au-delà de 75 ans. Cette question clé reste donc sans réponse.

EDITOR1

La force de nos  observatiosn réside dans le nombre élevé de patients avec un premier épisode de MTEV qui ont été recrutés, dans la longue durée du suivi des patients et dans la documentation et l'enregistrement minutieux des récidives de MTEV. Cependant, il ne faut pas oublier que nos résultats sont issus d'un registre où les choix thérapeutiques en termes de type, d'intensité et de durée de traitement étaient laissés à la discrétion des médecins traitants. De plus, le taux de patients pris en charge par AOD était faible.

En conclusion, le risque de récidive de MTEV chez les patients âgés de plus de 75 ans ne dépasse pas celui attendu chez les individus plus jeunes. Ces résultats ont le potentiel d'éclairer la prise en charge à long terme de ces patients.....mais le risque de décés est supérieure pour les plus de 75 ans.

Rappel : 

41 DY66 yL. SY344 BO1204203200
■ si la MTEV initiale est associée à un facteur de risque majeur et non – rapidement – transitoire, comme un cancer, le risque de récidive à l’arrêt du traitement anticoagulant est très élevé, supérieur à 15 % au cours de la 1re année ;
■ à l’inverse, si la MTEV initiale est provoquée par un facteur de risque transitoire majeur, comme une chirurgie, le risque de récidive à l’arrêt du traitement anticoagulant est faible, inférieur à 3 % dans la 1re année  ;
■ entre les deux, lorsque la MTEV initiale est associée à un facteur de risque non majeur comme une affection médicale aiguë, le risque de récidive à l’arrêt du traitement anticoagulant est d’environ 5 % au cours de la 1re année  ;
■ lorsqu’aucune circonstance favorisante n’est associée à la survenue de la MTEV (MTEV idiopathique ou non provoquée), le risque cumulé de récidive à l’arrêt du traitement anticoagulant est d’environ 10 % à 1 an, de 30 % à 2 ans et de 50 % à 10 ans .

La MTEV est une maladie grave à l’origine d’une morbidité et d’une mortalité importantes. En 2004, 370 000 décès sur un ensemble de 6 pays européens ont été attribués à la MTEV, faisant de cette pathologie un problème majeur de santé publique . Cette maladie serait la troisième cause de mortalité après les maladies cardiovasculaires et le cancer.


Risque récidive (ESVS 2021) 

RECUAGERIE

Risque hémorragique
HGIETRAITME
Risque hémorragique MTEV (RMS 2012) 

RIETE SCORE HHHHRIEHGIE

 Revue Médicale Suisse – www.revmed.ch – 8 février 2012

Rappelons les acteurs du RISQ HEMORRAGIQUE

acteurs Rhemo

Commentaire

Si le risque de récidive de MTEV entre les sujets de moins et de plus 75 ans est identique, il n'en n'est pas de même du risque hémorragique, ce qui est logique. Une des réponses à cette question réside dans l'évaluation à la fois du risque de récidive et du risque hémorragique par le nouveau score PREDICT-VTE de nos amis canadiens.

Par ailleurs chez les patients l'évaluation du risque hémorragique reste un préalable nécessaire comme pour les patients < 75 ans et > 75 ans avant et pendant l'anticoagulation.

En fait après 3 à 6 mois d'anticoagulation , la prolongation de l'anticoagulation se pose en fonction de la présence ou non d'un facteur déclenchant et du risque hémorragique.  Si on admet que le risque de récidive n'est pas influencé par l'âge, le risque hémorragique lui reste au premier plan. Ce risque constant  peut être un risque léthale. Une raison de plus de se focaliser sur ce risque de manière systématique. 

Quelques vérités "indispensables" 

* La balance du bénéfice risque du traitement anticoagulant de la MTEV sont le risque de récidive et le risque hémorragique, lesquels "tuent"

* C'est dans les  30 premiers jours de l'anticoagulation que ces deux risques sont présents et perdurent
* Une TVP récidive par une TVP et une EP par une EP, consquences certaines pour la durée de l'anticoagulation

* Parmi les patients atteints d'EP symptomatique aiguë et de TVP concomitante des membres inférieurs, ceux présentant des symptômes de TVP présentaient une augmentation de la mortalité toutes causes confondues et liée à l'EP dans les 30 jours. L'évaluation des symptômes de TVP aiderait à la stratification du risque de ces patients (RIETE) 

* Le dilemne ,arrêt ou poursuite de l'anticoagulation au cours de la MTEV existe toujours, PREDICT-VTE devrait nous aider au quotidien

* Les études RENOVE et APICAT sont très attendus pour faire le point sur la place des AOD "LOW DOSE" en relais des "AOD FULL DOSE" à distance de la phase aigue.

* Les AOD font aussi saigner, probablement un peu mois que les AVK notamment au niveau cérébral mais ils font saigner

* Avant ou après 75 ans le risque de récidive semble identique, ce qui n'est pas le cas du risque d'hémorragie et du risque de mortalité, ne jamais l'oublier.

* Les futurs AntiXI(a) devraient noius faire avancer favorablement sur le risque hémorragique, mais chi pa piano, va sano



VERDICT - VTE : 

https://medvasc.info/1931-vte-predict-score
https://academic.oup.com/eurheartj/advance-article/doi/10.1093/eurheartj/ehac776/6989554?login=false






La médecine du futur

Écrit par Jean Pierre LAROCHE le .

 iconographie : IA


"Les empires du futur seront spirituels.” Winston Churchill

“Le futur a été créé pour être changé.” Paulo Coelho

"L'IA doit toujours être utilisée en médecine  comme un outil pour soutenir et améliorer la prise de décision humaine, et non la remplacer."https://chat.openai.com/chat



Médecine d'aujourd'hui  : la COMPLIANCE en question


Le suivi de l’adhésion thérapeutique
Philippe Coucke
Dans Médecine du futur (2020), pages 139 à 145

"Les patients appliquent rarement les traitements tels que prescrits ! Everett Koop, ancien chirurgien général des États-Unis sous l’administration Reagan, et administrateur de la santé publique, affirmait ironiquement : « Les médicaments ne sont pas actifs chez ces patients qui ne les prennent pas. »
Le taux d’adhésion complète au traitement est catastrophiquement bas, en particulier dans un contexte de maladies chroniques, même si elles sont graves. On estime que 90 % des patients ne suivent pas les instructions thérapeutiques à la lettre. Les conséquences personnelles et sociétales sont lourdes. D’abord, parce que cette non-adhésion réduit l’efficacité d’un traitement et augmente le risque de progression inexorable de la maladie et de ses complications. Ensuite, parce que l’évolution de la maladie et de ses complications impacte le rôle sociétal et économique de chaque individu qui tardera à reprendre une activité normale. Le non-contrôle de la maladie et l’avènement de complications dues à la progression de celle-ci coûte évidemment très cher car la prise en charge devient de plus en plus complexe. Aux USA, en matière de coût global de non-adhésion, on articule le chiffre faramineux de 524 milliards de dollars par an. Ceci représente quand même 16 % du budget annuel en matière de soins.

compliaanncce

L’adhésion thérapeutique est un processus dynamique constitué de trois phases distinctes. Dans la première phase, le patient ne prend même pas la peine d’initier le traitement. C’est le cas pour 20 à 30 % des prescription
.  La deuxième phase correspond à la mise en application du schéma adéquat de traitement. L’échec dans cette phase correspond à 15 % de non-adhésion. Le patient prend son médicament, mais il ne respecte ni le dosage, ni la fréquence, ni l’horaire. Et pour finir, 40 % des patients interrompent le traitement largement avant la durée initialement prescrite par le médecin. Ceci nous laisse donc un taux d’adhésion final d’au mieux 15 à 25 %. Comme il y a plusieurs explications pour ce phénomène, il en résulte immédiatement qu’il n’y aura pas une seule solution univoque et simple. Les meilleures solutions seront celles qui s’attaqueront simultanément à plusieurs causes.
La technologie connectée peut certainement nous venir en aide, mais elle ne sera pas la solution miracle.


https://www.cairn.info/feuilleter.php?ID_ARTICLE=MARD_COUCK_2020_01_0139

Médecine imminente
 
FmDSV5IWYAIlFLr
Comment améliorer l'adhésion des patients au traitement médical (en collaboration avec OPEN/AI / https://chat.openai.com/chat)

ChatGPT, qui suis-je ? 

"Je suis ChatGPT, un modèle de langage développé par OpenAI. Je suis une intelligence artificielle capable de comprendre et de répondre à un texte en langage naturel. J'ai été formé sur un grand ensemble de données de texte et je peux fournir des informations, répondre aux questions et répondre aux invites de manière conversationnelle. Je ne suis pas un humain, je suis un programme informatique."

"OpenAI est un organisme de recherche qui vise à développer et promouvoir une IA conviviale de manière responsable. Ils travaillent sur une variété de projets liés à l'IA, tels que le développement de nouveaux algorithmes et technologies d'IA, la conduite de recherches sur l'impact sociétal de l'IA et la promotion des meilleures pratiques pour une utilisation sûre et responsable de l'IA. Ils sont connus pour avoir développé GPT-3, un puissant modèle de génération de langage."

L'amélioration de l'observance du traitement médical par les patients est un aspect crucial des soins de santé, car elle peut conduire à de meilleurs résultats pour la santé et réduire les coûts des soins de santé.

Voici quelques stratégies qui peuvent être utilisées pour améliorer l'observance du patient :

  1. Éducation des patients : fournir aux patients des informations claires et complètes sur leur état, les options de traitement et les risques et avantages potentiels de chaque option peut les aider à prendre des décisions éclairées concernant leurs soins.

  2. Prise de décision partagée : Encourager les patients à participer activement à leurs soins, en les impliquant dans le processus de prise de décision et en les encourageant à poser des questions et à partager leurs préoccupations, peut aider à accroître leur engagement et leur engagement envers leur plan de traitement.

  3. Simplification des schémas thérapeutiques : Plus le schéma thérapeutique est simple, plus les patients seront susceptibles de l'adhérer. Ceci peut être réalisé en réduisant le nombre de pilules, en simplifiant les schémas posologiques et en utilisant des médicaments à action prolongée, le cas échéant.

  4. Impliquer la famille et les soignants : Impliquer les membres de la famille et les soignants dans les soins du patient peut aider à garantir que le patient reçoit le soutien et l'assistance dont il a besoin pour se conformer à son plan de traitement.

  5. Surveillance de l'observance : la surveillance régulière de l'adhésion d'un patient à son plan de traitement peut aider à identifier et à éliminer les obstacles à l'observance.

  6. S'attaquer aux déterminants sociaux de la santé : Les facteurs sociaux, tels que la pauvreté, la précarité, le manque d'accès au transport et les connaissances limitées en matière de santé, peuvent grandement influencer la capacité du patient à se conformer au traitement. L'évaluation et le traitement de ces déterminants sociaux sous-jacents peuvent aider à améliorer les résultats de santé globaux.

  7. Utilisation de la technologie : Il existe divers outils numériques disponibles pour aider à améliorer l'observance des patients, tels que :

  • Rappels de médicaments à l'aide d'applications de téléphonie mobile ou de SMS
  • Dispositifs de télésurveillance pour les maladies chroniques
  • Consultations virtuelles pour les rendez-vous de suivi.

Il est important de noter qu'aucune approche unique ne fonctionnera pour tous les patients et que la meilleure stratégie dépendra des besoins et des préférences de chaque patient.

870x489 mon osteo medecine etude


Médecine du futur  (en 
collaboration avec OPEN/AI,https://chat.openai.com/chat
 
Il existe de nombreux domaines de la médecine qui font actuellement l'objet de recherches et de développements qui ont le potentiel d'améliorer considérablement les soins aux patients à l'avenir. Certaines d'entre elles existent et sont utilisées.

Nous ne sommes pas dans la science-fiction mais dans la science-action.

Certains d'entre eux incluent:
  1. Médecine personnalisée : utilisation des informations génétiques pour adapter le traitement et les médicaments aux caractéristiques uniques d'un individu, telles que son ADN. Cela pourrait contribuer à améliorer l'efficacité du traitement et à réduire le risque d'effets secondaires.
    medecine personnalisee schema 724442

    http://tecfa-bio-news.blogspot.com/2019/01/medecine-personnalisee-une-formation.html

  2. Vaccins personnalisés : Avec l'émergence de l'outil d'édition de gènes CRISPR et d'autres nouvelles technologies, les chercheurs travaillent au développement de vaccins qui peuvent être adaptés au profil génétique spécifique d'un individu. Cela pourrait rendre les vaccins plus efficaces et réduire le risque d'effets secondaires.
    001 93b79z jpeg

    https://www.sciencesetavenir.fr/sante/covid-19-decryptage-de-la-liste-des-composants-du-vaccin-pfizer_150047


  3. Médecine de précision : L'utilisation de technologies de pointe telles que la génomique, la protéomique et la métabolomique pour adapter les traitements aux besoins spécifiques de chaque patient. Cela pourrait conduire à des traitements plus efficaces avec moins d'effets secondaires
    37 Médecine de précision 080620
    https://www.leem.org/100-questions/medecine-de-precision-en-quoi-accelere-t-elle-le-progres-therapeutique

  4. Intelligence artificielle et apprentissage automatique : l'utilisation d'algorithmes informatiques avancés pour analyser de grandes quantités de données médicales et faire des prédictions ou identifier des modèles qui seraient difficiles à détecter pour les humains. Cela pourrait être utilisé pour améliorer le diagnostic, la planification du traitement et le développement de médicaments.

    https://www.coe.int/fr/web/artificial-intelligence/glossary
    AI ML FR

  5. Thérapie cellulaire et génique : utilisation de la manipulation génétique et de la thérapie cellulaire pour traiter et guérir des maladies qui étaient auparavant considérées comme incurables.
    Therapie genique 1
    https://sciences-sante-longevite.com/cellules-souches-outil-de-la-medecine-regenerative-secret-de-longevite/

  6. Télémédecine : l'utilisation de la technologie pour fournir des soins médicaux à distance, ce qui pourrait accroître l'accès aux soins pour les personnes vivant dans des régions éloignées ou mal desservies.
    79 Télémédecine 080620
    https://www.leem.org/100-questions/quel-role-pour-la-telemedecine

  7. Bioprinting : l'utilisation de la technologie d'impression 3D pour créer des tissus et des organes de remplacement. Cela pourrait révolutionner le domaine de la médecine de la transplantation et a le potentiel d'aider les personnes souffrant de défaillance d'organes ou de maladies du cœur, des poumons et d'autres organes.

    Advs2797 fig 0001 mhttps://en.wikipedia.org/wiki/3D_bioprinting#/media/File:Advs2797-fig-0001-m.jpg

  8. Biotechnologie et médecine régénérative : La biotechnologie est l'un des domaines de la santé qui connaît la croissance la plus rapide et elle a le potentiel de révolutionner la façon dont nous traitons les maladies. Les chercheurs travaillent au développement de nouvelles thérapies basées sur les cellules souches, la thérapie génique et d'autres techniques biotechnologiques qui peuvent réparer ou remplacer les tissus et organes endommagés.
    induced pluripotent stem cell (iPS cell) and regenerative medicine, vector illustration
    https://www.vidal.fr/actualites/22310-medecine-regenerative-comment-passer-de-l-espoir-a-la-pratique-medicale.html
  9. Nanotechnologie : utilisation de particules extrêmement petites pour administrer des médicaments, diagnostiquer des maladies ou manipuler des cellules d'une manière que les méthodes traditionnelles ne peuvent pas.

    d612578426 97567 03 790https://www.futura-sciences.com/tech/dossiers/technologie-revolution-nanotechnologies-790/page/3/

  10. Robotique médicale : La technologie robotique est utilisée dans divers contextes médicaux, notamment la chirurgie, la réadaptation et le diagnostic. Les appareils robotiques peuvent être utilisés pour effectuer des procédures complexes avec une plus grande précision, et peuvent également être utilisés pour aider les patients à mobilité réduite ou ayant d'autres déficiences
    770706397
    https://lesrobotsfautilenavoirpeur.weebly.com/la-robotique-meacutedicale.html
  11. CRISPR : un type de technologie d'édition de gènes qui permet aux chercheurs d'éditer avec précision des parties du génome, qui pourraient être utilisées pour traiter des troubles génétiques et guérir des maladies telles que le cancer.

    maxresdefaulthttps://www.youtube.com/watch?v=qc6xgb4VXl0&ab_channel=AnimatedbiologyWitharpan

    CE QUE LE FUTUR DOIT CONSERVER 

  12. Collaboration interdisciplinaire : Encourager la collaboration entre les prestataires de soins de santé, les chercheurs et les patients pour développer des approches de soins plus holistiques et efficaces.

    INTEINTERF
  13. Médecine fondée sur des preuves : garantir que les traitements sont basés sur les meilleures preuves scientifiques disponibles et mettre à jour en permanence les protocoles de traitement à mesure que de nouvelles recherches deviennent disponibles.
    ebmpyramid


  14. Mettre l'accent sur les soins préventifs : mettre l'accent sur les mesures préventives et les changements de style de vie pour réduire le risque de maladie, plutôt que de se fier uniquement aux traitements une fois que la maladie s'est développée

    FnqLSZaXkAEwta9

Il est important de noter qu'il ne s'agit là que de quelques exemples de nombreux domaines de la médecine qui font actuellement l'objet de recherches et de développements, et qu'ils ne seront peut-être pas disponibles encore  pour les patients mais ils existent et font l'objet déjà d'études.  Il reste encore beaucoup de travail à faire avant que ces traitements puissent faire partie de la .....routine  mais demain c'est déjà le futur ! 

560x315 gettyimages 1162371622Quelque soit l'évolution de la médecine pour le futur, les médecins devront garder le respect du Serment d'Hippocrate, être à l'écoute, examiner les patients , leur parler ,avoir de la compassion, de l'éthique, de l'empathie, de la tolérance, de l'humanité, prendre soin des patients, être disponible, autant de spécificités que la "machine " n'aura jamais. Ces qualités doivent rester le socle de l'exercice médical ou la médecine disparaîtera au profit des "machines", triste futur.

FneKGjnWQAIS74S

"La théorie dominante néolibérale nous impose un réel contre lequel on ne pourrait rien : une maximisation du temps et du profit, comme objectif premier. Par conséquent, chacun tend à éprouver son isolement et à penser qu’il n’a “pas le temps” de se consacrer aux autres ; d’ailleurs qui s’intéresse à lui ? Ainsi chacun a déjà été amené à déplorer un “manque d’humanité” en politique, dans la rue, et dans nos institutions. Or malgré cela, nous continuons à considérer que “c’est comme ça”, que “c’est chacun pour soi”, que “nous n’y pouvons rien”. Pourtant ce “manque d’humanité” ressenti ne signifie-t-il pas tout simplement un manque d’attention, un manque de compassion ? Quand nous disons par exemple : “l’hôpital manque d’humanité” ne pensons-nous pas : “l’hôpital manque de compassion” ? Comment pourrions-nous faire alors pour que les institutions soient plus compassionnelles ?" http://iphilo.fr/2017/05/27/pourquoi-avons-nous-besoin-de-compassion-zona-zaric/

CE QUE LE FUTUR DOIT CONSERVER, j'insiste ...

La médecine du futur nous apportera de nombreuses innovations, c'est certain mais c'est bien et même très bien. Cependant le médecin devra conserver sont âme de médecin, le médecin prend en charge des êtres humains et nons des robots ou des choses. Il devra être vigilant à la conservation obligatoire de ce qui fait qu'il est  un médecin : écoute, compassion, éthique, tolérance , honnetêté, empathie, savoir regarder le patient, savoir l'examiner, une bonne communication, savoir aller vers les autres spécialités quand cela est nécessaire, continuer à se former très régulièrement. Tout cela, les machines si extraordinaires soient-elles ne pourront le faire. La médecine du futur va mettre à la disposition des médécins des outils prodigieux, mais ce ne seront que des outils ! 

De même qui existe un art de vivre, il existe un art d'être médecin


La contre attaque de SCIENCE et VIE 
Quelles sont les alternatives à ChatGPT ?
https://www.science-et-vie.com/cerveau-et-intelligence/intelligence-artificielle/intelligence-artificielle-alternatives-chatgpt-97885.html

Comment l'IA peut changer notre vie by @DimitriHommel, sondage

Fn8WNeDWYAErvB0
Conclusion du magnifique et et passionnant livre de Jean Emmanuel Bidault que  je vous conseille vivement....2001 Odyssée de l'espace ......avait montré la voie....

 

Couve Bibault HD

"Il y a de nombreuses raisons d’espérer en l’évolution de la médecine, à l’âge de l'IA, mais tout autant de la craindre. De nombreuses questions restent sans réponse. Il nous appartiendra donc de rester optimiste et de ne pas freiner le développement de l'IA, mais aussi de nous montrer prudents dans les processus que nous utiliserons pour l’évaluer et l’utiliser. Au-delà de cette thématique. Nous devons également veiller à ce que le développement de l'IA ne favorise pas une médecine à deux vitesses où seuls des patients, les plus aisés pourront bénéficier des toutes dernières technologies."

Dossier : Obésité et RCV

Écrit par Jean Pierre LAROCHE le .

 iconographie : Poids

“La pire indécence du XXIè siècle, c’est l’Occident obèse face au tiers-monde rachitique.” Fatou Diome
 
« Préserve ton corps, c'est ton vaisseau, ton vaisseau pour naviguer sur le fleuve de la vie. » Maxalexis

« Ce n’est pas le fait d’être aimé par quelqu’un qui guérit notre guerre civile intérieure, c’est d’être aimé par soi-même, de s’accepter, de la racine à la cime. » Placide Gaboury
 

ARTICLE 1

Lopez-Jimenez F, Almahmeed W, Bays H, Cuevas A, Di Angelantonio E, le Roux CW, Sattar N, Sun MC, Wittert G, Pinto FJ, Wilding JPH. Obesity and cardiovascular disease: mechanistic insights and management strategies. A joint position paper by the World Heart Federation and World Obesity Federation. Eur J Prev Cardiol. 2022 Dec 7;29(17):2218-2237. doi: 10.1093/eurjpc/zwac187. PMID: 36007112
Obésité et maladies cardiovasculaires : aperçus mécanistes et stratégies de gestion. Un document de position conjoint de la Fédération mondiale du cœur et de la Fédération mondiale de l'obésité
Libre d'accés


L'épidémie d'obésité en cours représente une crise mondiale de santé publique qui contribue à de mauvais résultats de santé, à une qualité de vie réduite et à plus de 2,8 millions de décès chaque année. L'obésité est récurrente, progressive et hétérogène. Elle est considérée comme une maladie chronique par la World Obesity Federation (WOF) et comme une maladie chronique par la World Heart Federation (WHF). Les personnes en surpoids/obésité sont plus à risque de morbidité et de mortalité cardiovasculaires (CV). L'augmentation de l'adiposité (graisse corporelle), en particulier la graisse viscérale/abdominale, est liée au risque CV et aux maladies CV (MCV) via de multiples mécanismes physiopathologiques directs et indirects. Le développement des maladies cardiovasculaires est entraîné, en partie, par des altérations métaboliques, endocrinologiques, immunologiques, structurelles, humorales, hémodynamiques et fonctionnelles liées à l'obésité. La nature complexe et multiforme de ces mécanismes peut être difficile à comprendre et à aborder dans la pratique clinique. Les personnes atteintes d'obésité et de maladies cardiovasculaires présentent souvent des troubles physiques ou psychologiques chroniques concomitants (multimorbidité) nécessitant des parcours de soins multidisciplinaires et une polymédication. Les preuves indiquent que la perte de poids intentionnelle (en particulier lorsqu'elle est importante) réduit le risque de MCV chez les personnes en surpoids/obésité. La perte de poids et le maintien à long terme nécessitent un engagement continu de la part de l'individu et des personnes responsables de ses soins. Cette prise de position, élaborée par la WOF et la WHF, vise à améliorer la compréhension des liens directs et indirects entre le surpoids/obésité et les maladies cardiovasculaires, les principales controverses dans ce domaine et les preuves relatives aux résultats cardiométaboliques avec les options de gestion du poids disponibles. 

zwac187ga1
Des facteurs biologiques/de style de vie entraînent une augmentation de l'adiposité, entraînant une masse grasse et une maladie de la « graisse malade ». Les altérations liées à l'obésité augmentent l'apparition de multiples complications cardiométaboliques indésirables via des mécanismes directs et indirects entraînant d'autres complications et une augmentation de la gravité des maladies cardiovasculaires. Des relations bidirectionnelles existent entre chacune de ces étapes, avec le potentiel d'inverser les complications et de réduire le risque CV grâce à une réduction efficace de la graisse corporelle.

Plan d'action de la Fédération mondiale du cœur et de la Fédération mondiale contre l'obésité pour la gestion des risques liés à l'obésité et cardiovasculaires

Le plan d'action suivant vise à aider à identifier et à réduire le risque de MCV et de mortalité liés à l'obésité. La WOF et la WHF reconnaissent la diversité des systèmes de santé à travers le monde et la mise en œuvre de ces recommandations doit être adaptée en fonction de la disponibilité des ressources et des services locaux.

  1. La base de preuves croissante suggère que l'obésité est un contributeur majeur aux maladies cardiovasculaires via des mécanismes directs et indirects. Par conséquent, des stratégies efficaces sont nécessaires pour prévenir l'obésité au niveau de la population et pour aider les personnes en surpoids/obésité et à risque de MCV ou de MCV existantes à perdre du poids et à maintenir un poids santé.

  2. Compte tenu de la richesse des preuves établissant un lien entre les maladies cardiovasculaires et l'obésité, l'évaluation du risque CV et les stratégies agressives de réduction des risques chez les personnes en surpoids/obésité devraient contribuer à réduire le fardeau de la morbidité et de la mortalité CV dans ce groupe

  3. Bien que les réponses individuelles varient considérablement, les modifications du mode de vie (par exemple, une alimentation saine, une activité physique aérobie et de résistance de routine) entraînent généralement une perte de poids modeste et (même indépendamment de la perte de poids) des avantages CV à long terme L'orientation vers des conseils en matière d'alimentation ou de nutrition et/ou d'activité physique peut être envisagée pour les personnes en surpoids/obésité et à risque CV ou de MCV qui sont intéressées ou réceptives au traitement.

  4. Les avantages potentiels des options de traitement pharmacologique (par exemple, les AR GLP-1) peuvent être discutés parallèlement aux modifications du mode de vie avec les personnes appropriées, conformément aux preuves actuelles et émergentes dans ce domaine en évolution rapide.  En particulier, les preuves des CVOT (Cardiovascular Outcome Trial)en cours peuvent être pertinentes pour éclairer les futures approches de prescription et de gestion pour les personnes en surpoids/obésité et MCV. 

  5. Il a été démontré que la chirurgie bariatrique favorise la perte de poids, réduit les facteurs de risque CV et diminue le risque global de MCV. Les professionnels de la santé devraient discuter de l'orientation vers des services de chirurgie bariatrique appropriés avec les personnes souffrant d'obésité sévère (en général, les personnes ayant un IMC > 35 kg/m 2 avec une maladie cardiovasculaire établie ou un IMC > 40 kg). /m 2 ).

  6. L'évaluation de la graisse corporelle, WHR ou WC est recommandée pour les personnes en réadaptation cardiaque afin d'identifier celles qui présentent un excès d'adiposité totale ou viscérale et qui sont susceptibles de bénéficier d'une enquête plus approfondie concernant le risque CV (par exemple, évaluation des lipides). Il existe des cas où l'adiposité totale et centrale n'est pas détectée chez les personnes ayant un IMC relativement bas.

  7. Les futures options de traitement de l'obésité ont le potentiel d'entraîner une perte de poids substantielle et soutenue et offrent l'occasion de clarifier l'impact de la réduction de poids intentionnelle sur le risque CV et la mortalité. Entre-temps, les cliniciens devraient diagnostiquer l'obésité chez les personnes atteintes de maladies cardiovasculaires ou à risque de maladies cardiovasculaires afin de mieux permettre une approche centrée sur le patient et de maximiser les chances d'atteindre un poids corporel sain et de réduire le risque de maladies cardiovasculaires.

Données complémentaires

OBESITE1

Recommandations de l'Organisation mondiale de la santé pour l'indice de masse corporelle et les seuils de circonférence de la taille pour le surpoids ou l'obésité, et association avec le risque de maladie


OBESITE2

Associations d'une augmentation prédite génétiquement de 1 kg/m 2 de l'indice de masse corporelle avec 14 maladies cardiovasculaires dans UK Biobank. Nombre total. De Larsson SC, Bäck M, Rees JMB, Mason AM, Burgess S. Indice de masse corporelle et composition corporelle en relation avec 14 conditions cardiovasculaires dans UK Biobank : une étude de randomisation mendélienne. Eur Heart J. 2020; 41:221–226. doi : 10.1093/eurheartj/ehz388. Ceci est un article en libre accès distribué sous les termes de la licence Creative Commons Attribution http://creativecommons.org/licenses/by/4.0/ . IC, intervalle de confiance ; OU, rapport de cotes.

OBESITE3

Un aperçu des principales modifications électrocardiographiques, hémodynamiques, structurelles et fonctionnelles associées à l'adiposopathie et aux troubles de la masse grasse

zwac187f5
 Les différences dans les niveaux de preuve pour la perte de poids dans les contextes de prévention primaire et secondaire, en utilisant un modèle de parcours de vie. Il existe des preuves claires et cohérentes provenant de diverses sources soutenant un rôle causal de l'obésité dans la prévention primaire des maladies cardiovasculaires et du diabète, ainsi que des preuves que la perte de poids entraîne la rémission du diabète. En revanche, plusieurs études observationnelles suggèrent que les personnes qui perdent du poids dans le cadre de la prévention secondaire peuvent être plus à risque de mortalité totale et de maladie cardiovasculaire, comme cela semble être le cas dans l'essai ORIGIN. Cependant, l'interprétation de ces résultats est compliquée par une confusion résiduelle et une causalité inverse. De futurs essais dans cet espace contribueraient à améliorer la base de preuves et aideraient à résoudre l'énigme du paradoxe de l'obésité. IMC, indice de masse corporelle ; DT2, diabète sucré de type 2. De Sattar N, Welsh P. Le paradoxe de l'obésité dans la prévention secondaire : une intervention de poids ou une attente de plus de preuves ? Eur Heart J. 2020;41:2678–2680. doi:10.1093/eurheartj/ehaa398. Réimprimé avec l'autorisation d'Oxford University Press au nom de la Société européenne de cardiologie.
https://academic.oup.com/journals/pages/open_access/funder_policies/chorus/standard_publication_model .

Commentaire
 
Obésité , facteur de risque cardio vasculaire, une évidence et une affection à combattre. Mais rien n'est facile.  Un point intéressant dans cet article les associations d'une augmentation prédite génétiquement de 1 kg/m 2 de l'indice de masse corporelle avec 14 maladies cardiovasculaires.

On retrouve parmi ces maladies la thrombose veineuse profonde, l'artériopathie des MI, l'embolie pulmonaire, et les accidents vascualires de type ischémiques.  La chirurgie bariatrique est une technique qui a maintenat fait ses preuves. Il est important à un moment donnéé d'en parler avec les patients en montrant ses effets positifs comme le montre la figure ci dessous.

Comorbidity Res Graphic

Les effets de la chirurgie bariatrique (https://www.sagebariatric.com/why-we-love-our-job/disease-resolution-statistics-after-surgery/)
 

En médecine vasculaire nouis sommes confrontés régulièrement à des patients obéses, diabétiques et à risque et sur risque cardio vasculaire. Nous devons aborder le sujet de la chirurgie bariatrique avec les patients, j'entends souvent "vous êtes le premier à m'en parler, mais j' y pensais déjà".

Il faut expliquer qu'il faudra être inclu dans un parcours de soins propre à la chirurgie bariatrique.De plus il faut aussi être capable de donner des explications claires et simples au patient. Cela fait aussi partie de notre "job".Informer, rassurer, il s'agit d'une première information, le spécialiste et son équipe fera tout le reste.

Un médecin à partir du moment où il parle d'une technique particulière doit êre capable d'en parler correctement.

Dernier point la chirurgie bariatrique peut être indiquée jusqu'à 65 ans, avec un BMI entre 35 et 40. et au cas par cas.

La chirurgie bariatrique est intégrée dans la lutte contre tous les risques CV, le diabète , le syndrome des apnées du sommeil, l'HTA, et l'obésité, avec dans 95% une amélioration de la qualité de vie.

En pratique ,en médecine vasculaire la chirurgie bariatrique fait partie de l'offre thérapeutique à soumettre au patient.

Parmi les  effets multiples de la chirurgie BARIATRIQUE :  notons  une réduction du risque de MTEV, notamment du risque de récidive.
 
Rappelons que l'obésité active la coagulation.
 
Par contre des chirurgies correctrices après la perte de poids sont souvents nécessaires ; abdominoplastie notamment.

Article 2

Challenges in Cardiovascular Evaluation and Management of Obese Patients

ACC State-of-the-Art Review
Défis de l'évaluation cardiovasculaire et de la prise en charge des patients obèses :JACCRevue de l'état de l'art
Rosana G. Bianchettin, MD,a Carl J. Lavie, MD,b Francisco Lopez-Jimenez, 
JACC  2023 , Volume 81, Issue 5, 7 février 2023 , Pages 490-504

De nombreux défis cliniques uniques accompagnent le diagnostic et le traitement des maladies cardiovasculaires (MCV) chez les personnes en surpoids/obésité. De même, les médecins sont confrontés à de nombreux facteurs de complication lors de la prise en charge de l'obésité chez les personnes atteintes de maladies cardiovasculaires. La précision du diagnostic en médecine cardiovasculaire peut être entravée par la présence d'obésité, et les traitements pharmacologiques ou les procédures cardiaques nécessitent un ajustement minutieux pour optimiser l'efficacité. Le concept de paradoxe de l'obésité reste une source de confusion au sein de la communauté clinique qui peut entraîner le non-traitement de facteurs de risque importants, et l'indice de masse corporelle est une mesure trompeuse qui ne peut pas tenir compte de la composition corporelle (p. ex., masse maigre). Les modifications du mode de vie qui favorisent la perte de poids nécessitent un engagement à long terme, mais les programmes de réadaptation cardiaque représentent une opportunité potentielle pour des interventions structurées, et la chirurgie bariatrique peut réduire les facteurs de risque de MCV dans l'obésité et les MCV. Cette revue examine les principaux enjeux et considérations pour les médecins impliqués dans la prise en charge

Points forts

 L'obésité présente des défis uniques pour le diagnostic et la prise en charge des patients atteints de maladies cardiovasculaires connues ou suspectées.
Un excès d'adiposité peut entraver les performances et réduire la précision des modalités standard de diagnostic des maladies cardiovasculaires.

La réduction du poids est un complément important à la réduction du risque cardiovasculaire et à la gestion des maladies cardiovasculaires chez les patients obèses, et lorsque les autres mesures sont insuffisantes, la chirurgie bariatrique peut améliorer les résultats.

Infographies

obejacacac1 s2.0 S0735109722075271 gr1
Obésité et maladies cardiovasculaires : physiopathologie proposée de la cardiomyopathie de l'obésité
Ce diagramme montre les altérations hémodynamiques centrales qui résultent d'une accumulation excessive de graisse chez les patients gravement obèses et leurs effets ultérieurs sur la morphologie cardiaque et la fonction ventriculaire. L'hypertrophie ventriculaire gauche (LV) dans l'obésité sévère peut être excentrique ou concentrique. Les facteurs influençant le remodelage et la géométrie du VG comprennent la sévérité et la durée de l'obésité ; durée et sévérité des conditions de charge VG défavorables (en particulier l'hypertension) ; et, éventuellement, des anomalies neurohormonales et métaboliques telles qu'une augmentation du tonus du système nerveux sympathique, une activation du système rénine-angiotensine-aldostérone, une résistance à l'insuline avec hyperinsulinémie, une résistance à la leptine avec hyperleptinémie, un déficit en adiponectine, une lipotoxicité et une lipoapoptose. Ces altérations peuvent contribuer au développement de l'insuffisance VG. Défaillance VG, facilitée par l'hypertension artérielle pulmonaire due à l'hypoventilation de l'apnée du sommeil/de l'obésité, peut par la suite conduire à une insuffisance ventriculaire droite (RV). Figure fournie avec l'aimable autorisation de Lavie et al.2 LA = oreillette gauche

OBOBJACC

OB1JAJACC
OB2JAJACC
 
La place de la chirurgie bariatrique et MCV
 

La chirurgie bariatrique doit être considérée comme une approche alternative pour réduire le risque de MCV chez les personnes obèses de classe II à III, et comme un moyen de réduire le risque d'événements cardiovasculaires et de décès sur 10 ans..

Des études indiquent que la chirurgie bariatrique est associée à une incidence plus faible d'événements indésirables cardiovasculaires majeurs, de décès, de nouveaux infarctus du myocarde et d'IC ​​d'apparition récente chez les personnes atteintes de maladies cardiovasculaires et d'obésité lorsqu'elle est menée par des experts dans des centres spécialisés, et des essais randomisés à grande échelle seraient utile pour corroborer ces données.

Une étude examinant les résultats du traitement dans une cohorte de 189 770 bénéficiaires de Medicare souffrant d'obésité, suivis pendant 4 ans, a montré que la chirurgie bariatrique était associée à une réduction du risque de mortalité toutes causes confondues (37 %), d'hospitalisation d'IC ​​d'apparition récente (54 %), IDM (37 %) et AVC ischémique (29 %).
 
Après 2,5 ans, les personnes ayant subi une chirurgie de Roux-en-Y peuvent réduire leur IMC de 30 % et jusqu'à 63 % d'entre elles atteignent leur objectif de perte de poids avec une amélioration majeure de plusieurs facteurs de risque métaboliques liés aux MCV. La procédure est généralement associée à une mortalité périopératoire extrêmement faible chez les personnes atteintes d'obésité et de maladies cardiovasculaires et représente une stratégie pour accroître l'accès à la greffe et améliorer la survie à long terme des personnes atteintes de maladies cardiovasculaires
 
A lire et relire
 

Réduire le taux de LDL de plus en plus

Écrit par Jean Pierre LAROCHE le .

“Loin de vieillir, l'humanité devient progressivement de plus en plus jeune.” Gaston Berger

« Je m’intéresse à l’avenir parce que c’est là que j’ai décidé de passer le restant de mes jours »
Woody Allen

2010...Once upon a times....


Efficacy and safety of more intensive lowering of LDL
cholesterol: a meta-analysis of data from 170 000 participants in 26 randoised trials
Efficacité et sécurité d'une réduction plus intensive du cholestérol LDL : une méta-analyse des données de 170 000 participants dans 26 essais randomisésmised trials

Lancet 2010; 376: 1670–81
Cholesterol Treatment Trialists’ (CTT) Collaboration, 
https://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(10)61350-5/fulltext
Article libre d'accés

Un article qui a 13 ans (2010)  et n'a pas pris une ride comme vous allez le redécouvrir 
Une méta ananlyse qui repose sur 26 essais rassemblant 170 000 patients ! 


Contexte

La réduction du cholestérol LDL avec des schémas thérapeutiques standard à base de statines réduit le risque d'événements vasculaires occlusifs chez un large éventail d'individus. Notre objectif était d'évaluer l'innocuité et l'efficacité d'une réduction plus intensive du cholestérol LDL avec un traitement par statine.

Méthodes

Nous avons entrepris des méta-analyses des données individuelles des participants provenant d'essais randomisés impliquant au moins 1 000 participants et une durée de traitement d'au moins 2 ans de régimes de statines plus ou moins intensifs (cinq essais ; 39 612 individus ; suivi médian de 5,1 ans) et de la statine par rapport au contrôle (21 essais ; 129 526 personnes ; suivi médian de 4,8 ans). Pour chaque type d'essai, nous avons calculé non seulement la réduction moyenne du risque, mais également la réduction moyenne du risque par réduction de 1,0 mmol/L de cholestérol LDL à 1 an après la randomisation.

Résultats

Dans les essais portant sur un traitement plus intensif par rapport à un traitement moins intensif par les statines, la réduction supplémentaire moyenne pondérée du cholestérol LDL à 1 an était de 0,51 mmol/L. Par rapport aux régimes moins intensifs, les régimes plus intensifs ont produit une réduction supplémentaire hautement significative de 15 % (IC à 95 % 11–18 ; p<0·0001) des événements vasculaires majeurs, consistant en des réductions séparément significatives des décès coronariens ou des infarctus du myocarde non mortels de 13 % (IC à 95 % 7–19 ; p<0·0001), en revascularisation coronarienne de 19 % (IC à 95 % 15-24 ; p<0·0001) et en AVC ischémique de 16 % (IC à 95 % 5–26 ; p=0·005). Par réduction de 1·0 mmol/L du cholestérol LDL, ces réductions supplémentaires du risque étaient similaires aux réductions proportionnelles dans les essais statine versus contrôle. Lorsque les deux types d'essais étaient combinés, des réductions proportionnelles similaires des événements vasculaires majeurs par 1·0 mmol/L de réduction du cholestérol LDL ont été observées chez tous les types de patients étudiés (rapport des taux [RR] 0·78, IC à 95 % 0·76–0·80 ; p<0· 0001), y compris ceux dont le cholestérol LDL est inférieur à 2 mmol/L sous régime moins intensif ou contrôle. Dans l'ensemble des 26 essais, la mortalité toutes causes confondues a été réduite de 10 % par 1·0 mmol/L de réduction des LDL (RR 0·90, IC à 95 % 0·87–0·93 ; p<0·0001), reflétant en grande partie réductions des décès dus aux maladies coronariennes (RR 0·80, IC à 99 % 0·74–0·87 ; p<0·0001) et à d'autres causes cardiaques (RR 0·89, IC à 99 % 0·81–0· 98 ; p=0·002), sans effet significatif sur les décès dus à un accident vasculaire cérébral (RR 0·96, IC à 95 % 0·84–1·09 ; p=0·5) ou à d'autres causes vasculaires (RR 0·98 , IC à 99 % 0·81–1·18 ; p=0·8).

Aucun effet significatif n'a été observé sur les décès dus au cancer ou à d'autres causes non vasculaires
(RR 0,97, IC à 95 % 0·92–1·03 ; p=0·3) ou sur l'incidence du cancer (RR 1·00, IC 95 % 0·96–1·04 ; p=0·9), même à de faibles concentrations de cholestérol LDL.

Interprétation

Des réductions supplémentaires du cholestérol LDL produisent en toute sécurité des réductions supplémentaires définitives de l'incidence des crises cardiaques, des revascularisations et des accidents vasculaires cérébraux ischémiques, chaque réduction de 1,0 mmol/L réduisant le taux annuel de ces événements vasculaires majeurs d'un peu plus d'un cinquième. Il n'y avait aucune preuve d'un quelconque seuil dans la fourchette de cholestérol étudiée, ce qui suggère qu'une réduction du cholestérol LDL de 2 à 3 mmol/L réduirait le risque d'environ 40 à 50 %.

LDL2010ALDL2010BFnv7 NoXoAwTQLi
Ces résultats suggèrent qu'une réduction supplémentaire du cholestérol LDL chez les patients à haut risque qui atteignent ces objectifs produirait des avantages supplémentaires, sans risque accru de cancer ou de mortalité non vasculaire. Les lignes directrices ont proposé que des doses élevées de statines génériques (par exemple, 80 mg de simvastatine par jour) soient utilisées pour obtenir ces avantages,46mais de tels régimes peuvent être associés à un risque plus élevé de myopathie.27Au lieu de cela, ces avantages peuvent être obtenus de manière plus sûre avec des statines plus récentes et plus puissantes (par exemple, 80 mg d'atorvastatine ou 20 mg de rosuvastatine par jour) et, potentiellement, en combinant des doses standard de statines génériques (par exemple, 40 mg de simvastatine ou de pravastatine par jour) avec autres traitements hypocholestérolémiants LDL....EZETROL, ANTIPCSK9, devenus réalité depuis cette étude de 2010.


Commentaire   :  @lipo_fan

"Dans les 26 essais, la mortalité toutes causes confondues a été réduite de 10 % par réduction de 1 0 mmol/L de LDL, ce qui reflète en grande partie des réductions significatives des décès dus aux maladies coronariennes et à d'autres causes cardiaques, sans effet significatif sur les décès dus aux accidents vasculaires cérébraux. ou d'autres causes vasculaires".

"Des réductions supplémentaires du cholestérol LDL produisent en toute sécurité des réductions supplémentaires définitives de l'incidence des crises cardiaques, des revascularisations et des accidents vasculaires cérébraux ischémiques, chaque réduction de 1·0 mmol/L réduisant le taux annuel de ces événements vasculaires majeurs d'un peu plus d'un cinquième "

"No significant effects were observed on deaths due to cancer or other non-vascular causes (RR 0·97, 95% CI 0·92–1·03; p=0·3) or on cancer incidence (RR 1·00, 95% CI 0·96–1·04; p=0·9), even at low LDL cholesterol concentrations

2020

Effects of Statin Therapy and Dose on Cardiovascular and Limb Outcomes in Peripheral Arterial Disease: A Systematic Review and Meta-analysis, Samick Sofat  , Xiaoyu Chen  , Mohammed M. Chowdhury , Patrick A. Coughl Eur J Vasc Endovasc Surg (2021) 62, 450e461
Effets de la thérapie aux statines et de la dose sur les résultats cardiovasculaires et des membres dans la maladie artérielle périphérique : une revue systématique et une méta-analyse
https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S107858842100441X
Article libre d'accés

Les lignes recommandations concernant la prescription de statines chez les patients atteints de maladie artérielle périphérique (MAP) sont incohérentes. Cette méta-analyse vise à rassembler, examiner et analyser les données récentes sur l'utilisation et la dose des statines chez les patients ayant reçu un diagnostic de MAP. Cet article renforce les preuves des effets protecteurs de l'utilisation des statines dans l'AOMI tout en soutenant que des doses plus élevées sont plus efficaces pour prévenir les résultats préjudiciables pour les patients.

1 s2.0 S107858842100441X gr6


4 études pour la différence de temps jusqu'à la mortalité toutes causes confondues chez les patients atteints de maladie artérielle périphérique (MAP) comparant les statines à dose élevée et à faible dose . IV = variance inverse ; IC = intervalle de confiance.

2023

Un article à venir piloté par Guillaume Mahé pour la SFMV  (Socité Française de Médecine Vasculaire) et la SCVE (Société Française Chirurgie Vasculaire et Endovasculaire), qui va renforcer le role des statines dans l'AOMI avec un LDL cible < 0.55 en prévention secondaire avec en cas d'impossibilité le recours notamment aux anti PCSK9 et autres molécules à venir.

A découvir en 2023, un travail de trsè qualité et exemplaire, merci Guillaume.

2023/2024

L'arrivée de l'inclisiarn et d'autres thérapeutiques anti LDL va encore augmenter nos possibilités....
https://medvasc.info/1882-inclisiran

Le futur

Makover ME, Shapiro MD, Toth PP. There is urgent need to treat atherosclerotic cardiovascular disease risk earlier, more intensively, and with greater precision: A review of current practice and recommendations for improved effectiveness. Am J Prev Cardiol. 2022 Aug 6;12:100371. doi: 10.1016/j.ajpc.2022.100371. PMID: 36124049; PMCID: PMC9482082.https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S2666667722000551?via%3Dihub#fig0002
Article libre d'accés

"À la lumière du taux élevé et continu de maladies athérosclérotiques, ce qui semble nécessaire est ce que Martin Luther King, Jr. a appelé «l'urgence féroce du moment» . Un changement de paradigme complet est nécessaire pour que les efforts de prévention soient adoptés beaucoup plus tôt dans la vie, comme nous le verrons plus loin dans l'article. Nous proposons que la prévention et le contrôle de l'athérosclérose, le plus grand tueur d'hommes et de femmes, soient la priorité absolue des soins médicaux aux États-Unis" 
 
Commentaire
 
De 2010 à 2023 la saga des  statines fait qu'elles  représentent un traitement médical majeur de l'ATHEROTHROMBOSE et notamment de l'AOMI.

Mais attention quelque soit la topographie des atteintes d'athérothrombose, il faut insister sur la nécessité de corriger les FDRCV . C'est un préalable nécessaire,un  préalable absolu.

De plus l'activité physique associé est aujourd'hui un véritable médicament.

Alors il reste aujourd'hui le problème de la prescription des statines, qui souffrent d'un effet NOCEBO.

Récemment un article analysé sur ce blog  : https://medvasc.info/1928-une-statine-et-ses-concurents  . Article important "chez les personnes présentant un risque accru d'ASCVD sur 10 ans, la rosuvastatine 5 mg par jour a abaissé le LDL-C significativement plus que le placebo, l'huile de poisson, la cannelle, l'ail, le curcuma, les stérols végétaux et la levure de riz rouge. (Étude sur les compléments alimentaires, le placebo ou la rosuvastatine )". Dont acte ! 

Il nous faut donc chaque fois que l'on prescrit une statine en primo prescription avoir des arguments convainquants. A chacun sa technique; le plus important EXPLIQUER le rôleet l'intérêt des statines .

Deux arguments : une baisse du LDL importante notamment par rapports aux compléments alimentaires dont nous parle souvent les patients. Puis enchainer sur la réduction du RCV global entre 40 et 50% tout territoire artériel concerné. Expliquer ce que représente ce rRCV (AVC, infacrtus, aggravation AOMI, décés) . Enfin demander au patient les raisons de son oppostion aux statines.Lui préciser qu'en cas de crampes, nous disposons du dosage des CPK pour confirmer ou infirmer un effet scondaire des statines.
 
Et que faire de l'hypertriglycéridémie,dans ce contexte ? Elle représente le risque résiduel CV , la réponse 
Benefits of icosapent ethyl for enhancing residual cardiovascular risk reduction: A review of key findings from REDUCE-ITAvantages de l'icosapent éthyl pour améliorer la réduction du risque cardiovasculaire résiduel : un examen des principaux résultats de REDUCE-IT,Prakriti Gaba, et Coll, Journal of clinical Lipidology, TOME 16, NUMÉRO 4, P389-402,01 JUILLET 2022
https://www.lipidjournal.com/article/S1933-2874(22)00166-0/fulltext#%20
Article libre d'accès

Icosapent ethyl, en attente d'AMM ......

https://medvasc.info/1773-reduce-it


A lire : 
https://www.escardio.org/Education/Practice-Tools/Talking-to-patients/desinformation-sur-les-statines-un-risque-mortel-pour-les-patients
https://medvasc.info/1781-statine-suite-et-fin

Précarité et Santé

Écrit par Jean Pierre LAROCHE le .

« la mort est dans la vie » Canguilhem

“La santé est un état précaire qui ne laisse présager rien de bon.”
Jules Romains / Knock ou le triomphe de la médecine

"Dans cette précarité où les difficultés du présent oblitèrent l'avenir, les qualités propres des personnes sont ignorées, déniées, bafouées. La détermination sociale y prévaut et apparaît dans toute sa cruauté. Pour ceux-là qui s'y trouvent enfermés, les illusions de réussite individuelle perdues, ne restent plus que des destins de classe." Jacques Rigaudiat - Le nouvel ordre prolétaire, 2007


Précarité by https://chat.openai.com/chat


"La précarité est un terme utilisé pour décrire un état d'existence qui est incertain, peu sûr et sujet au risque. Il est souvent utilisé pour décrire des situations dans lesquelles des individus ou des groupes ont un contrôle limité sur leur situation et risquent de subir des préjudices ou d'être exploités.

La précarité peut affecter de nombreux aspects de la vie, notamment le travail, le logement, la santé et la sécurité sociale. Elle est souvent associée à des inégalités sociales et économiques et peut affecter de manière disproportionnée les groupes marginalisés et défavorisés.

Certaines caractéristiques communes de la précarité comprennent :

  • Insécurité : la précarité est souvent caractérisée par un manque de stabilité ou de prévisibilité, et peut impliquer des changements de circonstances fréquents ou imprévisibles.

  • Vulnérabilité : la précarité rend souvent les individus ou les groupes vulnérables à l'exploitation, aux abus ou aux préjudices.

  • Risque : la précarité implique souvent un risque accru de résultats négatifs, tels que le chômage, la pauvreté ou l'isolement social.

  • Manque de contrôle : la précarité peut impliquer un manque de contrôle sur sa situation, y compris les décisions concernant le travail, le logement et d'autres aspects de la vie.

Dans l'ensemble, la précarité est un terme utilisé pour décrire des situations qui sont incertaines, peu sûres et sujettes à des risques, et qui peuvent avoir des impacts négatifs importants sur les individus et les communautés.

La précarité fait référence à un état d'instabilité, d'incertitude et d'insécurité dans le travail et la vie. Ce type d'instabilité peut avoir un impact négatif sur la santé physique et mentale en raison du stress, du manque de contrôle et d'un accès réduit aux ressources.

Voici quelques exemples des effets de la précarité sur la santé :

  • Risque accru de dépression et d'anxiété
  • Mauvaise qualité du sommeil
  • Des niveaux plus élevés de stress et d'épuisement professionnel
  • Système immunitaire affaibli
  • Risque accru de maladies cardiovasculaires et d'autres problèmes de santé chroniques.

Il est important d'aborder la question de la précarité afin d'améliorer la santé et le bien-être général des individus et des communautés.

Le travail précaire fait référence à un emploi assorti de conditions incertaines, telles qu'un faible salaire, l'absence de sécurité d'emploi et des avantages limités. Ce type de travail peut avoir un impact négatif sur la santé, entraînant des problèmes tels que le stress, l'anxiété et la fatigue physique.

Les personnes occupant un emploi précaire sont souvent incapables d'accéder aux soins de santé, ce qui les rend vulnérables à des problèmes de santé non traités. Il est important que les décideurs politiques abordent la question du travail précaire et de son impact sur la santé afin de garantir que tous les travailleurs aient accès à un emploi sûr et sécurisé."

15425

Haut Conseil de la Santé Publique (HCSP) 
https://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Accueil

La précarité ne caractérise pas une catégorie sociale particulière mais est le résultat d'un enchaînement d'évènements et d'expériences qui débouchent sur des situations de fragilisation économique, sociale et familiale.

Les processus de précarisation s'accompagnent d'une souffrance psychique alliant mauvaise image de soi et sentiment d'inutilité sociale et peuvent conduire à une véritable dégradation de la santé.

Cette évolution des disparités sociales dans notre pays ne se réduit pas à l'émergence des phénomènes d'exclusion et de grande pauvreté, mais résulte des difficultés croissantes d'accès à l'emploi ainsi que des modifications des conditions de travail pour une part importante de la population.

En s'inscrivant dans une logique d'égalité et d'équité, le HCSP présente un ensemble cohérent de recommandations visant à prévenir et à lutter contre les effets à court, moyen et long terme de la pauvreté et de la précarité sur la santé.

Précarité version CAIRN 

La problématique de la précarité impose de souligner d’emblée les deux sens de la précarité : ontologique et social. La précarité vitale tient à la vulnérabilité des structures organiques : la maladie, qui signale que « la mort est dans la vie » (Canguilhem, 2002), vient rappeler cette insécurité vitale, le plus souvent euphémisée ou déniée. Quant à la précarité sociale, elle s’inscrit dans la précarité vitale mais n’est pas déterminée par elle. Il faut donc reconnaître à la fois leurs déterminations propres et leurs interdépendances. Car toute vulnérabilité vitale tend à se prolonger dans une vulnérabilité sociale comme toute vulnérabilité sociale trouve son expression dans diverses formes de vulnérabilité vitale (dépressions, pathologies psychosomatiques, etc.).

L’idée qu’il puisse y avoir une influence entre appartenance sociale et état de santé n’est pas récente
; elle semble même aujourd’hui acquise, confortée par les données des dispositifs statistiques sanitaires qui permettent d’observer et de mesurer l’état de santé des populations…

https://www.cairn.info/innover-contre-les-inegalites-de-sante--9782810900794-page-23.htm

Le Score de précarité :  EPICES
EPICEShttp://www.departement-information-medicale.com/wp-content/uploads/2009/05/re_precarite.pdf
https://medvasc.info/310-covid-19-et-le-score-epices

1 / Précarité et impact médical, l'exemple de l'artériopathie chronique oblitérante des membres inférieurs (AOMI) , l'étude grenobloise PRECAR ( Thèse de Médecine 2018, Chloé Rebuffet) 
La thèse : https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01890631/document

RÉSUMÉ

Mots clés :
Artériopathie périphérique, Précarité socio-économique, Score EPICES, Facteurs de risque cardiovasculaire.

Introduction : L’artériopathie oblitérante des membres inférieurs (AOMI) est une maladie cardiovasculaire aux enjeux médicaux, sociaux et économiques importants. L’objectif de cette étude est d’évaluer la précarité socio-économique chez les patients porteurs d’AOMI symptomatique.

Méthode : Il s’agit d’une étude de cohorte prospective, multi centrique, non interventionnelle. Les patients étaient recrutés en service de médecine ou de chirurgie vasculaire du CHU Grenoble-Alpes ou lors d'une consultation ambulatoire dans le cadre du programme d’éducation thérapeutique « En marche ! Mieux comprendre et mieux vivre sa maladie artérielle ». L’analyse des données socio-économiques et environnementales résultait des critères du score de précarité EPICES et des paramètres issus de l’INSEE (le niveau d’études et la catégorie socio professionnelle). Les facteurs de risque cardiovasculaire (FRCV) étaient également recueillis.

Résultats : 150 patients ont été inclus entre novembre 2017 et juin 2018. Dans notre population de patients porteurs d’AOMI symptomatique, 54% (IC95% 45,7 - 62,1) étaient en situation de précarité contre 40% (IC95% 39,8 - 40,2) dans une population générale, selon le score EPICES, (p<0,001). Leurs caractéristiques principales étaient d’être fumeurs actif ou sevré (85%, IC95% 78 – 90)), ouvriers (30%, IC95 22,8 – 38) ou employés (27%, IC95 20 – 35) et peu ou non diplômés (37%, IC95 29 – 45). La proportion d’hommes était de 84%. Aucune association significative n’a été mise en évidence entre la précarité selon EPICES et les FRCV.

Conclusion : Les résultats de cette étude ouvrent de nouvelles perspectives de caractérisation des patients artériopathes, le score EPICES pourrait trouver sa place dans notre pratique quotidienne, pour identifier ces populations fragilisées et leur assurer une prise en charge adaptée tenant compte de l’environnement socio-économique.

2/ AVC et Précarité 

gr1 0
S’appuyant sur l’échantillon démographique permanent apparié aux données de santé (EDP-Santé), ses experts ont pour la première fois mesuré l’impact des disparités socio-économiques sur la survenue des AVC, leur sévérité et leur prise en charge par la filière neurovasculaire (UNV). Leur conclusion est frappante : entre 2014 et 2017, la fréquence de survenue d’un AVC parmi les personnes appartenant au quart le plus modeste de la population est 40% plus élevée que parmi celles appartenant au quart le plus aisé. Entre 45 et 64 ans, le taux de survenue est même près de deux fois plus important si l’on est pauvre. L’explication tient largement au mode de vie des uns et des autres. Les études scientifiques ont par le passé mis en évidence le lien entre AVC et certains facteurs de risques plus fréquents dans les couches défavorisées de la population, comme le diabète, l’obésité, l’hypertension artérielle, la consommation de tabac et d’alcool.

https://www.liberation.fr/societe/sante/le-risque-de-faire-un-avc-est-plus-eleve-quand-on-est-pauvre-20220209_AWLQXDELW5HKHCFVA35V7OM7B4/

3
/ PRECARITE : un facteur de risque cardio vasculaire

ffc logo national

https://www.fedecardio.org/presse/la-precarite/


LA PRÉCARITÉ : UN FACTEUR DE RISQUE CARDIOVASCULAIRE ENCORE SOUS-ESTIMÉ
Qu’elle soit financière, affective ou de temps, la précarité sous toutes ses formes impacte fortement la santé cardiovasculaire. A l’approche des fêtes de fin d’année, la Fédération Française de Cardiologie sonne l’alerte sur ce facteur de risque méconnu qui touche pourtant de nombreux Français.

- LA PRÉCARITÉ N’EST PAS UNE MALADIE EN SOI, MAIS ELLE PEUT AVOIR DES CONSÉQUENCES DRAMATIQUES SUR LA SANTÉ.
- LA PRÉCARITÉ : UN FACTEUR DE RISQUE CARDIO-VASCULAIRE ENCORE SOUS-ESTIMÉ

PRECA1PRECA2

https://www.fedecardio.org/wp-content/uploads/2021/03/FFC-CP-precarite.pdf

Commentaire

la précarité est une situation à haut risque impactant la Santé .


Aujourd'hui et encore plus qu'hier, la ,précarité est un facteur de risque surajouté  pour toutes les affections chroniques : risque CV, diabète, HTA, dyslipidémie etc. Il est donc important d'évaluer ce risque notamment par le score EPICES sus ctié .

Vivre dans la précarité c'est : 

* Plus de chomage
* De plus en plus de retraités sont concerné
* De plus en plus d'étudiants sont concernés
* Plus de complications médicales
* Plus d'obésité
* Plusde de mauvaise compliance aux médicaments
* Moins de couverture sociale
* Plus de difficulté d'accès aux soins, aux médicaments.
* Plus de difficulté à corriger les facteurs de risques .
* Plus de difficulté à stopper le tabac, l'alcool ,les drogues
* Plus de difficulté à avoir un régime alimentaire équilibré voire plus simplement à se nourrir
* Plus de difficulté à avoir une activité physique
* Plus de retard au diagnostic donc plus de perte de chance, et plus de décés.

Agir4



Le BUS du coeur qui ciblent les femmes en situation de précarité est le meilleur exemple à suivre, son but réduire les inégalité de prise en charge des maladies CV chez les femmes

https://www.agirpourlecoeurdesfemmes.com/

 

 

LES 15 ETAPES DE L EDITION 2023 DU BUS DU COEUR DES FEMMES 406 1Les villes-étapes du Bus du Cœur des Femmes en 2023

8-10 mars : Cannes
15-17 mars : Six-Fours-les-Plages
22-24 mars : Saint-Étienne
5-7 avril : Toulouse
10-12 mai : Privas
23-25 mai : Pessac
31 mai-2 juin : Saintes
7-9 juin : Rennes
28-30 juin : Bobigny
13-15 septembre : Maubeuge
19-21 septembre : Calais
27-29 septembre : Lille
11-13 octobre : Rouen
18-20 octobre : Marseille
08-10 novembre : Auxerre


                   Prévenir plutôt que guérir

 

Alors en consultation tout médecin doit envisager la possibilté de la précarité pour le patient qui est en face de lui  et en tirer toutes les conséquences vis à vis de l'affection qu'il présente.

Cette évaluation fait partie de notre travail.....au cours du  colloque singulier.....si tentait qu'il existe  encore ! 

 A698050D

618975efecd1acdc5c8b4575

thumbnail Précarité essentiel
FnoeSWzWAAAq62d

Statistiques : Aujourd'hui 199 - Hier 1030 - Cette semaine 199 - Ce mois-ci 6347 - Total 726006