Les propos qui sont tenus ici n’engagent que leur auteur. Les textes sont actualisés régulièrement et corrigés en cas d'erreur. Bonne visite

COVID-19 et tracking , on avance !

Écrit par Jean Pierre LAROCHE le .

"Les auteurs de science-fiction prévoient l'inévitable, et bien que les problèmes et les catastrophes puissent être inévitables, les solutions, elles, ne le sont pas." Isaac Asimov

Tracking :  Emmanuel Macron a installé mardi un nouveau groupe de réflexion de médecins et de chercheurs, le Comité analyse recherche et expertise (CARE), chargé de plancher sur les essais thérapeutiques et le «backtracking», c’est-à-dire le pistage numérique des personnes contaminées par le Covid-19 (https://www.lopinion.fr/edition/politique/coronavirus-france-piste-tracking-numerique-215090).  Plus simplement vous êtes porteurs asymptomatiques et vous êtes en confinement total, si vous sortez, alors que vous ne le devez pas, un systéme de surveillance sera alerté  à partir de votre portable qui vous géolocalisera.On peut aussi utilisez des bracelets qui permettent de vous géolocaliser. Enfin une puce RFI5e99cb932500006b06eafd2f
Le «tracking» a deux types d’usage : 
1/ Alerter ceux qui ont fréquenté une personne touchée par le coronavirus pour qu’ils se fassent dépister et soigner au plus vite. C’est l’esprit du «contact tracing» utilisé en France aux stades 1 et 2 de l’épidémie. «Tout sujet positif au Covid-19 devait recenser avec l’ARS les personnes avec qui il avait été en contact les jours précédents», rappelle-t-on au ministère de la Santé. On se fie à la mémoire du patient. En Corée du sud, on géolocalise : un habitant pouvait recevoir un SMS l’informant qu’il avait croisé, tel jour à telle heure, un malade du Covid-19. 
2/ Le contrôle des malades sommés de rester à domicile. A Taïwan, un système alerte les autorités si un individu en quarantaine éteint son téléphone ou semble se déplacer.

Ce tracking est largement utilisé en Asie, Corée du Sud (, à Hong Kong, en Chine  et à Singapour (le traçage technologique est l’une des mesures principales à Singapour. Le traçage s’effectue via la vidéosurveillance et l’utilisation de l’application gouvernementale TraceTogether sur smartphones. “Tout le monde a installé cette appli.”). Mais l'esprit asiatique n'est pas l'esprit européen et encore moins l'esprit gaulois. En France la CNIL aura son mot à dire et il est interdit à ce jour raison pour laquelle le Premier Ministre parle de démarche volonatire, mais  l'acceptation de la population n'est pas évidente. Le tracking existe déjà au niveau de de la formation continue des médecins lors des formations à distance. On peut ainsi comptabiliser le temps passé devant l'ordinateur.En fait aujourd'hui, la technologie permet de tout faire en matière de tracking. D'un autre côté qu'est ce qu'on peut accepter ? L'avenir nous le dira. Mais attention nous ne sommes pas dans un film de science-fiction, nous sommes dans le réel, la vraie vie.
 

La nouvelle Guerre des Gaules (suite)

Écrit par Jean Pierre LAROCHE le .

                                              La nouvelle Guerre des Gaules (partie 2)

Avant de lancer cette arme dont il ne doutait pas de l’efficacité — car il ne doutait jamais — il expérimenta son arme sur un petit champ de bataille situé en Catimini avec une étude contrôlée (par lui-même), minicentrique, dans laquelle les témoins étaient ceux qui avaient refusé le traitement ou ceux qui étaient traités en dehors de la Catimini. Le protocole avait été soumis à Comitédétix lequel avait donné son accord. Les résultats furent considérés par les auteurs comme très bons, les asymptomatiques le restèrent, certains furent perdus de vue, certains partirent en réanimation parfois après avoir négativé leur charge virale dès le deuxième jour du traitement miracle. Les sujets contrôles eurent un sort moins enviable. Devant l’urgence, l’article fut soumis à une revue dont l’un des coauteurs était le rédacteur en chef. Ces résultats convainquirent beaucoup de personnalités du monde du spectacle, du sport et de la politique et tous les scientifiques travaillant dans l’institut d’Hégémonix, à l’exception des autres, ceux du reste du monde qui conclurent lâchement qu’aucune conclusion ne pouvait être tirée de ce parchemin.

Dès lors, la France se coupa en deux : les pro-Hégémonix qui virent dans le doute exprimé par la communauté scientifique la marque d’un complot ourdi par le consortium politico-industrialo-commercial visant à discréditer le prophète phocéen et les autres, non pas anti-Hégémonix, mais simplement formés à une médecine rigoureuse fondée sur des preuves solides et qui accepteront sans état d’âme l’arbitrage que constitueront des études cliniques bien conduites, quel qu’en soit le résultat.

Mais Hégémonix a par avance demandé que l’arbitre se rende en un lieu confiné où se sont dirigés tous ceux qui osent refuser un but à l’équipe locale parce que l’un de ses joueurs s’est mis hors-jeu

Un invité : Pr JF Schved Professeur en Hématologie et Transfusion, Faculté de Médecine de Montpellier

Écrit par Jean Pierre LAROCHE le .

Signé  JF SCHVED
                   
                       La nouvelle Guerre des Gaules (partie 1)

Privés du Stadium Velodrum, les Phocéens s’ennuyaient de ne pouvoir chercher querelle aux Lutéciens et plus particulièrement aux Germains Lutéciens qu’ils se plaisaient à vouer à un supplice dérivé de celui du pal. 


Ils trouvèrent donc leur héros : Hégémonix. Il avait le gabarit d’Astérix, la finesse d’Obélix et la pilosité de Panoramix ce qui lui valait le surnom de Paranomix. Il était couvert de médailles et décoration grâce aux nombreux combats qu’il avait menés contre la vermine et plus précisément la microvermine. Son plus beau combat, il l’avait gagné par KO dès la première reprise contre Autocritix qui depuis n’avait plus jamais osé se frotter à lui, le jugeant infréquentable.

Or voici qu’il lui prit de mener combat contre la Gaule entière en s’attaquant à sa capitale, Lutèce. Le prétexte fut l’invasion des terres émergées par Microvirus, un ennemi auquel il n’avait pas cru bon d’accorder de l’importance. Il avait dans un oracle prémonitoire proféré au mois de Janus de l’an XX, déclaré : « Il se passe un truc où il y a trois chinois qui meurent… ça fait une alerte mondiale… tout cela est fou » et aussi « c’est tellement dérisoire que ça finit par être délirant » et il terminait ce prêche visionnaire en constatant : « Les gens ont pas de quoi s’occuper alors ils vont chercher en Chine de quoi avoir peur… c’est pas sérieux. » Or il advint que ce micro-organisme qu’il avait honoré d’un mépris égal à celui qu’il porte à ses congénères, probablement vexé de n’être pas mieux considéré, se prit au sérieux et décida d’attaquer l’humanité tout entière. Chacun prit peur, se masqua, se cagoula, se ganta, s’hydro alcoolisa, se désinfecta, se barricada, se distancia, et même se confina. Les commerces fermèrent, les rues se vidèrent, les avions furent cloués au sol, les trains s’arrêtèrent sans grève, une grave pénurie de papier-toilette s’installa faisant craindre le pire si le virus s’en prenait au tube digestif ; des termes issus de l’histoire oubliée des grandes guerres resurgirent : couvre-feu, laissez-passer, hôpitaux de campagne, interdictions de rassemblement, quarantaine.

On laissa les supermarchés ouverts, mais on ferma les marchés ouverts, dans les maisons de retraite rebaptisées EHPAD, s’installa un fort déséquilibre entre entrées et sorties, bref on voyait arriver après les sept fléaux de l’Égypte, le troisième fléau de l’infectiologie : succédant à la peste noire du XIVe, à la grippe espagnole du XXe, la pandémie virale du XXIe. Furieux que de ces trois génocides ait été omis celui du XVIIIe qui resta confiné à Marseille, Hégémonix décida d’en découdre avec la petite bête, mais surtout avec les Lutéciens et leurs centurions de France et d’ailleurs. Il lui fallait une arme et n’avait guère le temps d’en inventer une nouvelle. Il sortit donc de ses tiroirs un vieux remède issu des recherches des pères Jésuites du Pérou qui le produisaient à partir de l’écorce couvrant l’arbre aux fièvres. Les procédés de préparation avaient certes évolué, les chimistes et la résochine avaient remplacé les arboriculteurs, mais le principe restait le même.




COVID-19 : Manipulations des Revues

Écrit par Jean Pierre LAROCHE le .


Souce
: Hervé Maisonneuve, Rédaction Médicale et ScientifiqueCette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. 
(https://www.redactionmedicale.fr/2020/03/la-folie-des-publications-covid-19-restons-calmes-car-des-donn%C3%A9es-solides-sur-lefficacit%C3%A9-des-traite.html)

MANIPULATIONS des REVUES SCIENTIFIQUES
  • 31 mars 2020, 17:00 : la barre des 1000 preprints COVID-19 a été dépassée ; et plus de 1500 articles publiés après peer-review expédié... tout ça en 3 mois... inquiétant pour la qualité de la littérature, rassurant pour les CV
  • La manipulation par DR de la revue International Journal of Antimicrobiol Agents est une grosse ficelle qui ne gêne personne : conflits d'intérêts majeurs.
  • Vitesse et précipitation contribuent à la mauvaise qualité des articles COVID-19, et un bon site anglais trie les bons et mauvais articles par thématique !
  • Trop de biais de convenance sociale dans ces publications COVID-19...Accès aux données sources et au peer-review seraient utiles. Le JAMA a trouvé des malades identiques dans plusieurs articles !
  • Hors de Marseille, des français publient de bons articles COVID-19
  • Commenter des articles dans les journaux grand public contribue à l'augmentation du facteur d'impact des revues scientifiques concernées : BINGO pour IJAA
  • Scandale avec le "Médiator" de Marseille : nous acceptons des pratiques peu scientifiques avec l'hydroxychloroquine.. Croyances supplantent preuves. Les sociétés savantes appellent à ne pas prescrire ! Espérons que cela va marcher.
  • Tous les records de rapidité battus avec les publications COVID-19 !

    Excellente analyse, la prolifération des articles réunit le vrai et le faux. Dans la mesure ou certaines AMM récentes sont le fait du Prince en France et aux USA nous sommes dans le domaine de l'irréel .Comme l'a souligné récemment le Professeur Gilbert Deray, 
    @GilbertDera, la science et la médecine ne sont plus décidées par des articles publiés dans des revues, elles sont décidées sur Facebook et Twitter!

    Dans ce contexte qui est le dindon de la farce ? le malade, POISON d'AVRIL  
 

COVID-19 : Le poison d'Avril

Écrit par Jean Pierre LAROCHE le .

"Le mois d'avril accueille le mensonge déguisé en humour." Édith Boukeu


Poisson d'Avril
: Alain Rey indique que cette expression daterait de la fin du XVIIe siècle. Elle serait basée sur une plaisanterie avec le mot 'poisson' qui, depuis le XVe siècle, désignait un souteneur, qu'on appelle aussi un 'maquereau' qui se trouve être plus naturellement un véritable poisson dont la meilleure période de pêche est aux alentours du mois d'avril. Or, le mois d'avril se situe au printemps, période propice aux amours illégitimes. Un poisson d'avril désignait alors un jeune entremetteur.

Poison d'Avril  : cette expression daterait de la première pandémie (date indéterminée) . Ce n'est pas basé sur une plaisanterie avec le mot poison car c'est un virus.Le souteneur de ce poison qui s'acutise en Avril est le cas zéro.Il est né en Novembre en Chine, il proliféra pour arriver en Avril au  printemps en pleine forme.Cette période est propice aux affections illégitimes. Un poison d'Avril désigne alors le COVID-19 qui par l'entremise d'une chauve-souris amoureuse d'un pangolin décida de nous mettre sur la paille.

Compléments :  A cause de la morosité ambiante, de sa durée de vie illimitée à plusieurs mois et de l'explosion   des clusters où il batifole, le poison d'avril a un peu tendance à proliférer, tout comme les éléphants roses, un peu trop braconnés et en voie d'extinction. Mais que cela ne vous empêche pas de vous protéger et de vous confiner , de ne pas gober toutes les informations que vous lisez ou écoutez le 1er avril sur le COVID-19 et nes autres jours . Que la farce (!)  s'éloigne de nous ! 

 

 

EUdBWizWAAAeXXq.jpg

COVID-19 et médicaments de base

Écrit par Jean Pierre LAROCHE le .

"Les médecins administrent des médicaments dont ils savent très peu, à des malades dont ils savent moins, pour guérir des maladies dont ils ne savent rien." Voltaire

Préambule :  Rien ne va plus dans la Voie Lactée. En l'an 4011, les Lactésiens subissent un réchauffement climatique brusque et catastrophique. Les mers de lait qui constituaient jusque alors la base de leur alimentation se sont transformées en beurre. Ecoeurés et souffrant d'indigestion, les Lactésiens appellent au secours les plus grands spécialistes du problème : les Terriens...(Pénurie dans la Galaxie, Juliette Nothomb)

Un article du monde sonne l'alerteMédicaments , neuf grands hôpitaux européens lancent un appel à l’aide « Nous serons bientôt à court de médicaments essentiels » contre le coronavirus, préviennent les plus grands établissements hospitaliers d’Europe dans une lettre à leurs gouvernements
(https://www.lemonde.fr/planete/article/2020/03/31/medicaments-neuf-grands-hopitaux-europeens-lancent-un-appel-a-l-aide_6035030_3244.html). Ces médicaments représentent toutes les molécules que l'on utlise tous les jours "normaux" en réanimation. Un tel afflux de patients, on l'a compris en réanimation n'était pas "programmé". Pour l'instant on n'évoque pas de pénurie de sang , mais il faut continuer à donner votre sang.On l'a dèjà dit mais il faut le re-dire notre dépendance vis à vis de la Chine et de l'Inde  en matière de la fabrication des médicaments est catastrophique. Nous devrons et ce sera une leçon à tirer de cette pandémie RE LOCALISER, c'est une urgence. C'est un enjeu de santé publique et c'est valable pour le monde entier. Une fabrication européenne est une solution possible à condition que l'Europe existe vraiement.Il ne faut plus discuter, tergirverser, il faut décider et foncer car c'est une évidence.
gala.jpg

COVID-19 et Sondages

Écrit par Jean Pierre LAROCHE le .

"A la question : faites vous encore confiance aux instituts de sondage ? 64% des Français répondent non. Et 59% répondent oui." Geluck

SONDAGE : Enquête statistique dont le but est de connaître, à un moment donné, la manière dont se répartissent les opinions individuelles à propos d'une question donnée. (On dit aussi sondage d'opinion.) (Larousse) 
Une inéptie totale,
continuer à faire des sondages en pleine pandémie, un coût énorme et inutile.Il y a mieux à faire. Les egos du gouvernement sont-ils si importants ? Prochain sondage pensez vous que le COVID-19 soit dangereux : OUI, NON, NE SAIT PAS etc. Nous sommes en période de pandémie, alors luttons ensemble, il faut de la cohésion et non pas faire du nombrilisme....finalement je suis bon, on m'aime..... Faire des sondages aujourd'hui c'est pour pouvoir dire demain on a été très bon, car le très mauvais n'existe pas pour les instiituts de sondage. La solidarité ne s'évalue pas avec des sondages, elle EST ! 

COVID-19 : stop TABAC

Écrit par Jean Pierre LAROCHE le .

"Les cigarettes sont, de loin, le produit en vente libre qui fait le plus de victimes. Plus que les fusils qui, bien entendu, ne sont pas faits pour tirer sur les gens. Les cigarettes sont faites pour être allumées et pour que la fumée du tabac soit inhalée. Elles sont mortelles quand on les utilise exactement comme elles doivent l’être." John Grisham

Un article récent " Cigarette smoke triggers the expansion of a subpopulation of respiratory epithelial cells that express the SARS-CoV-2 receptor ACE2", (https://www.biorxiv.org/content/10.1101/2020.03.28.013672v1 montre que l'intoxication tabagique est aussi un facteur de risque pour le COVID-19 .  Cet article suggère que cesser de fumer  pourrait réduire la sensibilité aux coronavirus. Une fois de plus le tabac joue encore un rôle néfaste,mais ça tout le monde le sait . Le tabac est le premier facteur de risque de cancer du poumon (risque multiplié par 10 à 15 pour un fumeur) et de cancer de la vessie. Il est également responsable des nombreux autres cancers :ORL, œsophage, estomac, colon, foie, pancréas, col de l'utérus, etc. Sur le plan artériel on le retrouve comme facteur de risque majeur en cas d'accident vasculaire cérébral,en cas d'atteinte des coronaires, des artères des membres inférieurs, donc toutes les artères sont concernées. Et maintenant le COVID-19, c'est tout à fait logique puis que ce virus entraîne une détresse respiratoire majeure qui peut s'avérer moirtelle, c'est expliqué et démontré. Les fumeurs ont 2,5 fois plus de risque de passer par la réanimation ou de décéder, en comparaison aux non-fumeurs en cas de COVID-19. C'est dit  et c'est important car les septiques du tabac sont encore nombreux.Le confinement actuel entraine une augmentation de la consommation de tabac . Autre chose on nous dit qu'il y a moins de pollution oui mais il existe toujours des micro particules fines qui constituent un facteur aggravant de la propagation du Covid-19. Cette pollution augmente non seulement notre vulnérabilité au virus, mais diffuserait également le virus par voie aérienne. 
 
 
 TableauPr . B Dautzenberg @parissanstabac
EUlii8KU4AAqHuv

USA et COVID-19 : la course à l'armement

Écrit par Jean Pierre LAROCHE le .

"Chargement d'armes, chargement de peur". Proverbe provençal 

La National Rifle Association (NRA) est une association à but non lucratif américaine. Sa principale activité est de protéger le droit de posséder et de porter des armes (2e amendement du Bill of Rights), thématique sur laquelle elle est incontournable dans le débat politique américain. « le droit de chacun de posséder et de porter une arme ne doit pas être enfreint, pour ce qu’une milice bien organisée est nécessaire à la sécurité d’un Etat libre" . Aujourd'hui aux USA , envahis par le COVID-19 on fait la queue comme le montre l'illustration pour acheter une arme et non pour se faire dépister. Pour la NRA , elle affirme faire partie des  infrastructures essentielles , c'est dire. « les vendeurs d’armes et de munitions fournissent peut-être la fonction commerciale la plus importante en permettant aux Californiens de se défendre eux-mêmes, ainsi que leurs proches et leur propriété » Le revers de ces armes vendue slibrement ce sont les multiples carnages .Quelques chiffrs révélateurs : États-Unis : plus de 317 personnes blessées par balle chaque jour, dénonce Amnesty L'ONG Amnesty International sort ce mercredi un rapport sur l'usage des armes à feu aux États-Unis, qui ont causé la mort de plus de 38.000 personnes et fait 116.000 blessés en 2016.(https://www.lemonde.fr/international/article/2020/03/28/coronavirus-aux-etats-unis-la-nra-saisit-la-justice-pour-garder-les-armureries-ouvertes_6034730_3210.html et https://www.lefigaro.fr/international/2018/09/12/01003-20180912ARTFIG00249-etats-unis-plus-de-317-personnes-blessees-par-balle-chaque-jour-denonce-amnesty.php) Leur argument est simpliste, le COVID-19 va tout désorganiser et être à l'origine de  l'insécurité, de guerres des  gangs, de banditisme , de recrudescense de la drogue etc et donc il faut s'armer pour se défendre. Certains états ont fermé ces magasins. On doit cependant se poser la question : pourquoi cette nécessité d'être armé en 2020 ? Leur vente repose sur une construction historique et culturelle, très difficile à réformer, le 2° amendement . C'est ancré dans leur génes, ils sont formatés ainsi mais fort heureusement ce n'est pas le cas de toute la population.Je vous rappelle qu'au Brésil c'est la même chose. En période de pandémie, la peur amplifie TOUT et donc pour certains, tous les risques  graves augmentent ce qui justifie à leurs yeux le recours aux armes. Ils ont l'obsession d'être armé.

5e85aa1a25000008020587c7.jpgNational_Rifle_Association_logo.png

Statistiques : Aujourd'hui 938 - Hier 711 - Cette semaine 5510 - Ce mois-ci 16007 - Total 242114