Les propos qui sont tenus ici n’engagent que leur auteur. Les textes sont actualisés régulièrement et corrigés en cas d'erreur. Bonne visite

AOD et POUMONS ?

Écrit par Jean Pierre LAROCHE le .

iconographie : ILD


"Ne perdez jamais votre bonne humeur, riez, chantez, dansez, c'est sans effets secondaires et en plus exonéré d'impôts."
Lume

Introduction Development of Interstitial Lung Disease Among Patients With Atrial Fibrillation Receiving Oral Anticoagulants in Taiwan,
 
Lai-Chu See et Coll JAMA Network Open. 2022;5(11):e2243307. doi:10.1001/jamanetworkopen.2022.43307 

Développement de la maladie pulmonaire interstitielle chez les patients atteints de fibrillation auriculaire recevant des anticoagulants oraux à Taïwan

https://jamanetwork.com/journals/jamanetworkopen/fullarticle/2798871
 
Libre d'accés

Question

L'utilisation d'anticoagulants oraux non antagonistes de la vitamine K est-elle associée au développement d'une pneumopathie interstitielle (MPI) ?

Résultats

Dans cette étude de cohorte de 106 044 patients atteints de fibrillation auriculaire non valvulaire sans maladie pulmonaire préexistante, 64 555 patients ont reçu des inhibiteurs du facteur Xa (FXa), 22 501 ont reçu du dabigatran et 18 988 ont reçu de la warfarine au départ. L'utilisation d'inhibiteurs du FXa était associée à un risque plus élevé de MPI incidente et l'utilisation de dabigatran était associée à une différence non significative du risque de MPI incidente par rapport à la warfarine après pondération stabilisée par le score de propension ; le risque plus élevé de PID incidente associé aux inhibiteurs du FXa par rapport à la warfarine a été observé dans plusieurs sous-groupes à haut risque.

Signification

Les résultats de l'étude suggèrent que les médecins doivent être vigilants dans la surveillance de tout résultat pulmonaire indésirable potentiel des inhibiteurs du FXa.


Des rapports de cas et des analyses de pharmacovigilance suscitent de nouvelles inquiétudes quant à un risque possible de maladie pulmonaire interstitielle (PI) associé à l'utilisation d'inhibiteurs du facteur Xa (FXa).

Objectif

Évaluer le risque d'incident ILD associé à l'utilisation d'anticoagulants oraux (OAC) chez les patients atteints de fibrillation auriculaire non valvulaire (NVAF).

Conception, environnement et participants

Cette étude de cohorte rétrospective à l'échelle nationale a utilisé les données de la base de données de recherche sur l'assurance maladie nationale de Taiwan. Les patients atteints de NVAF sans maladie pulmonaire préexistante qui ont reçu des OAC du 1er juin 2012 au 31 décembre 2017 ont été inclus. La pondération stabilisée par score de propension (PSSW) a été utilisée pour équilibrer les covariables entre les groupes de médicaments (inhibiteurs du FXa, dabigatran et warfarine, avec la warfarine comme référence). Les patients ont été suivis à partir de la date d'indexation du médicament jusqu'au début de la MPI, au décès ou à la fin de l'étude (31 décembre 2019), selon la première éventualité. Les données ont été analysées du 11 septembre 2021 au 3 août 2022.
 
Les patients atteints de NVAF ont été traités avec des inhibiteurs du FXa, du dabigatran ou de la warfarine.

Principaux résultats et mesures PID idiopathique d'apparition récente.

Résultats

Parmi les 106 044 patients (âge moyen [ET], 73,4 [11,9] ans ; 59 995 hommes [56,6%]) inclus dans l'étude, 64 555 (60,9%) ont reçu des inhibiteurs du FXa (apixaban [n = 15 386], edoxaban [n = 12 413] et rivaroxaban [n = 36 756]), 22 501 (21,2 %) ont reçu du dabigatran et 18 988 (17,9 %) ont reçu de la warfarine au départ. Les inhibiteurs du FXa étaient associés à un risque plus élevé d'incident ILD (0,29 contre 0,17 pour 100 patients-années ; rapport de risque, 1,54 [IC à 95 %, 1,22-1,94] ; P  < 0,001), tandis que le dabigatran était associé à une différence non significative dans le risque d'incident ILD par rapport à la warfarine (référence) après PSSW. Le risque plus élevé de PID incidente pour les inhibiteurs du FXa par rapport à la warfarine était cohérent avec plusieurs sous-groupes à haut risque.

Conclusions et pertinence

Les résultats de cette étude suggèrent que les inhibiteurs du FXa étaient associés à des lésions pulmonaires chez les patients atteints de FANV traités avec des CAO. Les médecins doivent être vigilants dans la surveillance de tout résultat pulmonaire indésirable potentiel associé à l'utilisation de ces médicaments.

La différence absolue des taux d'ILD entre les inhibiteurs du FXa et la warfarine était faible (0,12 pour 100 patients-années) et bien inférieure à la réduction absolue de l'incidence de la thromboembolie (0,78 pour 100 patients-années) et des hémorragies majeures (0,78 pour 100 patients-années) entre les groupes inhibiteur du FXa et warfarine


Commentaire

Un effet secondaire des AOD nouveaux mais très rare qui ne remet pas en cause la prescription des AOD. Il faut au moins connaître cet effet et le signaler . A ce stade de nos connaissances pas d'impact sur les prescriptions d'AOD.

Analyse intéressante de cet article sur TCTMD
 
TCTMD

https://www.tctmd.c

 About TCTMD
TCTMD is the most comprehensive on-line resource in interventional cardiology and provides in-depth coverage across the spectrum of cardiovascular disease research and practice. Since its launch at TCT 2000,

"Soulignant les limites de ce type d'étude, Emanuel Raschi, MD, PhD (Université de Bologne, Italie), déclare dans un éditorial d'accompagnement que ces résultats ne peuvent pas être utilisés lors du choix d'un anticoagulant oral, ajoutant que "le profil global risque-bénéfice des NOAC reste inchangée.
L'étude "ne doit pas être considérée comme une alarme mais plutôt comme une alerte pour les cliniciens, y compris les médecins généralistes, les hôpitaux et les médecins spécialisés", dit-il. « Recommander une surveillance étroite de la fonction pulmonaire chez les patients traités par NACO n'est pas justifié, et aucune mesure réglementaire ne peut être envisagée autre qu'une mise à jour des résumés des caractéristiques des produits.

Les patients et les médecins doivent rester attentifs au risque potentiel, dit Raschi, ajoutant qu'il est important de signaler les cas suspects. Il appelle à des recherches supplémentaires pour explorer les mécanismes, la réversibilité de l'ILD après l'arrêt du médicament, la sensibilité de la population et d'autres problèmes."

"Cette constatation ne devrait pas dissuader les patients ou les cliniciens d'utiliser les inhibiteurs du facteur Xa comme traitement de première ligne pour la prévention des AVC dans la FA."
Geoffrey Barnes

Affaire à suivre.....

DOPPLER VEINEUX et CONGESTION

Écrit par Jean Pierre LAROCHE le .

" La seule façon de combattre la congestion est de diminuer le fardeau." Andrew Tanenbaum

Venous Doppler to Assess Congestion: A Comprehensive Review of Current Evidence and Nomenclature.,
DESCHAMPS J et Coll, Montréal, (Cananda);         Ultrasound in medicine & biology [Ultrasound Med Biol] 2022 Oct 04. Date of Electronic Publication: 2022 Oct
 
Doppler veineux pour évaluer la congestion : un examen complet des preuves et de la nomenclature actuelles .
 Résumé
La congestion des organes due à l'hypertension veineuse est un mécanisme physiopathologique important responsable des lésions organiques dans plusieurs contextes cliniques, notamment les maladies graves, l'insuffisance cardiaque congestive et l'insuffisance rénale chronique en phase terminale. Cependant, l'évaluation pratique de la congestion veineuse est souvent difficile au chevet du patient en raison des limites des méthodes traditionnelles. L'échographie au point de service (POCUS) permet au clinicien d' évaluer les profils de vitesse veineuse au cours du cycle cardiaque à l'aide des modalités Doppler . Des anomalies du profil Doppler veineux sur plusieurs sites sont détectées lorsque le niveau veineux élevé la pression entraîne des changements hémodynamiques dans la circulation veineuse systémique. La détection de ces profils Doppler anormaux peut permettre d'identifier les patients présentant une congestion veineuse systémique cliniquement significative . Ces patients présentent un risque accru de complications médicales L'amélioration de l'évaluation de la congestion veineuse peut conduire à un traitement individualisé et à de meilleurs résultats pour les patients. Dans cette revue , nous décrivons les principes physiologiques nécessaires pour comprendre l' évaluation Doppler veineuse . Nous proposons également une nomenclature pour la description des profils Doppler veineux . Enfin, nous fournissons une revue narrative des preuves cliniques actuelles liées à l' utilisation de l'évaluation Doppler veineux dans divers contextes cliniques. Intérêts concurrents : divulgation des conflits d'intérêts Aucun auteur n'a de relation avec l'industrie à divulguer en lien avec cet article. 
 

Congest1

Sites anatomiques du bilan Doppler veineux. Veine hépatique, veine porte et veines intra-rénales Le Doppler sur le rein droit est obtenu en positionnant un phase array ou une sonde abdominale cranio-caudale sur la ligne médio-axillaire (coupe bleue). Ajuster la position de la sonde à la ligne post-axillaire et modifier l'angle (basculement) peut être nécessaire pour une évaluation optimale de la veine porte et du rein. La veine hépatique gauche et la veine porte peuvent également être évaluées à partir de la partie antérieure de l'abdomen. Ces mesures doivent être effectuées en fin de péremption.
 

1 s2.0 S0301562922005038 gr2 lrg

Relation entre les variations de la pression auriculaire droite (RAP) et les schémas de vitesse Doppler veineux avec augmentation progressive de la pression de remplissage du VD. La courbe RAP est exprimée en pressions dans le temps tandis que les modèles Doppler sont exprimés en vitesses dans le temps. Le flux antérograde est représenté par le signe + rouge. Cette figure représente les schémas Doppler sur le flux veineux hépatique (HVF) (d, e, f), le flux veineux intra-rénal (IRVF) (g, h, i), le flux veineux porte (PVF) (j, k, l) et , de gauche à droite, normal (pression de remplissage [d, g, j] à modérée [e, h, k] et sévère [f, i, l] élévations de la pression de remplissage du VD). Le Doppler intra-rénal capture généralement à la fois une composante artérielle et veineuse dans la même image : le tracé au-dessus de la ligne de base dans les panneaux G, H et I représente la fonction rénal eflux artériels . Adapté de Haddad et al. avec la permission de Lippincott Williams & Wilkins.



1 s2.0 S0301562922005038 gr5

Proposition de description des diagrammes Doppler de congestion veineuse pour le Doppler de la veine hépatique, le Doppler intra-rénal et le Doppler de la veine porte selon la gravité de la congestion. Le flux antérograde est représenté par le signe + rouge. HV : Veine hépatique, IRVF : flux veineux intra-rénal, PVF : flux veineux portal.

Les études
 
congest4

congest5
congest6
 
L'avenir

À ce jour, les preuves actuelles sont observationnelles et ne permettent de déduire que l'association des schémas Doppler veineux et de la congestion.

Par conséquent, l'adaptation du traitement et des interventions aux résultats de base ainsi que l'évaluation de la réponse aux interventions restent spéculatives et doivent être utilisées avec prudence.

Le prochain défi peut être de réaliser des études interventionnelles pour déterminer si l'évaluation Doppler veineuse peut être utilisée pour améliorer les résultats des patients.


Les interventions potentielles comprennent l'utilisation d'un Doppler veineux pour guider la réplétion et l'élimination du volume, un traitement inotrope et des vasodilatateurs inhalés .

Le Doppler veineux pourrait représenter un outil de diagnostic puissant dans le domaine difficile de l'état du volume, de la réponse au volume et des états congestifs.
 

Michel Dauzat
 
Commentaire

Professeur Michel Dauzat
Professeur émérite - Université de Montpellier - UFR de Médecine de Montpellier-Nîmes



Article intelligent et très intéressant, par une équipe crédible.

L'analyse de la modulation des flux est pertinente, et le choix d'en rester à une analyse morphologique (patterns) est judicieux. La principale difficulté dans ce domaine (et les auteurs en sont conscients) est que le contexte doit être pris en compte pour interpréter les tracés et leur perturbation.

Face à un flux de modulation anormale, de multiples facteurs peuvent être en cause et l'interprétation n'est donc pas toujours univoque. Néanmoins, la séméiologie qu'ils proposent est tout à fait contributive car elle permet, si l'on constate une anomalie, d'entreprendre une analyse plus fouillée et, bien souvent, d'élargir le champ d'observation. Il est intéressant de noter que, bien souvent, c'est l'hyperpulsatilité du flux veineux qui traduit une "congestion", et non l'absence de modulation.

C'est le cas, par exemple, de la pulsatilité du flux veineux portal qui peut apparaître en cas d'insuffisance cardiaque droite sévère. Cependant, une modulation excessive peut aussi apparaître sur le flux veineux portal en cas d'hyperémie splanchnique marquée (donc avec vasorelaxation artérielle), par exemple à un stade précoce d'hépatopathie chronique. Les auteurs suggèrent l'utilisation de cette séméiologie dans le cadre de l'échographie focalisée (POCUS), et cela est certainement à leur portée, mais peut-être (ou probablement) pas à celle des praticiens qui ne seraient pas au même niveau de formation et de pratique intensive. Dans de tels cas, repérer une modulation anormale du flux veineux et référer le patient pour un examen plus détaillé, ou demander l'avis d'un spécialiste, semble justifié.

Au fond de l'oeil

Écrit par Jean Pierre LAROCHE le .

iconographie : OEIL

"L’œil… Tout l’univers est en lui, puisqu’il voit, puisqu’il reflète" . Guy de Maupassant

"Les mots ou le langage, écrit ou parlé, ne semblent jouer aucun rôle dans mon mécanisme de pensée. Les entités psychiques qui servent d’éléments à la pensée sont, dans mon cas, de type visuel…"
Albert Einstein


Rudnicka AR , Welikala R , Barman S , et al, Vasculométrie rétinienne basée sur l'intelligence artificielle pour la prédiction de la mortalité circulatoire, de l'infarctus du myocarde et de l'accident vasculaire cérébral British Journal of Ophthalmology Première publication en ligne : 04 octobre 2022. doi : 10.1136/bjo-2022-321842
Article libre d'accès

Contexte

Est ce que l'inclusion de la vasculométrie rétinienne (RV) activée par l'intelligence artificielle (IA) améliore les algorithmes de risque existants pour les accidents vasculaires cérébraux, les infarctus du myocarde (IM) et la mortalité circulatoire.

Méthodes

L'analyse d'images de vaisseaux rétiniens activée par l'IA a traité les images de 88 052 participants à la UK Biobank (UKB) (âgés de 40 à 69 ans lors de la capture d'image) et de 7 411 participants à l'enquête prospective européenne sur le cancer (EPIC)-Norfolk (âgés de 48 à 92 ans). La largeur, la tortuosité et la surface artériolaire et veinulaire rétinienne ont été extraites. Des modèles de prédiction ont été développés à UKB à l'aide d'une régression multivariée des risques proportionnels de Cox pour la mortalité circulatoire, les accidents vasculaires cérébraux et les IDM, et validés en externe à EPIC-Norfolk. Les performances du modèle ont été évaluées à l'aide d'un calibrage ajusté à l'optimisme, de statistiques C et de R 2statistiques. Les performances des scores de risque de Framingham (FRS) pour l'accident vasculaire cérébral incident et l'IM incident, avec l'ajout du RV au FRS, ont été comparées à un modèle plus simple basé sur le RV, l'âge, le statut tabagique et les antécédents médicaux (médicaments antihypertenseurs/hypocholestérolémiants, diabète, AVC prévalent). /MI).

Résultats

Des modèles pronostiques UKB ont été développés sur 65 144 participants (âge moyen 56,8 ans ; suivi médian 7,7 ans) et validés sur 5862 participants EPIC-Norfolk (67,6, 9,1 ans, respectivement). Les modèles de prédiction de la mortalité circulatoire chez les hommes et les femmes avaient des statistiques C ajustées à l'optimisme et des statistiques R 2 entre 0,75–0,77 et 0,33–0,44, respectivement. Pour les accidents vasculaires cérébraux et IM, l'ajout de RV à FRS n'a pas amélioré les performances du modèle dans l'une ou l'autre des cohortes. Cependant, le modèle RV plus simple a obtenu des performances égales ou supérieures à celles du FRS.

Conclusion

RV offre un biomarqueur prédictif alternatif aux scores de risque traditionnels pour la santé vasculaire, sans avoir besoin de prélèvement sanguin ou de mesure de la pression artérielle. Des travaux supplémentaires sont nécessaires pour examiner le VR dans le dépistage de la population afin de trier les personnes à haut risque.

QU'EST-CE QU'ON SAIT DÉJÀ À CE SUJET

Le dépistage de l'infarctus du myocarde (IM) et de l'AVC dans la population à l'aide d'outils de prédiction du risque existe, mais son adoption est limitée ; les scores de risque de mortalité circulatoire n'existent pas.

CE QUE CETTE ÉTUDE AJOUTE

Les modèles de risque développés dans UK Biobank (validés dans European Prospective Investigation into Cancer-Norfolk) utilisant la vasculométrie rétinienne (RV) activée par l'intelligence artificielle (IA), l'âge, les antécédents de maladie cardiovasculaire, l'utilisation de médicaments contre l'hypertension et le tabagisme ont donné des performances de test prédictives élevées pour mortalité circulatoire.

Les scores de risque d'infarctus du myocarde et d'accident vasculaire cérébral ont obtenu des résultats similaires aux scores de risque établis.

COMMENT CETTE ÉTUDE POURRAIT AFFECTER LA RECHERCHE, LA PRATIQUE OU LA POLITIQUE

L'extraction de RV activée par l'IA offre un biomarqueur pronostique non invasif de la santé vasculaire qui ne nécessite pas de prélèvement sanguin ou de mesure de la pression artérielle, et a potentiellement une plus grande portée communautaire pour identifier les personnes à risque moyen à élevé nécessitant une évaluation clinique plus approfondie.

Implications et conclusions


L'imagerie rétinienne est établie dans les cliniques et les hôpitaux de soins oculaires et dans les cabinets d'optométrie aux États-Unis et au Royaume-Uni. La prédiction des risques de vasculométrie basée sur l'IA est entièrement automatisée, peu coûteuse, non invasive et a le potentiel d'atteindre une proportion plus élevée de la population dans la communauté en raison de la disponibilité « dans la rue » et parce que l'échantillonnage sanguin ou la sphygmomanométrie ne sont pas nécessaires. Le RV est un marqueur microvasculaire et offre donc une meilleure prédiction de la mortalité circulatoire et des accidents vasculaires cérébraux par rapport à l'IM qui est plus macrovasculaire, sauf peut-être chez les femmes. Dans la population générale, il pourrait être utilisé comme une forme sans contact de bilan de santé vasculaire systémique, pour trier les personnes à risque moyen à élevé de mortalité circulatoire pour une évaluation plus approfondie du risque clinique et une intervention appropriée. En 2017-2018 au Royaume-Uni,50 Avec une tendance à la baisse de la fréquentation ces dernières années (c'est-à-dire à partir de 2012) et des inégalités socio-économiques de fréquentation (où les jeunes, les hommes, les plus défavorisés et certains groupes ethniques étaient moins susceptibles de fréquenter), 50cette approche RV « grand public » pourrait alimenter directement les services médicaux primaires et aider à atteindre une plus grande couverture de dépistage (en supposant que ce groupe d'âge est susceptible d'assister à une pratique optométrique pour la correction visuelle, en particulier avec l'apparition de la presbytie). De plus, cela offrirait une nouvelle approche pour identifier les personnes à haut risque de mortalité circulatoire, qui ne sont pas actuellement dépistées. Alors qu'un pourcentage élevé d'images rétiniennes dans cette étude capturées par du personnel non expert étaient de qualité suffisante pour être utilisées pour la quantification RV (~ 80%), nous nous attendons à ce que cela soit amélioré avec l'imagerie du fond d'œil réalisée par des professionnels de la santé, tels que ceux qui travaillent dans la pratique optométrique. Cependant, faire avancer des preuves expérimentales serait nécessaire pour évaluer formellement l'efficacité de la prévention des MCV avant de préconiser la mise en œuvre. Malgré cela, disposer d'un autre test de dépistage peu coûteux, accessible et non invasif dans la communauté pour encourager l'adoption d'une évaluation des risques cliniques dans la communauté (en plus des approches de dépistage actuelles), est très susceptible d'aider à prolonger le statut sans maladie dans un - population vieillissante avec des comorbidités croissantes, et aider à minimiser les coûts de soins de santé associés aux maladies vasculaires permanentes.

RAPPEL : 

Une IA peut permettre de prédire le risque CV en examinent l'oeil (2018)

Des chercheurs de Verily, la filiale santé d'Alphabet (la maison mère de Google) ont créé un programme informatique capable de prédire les risques de maladies cardiaques en analysant une image de la rétine (https://www-nature-com.proxy.insermbiblio.inist.fr/articles/s41551-018-0195-0)

Traditionnellement, les découvertes médicales sont faites en observant des associations, en faisant des hypothèses à partir d'elles, puis en concevant et en exécutant des expériences pour tester les hypothèses. Cependant, avec les images médicales, l'observation et la quantification des associations peuvent souvent être difficiles en raison de la grande variété de caractéristiques, de motifs, de couleurs, de valeurs et de formes qui sont présentes dans les données réelles. Ici, nous montrons que l'apprentissage profond peut extraire de nouvelles connaissances à partir d'images du fond rétinien. En utilisant des modèles d'apprentissage en profondeur formés sur les données de 284335 patients et validés sur deux ensembles de données indépendants de 12026 et 999 patients, nous avons prédit des facteurs de risque cardiovasculaire qui n'étaient pas auparavant considérés comme présents ou quantifiables dans les images rétiniennes, tels que l'âge (erreur absolue moyenne sur 3,26 ans ), le sexe (aire sous la courbe des caractéristiques de fonctionnement du récepteur (ASC) = 0,97), le tabagisme (ASC = 0,71), la pression artérielle systolique (erreur absolue moyenne à moins de 11,23 mmHg) et les événements cardiaques indésirables majeurs (ASC = 0,70). Nous montrons également que les modèles d'apprentissage en profondeur formés utilisaient des caractéristiques anatomiques, telles que le disque optique ou les vaisseaux sanguins, pour générer chaque prédiction
eil
Le RISQUE CARDIOVASCULAIRE prédit par IA est une application majeure qui révolutionnera son évaluation 
 
Commentaire

L'IA doit être l'alliée des médecins dans le seul but d'améliorer les diagnostics, la prévention, les traitements , les données épidémiologiques, la robotique afin de mieux prendre en charge les patients. Mais attention l'IA ne doit pas devenir intrusive, elle ne doit pas nous échapper et elle doit elle-aussi s'inscrire dans la pertinence des soins. Hippocrate veille sur une médecine qui doit rester humaine. Le transhumanisme (ou être humain augmenté) et le développement des IA ne sont pas mis à l'index par leurs détracteurs, mais simplement mis en avant comme un danger si et seulement si un contrôle n'y est pas apporté. L'homme augmenté tel que le rêve Elon Munsk avec son projet Neuralink est censée dévlopper un système de connexion du cerveau à une machine pour contrer la puissance des IA à venir : rêve, cauchemar, réalité ????.
 
Les médecins ne doivent pas avoir de défiance vis à vis de l'IA, ils doivent l'accompagner, la maîtriser, l'utiliser pour encore mieux prendre en charge les patients. Les millions et milliards de données rassemblées par une IA représentent à coup sûr une avanceé diagnostique et thérapeutique pour les patients

HIGHLOW STUDY ISTH 2022

Écrit par Jean Pierre LAROCHE le .

"Naître, c'est recevoir tout un univers en cadeau." Jostein Gaarder

“Décider d’avoir un enfant c’est accepter que votre coeur se sépare de votre corps et marche à vos côtés pour toujours.” 
Katharine Hadley

Intermediate-dose versus low-dose low-molecular-weight heparin in pregnant and post-partum women with a history of venous thromboembolism (Highlow study): an open-label, multicentre, randomised, controlled trial 

Héparine de bas poids moléculaire à dose intermédiaire versus à faible dose chez les femmes enceintes et en post-partum ayant des antécédents de thromboembolie veineuse (étude Highlow) : un essai ouvert, multicentrique, randomisé et contrôlé
Ingrid M Bistervels, Andrea Buchmüller, Hanke M G Wiegers*, Fionnuala Ní Áinle, Bernard Tardy, Jennifer Donnelly, Peter Verhamme,Anne F Jacobsen, Anette T Hansen, Marc A Rodger, Maria T DeSancho, Roman G Shmakov, Nick van Es, Martin H Prins, Céline Chauleur,
Saskia Middeldorp, for the Highlow block writing committee† and Highlow Investigators‡Lancet 2022; 400: 1777–87

Article libre d'accés

international society on thrombosis and haemostasis congress isth 2022 big
 
#ISTH2022, très belle étude

Contexte

La thromboembolie veineuse liée à la grossesse est une cause majeure de morbidité et de mortalité maternelles, et la thromboprophylaxie est indiquée chez les femmes enceintes et en post-partum ayant des antécédents de thromboembolie veineuse. La dose optimale d'héparine de bas poids moléculaire pour prévenir la thromboembolie veineuse récurrente pendant la grossesse et la période post-partum est incertaine.

Méthodes

Dans cet essai ouvert, randomisé et contrôlé (Highlow), des femmes enceintes ayant des antécédents de maladie thromboembolique veineuse ont été recrutées dans 70 hôpitaux de neuf pays (Pays-Bas, France, Irlande, Belgique, Norvège, Danemark, Canada, États-Unis et Russie). Les femmes étaient éligibles si elles étaient âgées de 18 ans ou plus avec des antécédents de thromboembolie veineuse objectivement confirmée et avec un âge gestationnel de 14 semaines ou moins. Les femmes éligibles ont été assignées au hasard (1:1), avant 14 semaines d'âge gestationnel, à l'aide d'un système en ligne et d'une randomisation par blocs permutés (taille de bloc de six), stratifiée par centre, soit à une dose intermédiaire ajustée en fonction du poids, soit à une faible dose fixe - doser de l'héparine de bas poids moléculaire par voie sous-cutanée une fois par jour jusqu'à 6 semaines post-partum. Le principal critère d'évaluation de l'efficacité était la thromboembolie veineuse objectivement confirmée (c.-à-d. thrombose veineuse profonde, embolie pulmonaire ou thrombose veineuse de site inhabituel), tel que déterminé par un comité d'adjudication central indépendant, dans la population en intention de traiter (ITT) (c'est-à-dire toutes les femmes affectées au hasard au traitement). Le principal critère de jugement de sécurité était l'hémorragie majeure qui incluait l'hémorragie ante-partum, post-partum précoce (dans les 24 h après l'accouchement) et l'hémorragie majeure post-partum tardive (24 h ou plus après l'accouchement jusqu'à 6 semaines post-partum), évaluée chez toutes les femmes ayant reçu au moins une dose du traitement assigné et dont la date de fin de traitement était connue. Cette étude est enregistrée auprès de post-partum précoce (dans les 24 h après l'accouchement) et saignement majeur post-partum tardif (24 h ou plus après l'accouchement jusqu'à 6 semaines post-partum), évalués chez toutes les femmes ayant reçu au moins une dose du traitement assigné et présentant une date de fin de traitement. Cette étude est enregistrée auprès de post-partum précoce (dans les 24 h après l'accouchement) et saignement majeur post-partum tardif (24 h ou plus après l'accouchement jusqu'à 6 semaines post-partum), évalués chez toutes les femmes ayant reçu au moins une dose du traitement assigné et présentant une date de fin de traitement. Cette étude est enregistrée auprès deClinicalTrials.gov , NCT01828697 , et est maintenant terminée.

Résultats

Entre le 24 avril 2013 et le 31 octobre 2020, 1 339 femmes enceintes ont été examinées pour déterminer leur éligibilité, dont 1 110 ont été assignées au hasard à une dose intermédiaire ajustée en fonction du poids (n = 555) ou à une faible dose fixe (n = 555) à faible dose. héparine de poids moléculaire (population ITT). Une thromboembolie veineuse est survenue chez 11 (2 %) des 555 femmes du groupe à dose intermédiaire ajustée en fonction du poids et chez 16 (3 %) des 555 femmes du groupe à faible dose fixe (risque relatif [RR] 0,69 [IC à 95 % 0·32–1·47] ; p=0·33). Une thromboembolie veineuse est survenue avant l'accouchement chez cinq (1 %) femmes du groupe à dose intermédiaire et chez cinq (1 %) femmes du groupe à faible dose, et après l'accouchement chez six (1 %) femmes et 11 (2 %) femmes. Une hémorragie majeure pendant le traitement dans la population de sécurité (N=1045) est survenue chez 23 (4 %) des 520 femmes du groupe à dose intermédiaire et chez 20 (4 %) des 525 femmes du groupe à faible dose (RR 1·16 [IC à 95 % 0·65–2·09]).
 
Interprétation

Chez les femmes ayant des antécédents de thromboembolie veineuse, l'héparine de bas poids moléculaire à dose intermédiaire ajustée en fonction du poids pendant les périodes combinées antepartum et post-partum n'a pas été associée à un risque de récidive plus faible que l'héparine de bas poids moléculaire à faible dose fixe . Ces résultats indiquent que l'héparine de bas poids moléculaire à faible dose pour la thromboprophylaxie pendant la grossesse est la dose appropriée pour la prévention de la thromboembolie veineuse récurrente liée à la grossesse.

1 s2.0 S0140673622021286 gr1 lrg

HIG1
HIGH2
HIGH3
 

HIGH6
HIGH7
1 s2.0 S0140673622021286 gr2 lrg
Commentaire
Une des présentations majeures de l'ISTH (@MiddeldorpS) et  celle de Anne Godier ( @GodierAnne) sur un tout autre sujet . 

Revenons à l'histoire naturelle de ma MTEV au cous de la grossesse et en post partum


HIGH999
C'est le 3° trimeste qui à risque de MTEV et surtout le post partum, c'est un fait majeur.
 
Compte tenu du risque hémoragique et du bénéfice sur le risque de MTEV, cette étude ouvre la porte "au cas par cas" d'une prévention à dose intermédiaire dans le post partum.

Chez qui ?

Essentiellement des patientes à haut risque de MTEV de par leurs antécédents de MTEV personnels et ou familiaux, et leurs FDR MTEV et ce dans les cadre d'une RCP THROMBOSE.

A discuter  surtout  dans le post partum pour l'instant 
 
 

RIETE EXPRESS : TVP+EP sur risque mortalité

Écrit par Jean Pierre LAROCHE le .


“Demain est moins à découvrir qu’à inventer.” Gaston Berger

Deep vein thrombosis symptoms and 30-day mortality in acute pulmonary embolism 
ÁlvaroDubois-Silvaab,Cristina Barbagelata-López,PatriciaPiñeiro-Parga,LucianoLópez-Jiménez,Anton iRiera-Mestre,Sebastian Schellong,Judith Catella, Marijan Bosevski,Mireia Roca Toledo, Manuel Monreal,the RIETE Investigators European Journal of Internal Medicine 2022, 16 Novembre
Symptômes de thrombose veineuse profonde et mortalité à 30 jours dans l'embolie pulmonaire aiguë
 

Contexte

Chez les patients atteints d'embolie pulmonaire (EP) symptomatique aiguë, la présence concomitante d'une thrombose veineuse profonde (TVP) des membres inférieurs a été associée à un taux de mortalité plus élevé. La signification pronostique des symptômes de TVP chez ces patients reste incertaine.
 
Méthodes

Nous avons utilisé le registre RIETE (Registro Informatizado de Enfermedad TromboEmbólica) pour comparer le taux de mortalité à 30 jours chez les patients atteints d'EP et de TVP concomitante des membres inférieurs, selon la présence ou l'absence de symptômes de TVP. Les critères de jugement principaux étaient les décès toutes causes confondues et les décès liés à l'EP au cours des 30 premiers jours.
 
Résultats

De mars 2001 à juin 2021, 17 742 patients ont présenté une EP symptomatique aiguë et une TVP concomitante objectivement prouvée des membres inférieurs. Parmi ceux-ci, 11 984 (68 %) présentaient des symptômes de TVP. La plupart des patients avec ou sans symptômes de TVP (82 % contre 81 %) ont reçu initialement de l'héparine de bas poids moléculaire. Ensuite, la plupart (61 % contre 58 %) sont passés aux antagonistes de la vitamine K. Au cours des 30 premiers jours de traitement, 497 patients présentant des symptômes de TVP (4,1 %) et 164 (2,8 %) sans symptômes de TVP sont décédés (rapport des taux [RR] : 1,48 ; IC à 95 % : 1,23-1,77). Les taux de décès liés à l'EP étaient : 1,0 % contre 0,7 %, respectivement (RR : 1,50 ; IC à 95 % : 1,04-2,16). En analyse multivariée, les patients présentant des symptômes de TVP présentaient un risque accru de décès toutes causes confondues (risque relatif ajusté [aHR] : 1,49 ; IC à 95 % : 1,24-1,78) et de décès lié à l'EP (aHR : 1,52 ; IC à 95 % : 1.05-2.20).

1 s2.0 S0953620522003909 gr1 lrg
 
1 s2.0 S0953620522003909 gr2 lrg
 
Conclusion

Parmi les patients atteints d'EP symptomatique aiguë et de TVP concomitante des membres inférieurs, ceux présentant des symptômes de TVP présentaient une augmentation de la mortalité toutes causes confondues et liée à l'EP dans les 30 jours. L'évaluation des symptômes de TVP aiderait à la stratification du risque de ces patients.

Les points importants
 

La thrombose veineuse profonde (TVP) est associée à la mortalité dans l'embolie pulmonaire (EP).

L'impact des symptômes de TVP chez les patients atteints d'EP aiguë et de TVP des membres inférieurs est inconnu.

Les patients présentant des symptômes de TVP avaient une mortalité toutes causes confondues et liée à l'EP à 30 jours plus élevée.

L'évaluation des symptômes de TVP aiderait à la stratification du risque de ces patients.

Des tests pour détecter la TVP des membres inférieurs chez les patients atteints d'EP présentant des symptômes de TVP seraient justifiés.

A noter 

Nous émettons l'hypothèse que la présence de symptômes (douleur et/ou gonflement) pourrait correspondre à une plus grande occlusion veineuse, qui, à son tour, pourrait être corrélée à un état d'hypercoagulabilité plus important qui conférerait un plus mauvais pronostic. Dans notre cohorte, les patients présentant des symptômes de TVP avaient plus fréquemment une TVP proximale (84 % contre 78 %), mais moins fréquemment une TVP bilatérale (8,8 % contre 12 %) que ceux sans symptômes. De plus, le poids des emboles pulmonaires au scanner était similaire dans les deux sous-groupes. Malheureusement, il n'y a pas d'informations supplémentaires (telles que l'étendue de la TVP) pour comparer la charge thrombotique de la TVP dans RIETE.

QUESTION : quid par rapport à une orignine néoplasique ? L'hypothèse d'un thrombus veineux avec un volume important avait été évoqué il ya plus de 20 ans comme pouvent être à l'origine d'un cancer ......donc une charge thrombotique majoré serait péjorative, implication étiologique à étudier.

Les auteurs ont  constaté que parmi les patients atteints d'EP symptomatique aiguë et de TVP concomitante des membres inférieurs, ceux présentant des symptômes de TVP présentaient une mortalité toutes causes confondues et liée à l'EP plus élevée dans les 30 jours que ceux ne présentant aucun symptôme de TVP. Ces résultats non rapportés précédemment suggèrent que l'évaluation des symptômes de TVP aiderait à la stratification du risque chez les patients atteints d'EP avec une TVP concomitante des membres inférieurs. De plus, des tests pour confirmer la TVP des membres inférieurs chez les patients présentant des symptômes aigus d'EP et de TVP seraient justifiés, afin d'identifier un sous-groupe de patients à risque de mortalité accru. La confirmation d'une TVP symptomatique chez les patients atteints d'EP aiguë symptomatique aurait un impact pronostique plus important que la confirmation d'une TVP asymptomatique. D'autres études sont nécessaires pour valider nos résultats en externe,

Commentaire

Une fois de plus RIETE nous ouvre de nouvelles portes sur la MTEV. EP symptomatiques + TVP concomitante, augmentation  du risque de décés par EP dans les 30 jours. La recherche d'une TVP en cas d'EP par écho Doppler est aujourd'hui systématique, examen complet , bilatéral. TVP + EP = sur risque de décés, un nouveau risque et non un risque résiduel. Les patients avec TVP et EP à sur risque de mortalité. Une EP récidive par une EP, une TVP par une TVP, quid de l'association TV et EP symptomatiques pour la récidive ? L'association de ces deux localisation est donc délétère, c'est l'impression que nous avions tous, mais il fallait encore le démontrer, c'est fait. La validation externe devrait enfoncer le clou.

En cas d'absence de facteurs déclenchant : durée anticoagulation dans le contexte de ces données  . En cas de facteur déclenchant , impact sur la durée de l'anticoagulation ???


 

Anévrisme Aorte Abdominale chez la femme post EVAR

Écrit par Jean Pierre LAROCHE le .


"On m'appelle féministe dès que mon comportement s'éloigne de celui du paillasson" c
itée par Caroline Fourest, citation de Rebecca West en 1913

Dépistons l'anévrisme de l'aorte abdominale chez la femme : un enjeu de santé publique au "coeur" des femmes


RAPPEL

Un éditorial de la revue European Journal of Vascular and Endovascular Surgery nous interpelle : Women’s Lives Matter: Women Suffer Disproportionately After Abdominal Aortic Aneurysm Repair, So What Can We Do About It? et avec ensuite une citation idéale "Women are not the problem, they are the solution”  Sheryl WuDunn, Pulitzer Prise winner 1990, Anna-Louise Pouncey, Janet T. Powell,June 2021https://doi.org/10.1016/j.ejvs.2021.04.025

womensynthse aaa

Female sex is associated with reintervention and mortality following elective endovascular abdominal aortic aneurysm repair

Taylor Corsi, BA,a Michael A. Ciaramella, BA,a Nadia K. Palte, BA,a John P. Carlson, BA,a Saum A. Rahimi, MD,b and William E. Beckerman, MD,b Piscataway and New Brunswick, NJ  Journal of Vascular Surgery , December 2022 Volume 76, Numéro 6 , Pages 1494-1501
Le sexe féminin est associé à la réintervention et à la mortalité après la réparation endovasculaire élective d'un anévrisme de l'aorte abdominale
Lien
Les points importants
 
Type de recherche : Une étude de cohorte rétrospective monocentrique
Principales conclusions : La réparation endovasculaire élective d'un anévrisme de l'aorte abdominale chez 68 femmes a entraîné une diminution de la survie à 5 ans (48 % des femmes contre 65 % des hommes) et une diminution à 1 an (86 % des femmes contre 95 % des hommes) et à 5 ans (69 % des femmes contre 84 % des hommes) absence de réintervention par rapport aux taux pour les hommes (n = 205).
Message à retenir : Le sexe féminin était associé à une diminution de la survie à 5 ans et à une augmentation des réinterventions à 1 et 5 ans après la réparation endovasculaire élective d'un anévrisme de l'aorte abdominale, ce qui suggère que des facteurs spécifiques au sexe pourraient contribuer à la morbidité et à la mortalité chirurgicales plus élevées chez les femmes subissant ce traitement. procédure.

AAAFEMME3
Méthodes

Nous avons effectué un examen rétrospectif des dossiers médicaux de tous les patients qui avaient subi un EVAR électif de 2011 à 2020 dans un centre de soins tertiaires de banlieue. Les critères de jugement principaux étaient la survie à 5 ans et l'absence de réintervention. Le test exact de Fisher , les tests t et l'analyse de Kaplan-Meier utilisant le test de rang-log ont été utilisés pour étudier les associations entre le sexe et les résultats. Un modèle de risque proportionnel multivariable de Cox contrôlant l'âge et les comorbidités courantes a évalué l'effet du sexe sur la survie et l'absence de réintervention.

AAAFEMME 2
 
 
Résultats

Au total, 273 patients ont subi une EVAR élective au cours de la période d'étude, dont 68 femmes (25 %) et 205 hommes (75 %). Les femmes étaient en moyenne plus âgées que les hommes (76 ans contre 73 ans ; P ≤ 0,01) et étaient plus susceptibles d'avoir une maladie pulmonaire obstructive chronique (38 % contre 23 % ; P = 0,01), nécessitant une oxygénothérapie à domicile (9 % contre 2 % ; P = 0,04) ou la dialyse en préopératoire (4 % contre 0 % ; P = 0,02). La distribution des autres comorbidités vasculaires courantes était similaire entre les sexes. Le taux de réadmission à 30 jours était plus élevé pour les femmes que pour les hommes (18 % contre 8 % ; P = 0,02). Les femmes avaient eu une survie significativement plus faible à 5 ans (48 % ± 7,9 % vs 65 % ± 4,3 % ;P < 0,01) et significativement plus faible à 1 an (femmes, 89 % ± 4,1 % ; vs hommes, 94 % ± 1,7 % ; P = 0,01) et à 5 ans (femmes, 69 % ± 8,9 % ; vs hommes, 84 % ± 3,3 % ; P = 0,02) absence de réintervention. En analyse multivariée, le sexe féminin (risque relatif [HR], 1,8 ; intervalle de confiance [IC] à 95 %, 1,1-2,9), l' insuffisance cardiaque congestive (HR, 2,2 ; IC à 95 %, 1,2-3,9) et l'âge avancé (HR , 1,1 ; IC à 95 %, 1,0-1,1) étaient associés à une mortalité à 5 ans. Le sexe féminin est resté la seule variable présentant une association statistiquement significative avec la réintervention à 5 ans (RR, 2,4 ; IC à 95 %, 1,1-4,9).

Conclusion

Le sexe féminin était associé à une diminution de la survie à 5 ans et à une augmentation de la réintervention à 1 et 5 ans après EVAR élective. Les données de notre institution suggèrent que des facteurs autres que l'âge du patient et le risque de santé de base contribuent probablement à une morbidité et une mortalité chirurgicales plus élevées chez les femmes après une EVAR élective.
 
Documentation
 
AAAFEMME1

1 s2.0 S0741521422016391 gr1 lrg
1 s2.0 S0741521422016391 gr2 lrg

FEMMAAA2
Commentaire

Une fois de plus cet article monte le caractère de gravité de l'anévrisme de l'aorte abdominale chez les femmes, ici en cas de traitement par endoprothèse.

Nous en avons fait l"écho" précédemment : 
https://www.agirpourlecoeurdesfemmes.com/fiches/media/Anevrisme-de-l-aorte-abdominale
https://medvasc.info/1298-aaa-et-la-femme-2



logo agir header
Ce qui est important pour les femmes et donc à mettre en pratique : 

Dépister l'anévrisme de l'aorte abdominale chez les femmes à partir de 60/65 ans si elles sont fumeuses et ou hypertendues, si elles sont coronariennes, si elles ont une BPCO.

Dépistez à partir de 50 ans si elles ont une hérédité familial au premier degré d'anévrisme et même si elles n'ont aucun autre facteur de risque d' AAA


Mais ce n'est pas suffisant à partir de la cinquantaine avec facteurs de risques cardio vasculaire, au moment de la ménopause un examen écho-Doppler des carotides et des artères des MI est souhaitable avec mesure de l'index de pression à la cheville. Les atteintes cardiaques sont sous-évaluées chez la femme, mes les atteintes artérielles périphériques

Les caractéristiques de l'anévrisme de l'aorte abdominale chez la femme : 


Le taux de rupture des petits AAA est quatre fois plus élevé chez les femmes que chez les hommes, les femmes ont moins d'éligibilité à l'endovasculaire du fait d'un diamètre de l'aorte plus petit que les hommes.

De plus, l'utilisation de diamètres non ajustés pour les seuils d'AAA basés sur des valeurs déterminées chez les hommes blancs, peut introduire par inadvertance des biais sexistes et ethniques encourageant une sous-reconnaissance et une réparation comparativement tardive pour les patients ayant des aortes et des tailles corporelles plus petites.

Aujourd'hui les femmes sont sur représentées parmi les ruptures d'anévrisme. Comme observé pour la réparation élective des AAA, les preuves indiquent qu'une proportion plus élevée de femmes que d'hommes se voit refuser une réparation en urgence.
 
Les femmes sont plus susceptibles que les hommes d'avoir une maladie coronarienne non obstructive y compris une maladie microvasculaire, qui provoque des symptômes coronariens atypiques. Par conséquent, de nombreux tests pré-opératoires de routine de la fonction cardiaque sont moins sensibles chez les femmes et les tests optimaux comprenant échocardiographie de stress et le stress en imagerie par résonance magnétique cardiaque sont nécessaires Les femmes avec AAA sont plus susceptibles d'avoir des comorbidités respiratoires que les hommes, de sorte qu' il faut éviter l'anesthésie générale pour l'EVAR et insister qs la physiothérapie thoracique préopératoire pour la réparation chirurgicale.Les femmes plus âgées sont plus susceptibles d'avoir une fonction rénale altérée que les hommes et cela doit être évalué à partir du taux de filtration glomérulaire estimé.

Il est important de noter qu'il n'y a presque aucune preuve sur les résultats des femmes confrontées à une réparation des AAA . Ce n'est que lorsque nous comblerons cette lacune dans les connaissances que nous pourrons vraiment évaluer comment les femmes s'en sortent à long terme. Il existe des preuves que la mortalité à plus long terme après une réparation élective des AAA est plus élevée chez les femmes que chez les hommes. La plupart des décès à long terme sont attribuables à des causes cardiovasculaires, mais les données probantes provenant d'études sur l'infarctus du myocarde indiquent que les femmes sont moins susceptibles que les hommes de recevoir des soins guidés par un protocole. De toute évidence, les femmes, comme les hommes, méritent une excellente gestion des facteurs de risque cardiovasculaire, et cela peut être envisagé dès maintenant.

Pendant des années, les femmes ont été sous-représentées en chirurgie vasculaire, y compris dans les essais randomisés sur la gestion des AAA,la conception de dispositifs et la formation de chirurgiens vasculaires. Si nous ne comprenons pas ce qui fonctionne ou pas pour les femmes, nous ne pouvons pas nous attendre à les traiter efficacement. Les futurs recommandations ur les résultats de la réparation des AAA devraient présenter des données spécifiques au sexe, et nous avons besoin de recherches dédiées pour améliorer la survie opératoire des femmes pour la réparation des AAA. Ce n'est qu'alors que les progrès pourront voir le jour, des exemples de bonnes pratiques identifiés et la pratique vasculaire évoluera vers des soins équitables aux patients et aux femmes en particulier.

Anévrisme de l'aorte Abdominale chez la femme

- Dépistage par échographie
- Ajuster le diamètre A AP de l'anévrisme par rappor au diamètre de l'aorte coieliqiue, un AAA de 45 mm doit êtte traité, 50/55 mm chez l'homme
- Taux de croissance plus rapide
- Rupture plus fréquente
- Endoprothèse ou chirurgie plus à risque chez la femme que chez l'homme

Ce qui ne va pas en France pour les femmes et dans le Monde en général

- Discrimination entre les sexes dans l’accès aux soins et dans la prise en charge médicale
- Les maladies « genrées » : 
- Maladies jugées « masculines »;  sous estimées et mal soignées chez les femme
* Les maladies cardiovasculaires
*Les troubles du spectre autistique (TSA)
- Maladies jugées « féminines » 
Sous estimées et mal soignées chez les hommes
* Dépression et troubles dépressifs
* L’ostéoporose
- L’accès aux responsabilités dans les professions de la santé et de la recherche : une parité inaboutie
* En France, la santé est aujourd’hui assurée majoritairement par les femmes : elles représentent 80% des métiers du « care » (soigner) 52% de ceux du « cure » (guérir) dans le monde hospitalier.
-  L’accès aux responsabilités dans les professions de la santé et de la recherche :une parité inaboutie
* CNOM : (56 membres) 70 % sont des hommes.
* Académie de Médecine : 135 membres titulaires, 10 femmes.
* Ordre national des infirmiers (88% femmes) : 28/56 membres titulaires sont des hommes.
etc....

VIVLIBERTE


D'après A Bura Rivière , Vasco 2022

WOWO

Le risque résiduel

Écrit par Jean Pierre LAROCHE le .

"Ne rien risquer est un risque encore plus grand !” Erica Jong

“If I go the turkish bath, I risque, I risque énormément. But if I reste ici, I risque encore plus... So, I risque on the two tableaux !”
Gérard Oury / La Grande Vadrouille

Définition 


"Le risque résiduel est un concept à géométrie variable dans la littérature médicale. La première définition, celle des infectiologues, correspond au risque incompressible, le risque en deçà duquel on ne peut
descendre. La seconde, celle des lipidologues, représente le risque absolu des patients traités par statine,
il correspond à un niveau non optimal de LDL-cholestérol, à d’autres facteurs de risque lipidiques (taille
des LDL, niveau et type de HDL, etc.) et aux autres facteurs de risque cardiovasculaire (non lipidiques); ce
risque résiduel est en fait un risque absolu sous traitement. Enfin, la dernière définition représente, pour
un facteur de risque donné, le risque relatif d’une population traitée pour ce facteur de risque par rapport
à une population qui ne présente pas ce facteur, indépendamment du niveau de ce facteur et du niveau
des autres facteurs de risque cardiovasculaire. Finalement, quel que soit le périmètre du risque
résiduel, son existence, indiscutable pousse à l’obtention de cibles plus exigeantes sous traitement, à la mise en place plus précoce de traitements (médicamenteux ou non), à l’innovation et à l’individualisation des stratégies thérapeutiques, et à une meilleure prise en considération des facteurs de risque associés"
" Le risque résiduel : il s’agit du risque d’événement secondaire qui demeure alors qu’on a tout fait pour l’éliminer », sous-entendu, grâce à la prise en charge thérapeutique la plus complète"

J Blacher in https://www.edimark.fr/Front/frontpost/getfiles/17057.pdf


The epidemiological concept of residual risk, Vanuzzo, D. The epidemiological concept of residual risk. Intern Emerg Med 6 (Suppl 1), 45 (2011). https://doi.org/10.1007/s11739-011-0669-5

Appelation cardiologique : un exemple
 
maladies cardiovasculaires liees a l atherosclerose reference
 
 
Il s'agit du risque cardiovasculaire résiduel lié au LDL cholestérol, du risque cardiovasculaire résiduel lié à la lipoprotéine (a), du risque cardiovasculaire résiduel lié au couple triglycérides élevés et HDL bas, du risque cardiovasculaire résiduel lié à l'état inflammatoire vasculaire, et du risque cardiovasculaire résiduel lié à l'état thrombotique.

https://www.cardio-online.fr/Actualites/A-la-une/Risque-cardiovasculaire-residuel-toujours-present-toujours-actualite

Autre approche 
 
fcvm 07 00088 g001
 
Malgré des progrès sans précédent dans le traitement de la maladie cardiovasculaire athéroscléreuse, celle-ci reste la principale cause de décès et d'invalidité dans le monde. Le traitement des principaux facteurs de risque traditionnels, y compris le cholestérol à lipoprotéines de basse densité, sert de base à la réduction du risque d'athérosclérose. Cependant, il subsiste un risque résiduel important d'événements cardiovasculaires malgré une prise en charge optimale des facteurs de risque. Au-delà des facteurs de risque traditionnels, d'autres facteurs de risque résiduel sont passés au premier plan, notamment les voies inflammatoires, pro-thrombotiques et métaboliques qui contribuent aux événements récurrents et qui sont souvent méconnues et non traitées dans la pratique clinique.

The Evolving Understanding and Approach to Residual Cardiovascular Risk Management,Front. Cardiovasc. Med., 13 May 2020, https://www.frontiersin.org/articles/10.3389/fcvm.2020.00088/full
article libre d'accès

 
Risque résiduel et MTEV (TP et ou EP) 

Ce risque est facile à évaluer dans le contexte de MTEV


TVP proximale et ou distale : risque de récidive sous traitement , pensez compliance, cancer voire SAPL surtout si cette thrombose est survenue sanns facteur déclenchant

TVP proximale et ou distale : existe t il un risque résiduel de récidive à l'issue du traitement anticoagulant si il presiste un ou des thrombi résiduels. Cette question à ce jour n'est pas tranchée
 
Peux t'on prédire la récidive avec la biologie ?  Aujourd'hui non .
 
RISQUE HEMORRAGIQUE et anticoagulation et MTEV : ce risque existe toujours d'où la nécessité absolue de le prévenir en évaluant ce risque hémorragique avec attention et précision

Embolie pulmonaire  :
le risque est le même par contre l'obstrution résiduelle post EP significative est un risque résiduel de récidive pertienet et démontré  à maîtriser

Si on veut controler et maîtriser ce risque ,il faut tenir compte de tous les facteurs de risque associés à la MTEV au moment de la phase aigue et à distance.

Le risque résiduel surtout de récidive post MTEV  qui n'est plus anticoagulée est un facteur majeur à quantifier, à anticiper. Mais est-ce possible ? 

RISRESIDU

Si on reprend l'approche du Pr Jacques Blacher sur le risque résiduel : il s’agit du risque d’événement secondaire qui demeure alors qu’on a tout fait pour l’éliminer », sous-entendu, grâce à la prise en charge thérapeutique la plus complète" 

Sin on fait référence à toutes les affections le risque résiduel existe pour toutes. On l'a vu pour la MTEV, mais si on se concentre sur la médecine vasculaire, la sténose carotidienne, l'anévrisme de l'aorte, l'artériopathie des MI,l'insuffisance veineuse superficielle, toutes présentent uin risque résiduel per traitement et en post traitement. Mais connaît on parfaitement le risque résiduel en Médecine Vasculaire ? On l'apprécie, on tente de l'évaluer, mais jusqu'où ?  Les récidives sous traitement, quelqu'il soit, ça existe, on essaye d'anticiper, mais .....

Le risque résiduel cardiovasculaire
est de plus en plus minimisé avec les nouvelles thérapetique, il n'est pas incompressible mais progressivement il est réduit : Lp(a), Triglycéries, Antiinflammatoires, iGLT2, AOD + ASPIRINE.

Pour la MTEV le risque résiduel hémorragique du au traitement a diminué avec les AOD surtout au niveau cérébral. De nouveaux anticoagulants type Anti XI sont à l'étude, feront ils reculer le risque hémorragique ? Le risque de récidive en dehors de l'anticoagulation efficace sera-- il diminué avec de nouvelles molécules .  Allons nous disposer de marqueursdu risque résiduel pour la MTEV ? Il y a des solutions.....à condition de s'en donner les moyens. Aujourd'hui l'anticoagulation prime, c'est le graal pour la MTEV.

Mais il existe certainement d'autres voies, l'anticoagulation certes efficace nous aveugle...il ne faut pas s'en contenter, l'anticoagulation est le plafond de verre de la MTEV.....il doit être brisé.


L'IA, la génétique , devrait compresser ce risque résiduel juqu'à le faire disparaitre
Un projet fantastique.....

Statistiques : Aujourd'hui 959 - Hier 1170 - Cette semaine 959 - Ce mois-ci 7004 - Total 652626