Les propos qui sont tenus ici n’engagent que leur auteur. Les textes sont actualisés régulièrement et corrigés en cas d'erreur. Bonne visite

Salman Rushdie poignardé

Écrit par Jean Pierre LAROCHE le .

 Citations de Salman Rushdie (SR) 

“Trop de démons à l'intérieur de ceux qui croient en Dieu.”

“Combattre l’extrémisme, je le répète, n’est pas combattre l’islam. Au contraire. C’est le défendre.”

“La sagesse, ce n’est pas d’être pessimiste ou optimiste, mais d’observer, de savoir quelles sont nos valeurs et de ne rien concéder.”

"Quand la superstition entre par la porte, le bon sens se sauve par la fenêtre."

« La liberté de critique des idées et des croyances, c’est le verrou qui garde en cage le monstre du totalitarisme. » d'après Richard Malka



Condamné à mort en 1989,  Salman Rushdie a été victime d'une tentative d'assassinat par un coup de couteau à la gorge et à l'abdomen  le 12 Aout 2022 à New York au cours d'une conférence. Il est VIVANT et reçoit tous les soins dont il a besoin a affirmé la gouverneure de New York, Kathy Hochul, citée par l'agence de presse américaine AP...mais son état est grave . L'Iran s'est félicitée de cet acte, rappelons qu'une prime de 3 millions de $ pour son assassinat est toujours d'actualité.


"Auteur postcolonial par excellence, du moins selon de nombreux critiques occidentaux, Salman Rushdie est incontournable pour qui cherche à penser les manifestations littéraires de la violence et de la terreur postcoloniales. Né le 19 juin 1947 à Bombay dans une famille musulmane, Rushdie se rend à l’âge de quatorze ans en Grande-Bretagne ; il accède à la notoriété avec Midnight’s Children [Les Enfants de minuit], qui reçoit le Booker Prize en 1981. Après Shame [La Honte], paraît en 1988 le roman The Satanic Verses [Les Versets sataniques], qui déclenche une polémique spectaculaire. Une partie du monde islamique traditionaliste accuse Rushdie d’avoir fait acte de blasphème envers le prophète Mahomet, et d’avoir remis en cause la transmission écrite du Coran. Le mouvement de protestation atteint son apogée en 1989, lorsque l’ayatollah Khomeini prononce une fatwa qui met à prix la tête de Rushdie. Dès lors, l’auteur devient une personnalité controversée et une figure de projection au sein d’un débat interculturel international, qui s’est peu à peu calmé. À la suite des Enfants de Minuit, de La Honte et des Versets sataniques, l’écrivain a publié une dizaine d’ouvrages.
Sans doute les plus connus de Rushdie, ces trois romans sont généralement considérés comme une trilogie : situés après la partition du sous-continent indien à laquelle ils font souvent référence, ils explorent l’hybridité culturelle inhérente à l’expérience de la migration vécue par l’auteur comme par ses personnages…"

https://www.cairn.info/figurer-le-terroriste--9782811127831-page-101.htm

FZ IZ9CXwAEO8AN


Pour mieux comprendre l'histoire les 3 pages ci dessous résument parfaitement l'histoire des "Versets Sataniques" publiés en 1988 et leurs conséquences pour l'auteur.

PS : les Versets Sataniques ne sont pas un ouvrage controversé

“Un critique peut se faire un nom en poignardant un auteur très connu.” SR

« J'ai vécu deux fois plus longtemps que je n'aurais dû », dit le plus âgé, et sa voix craquait comme un vieux poste de radio parce que les décennies se flottaient les unes aux autres près de ses cordes vocales. SR



preview les versets sataniques 1preview les versets sataniques 2Les religions reposent sur un concept idéologique, tout peut donc être affirmé, nié, rejeté, et idolatré. Aucune religion n'est au-dessus de l'autre. La controverse doit rester une réalité. Celle des dessins de Mahomet est un exemple. Toute religion est criticable par ses travers, ses excès, mais chacun eet chacun a le droit de croire ou de ne pas croire. C'est son droit, c'est notre droit. Le principe de laïcité qu prévaut en France est on ne peut plus clair : 
séparation de l'État et des cultes, sécularisation, égalité des cultes, liberté de conscience. Tout est dit, aucune religion n'a le droit de "régner" par la force, une religion, celle qui est la vôtre, reste basée sur la paix, le partage, la tomérance et le respect de l'autre. Tuer au nom d'une religion est un acte abject qui de fait nie la croyance à laquelle celui qui tue se prévaut. Vouloir assassiner Salman Rushdie au nom d'un Dieu est un acte ANTI-RELIGIEUX de fait. Vouloir tuer des caricaturistes de Mahomet est un acte anti-religieux. Les crimes de la Saint Barthélémy ont été des actes anti-religieux.On ne tue pas pour une religion, bien au contraire, on doit partager le bien et non le mal, on ne doit pas vouloir convaincre par la force et par la mort. Pour toutes ces raisons je suis agnostique tout en respectant toutes les religions sur le plan philosophique et idéologique, car chacune d'elle repose sur un concept philosophique passionnant qui ouvre les débats, mais aucune religion n a été créé pour TUER. 

Vouloir assassiner Salman Rushdie est un crime de droit commun et non un acte religieux .

FZ M8hYXwAEYXnZ


«Quand quelqu'un dit “je suis pour la liberté d'expression mais”, j’arrête d'écouter.» (SR)


Référence : 

https://www.fichier-pdf.fr/2015/08/07/les-versets-sataniques/?

Un poète a disparu : Jean Jacques Sempé

Écrit par Jean Pierre LAROCHE le .




Sempé dans le texte et les dessins
16c553bd010065f1cedcaf722023370f 0

"Le seul parti que, à la limite, je pourrais tolérer, ce serait celui du sourire"
FZ6KPW0XwAcKnS3

"Si le dessin est parfait, c’est qu’il convient pour le rôle qu’il doit remplir, quelle que soit sa fonction. Cela se produit difficilement et pas souvent. Ensuite, il faut recommencer, encore et encore. C’est terriblement épuisant."

FZ6DpWPWAAEddfv“Il m'a fallu une grande force dans la vie pour dire "Peut-être" quand je pensais "Non", "Nous verrons" quand je pensais "Oui" et "A bientôt" quand je partais pour de bon. ”

"Il faut quelques années pour s’habituer, pour se dire qu’après tout, tel dessin n’était peut-être pas si mal que ça. Mais « aimer » c’est un bien grand mot, « accepter » disons."


FZ6UELoXEAMdegj

“En amour, ce qu’on aime c’est sa propre image flatteuse que l’autre vous renvoie de vous-même.”


FZ8TkQiXwAARNIP
Il ne me dira jamais tu es belle mais "T'es pas mal aujourd'hui". Il ne me dit pas non plus "C'est bon ton dîner" mais "C'est pas mauvais ce que tu as fait". Bref, j'ai envie de lui dire "Je m'en vais", mais je lui dis "Je me demande pourquoi je reste".

FZ6AsqxXoAEU3RH

Maintenant, je voudrais vous poser la question que doivent se poser tous les téléspectateurs : Comment votre concept onirique, à tendance kafkaïenne, coexiste-t-il avec la vision sublogique que vous faites de l'existence intrinsèque ?


FZ8H4PAWIAAFCg3
"Il paraît que, quand les enfants naissent les yeux ouverts, on dit qu'ils naissent étonnés. Cette expression m'a toujours plu. Je crois que je vis étonné,
même quand ça ne se voit pas."

FZ6UiWPWAAE713M"Je déteste le ricanement. Le seul parti que, à la limite, je pourrais tolérer, ce serait celui du sourire. Dans mes dessins, je ne m'acharne pas sur la vieille dame qui fait une prière à Dieu ; c'est la situation qui, souvent, me semble comique, pas la personne. C'est attendrissant que quelqu'un demande quelque chose à qui que ce soit."

FZ6GCWWWQAAcbyS
"Qui peut bien prétendre être humoristique ? C'est au public d'en décider. Le dessinateur, lui, comme dans mon cas, il essaye seulement d'être humoriste."

Rêve de chat 1 à 30
FZ8TjE XwAUGqs3
FZ6JskoWIAEsWWV



870x489 vendredi 2 trio boulard sempe.04


"Je dessine les musiciens parce que la musique est pour moi un art fondamental dans la vie. Je ne sais pas lire la musique, je ne connais pas le solfège, et c’est très triste d’être un analphabète."

FZ6ZycoXoAEDnCv

Infographies, la médecine synthétisée

Écrit par Jean Pierre LAROCHE le .

iconographie : Info

“Une image vaut mille mots.”
Confucius
 
La définition commune d'une infographie la décrit comme une représentation visuelle de l'information et des données. En combinant des éléments comme du texte, des images, des graphiques, des diagrammes et, plus récemment, des vidéos, une infographie est un outil efficace pour présenter des données et expliquer des problèmes complexes de façon à rapidement aboutir à une meilleure compréhension et à la connaissance.

Les infographies appartiennent au matériel pédagogique pour former les personnels de santé et informer les patients

Le Fonds IMMUNOV a été créé par les Professeurs Loïc GUILLEVIN et Benjamin TERRIER, spécialistes au sein du Centre de Référence pour les maladies auto-immunes et systémiques rares de l’Hôpital Cochin à Paris

https://www.immunov.fr/


Eqqpe1aXUAAft3T

9b2b35 a7d4758df55a4defb222788fe5f1bf9b mv2


9b2b35 20e00b8c6ea64c2594eb9035f2616252 mv2

https://www.immunov.fr/post/les-infographies-de-l-internist-academy-2020




9b2b35 fb9c8363709c48309fd67aa2e6e03401 mv2


https://www.immunov.fr/post/les-infographies-de-l-internist-academy-2021
9b2b35 13dd507ec96b452e81a18adf81dc4457 mv2
https://www.immunov.fr/post/les-infographies-de-l-internist-academy-2021

9b2b35 7f7e7a26eeb8423ca30fd2fc7e3520f7 mv2


https://www.immunov.fr/post/les-infographies-de-l-internist-academy-2021

9b2b35 d76162f6ab564e208d457d28ad750973 mv2 https://www.immunov.fr/post/les-infographies-de-l-internist-academy-2021

immuommmL'immunologie de la #COVID19 avec quelques "oublis" volontaires par souci de simplification et de compréhension.

https://www.immunov.fr/post/l-immunologie-de-la-covid19



Fondé en 2022, le Brown Journal of Hospital Medicine publie des travaux originaux sur la médecine hospitalière, qui font progresser les connaissances et la compréhension du domaine par et pour les cliniciens. La revue examinera des rapports de cas, des recherches originales et d'autres travaux concernant des sujets en médecine hospitalière qui comprennent, mais sans s'y limiter, le diagnostic et la gestion des maladies des patients hospitalisés, les soins périopératoires, la formation médicale, les approches d'amélioration de la qualité et de la sécurité et les transitions de soins. La revue se consacre à la promotion des valeurs de diversité, d'équité et d'inclusion. La revue publie la conférence clinicopathologique de la Warren Alpert Medical School.

https://sites.brown.edu/bjhm/


FZyQlYGXEAAkxvN
Brown Journal of Hospital Medicine @BrownJH


FZyNX5BXkAAS6xcBrown Journal of Hospital Medicine @BrownJH
 
FZt7DNKXoAERL N
Brown Journal of Hospital Medicine @BrownJH


FZsGYX2XgAEmuxdBrown Journal of Hospital Medicine @BrownJH

FZlyIokXkAIbC EBrown Journal of Hospital Medicine @BrownJH

FZjBNlrWQAAs78R
Brown Journal of Hospital Medicine @BrownJH


FZeAlY8XoAE5WMu

FZeBLStWAAALfwzBrown Journal of Hospital Medicine @BrownJH
 
 
FZIsyRhWQAQ7Ez4
Brown Journal of Hospital Medicine @BrownJH

FZ36ZMMXwAA n5b
Brown Journal of Hospital Medicine @BrownJH
FZ3SNc3UUAAm VP

Top Biomedical Science @imedverse

A relire
https://medvasc.info/1419-infographie-ep

FAST-TRACK Biblio 21 , divers et variés

Écrit par Jean Pierre LAROCHE le .

“Le smartphone sera le hub (pivot) de la médecine moderne. On pourra faire des examens médicaux directement grâce au smartphone et il sera le centre de stockage (ou d’accès) de nos propres données médicales.” Dr. Eric Topol, professeur de génétique et cardiologique américain qui exerce en Californie au Scripps Translational Science Institute de La Jolla (CA) – Phrase prononcée dans un interview accordée à la célèbre émission scientifique “Tech Nation” de NPR (radio publique américaine) fin 2015.

“La médecine est une science basée sur l’incertitude et un art de la probabilité.” William Osler,


ARTICLE 1 


Effect of Stenting Plus Medical Therapy vs Medical Therapy Alone on Risk of Stroke and Death in Patients With Symptomatic Intracranial Stenosis, The CASSISS Randomized Clinical Trial
Effet de la thérapie médicale Stenting Plus par rapport à la thérapie médicale seule sur le risque d'AVC et de décès chez les patients présentant une sténose intracrânienne symptomatique L'essai clinique randomisé CASSIS
Gao P et Coll, JAMA. 2022;328(6):534-542. doi:10.1001/jama.2022.12000
https://jamanetwork.com/journals/jama/fullarticle/2795028?guestAccessKey=0139571d-055b-40eb-b5a0-aeb0b3e9ba19&utm_source=silverchair&utm_medium=email&utm_campaign=article_alert-jama&utm_content=etoc&utm_term=080922

Article libre d'accès

m joi220075va 1659634141.51464
Points clés

Question

Parmi les patients ayant subi un accident ischémique transitoire ou un AVC ischémique dû à une sténose athéroscléreuse intracrânienne sévère symptomatique, la réalisation d'une angioplastie et d'un stenting 3 semaines ou plus après l'événement index avec un traitement médical standard réduit-elle le risque d'AVC ou de décès par rapport au traitement médical seul ?

Résultats

Dans cet essai clinique randomisé qui a inclus 358 patients, le risque d'accident vasculaire cérébral ou de décès dans les 30 jours ou d'accident vasculaire cérébral dans le territoire de l'artère admissible au-delà de 30 jours à 1 an s'est produit chez 8,0 % dans le groupe angioplastie transluminale percutanée et pose de stent contre 7,2 % dans le groupe traitement médical seul, une différence qui n'était pas statistiquement significative.

Signification

Les résultats ne soutiennent pas l'ajout de l'angioplastie transluminale percutanée et du stenting au traitement médical pour le traitement des patients présentant une sténose athéroscléreuse intracrânienne sévère symptomatique.

cass1
Le critère de jugement principal était l'accident vasculaire cérébral ou le décès dans les 30 jours suivant l'inscription ou l'accident vasculaire cérébral dans le territoire de l'artère éligible au-delà de 30 jours jusqu'à 1 an. Un patient perdu de vue dans un délai d'un an dans le groupe témoin a été traité comme des données censurées. Tous les autres patients ont été suivis jusqu'à l'événement ou 1 an. P  = 0,82 pour les tests de log-rank entre les groupes de pose de stent et de traitement médical seul avec le centre comme facteur de stratification.


cass2La durée médiane d'observation était de 36,0 mois (IQR, 36,0-36,0) pour le groupe stenting et de 36,0 mois (IQR, 36,0-36,0) pour le groupe traitement médical seul. P  = 0,49 pour les tests de log-rank entre le groupe de stenting et le groupe de traitement médical seul avec le centre comme facteur de stratification.

Une fois de plus le "BEST MEDICAL TREATMENT " fait mieux que l'angioplastie/stenting dans le cerveau et demain probabalement  au niveau de la carotide extra crânienne

ARTICLE 2 

Philip S. Wells, Tobias Tritschler, Faizan Khan, David R. Anderson, Susan R. Kahn, Alejandro Lazo-Langner, Marc Carrier, Grégoire Le Gal, Lana A. Castellucci, Vinay Shah, Scott Kaatz, Clive Kearon, Susan Solymoss, Russell Zide, Sam Schulman, Isabelle Chagnon, Ranjeeta Mallick, Marc A. Rodger, Michael J. Kovacs; Predicting major bleeding during extended anticoagulation for unprovoked or weakly provoked venous thromboembolism. Blood Adv 2022; 6 (15): 4605–4616. doi: https://doi.org/10.1182/bloodadvances.2022007027
Prédire une hémorragie majeure lors d'une anticoagulation prolongée pour une thromboembolie veineuse non provoquée ou faiblement provoquée


Article libre d'accès




1 s2.0 S2473952922003822 grabsf1 lrg
Aucun modèle de prédiction clinique n'a été spécifiquement développé ou validé pour identifier les patients atteints de thromboembolie veineuse non provoquée (MTEV) qui présentent un risque élevé d'hémorragie majeure pendant une anticoagulation prolongée. Dans une étude de cohorte multinationale prospective de patients atteints de MTEV non provoquée recevant une anticoagulation prolongée après avoir terminé ≥ 3 mois de traitement initial, nous avons dérivé un nouveau modèle de prédiction clinique à l'aide d'un modèle de régression multivariable de Cox basé sur 22 prédicteurs candidats prédéfinis pour le résultat principal d'une hémorragie majeure.

Ce modèle a ensuite été comparé à des versions modifiées de 5 scores cliniques existants. Au total, 118 événements hémorragiques majeurs sont survenus chez 2516 patients (risque annuel, 1,7 % ; intervalle de confiance [IC] à 95 %, 1,4-2,1). L'incidence des événements hémorragiques majeurs pour 100 personnes-années chez les patients à haut risque et non à haut risque, respectivement, étaient de 3,9 (IC à 95 %, 3,0-5,1) et de 1,1 (0,8-1,4) en utilisant le modèle nouvellement dérivé de la créatinine, de l'hémoglobine, de l'âge et de l'utilisation d'un agent antiplaquettaire (CHAP) ; 3,3 (2,6-4,1) et 1,0 (0,7-1,3) en utilisant le score ACCP modifié, 5,3 (0,6-19,2) et 1,7 (1,4-2,0) en utilisant le score RIETE modifié, 3,1 (2,3-3,9) et 1,1 (0,9-1,5) en utilisant score VTE-BLEED modifié, 5,2 (3,3-7,8) et 1,5 (1,2-1,8) en utilisant le score HAS-BLED modifié, et 4,8 (1,3-12,4) et 1,7 (1,4-2,0) en utilisant le score d'indice de saignement ambulatoire modifié.

Les versions modifiées des scores ACCP, VTE-BLEED et HAS-BLED aident à identifier les patients atteints de MTEV non provoquée qui présentent un risque élevé d'hémorragie majeure et doivent être envisagés pour l'arrêt de l'anticoagulation après 3 à 6 mois de traitement initial. Le modèle CHAP peut encore améliorer l'estimation du risque de saignement en utilisant des variables prédictives continues,

WELLS2

wells1Incidence cumulée des hémorragies majeures par groupe de risque prédit selon le modèle CHAP. Les patients à haut risque et non à haut risque ont été définis comme ceux avec un risque prédit ≥2,5 % et <2,5 % d'hémorragie majeure à 1 an selon le modèle CHAP, respectivement.

Nouveau modèle de prédiction clinique
Dans une analyse univariée, l'âge, le sexe, le traitement de l'hypertension, la présence de la mutation CYP2C9*3(T/G), l'utilisation d'agents antiplaquettaires, l'utilisation de statines, l'utilisation d'œstrogènes exogènes, l'anémie, les taux de créatinine et les taux d'hémoglobine étaient statistiquement significativement associés à hémorragie majeure . Chez les patients recevant une anticoagulation prolongée avec des AVK, le temps dans la plage thérapeutique de l'INR (médiane, 74,3 % ; IQR, 62,5 %-83,6 %) n'était pas associé à une hémorragie majeure (rapport de cotes non ajusté, 0,99 ; IC à 95 %, 0,98-1,002). Les prédicteurs suivants ont été sélectionnés pour le modèle de prédiction clinique final : (1) créatinine, (2) hémoglobine, (3) âge et (4) utilisation d'un agent antiplaquettaire (modèle CHAP ; Tableau 3). Bien que la créatinine n'ait pas été associée de manière statistiquement significative à l'hémorragie majeure dans l'analyse multivariée, nous avons décidé d'inclure la créatinine dans le modèle final, car la créatinine s'est toujours avérée être un facteur prédictif d'hémorragie majeure et a été incluse dans les scores de prédiction précédents pour les hémorragies majeures. Le sexe féminin, l'hypertension et l'utilisation de statines étaient fortement associés à des saignements majeurs en analyse univariée ( tableau 1), mais pas en analyse multivariée . De plus, lors de l'ajout du sexe, de l'hypertension et de l'utilisation de statines au modèle CHAP, le pouvoir discriminatoire n'a pas augmenté de manière significative. Pour obtenir un modèle avec le moins de variables possible, le sexe, l'hypertension et l'utilisation des statines n'ont donc pas été inclus dans le modèle final. Il n'y a eu aucun changement cliniquement significatif dans les coefficients β après avoir effectué l'analyse à l'aide de l'ensemble de données d'imputation multiple. La statistique C du modèle CHAP basée sur l'analyse complète des cas de 2 316 patients ayant subi 112 événements hémorragiques majeurs était de 0,68 (IC à 95 %, 0,62-0,73). Le tracé d'étalonnage a montré un bon accord entre les risques prédits et observés.


Points clés

Les versions modifiées des scores ACCP, VTE-BLEED et HAS-BLED prédisent avec précision les saignements majeurs pendant une anticoagulation prolongée.

Le nouveau modèle CHAP avait un pouvoir discriminant comparable, mais il est plus simple et peut améliorer l'estimation du risque en utilisant des prédicteurs continus.

Le risque hémorragique des traitements anticoagulants au long cours est une réalité; c'est la limite des anticoagulants, mais au cas par cas. Cette évolution des scores hémorragiques dans ce contexte est à saluer. Le risque de récidive de la MTEV  en cas de sur risque hmorraique est lui aussi à considérer. La fameuse balance bénéfice risque reste au centre de la gection de la MTEV.

 
ARTICLE 3

Appropriate Use of Intravascular Ultrasound During Arterial and Venous Lower Extremity Interventions  Eric A. Secemsky, Ramya C. Mosarla, Kenneth Rosenfield, Maureen Kohi, Michael Lichtenberg, Mark Meissner, Ramon Varcoe, Andrew Holden, Michael R. Jaff, David Chalyan, Daniel Clair, Beau M. Hawkins, and Sahil A. Parikh
J Am Coll Cardiol Intv. 2022 Aug, 15 (15) 1558–1568
Utilisation appropriée de l'échographie intravasculaire pendant les interventions artérielles et veineuses des membres inférieurs
https://www.jacc.org/doi/10.1016/j.jcin.2022.04.034



IVSSSS
Contexte

Il y a eu une utilisation croissante de l'échographie intravasculaire (IVUS) lors de la revascularisation artérielle et veineuse des membres inférieurs. Les données observationnelles suggèrent que l'utilisation de l'IVUS peut améliorer les résultats péri-procéduraux et à long terme, mais les données prospectives à grande échelle restent limitées. Un avis consensuel concernant l'utilisation appropriée de l'IVUS lors d'une intervention périphérique est nécessaire.

Objectifs


Le but de ce document de consensus est de fournir des conseils sur l'utilisation appropriée de l'IVUS dans les différentes phases des interventions artérielles et veineuses périphériques.

Méthodes


Un comité de rédaction de 12 membres a été convoqué pour parvenir à un consensus concernant les scénarios cliniques appropriés pour l'utilisation de l'IVUS périphérique. Le groupe a créé de manière itérative une enquête de 72 questions représentant 12 scénarios d'intervention artériels des membres inférieurs. Séparément, une enquête de 40 questions représentant 8 scénarios interventionnels veineux ilio-fémoraux a été construite. Les scénarios cliniques ont été classés par phases interventionnelles : optimisation pré-intervention, intra-procédure et post-intervention. Trente experts vasculaires internationaux (15 pour chaque enquête) ont rempli anonymement l'instrument d'enquête. Les résultats ont été classés par pertinence en utilisant la valeur médiane et diffusés au comité de vote pour réévaluer tout désaccord.

Résultats

L'opinion consensuelle a conclu que l'utilisation de l'IVUS peut être appropriée pendant la phase de pré-intervention pour évaluer l'étiologie de l'occlusion des vaisseaux et la morphologie de la plaque dans les artères iliaques et fémoro-poplitées. L'IVUS a par ailleurs été jugée appropriée pendant la revascularisation iliaque et fémoro-poplitée dans la plupart des autres scénarios pré-intervention, ainsi que dans les phases d'optimisation intra-procédurale et post-procédurale. L'IVUS a été jugée appropriée dans toutes les phases d'intervention pour les artères tibiales. Pour les interventions veineuses ilio-fémorales, l'IVUS a été jugée appropriée dans toutes les phases interventionnelles.

Conclusion


Un consensus d'experts peut aider à définir des scénarios de procédures cliniques dans lesquels l'IVUS périphérique peut avoir une valeur lors d'une intervention artérielle et veineuse des membres inférieurs pendant que des données prospectives supplémentaires sont collectées.

Il existe un consensu à l'unanimité pour les recanalisations veineuses proximales dans cette étude mais pas dans les artères....WAIT ans SEE. Il est souhaitable ques des études prospectives soent mises en place afin de définir le rôle excat des techniques échographiques endovasculaires.

ARTICLE 4

TABLEAU de SYNTHESE sur la variole su singe, référence TWEETER, mais pas de référence présive mais tableau dans le VRAI
#Monkeypox Je viens de voir passer cette image, cela semble globalement ok mais je n'ai pas trouvé la source Il faudrait + de documents comme celui-là, les informations données actuellement ne sont pas toujours très compréhensibles pour les patients




Modern Treatment of Asymptomatic Carotid Stenosis—The Importance of Both Medical Therapy and Carotid Endarterectomy,
Traitement moderne de la sténose carotidienne asymptomatique - L'importance de la thérapie médicale et de l'endartériectomie carotidienne

Alik Fraber , JAMA Surg. 2022;157(8):653-654. doi:10.1001/jamasurg.2022.2081https://jamanetwork.com/journals/jamasurgery/fullarticle/2792942?guestAccessKey=4472c596-f9ee-45b8-a55b-8d04f024cd4e&utm_source=silverchair&utm_medium=email&utm_campaign=article_alert-jamasurgery&utm_content=etoc&utm_term=081022

Une revue systématique récente qui comprenait 4 essais cliniques randomisés et 2 études observationnelles de patients atteints de SCA sévère prenant un traitement médical agressif et traités par ACE  (endartérectomie) ou un traitement médical seul a révélé des taux d'AVC significativement plus élevés chez ceux traités par un traitement médical seul lors d'un suivi à long terme . Ainsi, la première recommandation des recommandations récemment publiées de la Society for Vascular Surgery sur la prise en charge de la maladie carotidienne stipule que pour les patients à faible risque chirurgical et présentant un SCA supérieur à 70 %, l'ACE est recommandée plutôt qu'un traitement médical seul pour la prévention à long terme d'AVC et de décès (niveau de recommandation : grade 1 [fort] ; qualité des preuves : B [modéré]).Il ne fait aucun doute que la thérapie médicale moderne a amélioré la prise en charge des patients atteints de SCA sévère. Cependant, l'EC est toujours indiquée chez ces patients qui présentent un faible risque chirurgical lorsqu'elle est réalisée par des chirurgiens dont le taux d'AVC et de décès périopératoire est inférieur à 2 %.

Patients à (très)  faibles risques + équipe chirurgicale au top, on ne prend pas de risque avec l'endartérectomie carotidienne en cas de sténose asymptomatique.....l'histoire continue ! Quand est-ce que ce débat s'arrêtera ? Lorsque les études en cours seront terminées....en principe.
 

QUIZZ nature et vaisseaux

Écrit par Jean Pierre LAROCHE le .

"Le meilleur médecin est la nature : elle guérit les trois quarts des maladies et ne dit jamais de mal de ses confrères." Louis Pasteur

"Fais d'abord l'anatomie de l'aile, puis celle des pennes sans plumes, puis celles des pennes avec les plumes."
Léonard de Vinci

"La nature fait les hommes semblables, la vie les rend différents."
Confucius

Les randonnées en montagne sont pour moi l'occasion de mettre en parallèle la nature, l'anatomie et la Médecine Vasculaire. 
 
Cete année : les DOLOMITES

Vous trouverez une succession de photos avec à la fin les réponses.....imaginez ! 
 
 
 
 Cas 1 
 

L1030473
 
Cas 2 
 
L1029747
Cas 3

L1029774Cas 4


L1030140
 
 Cas 5

L1030310 
Cas 6

L1030412
 
Cas 7
 
 L1030411
 
Cas 8
 
 
L1030678
 
Cas 9

L1030246
 
Cas 10 
 
L1030657
Cas 11



L1030220
Cas 12
 L1030187

Cas 13
L1030359

Cas 14 
20220805 152758

Cas 15
20220804 135121
Cas 16 
20220801 114010
Cas 17
20220727 190135

Cas 18
L1030801
 
Cas 19

L1030125
Réponses QUIZZ .....avec de l'imagination
 
Cas 1 : de le lente appropriation des recommandations et de leur acquisition, on est sur le bon chemin, chi va piano, va sano
Cas 2 : thrombose variqueuse au niveau d'une branche afférente de la grande saphène
Cas 3 : mégacapillaire
Cas 4 : nidus d'une malformation artério veineuse, la cartographie écho-Doppler est très importante  (avrec les tests de compression) de même que l'angioscanner avec reconstrution 3D
Cas 5 : artère sous clavière droite
Cas 6 : VCI , bifurcation iliaque commune, veine sus pubienne vicariante, séquelle de thrombose veineuse iliaque droite
Cas 7 : syndrome de Leriche complet , collatéralité inefficace
Cas 8 : fracture de stent
Cas 9 : sténose artère iliaque commune gauche
Cas 10 : en montagne les chemins sont balisés comme nous devons baliser les parcours de soins des patients en étant plus actif
Cas 11 : écho-Doppler , image en miroir, cas artère sous clavière, artère mammaire interne en para sternale
Cas 12 : malformation veineuse intra musculaire
Cas 13 : méga bulbe carotidien, ce n'est pas un anévrisme
Cas 14 : signe du Halo en écho-Doppler , Horton, anévrisme inflammatoire
Cas 15 ; lésions post dissection de l'artère mésentérique supérieure, 2 cm après son ostium
Cas 16 : ne jamais oublier que la collatérité est l'élément clef de l'artétiopathie des MI, la marche active y contribue grandement
Cas 17 :  A LIRE ou à RELIRE  , MEDVASC - De la fragmentation des ULTRASONS
C
as 18 : ulcère vraiqueux bourgeonant
Cas 19 : une RCP......ce type de réunion est très important pour les cas " difficiles", ne pas hésiter à adresser un dossier ou être présent à la RCP
 
Le QUIZZ 2020
MEDVASC - Nature et Médecine : photos de vacances

“L’écriture d’un roman n’est pas fonctionnelle. Le style n’est pas le vêtement mais la peau d’un roman. Il fait partie de son anatomie comme ses entrailles "
Elsa Triolet

AOMI : critères de prise en charge

Écrit par Jean Pierre LAROCHE le .

 
« La poésie, c'est la prise en charge du quotidien, c'est la découverte du présent dans ce qu'habituellement on cherche à fuir. » Pierre Gravel

"La santé, c'est d'abord une affaire personnelle, pour devenir peut-être ensuite un problème de professionnels." Alain Pintus

ARTICLE 1 

Critères d'utilisation appropriée de la Society for Vascular Surgery pour la prise en charge de la claudication intermittente, 

Karen Woo, Jeffrey J. Siracuse, Kyle Klingbeil, Larry W. Kraiss, Nicholas H. Osborne, Niten Singh, Tze-Woei Tan, Shipra Arya, Subhash Banerjee, Marc P. Bonaca, Thomas Brothers, Michael S. Conte, David L. Dawson, Young Erben, Benjamin M. Lerner, Judith C. Lin, Joseph L. Mills, Derek Mittleider, Deepak G. Nair, Leigh Ann O’Banion, Robert B. Patterson, Matthew J. Scheidt, Jessica P. Simons,
Society for Vascular Surgery appropriate use criteria for management of intermittent claudication,
Journal of Vascular Surgery, Volume 76, Issue 1, 2022,

https://www.jvascsurg.org/article/S0741-5214(22)01478-1/fulltext, libre d'accés

Préalable : la correction stricte des FDRCV est impérative associée à un traitement médical optimal : anti agérant plaquettaire, statine fote dose et IEC si non CI 

Critères d'utilisation appropriée (AUC) de la Society for Vascular Surgery pour la prise en charge de la claudication intermittente ont été créés à l'aide de la méthode d'adéquation RAND, une méthode validée et standardisée qui combine les meilleures preuves disponibles de la littérature médicale avec l'opinion d'experts, à l'aide d'un processus Delphi modifié.

Ces critères servent de cadre sur lequel la prise de décision partagée individualisée entre le patient et le clinicien peut se développer.

Ces critères ne sont pas absolus. L'ASC ne doit pas être interprétée comme une obligation d'administrer des traitements jugés appropriés (le bénéfice l'emporte sur le risque). L'ASC ne doit pas non plus être interprétée comme une interdiction des traitements jugés inappropriés (le risque l'emporte sur le bénéfice).

Des situations cliniques se produiront dans lesquelles des facteurs modérateurs, non inclus dans ces AUC, modifieront le niveau de pertinence d'un traitement pour un patient individuel.

Une mise en œuvre correcte de l'AUC nécessite une description de ces facteurs modérateurs du patient. Pour les scénarios avec une cote indéterminée, le jugement du clinicien combiné aux meilleures preuves disponibles devrait déterminer la stratégie de traitement. Ces scénarios nécessitent des mécanismes pour suivre les décisions de traitement et les résultats. L'ASC doit être revue périodiquement pour s'assurer qu'elle reste pertinente. Les panélistes ont évalué 2 280 scénarios uniques pour le traitement de la claudication intermittente (CI) dans les segments aorto-iliaque, fémoral commun et fémoro-poplité lors de l'évaluation du tour 2.

Parmi ceux-ci, seuls neuf (0,4 %) ont montré un désaccord en utilisant la plage intercentile ajustée pour la formule de symétrie, indiquant un degré de consensus exceptionnellement élevé parmi les panélistes.

Post hoc, le terme « inapproprié » a été remplacé par l'expression « les risques l'emportent sur les avantages ».


Le terme « approprié » a également été remplacé par « les avantages l'emportent sur les risques. ”


Les principes clés pour la gestion de l'IC reflétés dans ces AUC sont les suivants.


1/ La thérapie par l'exercice est la stratégie de prise en charge initiale préférée pour tous les patients atteints de CI.


2/ Pour les patients qui n'ont pas terminé la thérapie par l'exercice, la thérapie invasive pourrait apporter un bénéfice net à certains patients atteints de CI qui sont non-fumeurs, suivent un traitement médical optimal, sont considérés comme présentant un faible risque physiologique et technique et qui ont un mode de vie sévère. limitations et/ou une courte distance de marche.


3/ Compte tenu de la durabilité à long terme de la technologie actuellement disponible, les interventions invasives pour la maladie fémoro-poplitée devraient être réservées aux patients ayant de graves limitations de style de vie et une courte distance de marche.

4/ Dans le segment fémoral commun, endartériectomie fémorale commune ouverte fournira un bénéfice net supérieur à l'intervention endovasculaire pour le traitement de la CI r(cf article 2) 

5/ Dans le segment sous-poplité, l'intervention invasive pour le traitement de la Claudication intermittente est d'un bénéfice incertain et pourrait être nocive....à la différence du sauvetage du membre en ischémie.
 

Article 2 
Year Outcomes of Thromboendarterectomy vs Endovascular Therapy for Common Femoral Artery Lesions: CAULIFLOWER Study Results  

1-Year Outcomes of Thromboendarterectomy vs Endovascular Therapy for Common Femoral Artery Lesions: CAULIFLOWER Study Results | JACC: Cardiovascular Interventions
cauliflo

Contexte

La thromboendartériectomie (TEA) est le traitement de référence pour l'artère fémorale commune (CFA). Cependant, en raison de sa faible invasion et de sa courte durée d'hospitalisation, la thérapie endovasculaire CFA (EVT) est réalisée dans la pratique du monde réel. Cependant, les avantages cliniques et la population cible appropriée pour le CFA EVT restent flous.

Objectifs

Les objectifs de cette étude étaient de comparer les résultats cliniques du TEA avec ceux de l'EVT chez les patients atteints de maladies CFA symptomatiques et d'identifier la population cible adéquate pour l'EVT CFA.

Méthodes

Un total de 1 193 patients consécutifs ayant subi un EVT (n = 761) ou un TEA (n = 432) pour CFA ont été identifiés et revus rétrospectivement à partir d'un registre de 66 institutions. Le critère de jugement principal était la perméabilité primaire à 1 an comparée entre l'EVT et l'ATE en utilisant l'appariement des scores de propension. Une analyse d'interaction a été réalisée pour explorer la population cible appropriée pour CFA EVT.

Résultats

Après appariement sur score de propension, le taux de perméabilité primaire à 1 an était significativement plus élevé dans le groupe TEA (82,3 % vs 96,6 % ; P < 0,001), alors que les complications périopératoires étaient plus fréquemment observées dans le groupe TEA ( P = 0,047). Le statut non ambulatoire a atténué le HR de l'EVT par rapport au TEA pour le risque de resténose ( P = 0,021), alors que la présence de calcifications nodulaires a significativement augmenté le HR ( P = 0,040). Dans l'analyse du sous-groupe EVT pour le risque de resténose, l'utilisation d'un stent a montré le plus faible HR par rapport à l'angioplastie par ballonnet simple et à l'angioplastie par ballonnet enrobé de médicament ( P < 0,001).

Conclusion

Le TEA a montré une perméabilité supérieure à 1 an par rapport à l'EVT dans une étude multicentrique nationale. Le statut non ambulatoire atténuait la supériorité, alors que la présence de calcifications nodulaires la rehaussait.

Commentaire

L'artériopathie chronique oblitérante des membres inférieurs (AOMI) est la pathologie ATHEROTHROMBOTIQUE la plus difficile à prendre en charhe. Tout d'abord l'AOMI a le pronostic le plus grave en terme de mortalité du fait le plus souvent de son caractère polyviscéral. Les patients atteints d'AOMI sont des POLYVASCULAIRES. De plus en cas de diabète et ou d'insuffisance rénale chronique terminale les choses se compliquent. L'AOMI est aussi et surtour SOUS-DIAGNOSTIQUEE, SOUS-EVALUEE et SOUS-TRAITEE. Pour compléter le tableau on note en plus une compliance médiocre des patients au traitement. Cette compliance difficile concerne aussi bien la correction des facteurs de risque CV, l'activité physique et enfin la prise des médicaments. Autre difficulté l'examen écho-Doppler ,qu'il faut absolument interpréter en fonction de la clinique, de la présence des facteurs de co morbidité, l'âge, le sexe et l'ethnie.Sur le plan de l'écho-Doppler, c'est la COLLATERALITE qu'il faut analyser avec précision. La mesure de l'IPS est OBLIGATOIRE ou la Pression au Gros Orteil.

Autre difficulté c'est qu'à lésions artérielles identiques on devra pendre des mesures thérapeutiques différentes,en considérant, l'âge des patients , sa gêne, ses souhaits et ses facteurs de comorbidité.

De grâce AOMI n'égale pas systématiquement angio-scanner puis angioplastie. La pertinence des soins est très claire sur l'AOMI : " Il est inutile de réaliser un angioscanner des MI chez un patients qui présente une claudication large ".

On assiste de plus en plus à des angioplasties compationnelles......la prochaine étape , le patient va exiger d'être stenté....puis il choisira son stent......

Une fois de plus la rééducatison supervisée est la meilleure approche pour le traitement de l'AOMI, quand elle est possible. Cependant un préalable nécessaire et obligatoire est à respecter : la correction stricte des FDRCV est impérative associée à un traitement médical optimal : anti agérant plaquettaire, statine fotre dose et IEC si non CI. Les régles restent les mêmes sur le plan de l'approche thérapeutique de l'AOMI. Enfin les nouvelles molécules type anti PCSK9 et autres vont renforcer le traitement médical de l'AOMI et réduire à terme l'angioplastie et la chirurgie à la condition d'avoir un patient compliant notamment sur le controle des FDRCV.

Il est conseillé pour l'AOMI que le médecin traitant et le médecin vasculaire aient un suivi très régulier du patient porteur d'une AOMI.  Il doit s'agir d'un PARCOURS de SOINS  adapté à chaque cas donc très personnalisé. Ce suivi vasculaire n'égale pas écho-Doppler itératifs mais de simples consultations MEDICALES.

Demain les infirmier(e)s de pratique avancée seront en première dans le suivi des AOMI.

Dernières choses à prendre en considération les événements climatiques (canicule) et la pollution dont on SOUS ESTIME largement leur impact en cas d'AOMI. La canicule stoppe la marche quotidienne (un peu comme la Covid-19) , elle réduit l'HYDRATATION, et enfin elle renforce la SEDENTARITE. La pollution cardio vasculaire est une réalité, s'en préoccuper est une urgence. 

Et puis cerise sur le gâteau l'INERTIE CLINIQUE des médecins, la cause majeure de l'absence de suivi des recommandations........

Femmes et Aspirine

Écrit par Jean Pierre LAROCHE le .

 
“Ainsi sont toutes femmes, femmes.” Rabelais

“Dans la vie, rien n’est à craindre, tout est à comprendre.“ Marie Curie


Aspirin for the Primary Prevention of Atherosclerotic Cardiovascular Disease in Women
Aspirine pour la prévention primaire des maladies cardiovasculaires athérosclérotiques chez les femmes

Chrisandra L. Shufelt, M.D., MS1,2; Samia Mora, M.D., MHS3,4; JoAnn E. Manson, MD, DrPH3,5
JAMA. Publié en ligne le 25 juillet 2022. doi:10.1001/jama.2022.11951
Aspirine pour la prévention primaire des maladies cardiovasculaires athérosclérotiques chez les femmes | | de cardiologie JAMA | Réseau JAMA (jamanetwork.com)

l’efficacité de l’aspirine pour la prévention secondaire des maladies cardiovasculaires athérosclérotiques (ASCVD) a été bien établie chez les hommes et les femmes cependant, les preuves sur l’utilisation de l’aspirine pour la prévention primaire ont été controversées.

En 2022, le US Preventive Services Task Force (USPSTF) a publié de nouvelles recommandations qui déconseillent l’utilisation de l’aspirine pour la prévention primaire de l’ASCVD chez les adultes de 60 ans ou plus (grade D; déconseille de commencer)sans différence d’effet de traitement ou d’orientation selon le sexe.

Pour la prévention primaire chez les personnes âgées de 40 à 59 ans qui ont un risque d’ASCVD estimé à 10 ans d’au moins 10% selon les équations de cohorte regroupées de l’American College of Cardiology / American Heart Association, une recommandation de grade C a été donnée, indiquant qu’il existe une certitude au moins modérée que le bénéfice net dans ce groupe est faible et que la prise de décision partagée doit être envisagée au cas par cas.

              

Les recommandations mises à jour sont basées sur des analyses groupées de 13 essais cliniques randomisés pour la prévention primaire, y compris un total de 161 680 participants sans antécédents d’ASCVD, dont 53% étaient des femmes. L’aspirine à faible dose (≤100 mg/j) a été évaluée dans 11 essais (N = 134 470 [63 % de femmes]) et n’était pas associée à une réduction significative de la mortalité liée à l’ASCVD (rapport de cotes [RC], 0,95 [IC à 95 %, 0,86-10,5]) ou à une mortalité toutes causes confondues (RC, 0,98 [IC à 95 %, 0,93-1,03]). Cependant, l’aspirine à faible dose était associée à une réduction significative des principaux événements liés à l’ASCVM (infarctus du myocarde [IM], accident vasculaire cérébral total, mortalité par ASCVD) (RC, 0,90 [IC à 95 %, 0,85-0,95]), de l’IM non mortel (RC, 0,88 [IC à 95 %, 0,80-0,96]) et des accidents vasculaires cérébraux non mortels (RC, 0,88 [IC à 95 %, 0,80-0,97]).

              

Lorsqu’ils ont été analysés plus en détail par sexe, il n’y avait pas de différences significatives dans les effets du traitement pour les critères de jugement composites de l’ASCVD, la mortalité toutes causes confondues, l’infarctus du myocarde ou l’accident vasculaire cérébral, sans aucune preuve à l’appui de différentes lignes directrices selon le sexe.

Cependant, environ la moitié des données utilisées pour les femmes (46%) provenaient de 1 essai, l’étude sur la santé des femmes (39 876 femmes), alimentée par des analyses stratifiées par âge chez les femmes.

L’étude sur la santé des femmes a été le premier essai de prévention primaire à grande échelle axé sur les effets de l’aspirine sur les événements ASCVD chez les femmes et a révélé que l’aspirine à faible dose réduisait considérablement le risque d’accident vasculaire cérébral total (réduction du risque absolu [RR], 0,23%; RR, 0,83 [IC à 95 %, 0,69-0,99]) et AVC ischémique (réduction du risque absolu, 0,26 %; RR, 0,76 [IC à 95 %, 0,73-0,93]), avec des réductions similaires dans tous les groupes d’âge. 

Les femmes de 65 ans et plus ont également connu une réduction des principaux événements liés à l’ASCVD (IM total, AVC total, mortalité par ASCVD) (réduction du risque absolu, 2,1 %; RR, 0,74 [IC à 95 %, 0,59-0,92]), IM (réduction du risque absolu, 1,0 %; RR, 0,66 [IC à 95 %, 0,44-0,97]), et accident vasculaire cérébral (réduction du risque absolu, 0,88 %; RR, 0,70 [IC à 95 %, 0,49-1,0]), alors que les femmes plus jeunes (≤64 ans) n’ont pas eu de réduction de ces critères de jugement.

La plupart des autres essais n’ont pas été alimentés pour des analyses stratifiées par âge chez les femmes, et sur les 13 essais analysés dans les analyses groupées de l’USPSTF de 2022, 6 avaient des sous-analyses prédéfinies par sexe et 3 essais n’ont été menés que chez les hommes. 

              

Comme pour les recommandations précédentes de l’USPSTF, les nouvelles recommandations utilisaient un modèle de simulation pour estimer le bénéfice net à vie, mesuré par les années de vie ajustées en fonction de la qualité (QALY) et les années de vie nettes gagnées en prenant de l’aspirine.  

Une différence est que le modèle actuel, par rapport aux modèles précédents, ne présumait pas de bénéfice pour la réduction des cancers colorectaux. Malgré cette différence, l’équation du modèle de simulation a tout de même estimé un bénéfice net à vie mesuré par QALY pour les femmes et les hommes âgés de 40 à 59 ans avec un risque prédit d’ASCVD sur 10 ans d’au moins 5% et un bénéfice pour les personnes âgées de 60 à 69 ans avec un risque d’ASCVD prévu sur 10 ans d’au moins 10%. Le nombre net d’années de vie gagnées était également positif pour les personnes âgées de 40 à 59 ans avec un risque d’ASCVD prévu sur 10 ans d’au moins 10 % et était neutre ou positif pour les personnes âgées de 60 à 69 ans avec un risque d’ASCVD prévu sur 10 ans d’au moins 20 %.

              

La revue systématique mise à jour a montré une augmentation constante du risque de saignement peu de temps après l’initiation de l’aspirine avec un risque absolu de saignement plus élevé chez les hommes.

Dans une analyse groupée de 10 essais (N = 119 130), l’utilisation d’aspirine à faible dose était associée à un risque significativement accru de saignements gastro-intestinaux majeurs (RC, 1,58 [IC à 95 %, 1,38-1,80]), de saignements intracrâniens (RC, 1,31 [IC à 95 %, 1,11-1,54]) et de saignements majeurs totaux, définis comme des saignements nécessitant une transfusion ou entraînant une hospitalisation ou la mort (RC, 1,44 [IC à 95 %, 1,32-1,57]). 3 Bien que le risque relatif de saignement ne diffère pas selon l’âge, le risque absolu de saignement augmente avec l’âge et le sexe masculin, en particulier après l’âge de 60 ans, car l’âge avancé est un facteur de risque majeur de saignement.

              

Les recommandations commencent donc  à s’aligner

              

Il existe un consensus entre les recommandations cliniques selon lequel l’aspirine pour les recommandations de prévention primaire ne devrait pas différer selon le sexe et devrait être individualisée en fonction de l’évaluation du rapport bénéfice/risque de saignement, ainsi que des préférences des patients.

L’American College of Cardiology et l’American Heart Association ont publié une recommandatiion sur la prévention primaire de l’ASCVD en 2019 qui déconseillait l’utilisation systématique de l’aspirine chez les adultes de plus de 70 ans ou chez les adultes de tout âge présentant un risque accru de saignement (défini comme ceux qui prennent des médicaments concomitants qui augmentent le risque de saignement, antécédents de saignement gastro-intestinal antérieur ou d’ulcère peptique)

La recommandation indiquait que l’aspirine à faible dose peut être envisagée pour les patients âgés de 40 à 70 ans et ceux présentant un risque plus élevé d’ASCVD. Les lignes recommandations 2021 de la Société européenne de cardiologie pour la prévention primaire de l’ASCVD déconseillaient l’aspirine pour les personnes âgées de plus de 70 ans ou présentant un risque faible / modéré d’ASCVD. 

Les normes de soins médicaux dans le diabète de 2022 de l’American Diabetes Association ont également recommandé d’envisager une faible dose d’aspirine pour les patients âgés de 50 ans ou plus atteints de diabète qui présentent un risque accru d’ASCVD (1 facteur de risque majeur d’ASCVD); toutefois, le risque semblait plus élevé que le bénéfice pour les personnes de 70 ans et plus. Aucune des lignes directrices ne contenait de recommandations spécifiques au sexe, mais toutes soulignaient la nécessité d’une prise de décision partagée entre le clinicien et le patient.

              

Résumé des recommandation pour l’aspirine dans la prévention primaire des maladies cardiovasculaires athérosclérotiques (ASCVD) / TABLEAU 1

  • Toutes les recommandations  mettent l’accent sur la prise de décision partagée en tenant compte des avantages cardiovasculaires par rapport au risque accru de saignement.

Groupe de travail sur les services préventifs des États-Unis 2022
  • L’aspirine à faible dose (<100 mg/j) peut être envisagée pour les personnes âgées de 40 à 59 ans qui ont un risque estimé de 10 ans d’ASCVD ≥ 10 %, (grade de recommandation C)

  • Déconseille l’utilisation de l’aspirine pour la prévention primaire de l’ASCVD chez les adultes >60 ans (grade D)

Collège américain de cardiologie / American Heart Association 2019
  • L’aspirine doit être utilisée rarement dans la prévention primaire de routine de l’ASCVD

  • L’aspirine à faible dose (75-100 mg / j) pourrait être envisagée pour la prévention primaire de l’ASCVD chez certains adultes âgés de 40 à 70 ans qui présentent un risque plus élevé d’ASCVD (risque > de 10% à 10 ans) qui ne présentent pas un risque accru de saignementa,b

  • Non recommandé chez les adultes >70 ans ou toute personne présentant un risque accru de saignement

Association américaine du diabète 2022
  • L’aspirine à faible dose (75-162 mg / j) doit être envisagée pour la prévention de l’ASCVD chez les adultes de plus de 50 ans atteints de diabète et d’au moins 1 facteur de risque majeur d’ASCVD et non à risque accru de saignementa,b

  • Pour les patients âgés de plus de 70 ans avec ou sans diabète, le risque semble plus grand que le bénéfice

Société européenne de cardiologie 2021
  • L’aspirine n’est pas recommandée chez les personnes présentant un risque d’ASCVD faible / modéré en raison du risque accru de saignement majeur

  • Pour les personnes âgées de <70 ans présentant un risque (très) élevé d’ASCVD; la décision doit être prise au cas par cas en tenant compte à la fois du risque ischémique et du risque hémorragique

a Antécédents familiaux d’ASCVD prématurée, d’hypertension, de dyslipidémie, de tabagisme ou d’insuffisance rénale chronique/albuminurie.

b Prendre des médicaments concomitants qui augmentent le risque de saignement, les antécédents de saignement gastro-intestinal, d’ulcère peptique, de vieillesse, d’anémie ou de maladie rénale.

              

Un outil de prise de décision partagée (TABLEAU 1)

              

Pour faciliter la prise de décision partagée, un outil en ligne est disponible pour aider à évaluer le risque d’ASCVD et le risque de saignement pour des décisions fondées sur des données probantes concernant l’utilisation de l’aspirine en prévention primaire. L’application synthétise les dernières données probantes et lignes directrices  qui pourraient potentiellement aider les cliniciens et soutenir la prise de décisions fondées sur des données probantes au cas par cas pour l’utilisation de l’aspirine en prévention primaire. L’évaluation formelle des risques liés à l’ASCVD et aux saignements gastro-intestinaux est fournie au moyen de calculateurs de risque internes pour ces scores de double risque, ainsi que du nombre nécessaire pour traiter et du nombre nécessaire pour nuire calculé pour chaque individu.

              

Zones d’incertitude

              

Plusieurs zones d’incertitude importantes demeurent.

Les rôles du sexe/genre et de la race et de l’origine ethnique doivent être évalués plus avant et les essais doivent être suffisamment puissants pour évaluer les profils bénéfice-risque dans toutes les strates.


De plus, les essais antérieurs sur l’aspirine représentaient en grande partie des populations nord-américaines et européennes de personnes blanches ayant accès à des soins de santé de haute qualité et guidés par des lignes directrices. Le profil bénéfice-risque de l’aspirine pour la prévention primaire de l’ASCVD doit faire l’objet d’une évaluation plus approfondie dans d’autres pays et dans les populations à faibles ressources.

              

Synthèse

              

L’aspirine à faible dose dans le cadre de la prévention primaire réduit le risque d’ASCVD majeur, d’IM et d’accident vasculaire cérébral ischémique, mais augmente le risque de saignement gastro-intestinal total et majeur chez les hommes et les femmes.

Bien que les recommandations actuelles ne diffèrent pas selon le sexe, l’aspirine à faible dose devrait être envisagée pour la prévention primaire chez les femmes âgées de 40 à 59 ans présentant un risque élevé d’ASCVD (risque d’ASCVD à 10 ans ≥10%) et pour les femmes âgées de 60 à 69 ans présentant un risque d’ASCVD d’au moins 20% ou un risque de diabète et d’ASCVD d’au moins 10%, dans le contexte de l’absence de risque excessif de saignement et de la prise de décision clinique partagée
.

 

Commentaire

Cet énième article sur l'ASPIRINE en prévention primaire CV confirme les précédents.
Cependant il attire l'attention sur le choix des populations dans les essais thérapeutiques : le sexe, l'âge, et l'ethnie. Beaucoup de recommandations reposent sur des études où notamment les hommes étaient majoritaires. Est-ce, ce qui fonctionne chez l'homme doit-il être immédiatement appliquer aux femmes. Il est évident que NON. la physiologie de la femme et celle de l'homme sont différentes, ne pas s'en apercevoir relève d'un obscurantisme scientifique total.

Pour faire simple une molécule qui a des effets positifs chez un homme, a-t-elles les mêmes effets chez la femme ? 

L'équation scientifique "ce qui fonctionne chez l'homme doit fonctionner chez la femme " est arcahaïque, surranée, elle doit disparaître, ni plus ni moins.......

On doit se réjouir que de plus en plus d'études scientifiques ciblent spécialement les femmes pour les pathologies partagées homme/femme.

La "VRAIE VIE" , l'exercice au quotidien, montrent que les prescriptions médicamenteuses chez la femme  sont mieux suivies que chez l'homme, donc observance augmentée. Ce point est important il en est de même des recommandations d'activité physique. Une autre constatation, les femmes "exigent" plus d'explications pour leur pathologie, elles sont plus concernées que le hommes en général. Constatons des effets particuliers d'une molécule, selon sa prescription chez la femme. Rien de flagrant si ce n'est  les ménorragies sous AOD , notamment le rivaroxaban. Chez l'homme on constate des hématuries. Masi tant que des études sérieuses ne seront pas menées sur les effets pharmacologiques des médicaments chez l'homme et chez la femme, on avancera pas.

Statistiques : Aujourd'hui 11 - Hier 875 - Cette semaine 1628 - Ce mois-ci 11952 - Total 533364