Les propos qui sont tenus ici n’engagent que leur auteur. Les textes sont actualisés régulièrement et corrigés en cas d'erreur. Bonne visite

Riete / Hémorragie

Écrit par Jean Pierre LAROCHE le .

« Rivières: hémorragie des montagnes » Sylvain Tesson

“Le cash est à l'entreprise ce que le sang est à l'organisme : toute hémorragie externe non contrôlée est fatale.” Serge Uzzan


Clinical characteristics, time course, and outcomes of major bleeding according to bleeding site in patients with venous thromboembolism, Behnood Bikdeli, Fares Moustafa, José Antonio Nieto, Alfred I. Lee, Nuria Ruíz-Giménez, Alicia Lorenzo, Sebastian Schellong, Silvia Soler, Salvador Ortíz, Mª. Del Valle Morales, Marijan Bosevski, Olga Gavín, Gregory Y.H. Lip, Manuel Monreal, the
RIETE Investigators, Thrombosis Research Available online 14 January 2022, https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S004938482200007X
Caractéristiques cliniques, évolution dans le temps et résultats des saignements majeurs selon le site de saignement chez les patients atteints de maladie  thromboembolique veineuse

Points forts de l'étude 

Dans une vaste étude de 2 224 patients présentant une hémorragie majeure au cours de l'anticoagulation pour thromboembolie veineuse (MTEV), il y avait des distinctions dans l'évolution temporelle des événements hémorragiques selon le site de saignement. Les saignements intracrâniens se sont accumulés progressivement au cours d'une année, alors que la plupart des hématomes et des saignements rétropéritonéaux sont survenus dans les 30 premiers jours après le début de l'anticoagulation pour la TMEV aiguë.

Les caractéristiques des patients présentaient des distinctions selon le site du saignement, y compris l'âge avancé et une plus grande proportion de femmes parmi les patients qui avaient un hématome, par rapport à ceux souffrant d'autres formes de saignement.

Parmi les patients présentant une hémorragie majeure, les taux de mortalité à 30 jours étaient les plus élevés chez ceux qui avaient une hémorragie intracrânienne et les plus bas chez ceux qui avaient un hématome.

HGIEREITEA
HGIEREITEB
Plus de données :Parmi 78 136 patients atteints de MTEV sous anticoagulation, 2 244 (2,9 %) souffraient d'hémorragie majeure (gastro-intestinale chez 800, intracrânienne chez 417, hématome chez 410, génito-urinaire chez 222, rétropéritonéale chez 145 ; autres sites chez 250). Il y avait des variations dans les caractéristiques de base, y compris l'âge avancé ( P < 0,001) et prédominance des femmes (70,2 % [intervalle de confiance [IC] à 95 %] : 65,6–74,6 % versus 50,5 %, IC à 95 % : 48,2–52,9, P < 0,001) chez les patients atteints d'hématome par rapport aux autres patients. Dans l'ensemble, 82,7 % des hématomes et 81,4 % des saignements rétropéritonéaux sont survenus dans les 90 premiers jours suivant le diagnostic de l'événement de MTEV, contre seulement 50,6 % des saignements intracrâniens. Dans les sous-groupes de saignements, les taux de mortalité toutes causes confondues à 30 jours étaient les plus élevés chez les patients souffrant d'hémorragie intracrânienne (41,0 % ; intervalle de confiance [IC] à 99 % : 34,8–47,4 %), et les plus faibles chez les patients souffrant d'hématome (17,8 %). % ; IC à 99 % : 13,2 à 23,2 %). Les patients qui ont souffert d'un événement hémorragique majeur au cours des 30 premiers jours suivant la MTEV avaient un risque significativement plus élevé, après un suivi de 90 jours, de développer une mortalité (y compris due à une hémorragie), une MTEV récurrente, et hémorragie majeure récurrente (tous les Ps < 0,001). Des variations ont été observées dans les résultats selon le site de saignement.

A souligner que l'anticoagulation était réalisée par une HBPM pour le traitement initial dnas 80% des cas ; dans plus de 99% les hémorragies sont survenues alors que le patient était anticoagulé

Plus de donnéesREITEHGIEEEE
Les facteurs de risque d'hémorragie : thrombopénie, cancer actif, insuffisance rénale, cirrhose


N'oublions pas TOUS les FDR d'hémorragie  qui sont tous coupables

HGIECOUPABLES
 Rappel : 
 
ISTHBLEERMSRappel :
Aucun score hémorragique n'est vraiment pertinenet, par contre ce qui est important dans ces scores ce sont les items qui constituent le score. Plus que les scores ce qui comptent le plus c'est une connaissance parfaite et complète du doosier du patient.Le score peut être utile si on arrive pas  à se décider sur le risque hémorragique d'une anticoagulation du patient qui est devant vous.

Commentaire 
Une fois de plus le Registre RIETE nous apporte des données très importantes. Merci aux auteurs d'avoir centré cette étude sur les hémorragies majeures.

En matière d'hémorragie survenant chez des patients anticoagulés , les paramétres  suivant sont toujours rétropectivement à l'origine des accidents hémoragiques sous anticoagulants

appréHfier
- L'âge > 75 ans
- La thrombopénie mais aussi l'anémie
- Un cancer actif, sa localisation gastrique , urothélial
- Une cirrhose
- Des atcds récents d'hémorragie, des atcds récents d'AVC
- L'insuffisance rénale, on le répétera jamais assez
- Une HTA non contrôlée
- Une dénutrition, une déshydratation

- L'association antiplaquettaire/anticoagulant , AINS/anticoagulant etc.
- l'ordonnnance du patient, trop souvent encore une ordonnance à haut risque d'hémorragie par des associations délétères  (AVK, AOD, HBPM) , l'ordonnance est encore trop souvent la cause de l'hémorragie surtout chez les personnes âgées.
- L'auto médication : compléments alimentaires notamment, à expliquer au patient
- Tous les signes cliniques hémorragiques doivent être expliqués au patient lors de l'instauration d'un anticoagulant quelqu'il soit
- Toute nouvelle médication prescrite chez un patient anticoagulé doit être réalisée avec réflexion
- Les patients anticoagulés doivent posséder un document attestant qu'ils sont traités par un anticoagulant , nom, posologie, indication
- Regretter enfin que le Dossier médical Partagé (DMP) ne soit pas encore une réalité accessible

AYONS le REFLEXE  RISQUE HEMORRAGIQUE  au moment de la PRESCRIPTION d'un ANTICOAGULANT quelqu'il soit +++++ et pour TOUS les PATIENTS quelque soit leur âge.


#VACCINE3.0 + grippe

Fast Track 14 Biblio Athérothrombose

Écrit par Jean Pierre LAROCHE le .

https://www.cinenews.be/fr/cinema/selection/773/les-25-meilleurs-films-de-science-fiction-de-tous-les-temps/

"On peut définir la Science-Fiction comme la branche de la littérature qui se soucie des réponses de l'être humain aux progrès de la science et de la technologie". Isaac Asimov

«Tout ce qu'on rêve est fiction et tout ce qu'on accomplit est science, toute l'histoire de l'humanité n'est rien d'autre que de la science-fiction.» Ray Bradbury

Atherosclerosis is amajor human killer and non-resolving inflammation is a prime suspect, Fredman G et Coll, Cardiovascular Research (2021) 117, 2563–2574 https://academic.oup.com/cardiovascres/article/117/13/2563/6381562 article libre d'accès . L'athérosclérose est un tueur humain majeur et l'inflammation non résolutive et un suspect principal.
 
La résolution de l'inflammation  est un processus actif et hautement coordonné. La résolution de l'inflammation est régie par plusieurs facteurs endogènes, et les médiateurs pro-résolution spécialisés (SPM) sont l'une de ces classes de molécules qui ont une fonction biologique robuste. L'inflammation non résolutive est associée à une variété de maladies humaines, y compris l'athérosclérose. De plus, l'inflammation non résolutive est une caractéristique du vieillissement, un processus inévitable associé à un risque accru de maladie cardiovasculaire.

Découvrir les mécanismes expliquant pourquoi la résolution de l'inflammation est altérée lors du vieillissement et de la maladie et identifier des biomarqueurs utiles pour l'inflammation non résolue sont des besoins non satisfaits.

cvab309f1

Des travaux récents ont mis en évidence un rôle critique pour des rapports équilibrés de SPM et de lipides pro-inflammatoires (c'est-à-dire leucotriènes et/ou des prostaglandines spécifiques) comme un déterminant clé de la résolution rapide de l'inflammation. Cette revue fait part des résultats accumulés qui soutiennent le rôle de l'inflammation non résolutive et des médiateurs pro-résolution et pro-inflammatoires déséquilibrés dans l'athérosclérose. L'objectif est de fournir un aperçu des raisons pour lesquelles ces déséquilibres se produisent, de l'importance du vieillissement dans la progression de la maladie et de l'impact de la fonction hématopoïétique sur la résolution de l'inflammation et l'athérosclérose.

Les questions ouvertes sont posées  concernant les stratégies thérapeutiques et les mécanismes de la maladie afin de fournir un cadre pour de futures études visant à lutter contre cette importante maladie humaine.

Cette revue se concentre sur les résultats accumulés qui soutiennent le rôle de l'inflammation non résolutive et des médiateurs pro-résolution et pro-inflammatoires déséquilibrés dans l'athérosclérose.

cvab309f2Dans l'ensemble, l'athérosclérose était auparavant considérée comme un accompagnement constant et dégénératif inévitable du vieillissement. Au lieu de cela, on comprend maintenant que l' athérosclérose se développe de façon épisodique, peut régresser, et que des mesures sur le  style de vie et médicales peuvent moduler de façon spectaculaire au cours de la maladie.De plus, l'athérosclérose est associée à des mécanismes de défense qui ont été pris en défaut et qui ont finalement conduit à des lésions artérielles. La découverte des SPM a mis en lumière une toute nouvelle façon de contrôler l'inflammation, d'améliorer la défense de l'hôte et de favoriser la réparation.

C'est donc une période passionnante pour la recherche sur la résolution de l'inflammation et l'athérosclérose. Néanmoins, l'identification continue de biomarqueurs, de processus cellulaires et de facteurs associés à la résolution de l'inflammation peut : révéler de nouvelles façons de traiter l'athérosclérose et  aider à éclairer le traitement d'une manière hautement spécifique au patient
 
La lutte contre l'athérosclérose se fera demain au coeur de la cellule et plus devant des images de plaques quelque soit leur mode de mise évidence. La génétique sera déterminante iur cibler les thérapeutiques ainsi que l'inflammation. A quelle échéance ? En étant optimiste à moyen terme.

Coronary Atherosclerotic Plaque Regression,Luke P. Dawson, Mark Lum, Nitesh Nerleker, Stephen J. Nicholls, and Jamie Layland J Am Coll Cardiol. 2022 Jan, 79 (1) 66–82,https://www.jacc.org/doi/10.1016/j.jacc.2021.10.035
Régression de la plaque athérosclérotique coronarienne : examen de l' état de l'art du JACC

refgression


Au cours des trois dernières décennies, des améliorations substantielles ont été apportées aux traitements visant à réduire les événements cardiovasculaires (CV). Au fur et à mesure que ces traitements ont été développés, il y a eu des améliorations parallèles dans les modalités d'imagerie coronarienne qui peuvent évaluer les volumes et la composition de la plaque, en utilisant à la fois des techniques invasives et non invasives. On peut voir que la progression de la plaque précède les événements CV et, par conséquent, de nombreuses études ont évalué longitudinalement les changements des caractéristiques de la plaque en réponse à divers traitements, dans le but de démontrer la régression de la plaque et l'amélioration des caractéristiques à haut risque, la justification étant que cela réduira la CV. événements.

regression 3

Dans le passé (très récent)  les décisions entourant les traitements de l'athérosclérose ont été éclairées par des scores de risque basés sur la population pour l'initiation de la prévention primaire et des taux de cholestérol à lipoprotéines de basse densité pour la titration en prévention secondaire. Si des données sur les résultats liant la régression de la plaque à des événements CV réduits émergent, il peut devenir possible d'imager directement la réponse au traitement de la plaque pour guider les décisions de gestion.

regression2


L'essentiel
• La progression de la plaque précède les événements cardiovasculaires.
• L'amélioration des modalités d'imagerie coronarienne permet une évaluation directe de la modification de la plaque.
• Si des données de résultats liant la régression de la plaque pour réduire les événements CV apparaissent, la surveillance de la réponse au traitement de la plaque coronaire peut finalement remplacer les marqueurs de substitution tels que les scores de risque et les niveaux de lipoprotéine

Une multitude d'options thérapeutiques sont disponibles qui réduisent le risque d'événements CV en induisant une régression de la plaque. Les applications étendues des modalités d'imagerie coronarienne dans les essais pour déterminer les effets du traitement, en particulier parmi les statines , sont mises en évidence par cette revue. Les décisions entourant le début et le titrage de ces traitements sont actuellement régies par des scores de risque basés sur la population pour la prévention primaire et les niveaux de LDL-C à la suite d'événements coronariens. Cependant, si des données sur les résultats liant la régression de la plaque à des événements CV réduits apparaissent, il peut devenir à la fois faisable et bénéfique d'utiliser l'imagerie directe de la plaque pour surveiller les volumes et la composition de la plaque athérosclérotique et orienter les décisions de traitement plutôt que des marqueurs de substitution


Science fiction ou non ? La régression de la plaque est un problème logique en matière d'athérothrombose. Le "DESTOP" des veines n'existent pas (en dehors de la fibrinolyse) , le "DESTOP" des artères non plus.On sait stabiliser les plaques, mais les faire disparaître complétement non. On sait parfaitement visualiser les plaques et les analyser, mais aller au-delà non...pour l'instant. Là encore réponse à moyen terme en étant optimiste mais on s'en rapproche à grand pas....et toulours la même question, toutes ces avancées seront elles accessibles au plus grand nombre ? 

Inflammation and cardiovascular diseases: lessons from seminal clinical trials, Liberale L et Coll, Cardiovascular Research (2021) 117, 411–422, Libre accès 
https://academic.oup.com/cardiovascres/article/117/2/411/5871502

cvaa211f1

L'inflammation a longtemps été considérée comme un facteur clé de l'athérosclérose. Les cellules inflammatoires et les médiateurs solubles jouent un rôle essentiel tout au long du développement de la plaque artérielle et, par conséquent, le ciblage des voies inflammatoires réduit efficacement la charge athéroscléreuse dans les modèles animaux de maladies cardiovasculaires (CV). Pourtant, la traduction clinique a souvent conduit à des résultats non concluants, voire contradictoires. Le Canakinumab Anti-inflammatoire Thrombosis Outcome Study (CANTOS) suivi du Colchicine Cardiovascular Outcomes Trial (COLCOT) ont été les deux premiers essais cliniques randomisés à démontrer de manière convaincante l'efficacité de traitements anti-inflammatoires spécifiques dans le domaine de la prévention CV, tandis que d'autres essais de phase III les essais, y compris l'essai de réduction de l'inflammation cardiovasculaire utilisant le méthotrexate, ont été futiles. Cet passe en revue les principales caractéristiques et résultats des récents essais anti-inflammatoires de phase III en cardiologie et discute de leurs similitudes et de leurs différences afin d'obtenir de plus amples informations sur la contribution de voies inflammatoires spécifiques sur les résultats CV. CANTOS et COLCOT ont démontré l'efficacité de deux médicaments anti-inflammatoires (le canakinumab et la colchicine, respectivement) dans la prévention secondaire des événements cardiovasculaires indésirables majeurs (MACE) fournissant ainsi la première confirmation de l'implication d'une voie inflammatoire spécifique dans la maladie cardiovasculaire athéroscléreuse humaine (ASCVD ). En outre, ils ont mis en évidence la voie liée à l'inflammasome contenant la protéine 3 contenant les domaines NOD, LRR et pyrine comme une cible thérapeutique efficace pour atténuer l'ASCVD. En revanche, d'autres essais interférant avec un certain nombre de voies indépendantes de l'inflammasome n'ont pas apporté de bénéfice. Enfin, tous les essais anti-inflammatoires ont souligné l'importance d'équilibrer le risque d'altération de la défense de l'hôte avec une augmentation des infections et la prévention des MACE chez les patients CV présentant un risque inflammatoire résiduel.

cvaa211f2

Bien que CANTOS et COLCOT n'aient pas d'impact immédiat sur la pratique CV quotidienne, ils ont définitivement ouvert la porte à la traduction clinique des agents immunomodulateurs pour réduire le risque CV. Les résultats des essais neutres sur les agents anti-inflammatoires n'ont pas contesté l'importance de l'inflammation dans l'athérosclérose, mais ont plutôt prouvé l'importance de considérer des voies inflammatoires spécifiques et souvent interconnectées comme cibles thérapeutiques chez les patients CV présentant un risque inflammatoire résiduel

L'athérosclérose, l'athérothrombose, l'inflammation est au coeur de ces atteintes. Une piste supplémentaire dans la lutte contre l'athérothrombose. Les pistes sont multiples, toutes doivent être investiguées, les essais cliniques sont nécessaires, mais aussi d'autres molécules sont à tester. La base de ces avancées devra être l'intelligence artificielle afin d'accélérer nos connaissances et surtout de le mettre en pratique.


Rivaroxaban, a Direct Oral Factor Xa Inhibitor, Attenuates Atherosclerosis by Alleviating Factor Xa–PAR2-Mediated Autophagy Suppression, Ito A et Coll, JACC Basic Transl Sci
. 2021 Dec 27;6(12):964-980.https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC8733676/ 
Le rivaroxaban, un inhibiteur oral direct du facteur Xa, atténue l'athérosclérose en atténuant la suppression de l'autophagie médiée par le facteur Xa-PAR2  Article libre d'Accès 

Le facteur X activé (FXa) joue un rôle clé dans la cascade de la coagulation, alors que de nombreuses preuves suggèrent qu'il contribue également à la physiopathologie de l'inflammation chronique du système vasculaire. Dans cette étude, nous avons évalué l'hypothèse selon laquelle le rivaroxaban (Riv), un inhibiteur direct du FXa, inhibe l'athérogenèse en réduisant l'activation des macrophages.
 
RIVATHER
Le Riv atténue la progression et la déstabilisation de la plaque d'athérosclérose chez les souris ApoE(-/-), au moins en partie en inhibant l'activation pro-inflammatoire des macrophages. Ces résultats indiquent que Riv peut être particulièrement bénéfique pour la gestion des maladies athérosclérotiques, en plus de son activité antithrombotique

•L'expression des récepteurs FXa, PAR-1 et -2, a augmenté dans l'aorte athéroscléreuse.
•Le rivaroxaban a réduit le développement de lésions athérosclérotiques.
•Le rivaroxaban a stabilisé les plaques d'athérosclérose.
•Le rivaroxaban a réduit l'expression de molécules inflammatoires dans l'aorte.
•Le FXa a favorisé l'activation pro-inflammatoire des macrophages.

 
Cette étude , cetres chez la souris, confirme ce que nous avions évoqué précédemment : https://medvasc.info/1464-mtev-ac-et-ou-aap à propos de l'articke de Laurent Bertoletti : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/34801918/. Une autre étude intéressante :Anti Xa oral anticoagulants inhibit in vivo platelet activation bymodulating glycoprotein VI shedding, Pignatelli P et Coll, Pharmacological Research 113 (2016) 484–489, https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/27693274/, L'étude fournit des preuves que les NOAC anti-Xa inhibent de manière significative l' excrétion urinaire de TxB 2 par rapport à la warfarine, suggérant que les AOD possèdent une propriété antiplaquettaire.
 
Cette nouvelle étude vient renforcer l'idée qu'un jour lorsqu'un patient ahérothrombtique symptomatique développe une MTEV, un AOD pourra se substituer en plus à l'anti-plaquettaire....attendons de dépasser le stade de la souris.
 
#VACCINE3.0 + grippe
 
 

Une histoire de "BULLE"

Écrit par Jean Pierre LAROCHE le .

iconograpghie: Bulle

"Les historiens arrivent à tirer plusieurs volumes d'un personnage dont on ne sait pas grand-chose. C'est une manière de contempler l'univers dans une bulle de savon." Prosper Mérimée

“L’espoir est une bulle irisée qui colore fugitivement la vie.” Jean Mauduit


Vous connaissez la Bulle du pape, la bulle de savon, vous connaissez peut être Bulle localité du Canton de Fribourg,le papier bulle,la bulle spéculative, une bulle sociale sécuritaire ,les bulles de Perrier, les bulles de Champagne, j'en passe et des meilleurs .
 
Pourquoi Novax Djokovic a été interdit de tennis en Australie ? Parce qu'en Australie il n' y a pas de bulle. Novax sera interdit des tournois du Grand Chelem, sauf Roland Garros car en France on sait ce qu'est une bulle, et la bulle sera le cours Philippe Chatrier avec le toit fermé,why not ?

toit philippe chatrier 750x410
Madame la Ministre, Roxana Maracineanu  nous explique qu'en France les sportifs de haut niveau seront enfermés dans des bulles sanitaires et donc que le vaccin anti Covid est alors inutile.

CbmA

"une bulle sanitaire permettra aux sportifs non vaccinés de jouer en France" dixit Mme la Ministre. Trop forte la France, une fois de plus le "made in France" a frappé  ! Il faut protéger les Dieux du Stade car certains ne savnet pas que la vaccin est l'arme absolue contre la Covid. C'esr vrai trop peu d'information sur un sujet très confidentiel.

Bulle sanitaire autre forme de bulle spéculative

Dans le texte : " 
"Tout joueur, tout sportif qui s'entraîne en France, qu'il soit français ou étranger s'il est domicilié sur notre territoire, pour s'entraîner, il faudra qu'il ait un pass vaccinal tout le temps pour entrer dans un équipement sportif", a expliqué la ministre. Mais "il y a des protocoles sanitaires imposés pour les grands événements par les fédérations en question, qui viennent s'ajouter, s'additionner au protocole du pays et donc c'est ce qui permettra en France à quelqu'un comme Novak Djokovic de pouvoir entrer sur le territoire", a-t-elle poursuivi, répondant à une question sur le N°1 mondial à propos du tournoi de Roland-Garros en mai.https://www.midilibre.fr/2022/01/07/covid-une-bulle-sanitaire-permettra-aux-sportifs-non-vaccines-de-jouer-en-france-selon-maracineanu-10032358.php

phpAerkgB
https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/covid-19-au-sein-du-xv-de-france-ca-ressemble-a-quoi-une-bulle-sanitaire-qui-n-eclate-pas_4316941.html

Fantastique, pouquoi ne pas adapter cette bulle à toute la France , fini les vaccins, fini la Covid etc.Mais si vous sortez de la bulle et que vous vous confondez au monde vacciné et non vacciné, le tsunami viral et fini de votre tournoi.

Pourqui pas Mr Blanquer de faire des écoles des bulles sanitaires ? 

Er encore mieux : JO de Pékin 2022 : des « bulles sanitaires » instaurées autour des sites olympiques

La France "bullée" c'est fantastique ! Car chacun veut sa bulle 
 
Par définition les bulles éclatent, c'est ce qu'elles font le plus souvent,et elles adorent ça.

ob f67cb3 globalia
Je conseille à Mme la Ministre de relire le merveilleux roman de JC RUFIN: GLOBALIA dont je vous rappelle l'histoire " 
Globalia est une dystopie qui brouille les repères temporels. C'est quelque part dans le futur, des années après les guerres civiles qui ont mis le monde à feu et à sang. Une civilisation aseptisée, sous cloche, littéralement puisque protégée par des dômes et des parois de verre, une "bulle géante" . Au-delà des parois ? Ce qu'on appelle les non-zones. D'un côté l'ordre et une devise : "Liberté, sécurité, prospérité". De l'autre, le chaos, la misère, la violence, le néant d'où viennent régulièrement des actions terroristes.Présentée comme la démocratie idéale, prônant la liberté, Globalia va se révéler bien plus complexe et perverse dans sa conception, son organisation et, finalement son idéologie.GLOBALIA

""Interdire les livres, c'est les rendre désirables. Toutes les dictatures ont connu cette expérience. En Globalia, on a fait le contraire : on a multiplié les livres à l'infini. On les a noyés dans leur graisse jusqu'à leur ôter toute valeur, jusqu'à ce qu'ils deviennent insignifiants. (...) Surtout dans les dernières époques, vous ne pouvez pas savoir la nullité de ce qui a été publié" et bien pour les sportifs ce sera la même chose , ils sont se déliter dans "votre bulle".
 
Tout ça pour vous dire Mme la Ministre, que les bulles explosent comme a explosé la ligne Maginot et tous les remparts du Monde.

bloggif 61e435b912db0

Dans un état de droit on doit appliquer les régles et c'est tout , alors le Tennis oui ,en tournoi oui,  mais en étant vacciné (complétement). Pourquoi faire cette ségrégation vacciné /non vacciné, tout le monde vacciné et fin de l'histoire, NOVAX compris

Mais en faite la BULE SANITAIRE existe ,ça s'appelle VACINATION COMPLETE OBLIGATOIRE . On en sort comme on veut et comme on dit en vieux françois, on n'emmerde pas le monde !  
 
 
Les bulles
Une bulle
Deux bulles
Trois bulles de savon.
Dans chaque bulle
Je glisse
Un mot.
Les bulles s’envolent
Et montent jusqu’au plafond.
Les bulles éclatent
Restent les mots.
Ouvre la main
Attrape-les
Ils sont pour toi
Et maintenant
Mets les dans l’ordre
Voilà.
Tu me regardes, tu souris.
Et je sais : tu as compris.
Bernard Friot extraits « de Mots croisés »
 
#VACCINE3.0 + Grippe

Les images du jour

Écrit par Jean Pierre LAROCHE le .

 Les faits , rien que les faits
- Réglement du tournoi publié il y a plusieurs mois : il faut être vacciné et dispser d'un Passe
- Pas de vaccins, pas de passe , retour à la maison 
Conclusion de JF Schved sur Tweeter : Je pense que Novax Djokovic va faire l’objet de critiques à Serbe

Et la messe est dite :  car "pour Djokovic, on peut "transformer l'eau la plus polluée en eau la plus purificatrice par la prière"

Enfin, une citation du père de NOVAX : « Aujourd'hui ils peuvent le jeter dans un donjon, demain ils peuvent l'enchaîner, a notamment déclaré Srdjan Djokovic. Novak est le Spartacus d'un nouveau monde qui ne tolérera pas l'injustice, le colonialisme et l'hypocrisie. » et une autre " 
«Novak est crucifié comme Jésus»

La messe est vraiment dite ! 

FJNOBFOXMAck0m6
FJNY8iyWQAA0H7c
 
FJIWfoQXMAA3DU9
IMG 20211113 0001 ddfr ssde english xxl
IMG 20220104 0001 english XXL
IMG 202201 VGVZT
nokovic 0
 
Maintenant on passe à autre chose...............après cet interméde savoureux et triste à la fois, un champion c'est un exemple, il se doit d'être exemplaire, donc il observe et suit la LOI, il n'est pas au-dessus des LOIS.

Source 
https://cartoonmovement.com/ 


#VACCINE3.0 + Grippe
 

Au COEUR de la GRIPPE

Écrit par Jean Pierre LAROCHE le .

"Le vaccin ne guérit pas, ne tue pas. Il prévient. On a pas intérêt à s'abstenir de lui."Mutamba Bill

"Ceux-là ne tombent jamais malades de formes sévères de la variole. Ils ont notamment des pustules sur les mains, ce qui laisse entendre à Jenner que le contact avec le virus se fait par les mains. Il fait le lien avec le fait que ces gens-là traient des vaches. Or, il existe chez la vache une maladie qui ressemble très fortement à la variole notamment au point de vue de la forme des pustules." Laurent-Henri Vignaud, historien des sciences


Universal flu vaccines: a shot at lifelong cardioprotection ?Behrouzi, B., Udell, J.A. Nat Rev Cardiol (2022). https://doi.org/10.1038/s41569-021-00670-w
Vaccins universels contre la grippe : une chance pour une cardioprotection à vie ?


Les méta-analyses et les essais sur les résultats cardiovasculaires jettent les bases pour que les vaccins contre la grippe saisonnière soient un pilier de la prévention des maladies cardiovasculaires, rivalisant avec les mesures établies telles que le traitement par statines. Dans ces perspectives cliniques, nous mettons en évidence les approches actuelles et futures de l'utilisation de la vaccination contre la grippe pour réduire le risque de maladie cardiovasculaire athéroscléreuse et d'insuffisance cardiaque.

FLUFLU

Étant donné que la vaccination antigrippale réduit le risque de décès d'origine cardiovasculaire (CV) à un niveau similaire, voire supérieur, aux traitements préventifs des maladies CV (MCV) approuvés par les lignes directrices, tels que l'aspirine, les vaccins antigrippaux devraient être un pilier de l'arsenal pour les traitements primaires et secondaires dans la prévention des MCV,  au même titre que : ACEi, inhibiteur de l'enzyme de conversion de l'angiotensine ; ARA, bloqueur des récepteurs de l'angiotensine ; ARNI, inhibiteur des récepteurs de l'angiotensine et de la néprilysine ; BB, -bloquant; TA, tension artérielle ; DAPT, bithérapie antiplaquettaire ; IC, insuffisance cardiaque ; IM, infarctus du myocarde ; MRA, antagoniste des récepteurs minéralocorticoïdes ; SGLT2i, inhibiteur du cotransporteur sodium-glucose 2

Malgré les recommandations quasi universelles des lignes directrices pour la vaccination antigrippale chez les patients atteints de MCV, les vaccins antigrippaux continuent d'être sous-utilisés chez les patients atteints de MCV  . Outre l'hésitation persistante et la désinformation face à la vaccination, cette sous-utilisation est attribuable à l'efficacité limitée et indépendante de la plate-forme des stratégies vaccinales antigrippales existantes (protection d'environ 40 à 60 % contre l'infection), qui ne peuvent pas faciliter la production de masse rapide de vaccins en réponse aux nouveaux vaccins en circulation. mutations des virus de la grippe . Cette stratégie actuelle sous-estime également le plein potentiel cardioprotecteur des vaccins antigrippaux - un argument supplémentaire en faveur de l'accélération du développement de vaccins antigrippaux universels pour se protéger contre tous les virus grippaux pandémiques et saisonniers.

Commentaire

Les vaccins obligatoires : 
  • la diphtérie,
  • le tétanos
  • la poliomyélite
  • l’haemophilius influenzae B (bactérie provoquant notamment des pneumopathies et des méningites),
  • la coqueluche,
  • l’hépatite B,
  • la rougeole,
  • les oreillons,
  • la rubéole,
  • le méningocoque C (bactérie provoquant des méningites),
  • le pneumocoque (bactérie provoquant notamment des pneumopathies et des méningites)

Je rajouterai le Vaccin Anti Covid 19, la grippe , le vaccin HPV
Est ce possible sous une forme injectable unique ou par une autre voie d'administration? 

En médecine vasculaire nous devons insister sur le vaccin anti grippe chez les patients avec athérothrombose périphérique , la maladie thrombo embolique veineuse en particulier et en général.
 
N'oublions pas que l'Insuline vient d'avoir 100 ans et comme le souligne dan un Tweet le Pr JF Schved : 11 janvier 1922 les premières injections d’extraits pancréatiques sauvent Leonard Thompson, garçon de 14 ans atteint d’un diabète au stade de coma. C’est une première.…et s’il avait dit : » je ne veux pas qu’on m’injecte n’importe quoi….on n’a pas assez de recul » ???...idem pour Pasteur et Joseph Meister......ces deux enfants sont les héros de la SCIENCE .

N'oublions pas que c'est , Edward Jenner, le médecin de campagne qui a imaginé le concept du  vaccin en 1796. Et quatre-vingt ans plus tard, Louis Pasteur permet d’étendre ce processus à d’autres maladies, c’est la naissance des vaccins.
 
Source 
#VACCINE3.0 + grippe

Prévention MTEV et Covid-19 : est-ce la bonne dose ?

Écrit par Jean Pierre LAROCHE le .

 "Un problème sans solution est un problème mal posé." Albert Einstein

"Un fait hors de l'ordinaire est plutôt un indice qu'un embarras.”
Arthur Conan Doyle / Sherlock Holmes

Anticoagulation as a therapeutic strategy for hospitalised patients with COVID-19 S.Cullivan, M.SholzbergdeF. Ní Áinle, B Kevane, Thrombosis Update Available online 12 January 2022, 100097, 
https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S2666572722000013 , Accès Libre

La pandémie de COVID-19 a dévasté la communauté mondiale et continue de causer une morbidité et une mortalité importantes dans le monde. Le développement de vaccins efficaces a représenté une étape majeure vers la réduction de la transmission et de la gravité de la maladie, mais des défis importants subsistent, en particulier dans les régions où l'accès aux vaccins a été limité.

La COVID-19 est associé à une hypercoagulabilité et à un risque accru de thrombose, avec le plus grand risque chez les personnes gravement malades. Fait intéressant, les premières données d'observation ont suggéré que le traitement anticoagulant pourrait améliorer les résultats cliniques, en dehors des événements thrombotiques, chez les patients atteints de COVID-19.

Dans cette revue, nous résumons les données générées par trois essais cliniques randomisés publiés qui ont cherché à déterminer l'effet de l'anticoagulation thérapeutique à l'héparine sur les résultats d'efficacité et de sécurité chez les patients hospitalisés atteints de COVID-19 : les multiplateformes REMAP-CAP, ACTIV-4a et ATTACC randomisées contrôlées essais et l'essai RAPID. Dans les essais contrôlés randomisés multiplateformes REMAP-CAP, ACTIV-4a et ATTACC, l'héparine thérapeutique n'était pas associée à un bénéfice chez les patients gravement malades atteints de COVID-19 par rapport aux soins habituels (rapport de cotes proportionnel ajusté (OR) pour une augmentation des jours sans soutien des organes jusqu'au jour 21 : 0,83 ; intervalle de crédibilité à 95 %, 0,67 à 1,03, probabilité postérieure de futilité de 99,9 %). À l'inverse, parmi les patients hospitalisés sans maladie grave, l'héparine thérapeutique était associée à une probabilité accrue de jours sans support d'organes vivants (OR ajusté, 1,27 ; intervalle de crédibilité à 95 %, 1,03–1,58).

L'essai RAPID a également évalué l'effet de l'héparine thérapeutique par rapport à l'héparine prophylactique chez des patients non gravement malades. Dans cette étude, l'héparine thérapeutique n'a pas réduit de manière significative les probabilités du critère de jugement principal composite (décès, ventilation mécanique ou admission en unité de soins intensifs) (OR 0,69 ; intervalle de confiance à 95 % [IC], 0,43 à 1,10 ; p = 0,12) mais était associée à une réduction significative de la mortalité toutes causes [OR, 0,22 (IC à 95 %, 0,07 à 0,65)].

rapiremap
 
Collectivement, ces études suggèrent que l'anticoagulation thérapeutique avec de l'héparine peut réduire la gravité de la maladie et potentiellement même conférer un avantage de survie chez les patients hospitalisés non gravement malades atteints de COVID-19. Aucun bénéfice de l'anticoagulation thérapeutique avec de l'héparine n'était évident chez les patients gravement malades atteints de COVID-19. , en réanimation.
 
A cette analyse il manque the HEP COVID Trial Efficacy and Safety of Therapeutic-Dose Heparinvs Standard Prophylactic or Intermediate-Dose Heparins for Thromboprophylaxis in High-risk Hospitalized Patients With COVID-19 The HEP-COVID Randomized Clinical Trial; de Spyropoilos AC https://jamanetwork.com/journals/jamainternalmedicine/fullarticle/2785004

Dans cet essai clinique randomisé, l'HBPM à dose thérapeutique a réduit la MTEV majeure et la mortalité par rapport à la thromboprophylaxie à l'héparine standard institutionnelle chez les patients hospitalisés atteints de COVID-19 avec des taux de D-dimères très élevés (x 4). L'effet du traitement n'a pas été observé chez les patients en soins intensifs

Par conséquent, alors que les résultats d'études supplémentaires dans ce domaine en évolution sont en attente, il est important d'aborder les décisions concernant l'héparine thérapeutique chez les patients hospitalisés modérément malades atteints de COVID-19 de manière mesurée et individualisée


Déclaration du panel sur les directives de traitement COVID-19 sur l'anticoagulation chez les patients hospitalisés atteints de COVID-19
Dernière mise à jour : 5 janvier
2022 https://www.covid19treatmentguidelines.nih.gov/therapies/statement-on-anticoagulation-in-hospitalized-patients/ Source NIH
NIG
Pour les adultes hospitalisés  (hors grossesse) qui ont besoin d'oxygène à faible débit et ne reçoivent pas de soins intensif, le groupe scientifique recommande l'utilisation d' héparine à dose thérapeutique pour les patients qui ont un D-dimère au-dessus de la limite supérieure de la normale (LSN), ont besoin d'oxygène à faible débit et n'ont pas de risque hémorragique accru (CIIa) . L'HBPM est préférée à l'héparine non fractionnée.

Sur la base des critères d'exclusion des essais cliniques, les contre-indications à l'anticoagulation thérapeutique du COVID-19 en raison d'un risque hémorragique accru sont les suivantes : numération plaquettaire <50 x 10 9 /L, hémoglobine <8 g/dL, nécessité d'un double traitement antiplaquettaire, saignement connu au cours des 30 derniers jours nécessitant une visite à l'urgence ou une hospitalisation, des antécédents connus de trouble de la coagulation ou un trouble de la coagulation héréditaire ou acquis actif.

Chez les patients sans MTEV qui commencent un traitement par héparine à dose thérapeutique, le traitement doit se poursuivre pendant 14 jours ou jusqu'à la sortie de l'hôpital, selon la première éventualité.

Le groupe scientifique recommande l'utilisation d' héparine à dose prophylactique (HBPM ou héparine non fractionnée) pour les patients qui ne reçoivent pas d'héparine thérapeutique, sauf en cas de contre-indication (AIIb) .

Le groupe scientifique déconseille l'utilisation d' anticoagulants oraux à dose thérapeutique pour la prophylaxie de la MTEV ou la prévention de la progression du COVID-19 chez les patients hospitalisés, sauf dans le cadre d'un essai clinique (AIIa) .

Pour les adultes hospitalisées (hors  grossesse)  qui reçoivent des soins intensifs  (y compris les patientes qui reçoivent de l'oxygène à haut débit), le groupe scientifique recommande d'utiliser une dose prophylactique d'héparine comme prophylaxie de la MTEV, sauf s'il existe une contre-indication (IA) .

Le groupe scientifique recommande de ne pas utiliser d' anticoagulants à dose intermédiaire (p. ex., énoxaparine 1 mg/kg par jour) et à dose thérapeutique pour la prophylaxie de la MTEV, sauf dans le cadre d'un essai clinique (IB) .

Pour les patients qui commencent à recevoir de l'héparine à dose thérapeutique alors qu'ils reçoivent de l'oxygène à faible débit en raison de la COVID-19, puis qui sont transférés à l'unité de soins intensifs (USI), le groupe scientifique recommande de passer de l' héparine à dose thérapeutique à l' héparine à dose prophylactique à moins qu'une TEV ne soit confirmée (BIII ) .

Pour les patientes enceintes hospitalisées, le groupe scientifique recommande d'utiliser une anticoagulation à dose prophylactique pour les patientes enceintes hospitalisées pour des manifestations de COVID-19, sauf contre-indication contraire 

Étant donné que les patientes enceintes n'ont pas été incluses dans la plupart des essais cliniques évaluant l'anticoagulation thérapeutique dans le cadre de la COVID-19, les preuves sont actuellement insuffisantes pour recommander soit pour ou contre l'anticoagulation thérapeutique pour les patientes enceintes atteintes de COVID-19 en l'absence d'une MTEV connue. 
 
Sur la base des données d'étude disponibles, le groupe scientifique recommande d'utiliser de l'héparine à dose thérapeutique pour les patients qui ont un D-dimère supérieur à la LSN, qui ont besoin d'oxygène à faible débit et qui n'ont pas de risque hémorragique accru (CIIa).

La notation reflète le fait que, bien que les 3 essais contrôlés randomisés aient montré un bénéfice de l'héparine thérapeutique chez les patients hospitalisés, leurs critères d'inclusion et leurs résultats bénéfiques différaient (point de discussion majeur).


Les essais RAPID et HEP-COVID nécessitaient chacun une élévation spécifiée des D-dimères pour le recrutement, mais pas l'essai multiplateforme.

Les résultats bénéfiques allaient de la réduction du critère de jugement principal des jours sans soutien d'organes sans bénéfice de mortalité dans l'essai multiplateforme, à l'absence de changement dans le critère de jugement principal composite de l'admission en soins intensifs, de la ventilation non invasive ou invasive, ou du décès au jour 28, mais une réduction dans le critère de jugement secondaire de la mortalité à 28 jours dans l'essai RAPID.

L'essai HEP-COVID a montré une amélioration du résultat composite de la thrombose et de la mort. Les taux d'événements étaient significativement plus élevés dans HEP-COVID que dans les autres essais, soulignant la différence dans leurs critères d'inclusion.
 
De plus, il convient de noter que moins de 20 % des patients sélectionnés ont été inclus dans les études ; par conséquent, ces résultats peuvent ne pas être généralisables à tous les patients hospitalisés atteints de COVID-19.
 
Affaire à suivre en attendant COVI-DOSE, les hospitalisations augmentent il serait souhaitable que ces résultats arrivent rapidement 
 
Commentaire
Ce qui est sûr aujourd'hui , les patients hospitlaiseé en médecine mais dont l'étét n''st pas
grace et ceux hospitaliésée en réanimation doivent justifier obligatoirement (sauf CI) d'un prévention de la MTEV par une HBPM à dose préventive. Pour les patients hospitalisés en Médecine, avec un état grave pourraient bénéficier d'une prévention de la MTEV avec une HBPM curative, mais au cas par cas en respectant les contre indications. Faut il ou non s'appuyer sur les D Dimères ? La question reste d'actualité. On perçoit au fil des publications des signaux favorables pour une prévention de la MTEV par une HBPM à dose thérapeutique.  Mais quid de la dose adaptée au poids ? 

Source

Recanalisation Veineuse

Écrit par Jean Pierre LAROCHE le .

iconographie : https://www.radiologieinterventionnelle-paris.fr/recanalisation-veineuse-femme

bloggif 61dd4fb19fbd7
Short- and Mid-Term Outcomes of Endovascular Stenting for the Treatment of Post-Thrombotic Syndrome due to Iliofemoral and Caval Occlusive Disease: A Multi-Centric Study from the French Society of Diagnostic and Interventional Cardiovascular Imaging (SFICV)David, A., Thony, F., Del Giudice, C. et al. Short- and Mid-Term Outcomes of Endovascular Stenting for the Treatment of Post-Thrombotic Syndrome due to Iliofemoral and Caval Occlusive Disease: A Multi-Centric Study from the French Society of Diagnostic and Interventional Cardiovascular Imaging (SFICV). Cardiovasc Intervent Radiol (2022).
https://doi.org/10.1007/s00270-021-03038-2
https://link.springer.com/article/10.1007/s00270-021-03038-2#citeas

Résultats à court et moyen terme du stenting endovasculaire pour le traitement du syndrome post-thrombotique dû à une maladie ilio-fémorale et occlusive cave : une étude multicentrique de la Société française d'imagerie cardiovasculaire diagnostique et interventionnelle (SFICV)

But
Évaluer les résultats du traitement endovasculaire dans une large population de patients souffrant d'un syndrome post-thrombotique (SPT) dû à une maladie occlusive ilio-cave.

Méthodes
Dans cette étude rétrospective multicentrique, 698 patients traités par stenting pour SPT dans 15 centres français ont été analysés. Les taux de perméabilité primaire, primaire assistée et secondaire ont été évalués, et l'efficacité clinique a été évaluée à l'aide des scores de Villalta et du questionnaire d'insuffisance veineuse chronique en 20 questions (CIVIQ-20). Les résultats ont été comparés à la gravité préopératoire basée sur la TDM des lésions post-thrombotiques de la cuisse (4 grades).

Résultats

Le succès technique, défini comme une recanalisation réussie et un déploiement de stent rétablissant un flux antérograde rapide dans le vaisseau ciblé, a été obtenu chez 668 (95,7 %) patients avec un taux de complications de 3,9 %. Après un suivi moyen de 21,0 mois, la perméabilité primaire, la perméabilité primaire assistée et la perméabilité secondaire ont été obtenues chez 537 (80,4 %), 566 (84,7 %) et 616 (92,2 %) des 668 patients, respectivement. La perméabilité veineuse était fortement corrélée au grade des modifications post-thrombotiques de la cuisse, avec des taux de perméabilité secondaire de 96,0 %, 92,9 %, 88,4 % et 78,9 %, respectivement, pour les grades 0 à 3 ( p  = 0,0008). Les améliorations moyennes des scores Villalta et CIVIQ-20 étaient de 7,0 ± 4,7 points ( p  < 0,0001) et de 19,1 ± 14,8 points ( p  < 0,0001), respectivement.

Conclusion
Le stenting endovasculaire en tant qu'option de traitement du SPT en raison d'une occlusion veineuse ilio-cave chronique génère un succès technique élevé, une faible morbidité, un taux de perméabilité élevé à moyen terme et une amélioration clinique. La perméabilité veineuse était fortement corrélée à la sévérité des lésions post-thrombotiques de la cuisse.

Datas complémentaires 


POPREC1668 patients, à noter une moyenne d'âge des patients relativement jeunes 43 ans, 60% de femmes, délai entre la TVP et la recanalisation entre 1 et 3 ans après la phase aigue, 1 patient sur 4 est porteur d'une thrombophilie, la grossesse et le post partum représentent un facteur déclencahnt dans 1 cas sur 6, 70% des patients avaient un score de Villalata intermédiaire et 60% un score CIVIQ-10 intermédiaire, enfin 10% avaient un ulcère veineux. Donc une population  plutôt féminie et plutôt jeune.                                                                                                                        


RECANA2
70% de TVP au niveau du MIG, plus de 80% au niveau iliaque, 17% au niveau de la VCI, plus de 1 patient sur 2 présentaient une atteinte de la veine fémorale commune                                

RECA3
Les segments veineux stentés : axes iliaque communs et externes dans 95 % des cas, veine fémoaale 50% des cas 
RECA5Les complications ont été très rare, 3.9%,  79% ont bénéficé d'une recanalisation et 20% de deux

RECA6
Le succès technique, défini comme une recanalisation réussie et un déploiement de stent rétablissant un flux antérograde rapide dans le vaisseau ciblé, a été obtenu chez 668 (95,7 %) patients Après un suivi moyen de 21 mois, la perméabilité primaire, la perméabilité primaire assistée et la perméabilité secondaire ont été obtenues chez 537 (80,4 %), 566 (84,7 %) et 616 (92,2 %) des 668 patients,


RECA7Les critères cliniques de gravité selon le Score de Villata, 62% score < 5  en post procédure (amélioration)  et 38% des scores résiduels plus sévères , la majorité des patients avaient un SPT "de  gravité intrermédiaire ", 50% des patients déclarer une amélioration de leur qualité de vie , donc un sur deux.
RMS idPAS D ISBN pu2011 18s sa20 art20 img001 i1200
Le Score de Villalta
https://www.revmed.ch/revue-medicale-suisse/2011/revue-medicale-suisse-294/prise-en-charge-du-syndrome-post-thrombotique


Le Score CIVIQ-20 de Robert Launois https://rees-france.com/wp-content/uploads/2015/12/1999-ART-9001_Insuffisance_veineuse_CIVIQ.pdf

Le Score de C Menez : scale of severity for post-thrombotic venous lesions (PTVLs) after ilio-femoral deep venous thrombosis  https://link.springer.com/article/10.1007%2Fs00270-019-02214-9

Commentaires 
Article important, très attendu. 15 centres hospitaliers de radiologie vasculaire ont participé à cette étude rétrospective. Un collectif de 668 patients renfore les résultats obtenus.
Le primum movens en matière de maladie veuineuse post thrombotique (SPT) , c'est la CLINIQUE , puis les souhaits du patient et enfin la faisabilité du traitement endovasculaire. La clinique doit prendre en compte ce qui "fait " du SPT sa gravité et engendre chez le patient une gêne importante, une altération de sa qualité de vie Les critères du score de Villalta sont très pertinents et donc très utiles. L'examen clinique se focalisera sur l'aspect du membre atteint, l'oedéme résiduel, des altérations cutanées, l'apparition de varices voire de troubles trophiques. Le ressenti du patient est très important, douleur, claudication veineuse ertc. Puis après la clinique, l'écho-Doppler pend une place décisive : obstruction résiduelle, quels segments, reflux profond , reflux superfivciel, qualité de l'endoveine(synéchies, clacifications, épaississsement pariétal, sténose) et en enfin et surtout repérage des veines vicariantes (la collatéralité) et surtout ne pas oublier l'hémodynamiquet rop souvent négligée (flux spontanés et chasses veineuses). Cet eeptrérage des vicaroances doit être attentif car c'est  un des critéres de succés d'ue recanalisation  : "l'extinction de la vicariance", le repérage préalable est donc déterminant. Le confluent veineux fémoral (fémorale commune, profonde et superficielle, carrefour favorable cad estimation de l'inf low) ,doit être étudié avec attention. Si la clinique, les données de l'écho-Doppler et les souhaits du patients sont en faveur d'une indication de traitement endovasculaire veineux, un phlébo scanner avec reconstructiuion 3D est indiaqué. Attention cet exmane comme l'écho Doppler doit être réalisé dans un centre expert qui est susceptible de pratiquer le traitement endovasculaire. En post procédure l'écho Doppler a une place majeure, ce sera l'examen référence pour le suivi. Il est indispensable que pour l'écho-Doppler ce soit le même opérateur avant et immédiatement après  le geste de recanalisation.La procédure de dsentig peut s'avérer longue, mais in fine les patients sont très staisfaits des résultats. Au CHU de Montpelllier c'est le Dr Valérie Monnin Bares qui est la référante. Cet article nous apporte beaucoup de données majeures. L'expérien preécédente  de (Systematic Review and Meta-Analysis of Iliofemoral Stenting for Postthrombotic Syndrome) Peng Qiu,https://www.ejves.com/action/showPdf?pii=S1078-5884%2818%2930700-7) publiée en 2019 dans  Eur J Vasc Endovasc Surg (2019) 57, 407e416 , a mis  en évidence sur une série de 489 patients des résultats similaires en terme de perméabilité. Dans la série française il faut noter l'absence de différenc eau n iveau de la permabilité entre les patients avecd atteinte fémorale et sans atteinte félmorale. 

La prise de décision de recanalisation veinuese est une décision collégiale, type RCP. Le délai entre la TVP aigue et la décision d'une reccanalisation est entre 6/12 mois, puis sans restriction ultérieure.


Il reste cependant une grande inconnue sur le stenting veineux dans le SPT dans cet article , le traitement médical pré , per et post stenting n'est pas mentionné. Il est souhaitable que celui ci fasse l'objet d'un deuxiéme article à la lumière de cette étude car ce traitement fait partie aussi de ce type d'étude. 

Ce traitement fait l'objet de controverses multiples. 

Un consensus de type Delphi  a récemment rapporté l'avis de 106 experts (51 chirurgiens, 42 radiologues interventionnels et 13 hématologistes) d'avril à juin 2017 [31]. Après angioplastie et stenting iliofémoral, 12 attitudes thérapeutiques différentes ont été préconisées lors du premier sondage : un tiers utilisait un traitement par AVK (antivitamines K) au long cours, 20 % des anticoagulants oraux directs au long cours, 35 % stoppaient le traitement entre 6 et 12 mois, 25 % utilisaient un antiplaquettaire à l'arrêt du traitement anticoagulant. Conclusion de cete article de 2018 : "Consensus existed amongst respondents regarding anticoagulant therapy following venous stenting. At present, there is no consensus regarding the role of antiplatelet agents in this context."

deplhistentvhttps://www.ejves.com/article/S1078-5884(18)30036-4/fulltext, Eur J Vasc Endovasc Surg (2018) 55, 537e544, Antithrombotic Therapy Following Venous Stenting: International Delphi
Consensus Millinis K et Coll.

Comme vous le voyez c'est un "doux délire entre experts".

Ce qui est prescrit encore assez souvent en post procédure une HBPM curative plus de l'aspirine ou pas  pendant 1 mois associée à une compression médicales de classe 2 ou 3 et la marche active quotidioenne.

Puis un relais par un AOD "full dose" , mais pendant combien de temps ? Tout dépend de l'étiologie de la TVP inaugurale, facteur déclenchant vs pas de facteur déclenchant, c'est à priori logique. Mais cela dépend aussi du risque hémorragique.

Mais quid de l'évolution à 5 et 10 ans de veines proximales stentées ? Nous n'avons pas la réponse  aujourd'hui. Pour les artères mais c'est différent et les recommandations sont claires. Dans la mesure où des séries importantes de stenting veineux apparaissent leur suivi thérapeutique au long cours de ces populations est indispensable afin de d'essayer de comprendre ce que devrait être le traitement médical en prévention secondaire d'une récidive.

Je dois dire que dans mon expérience si le traitement post précédure ne pose pas de problème, pour la suite c'est difficile de prendre une décision;  AOD full dose, combien de temps ? AOD low dose, au long cours ou quelques mois, arrêt de l'anticoagulantion , quand ? Quant à la compression médicale elle est indiquée , au lon cours ? Non, cela dépendant de la clinique et du patient. ne pas oublier le risque hémlorragque 

sficvsfmv

Recommandations SFICV/SFMV, 219, Antoine Diard (https://www.jficv.com/usrfile/Presentation/2019/S15-P03.pdf)

Nous proposons d’utiliser une classification pour l’évaluation de la claudication veineuse (légère : gêne intermittente, modérée : gêne quotidienne pour des efforts intenses, marche rapide, ou activité sportive, sévère : gêne quotidienne à la simple marche ou pour des efforts de faible intensité).

Nous recommandons d’évaluer le patient cliniquement avant la réalisation de l’écho-doppler et d’utiliser les mêmes scores (Villalta, questionnaires de qualité de vie) et les mêmes outils  (mesures, photos), et ce avant etaprès traitement à partir du 6ème mois à l’occasion de
chaque évaluation clinique programmée.

Les modalités de traitement doivent être vérifiées à chaque évaluation (anticoagulant / antiplaquettaire / compression), complications éventuelles, tolérance et observance .

Nous recommandons la réalisation systématique d’un contrôle écho-doppler au lendemain de l’intervention, puis un contrôle à un mois, 6 mois, un an, ensuite un contrôle annuel.

Un contrôle à 3 mois peut être proposé chez les patients à plus haut risque de re thrombose, et les prises en charge omplexe.
L’étude des segments endo-prothétiques doit être détaillée (localisation des stents, calibre, remplissage, qualité des flux). Une attention particulière doit être portée aux deux extrémités du chenal endoprothétique.

En cas de thrombose, nous recommandons la description du processus thrombotique (localisation, datation) et la recherche d’explications morphologiques ou hémodynamiques
Nous recommandons la réalisation d’un écho-doppler avant l’arrêt du traitement anticoagulant lorsque celui est décidé.

 
En 2019 Gilles Pernod faisait les recommandatoion suivant ; anticoiagulation en post précédure (recommandaions SFICV/SFMV; 20219) (https://www.jficv.com/usrfile/Presentation/2019/S15-P03.pdf)
 
- Il est recommandé de bénéficier d'une compression élastique par bas-jarret (30-40 mm Hg), pendant les 6 mois qui suivent la procédure, au moins 80% du temps en dehors
 
- Au -delà des 6 mois, l'indication de la compression sera fonction de la persistance de symptomes d'insuffisance veineuse chronique .

- Nous suggérons la mise en place d'une compression pneumatique intermittente dans les heures qui suivent la procédure

- Nous suggérons une bithérapie : anti-plaquettaire + anticoagulant pendant au moins un mois, suivi d'une anticoagulation seule pendant au moins 2 mois, si le risque hémorragique le permet.

- La durée du traitement sera adaptée aux circonstances de survenue de la thrombose

-Si le risque hémorragique ne le permet pas, ne pas faire la procédure

- Le traitement médical post procédure est en cours de validation, repose sur des consensus d’experts et doit bénéficier de prise en charge multi-disciplinaire « médico-interventionnelle »
 
D'autres recommandations sur le traitement post recanalisation veineuse sont en cours, à la lumière des données récentes de la littérature et de l'expérience des équipes médico radiologiques vasculaires. la Médecine Vasculaire est partie prenante dans la gestion des recanalisations. 

#VACCINE3.0 + grippe

Statistiques : Aujourd'hui 335 - Hier 862 - Cette semaine 3095 - Ce mois-ci 24825 - Total 353065