Chirurgie le sexe fort !

Thank you for rating this article.

"L’Athénienne Agnodice, vers -300 avant J.C., voulait apprendre la médecine mais ne pouvait pas car c’était une femme. Alors, pour apprendre la médecine, elle s’est déguisée en homme et a pu être instruite par le médecin Hérophile. Ce fut donc la première femme à exercer la médecine, grâce à une fausse barbe et un sweat-shirt achetés à 14,99€ sur Amazon. Merci Agnodice."

"Madeleine Brès (1842/1921)  est la première femme française à avoir obtenu un diplôme de médecine. Petite, elle accompagne son père à l’hôpital de Nîmes, et rencontre une infirmière religieuse qui lui fait découvrir le milieu hospitalier. Un jour, Madeleine se présente au doyen de la faculté de médecine de Paris pour lui demander l’autorisation de s’inscrire dans sa fac. Il lui conseille alors de passer le baccalauréat de lettres et des sciences d’abord, et elle revient donc quelques années plus tard, bac en poche, s’inscrire dans la faculté. Grâce à elle et son diplôme, des milliers de femmes ont ensuite pu s’inscrire en fac de médecine et pleurer toute l’année devant leurs cours de PACES. Merci Madeleine Brès."

https://www.topito.com/top-femmes-medecins-change-monde#:~:text=Et%2C%20pour%20reprendre%20une%20de,en%20personne%20bande%20de%20boloss%20%C2%BB.
 "Tout groupe humain prend sa richesse dans la communication, l'entraide et la solidarité visant à un but commun : l'épanouissement de chacun dans le respect des différences." Françoise DOLTO

Préambule

Marie Wilbouchewitch-Nageotte, la première chirurgienne
 
"Charcot l'ambivalent

Jean-Martin Charcot fait partie de ceux qui ont voté pour l’admission des femmes à la Faculté de médecine de Paris. Mais quelques années plus tard, peut-être effrayé par la progression inéluctable des femmes dans la carrière médicale, il semble avoir changé d’avis. En effet, membre du jury devant lequel la Polonaise Caroline Schultze soutient sa thèse: "La Femme médecin au dix-neuvième siècle , il déclare :

"Voila les femmes médecins, maintenant: du premier coup elles convoitent les places d’interne dans nos hôpitaux. Elles veulent exercer la médecine dans les grandes villes, et elles se gardent bien d'aller soigner les malades de nos campagnes. Ces prétentions sont exorbitantes, car elles sont contraires à la nature même des choses. Elles sont contraires à l’esthétique... Les femmes médecins pensent à elles beaucoup plus qu'à l’ humanité. Elles aspirent à prendre le premier rang, les places lucratives. Cependant, j’en conviens. elles pourraient être utiles comme surveillantes dans nos hôpitaux. Mais elles sont trop ambitieuses... Je conclus : les femmes médecins n'ont pas d’avenir et elles ne seront jamais que l’exception !"


https://gallica.bnf.fr/blog/02032021/marie-wilbouchewitch-nageotte-la-premiere-chirurgienne?mode=desktop#:~:text=Marie%20Wilbouchewitch%20r%C3%A9ussit%20le%20premier,de%20temps%20apr%C3%A8s%20son%20mariage.
 
Wallis CJD, Jerath A, Aminoltejari K, et al. Surgeon Sex and Long-Term Postoperative Outcomes Among Patients Undergoing Common Surgeries. JAMA Surg. Published online August 30, 2023. doi:10.1001/jamasurg.2023.3744
Sexe des chirurgiens et résultats postopératoires à long terme chez les patients subissant des interventions chirurgicales courantes
 

Question

Existe-t-il une association entre le sexe du chirurgien et les résultats postopératoires à long terme des patients ?

Résultats

Dans cette étude de cohorte portant sur 1 million de patients, ceux traités par une chirurgienne étaient moins susceptibles de connaître le décès, la réadmission à l'hôpital ou une complication médicale majeure 90 jours ou 1 an après la chirurgie. Cette association a été observée dans presque tous les sous-groupes définis par les caractéristiques des patients, des chirurgiens, des hôpitaux et des procédures.

Signification

Les résultats de cette étude suggèrent que les patients traités par des chirurgiennes ont une probabilité plus faible, ajustée en fonction du risque, de résultats postopératoires indésirables 90 jours et 1 an après l'intervention chirurgicale.
 
 
Abstract

Importance

Les différences basées sur le sexe et le genre dans la pratique médicale et la communication d'un chirurgien peuvent être des facteurs dans les résultats périopératoires des patients. Les patients traités par des chirurgiennes ont amélioré leurs résultats à 30 jours. Cependant, la persistance de ces résultats au cours d’un suivi plus long n’a pas été évaluée.

Objectif

Examiner si le sexe du chirurgien est associé à des résultats à 90 jours et à 1 an chez les patients subissant des chirurgies courantes.

Conception, contexte et participants

Une étude de cohorte rétrospective basée sur la population a été menée auprès d'adultes en Ontario, au Canada, subissant 1 des 25 interventions chirurgicales électives ou émergentes courantes entre le 1er janvier 2007 et le 31 décembre 2019. L'analyse a été réalisée entre le 15 juillet et 20 octobre 2022.
Principaux résultats et mesures
 
Un événement postopératoire indésirable, défini comme l'ensemble du décès, de la réadmission ou de la complication, a été évalué 90 jours et 1 an après la chirurgie.
 
Deuxièmement, chacun de ces résultats a été évalué individuellement. Les résultats ont été comparés entre les patients traités par des chirurgiens de sexe féminin et masculin à l'aide d'équations d'estimation généralisées avec regroupement au niveau de l'intervention chirurgicale, tenant compte des covariables au niveau du patient, de l'intervention, du chirurgien, de l'anesthésiste et de l'établissement.

Résultats

Parmi les 1 165 711 patients inclus, 151 054 ont été traités par une femme et 1 014 657 par un chirurgien de sexe masculin. Dans l'ensemble, 14,3 % des patients ont eu au moins une issue postopératoire indésirable à 90 jours et 25,0 % ont eu au moins une issue postopératoire indésirable un an après l'intervention chirurgicale. Parmi eux, 2,0 % des patients sont décédés dans les 90 jours et 4,3 % dans l’année. Les taux ajustés multivariés du critère d'évaluation composite étaient plus élevés chez les patients traités par des chirurgiens de sexe masculin que par des chirurgiens de sexe féminin à 90 jours (13,9 % contre 12,5 % ; rapport de cotes ajusté [AOR], 1,08 ; IC à 95 %, 1,03-1,13) et à 1 an. (25,0 % contre 20,7 % ; AOR, 1,06 ; IC à 95 %, 1,01-1,12). Des tendances similaires ont été observées pour la mortalité à 90 jours (0,8 % contre 0,5 % ; AOR 1,25 ; IC à 95 %, 1,12-1,39) et à 1 an (2,4 % contre 1,6 % ; AOR, 1,24 ; IC à 95 %, 1,13-1,36).
 
Conclusions et pertinence
 
Après avoir pris en compte les caractéristiques du patient, de l'intervention, du chirurgien, de l'anesthésiologiste et de l'hôpital, les résultats de cette étude de cohorte suggèrent que les patients traités par des chirurgiennes ont des taux plus faibles d'issues postopératoires indésirables, y compris le décès à 90 jours et 1 an après la chirurgie, par rapport aux ceux traités par des chirurgiens masculins. Ces résultats confirment en outre les différences dans les résultats pour les patients en fonction du sexe du médecin, ce qui justifie une étude plus approfondie concernant les causes sous-jacentes et les solutions potentielles.
 
 
 
 
 
6laIZwFH
 
@barriere_dr : Dans cette série de plus d’un million de patients opérés, ≈15% l’ont été par une femme chirurgien Et bien ils avaient statistiquement moins de risque de complications ou de décès que ceux opérés par un homme

portrait femme souriante chirurgien salle operation 107420 49124
Un article de Guardian sur l'article précédent
 
Les patients obtiennent de meilleurs résultats avec des chirurgiennes féminines, selon des études

Les différences de technique, de vitesse et de prise de risque sont suggérées comme raisons pour la chirurgie pratiquée par les hommes, entraînant davantage de problèmes
Ian Sample Éditeur scientifique
@iansample
mer. 30 août 2023, 11h00 HAE

"Le Dr Christopher Wallis, qui a dirigé l'une des études à l'hôpital Mount Sinai de Toronto, a déclaré que les résultats devraient inciter les chirurgiens masculins à réfléchir à leur approche chirurgicale et à apprendre de leurs collègues féminines pour le bénéfice de leurs patients. "En tant que chirurgien de sexe masculin, je pense que ces données devraient nous amener, moi et mes collègues, à faire une pause et à réfléchir aux raisons de cette situation", a-t-il déclaré.

L'équipe de Wallis a examiné les complications médicales, les réadmissions à l'hôpital et les taux de mortalité après une intervention chirurgicale chez près de 1,2 million de patients ontariens entre 2007 et 2019. Les dossiers comprenaient 25 interventions chirurgicales différentes sur le cœur, le cerveau, les os, les organes et les vaisseaux sanguins.
 
L'analyse, rapportée dans Jama Surgery , a montré que 90 jours après une opération, 13,9 % des patients traités par un chirurgien de sexe masculin présentaient des « événements postopératoires indésirables », un terme fourre-tout qui inclut le décès et les complications médicales allant des problèmes nécessitant une intervention chirurgicale supplémentaire en cas d'infections majeures, de crises cardiaques et d'accidents vasculaires cérébraux. Le chiffre équivalent pour les patients vus par des chirurgiennes féminines était de 12,5 %.
 
Les patients vus par des chirurgiens féminins s'en sont également mieux sortis un an après l'opération, avec 20,7 % d'entre eux ayant eu un événement postopératoire indésirable, contre 25 % de ceux vus par des chirurgiens masculins. Lorsque les médecins examinaient uniquement les décès postopératoires, la différence était encore plus frappante : les patients traités par des chirurgiens de sexe masculin avaient 25 % plus de risques de mourir un an après l'opération que ceux traités par des chirurgiennes de sexe féminin.
 
Une deuxième étude portant sur 150 000 patients en Suède, également publiée dans Jama Surgery , dresse un tableau similaire. Le Dr My Blohm et ses collègues de l'Institut Karolinska de Stockholm ont examiné les résultats des patients après une intervention chirurgicale visant à retirer la vésicule biliaire. Ils ont constaté que les patients traités par des chirurgiennes souffraient de moins de complications et avaient des séjours à l’hôpital plus courts que ceux traités par des hommes. Les chirurgiennes opéraient plus lentement que leurs collègues masculins et étaient moins susceptibles de passer de la chirurgie en trou de serrure à la chirurgie ouverte au cours d'une opération.
 
Blohm a déclaré que, comme pour toutes les études observationnelles, les résultats doivent être traités avec prudence, mais les résultats suggèrent que la technique chirurgicale et la prise de risque pourraient expliquer certaines des différences observées. « Dans certains pays, il existe une croyance générale selon laquelle les chirurgiens hommes sont supérieurs aux chirurgiens femmes », a-t-elle déclaré. « Il est intéressant de noter que la plupart des études publiées précédemment indiquent que les chirurgiennes féminines sont au moins aussi bonnes que les chirurgiens masculins, voire même légèrement meilleures, comme dans ce cas. »
 
Wallis a déclaré qu’il y avait « de nombreuses leçons » à tirer. « Les hommes et les femmes diffèrent dans la façon dont ils pratiquent la médecine. Adopter ou adopter certaines pratiques plus courantes chez les femmes médecins est susceptible d’améliorer les résultats pour mes patients », a-t-il déclaré. « Depuis que j’ai entrepris ce travail, je l’ai certainement fait personnellement et j’encouragerais mes collègues à faire de même : profitez-en comme d’un moment d’introspection. »
 
Au-delà d’attirer davantage de femmes vers la chirurgie, Wallis a déclaré qu’il était nécessaire de « faire évoluer » la chirurgie pour garantir qu’elle retienne mieux les femmes et les promeuve à des postes d’influence. « Il existe une multitude de données indiquant que nous avons ce qu’on appelle un pipeline qui fuit avec un nombre décroissant de femmes occupant des postes de direction », a-t-il déclaré.
 
Dans un éditorial d'accompagnement , le professeur Martin Almquist de l'hôpital universitaire de Skåne en Suède écrit : « Le fait que les chirurgiennes ont subi des opérations avec moins de complications mais des durées d'opération plus longues suggère que le mantra des Navy Seal « lent est doux, et doux est rapide » s'applique également à chirurgie."
 
Tim Mitchell, président du Collège royal des chirurgiens d'Angleterre, a déclaré que ces résultats s'ajoutaient à une littérature croissante soulignant les différences dans les résultats pour les chirurgiens hommes et femmes.
 
"Cette association est intéressante et importante", a-t-il déclaré. « Cependant, l’association n’est pas la causalité, et une explication possible pourrait être liée à la complexité du cas. Les auteurs ont tenté de prendre en compte la clientèle en ajustant les facteurs de confusion, mais des facteurs de confusion résiduels ne peuvent être exclus.

Je reconnais que l'idéal du chirurgien en tant que "cowboy solitaire" appartient à une époque révolue.»

Excellentissime,  dans la VRAIE VIE le retour des patients opérés par une femme sont très postif svoire enthousiasmants. On peut rapprocher ces données à la gestion de la COVID-19  dans les 7 pays dirigés par une femme, ces femmes ont été  très efficaces, acec du tacte, de l'humanisme et la compassion mais aussi avec de la fermeté.

SUITE : 
 
F46Zdw9WcAAis S
 F46ZdwYWEAAC3PN
Dr Meral Kayikcioglu
@MeralKayikcoglu

30 années de preuves démontrent que les femmes médecins sont meilleures en matière de soins de santé CV !

VIVE LES FEMMES MEDECINS !