Les propos qui sont tenus ici n’engagent que leur auteur. Les textes sont actualisés régulièrement et corrigés en cas d'erreur. Bonne visite

Une histoire de "BULLE"

Écrit par Jean Pierre LAROCHE le .

iconograpghie: Bulle

"Les historiens arrivent à tirer plusieurs volumes d'un personnage dont on ne sait pas grand-chose. C'est une manière de contempler l'univers dans une bulle de savon." Prosper Mérimée

“L’espoir est une bulle irisée qui colore fugitivement la vie.” Jean Mauduit


Vous connaissez la Bulle du pape, la bulle de savon, vous connaissez peut être Bulle localité du Canton de Fribourg,le papier bulle,la bulle spéculative, une bulle sociale sécuritaire ,les bulles de Perrier, les bulles de Champagne, j'en passe et des meilleurs .
 
Pourquoi Novax Djokovic a été interdit de tennis en Australie ? Parce qu'en Australie il n' y a pas de bulle. Novax sera interdit des tournois du Grand Chelem, sauf Roland Garros car en France on sait ce qu'est une bulle, et la bulle sera le cours Philippe Chatrier avec le toit fermé,why not ?

toit philippe chatrier 750x410
Madame la Ministre, Roxana Maracineanu  nous explique qu'en France les sportifs de haut niveau seront enfermés dans des bulles sanitaires et donc que le vaccin anti Covid est alors inutile.

CbmA

"une bulle sanitaire permettra aux sportifs non vaccinés de jouer en France" dixit Mme la Ministre. Trop forte la France, une fois de plus le "made in France" a frappé  ! Il faut protéger les Dieux du Stade car certains ne savnet pas que la vaccin est l'arme absolue contre la Covid. C'esr vrai trop peu d'information sur un sujet très confidentiel.

Bulle sanitaire autre forme de bulle spéculative

Dans le texte : " 
"Tout joueur, tout sportif qui s'entraîne en France, qu'il soit français ou étranger s'il est domicilié sur notre territoire, pour s'entraîner, il faudra qu'il ait un pass vaccinal tout le temps pour entrer dans un équipement sportif", a expliqué la ministre. Mais "il y a des protocoles sanitaires imposés pour les grands événements par les fédérations en question, qui viennent s'ajouter, s'additionner au protocole du pays et donc c'est ce qui permettra en France à quelqu'un comme Novak Djokovic de pouvoir entrer sur le territoire", a-t-elle poursuivi, répondant à une question sur le N°1 mondial à propos du tournoi de Roland-Garros en mai.https://www.midilibre.fr/2022/01/07/covid-une-bulle-sanitaire-permettra-aux-sportifs-non-vaccines-de-jouer-en-france-selon-maracineanu-10032358.php

phpAerkgB
https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/covid-19-au-sein-du-xv-de-france-ca-ressemble-a-quoi-une-bulle-sanitaire-qui-n-eclate-pas_4316941.html

Fantastique, pouquoi ne pas adapter cette bulle à toute la France , fini les vaccins, fini la Covid etc.Mais si vous sortez de la bulle et que vous vous confondez au monde vacciné et non vacciné, le tsunami viral et fini de votre tournoi.

Pourqui pas Mr Blanquer de faire des écoles des bulles sanitaires ? 

Er encore mieux : JO de Pékin 2022 : des « bulles sanitaires » instaurées autour des sites olympiques

La France "bullée" c'est fantastique ! Car chacun veut sa bulle 
 
Par définition les bulles éclatent, c'est ce qu'elles font le plus souvent,et elles adorent ça.

ob f67cb3 globalia
Je conseille à Mme la Ministre de relire le merveilleux roman de JC RUFIN: GLOBALIA dont je vous rappelle l'histoire " 
Globalia est une dystopie qui brouille les repères temporels. C'est quelque part dans le futur, des années après les guerres civiles qui ont mis le monde à feu et à sang. Une civilisation aseptisée, sous cloche, littéralement puisque protégée par des dômes et des parois de verre, une "bulle géante" . Au-delà des parois ? Ce qu'on appelle les non-zones. D'un côté l'ordre et une devise : "Liberté, sécurité, prospérité". De l'autre, le chaos, la misère, la violence, le néant d'où viennent régulièrement des actions terroristes.Présentée comme la démocratie idéale, prônant la liberté, Globalia va se révéler bien plus complexe et perverse dans sa conception, son organisation et, finalement son idéologie.GLOBALIA

""Interdire les livres, c'est les rendre désirables. Toutes les dictatures ont connu cette expérience. En Globalia, on a fait le contraire : on a multiplié les livres à l'infini. On les a noyés dans leur graisse jusqu'à leur ôter toute valeur, jusqu'à ce qu'ils deviennent insignifiants. (...) Surtout dans les dernières époques, vous ne pouvez pas savoir la nullité de ce qui a été publié" et bien pour les sportifs ce sera la même chose , ils sont se déliter dans "votre bulle".
 
Tout ça pour vous dire Mme la Ministre, que les bulles explosent comme a explosé la ligne Maginot et tous les remparts du Monde.

bloggif 61e435b912db0

Dans un état de droit on doit appliquer les régles et c'est tout , alors le Tennis oui ,en tournoi oui,  mais en étant vacciné (complétement). Pourquoi faire cette ségrégation vacciné /non vacciné, tout le monde vacciné et fin de l'histoire, NOVAX compris

Mais en faite la BULE SANITAIRE existe ,ça s'appelle VACINATION COMPLETE OBLIGATOIRE . On en sort comme on veut et comme on dit en vieux françois, on n'emmerde pas le monde !  
 
 
Les bulles
Une bulle
Deux bulles
Trois bulles de savon.
Dans chaque bulle
Je glisse
Un mot.
Les bulles s’envolent
Et montent jusqu’au plafond.
Les bulles éclatent
Restent les mots.
Ouvre la main
Attrape-les
Ils sont pour toi
Et maintenant
Mets les dans l’ordre
Voilà.
Tu me regardes, tu souris.
Et je sais : tu as compris.
Bernard Friot extraits « de Mots croisés »
 
#VACCINE3.0 + Grippe

Les images du jour

Écrit par Jean Pierre LAROCHE le .

 Les faits , rien que les faits
- Réglement du tournoi publié il y a plusieurs mois : il faut être vacciné et dispser d'un Passe
- Pas de vaccins, pas de passe , retour à la maison 
Conclusion de JF Schved sur Tweeter : Je pense que Novax Djokovic va faire l’objet de critiques à Serbe

Et la messe est dite :  car "pour Djokovic, on peut "transformer l'eau la plus polluée en eau la plus purificatrice par la prière"

Enfin, une citation du père de NOVAX : « Aujourd'hui ils peuvent le jeter dans un donjon, demain ils peuvent l'enchaîner, a notamment déclaré Srdjan Djokovic. Novak est le Spartacus d'un nouveau monde qui ne tolérera pas l'injustice, le colonialisme et l'hypocrisie. » et une autre " 
«Novak est crucifié comme Jésus»

La messe est vraiment dite ! 

FJNOBFOXMAck0m6
FJNY8iyWQAA0H7c
 
FJIWfoQXMAA3DU9
IMG 20211113 0001 ddfr ssde english xxl
IMG 20220104 0001 english XXL
IMG 202201 VGVZT
nokovic 0
 
Maintenant on passe à autre chose...............après cet interméde savoureux et triste à la fois, un champion c'est un exemple, il se doit d'être exemplaire, donc il observe et suit la LOI, il n'est pas au-dessus des LOIS.

Source 
https://cartoonmovement.com/ 


#VACCINE3.0 + Grippe
 

Au COEUR de la GRIPPE

Écrit par Jean Pierre LAROCHE le .

"Le vaccin ne guérit pas, ne tue pas. Il prévient. On a pas intérêt à s'abstenir de lui."Mutamba Bill

"Ceux-là ne tombent jamais malades de formes sévères de la variole. Ils ont notamment des pustules sur les mains, ce qui laisse entendre à Jenner que le contact avec le virus se fait par les mains. Il fait le lien avec le fait que ces gens-là traient des vaches. Or, il existe chez la vache une maladie qui ressemble très fortement à la variole notamment au point de vue de la forme des pustules." Laurent-Henri Vignaud, historien des sciences


Universal flu vaccines: a shot at lifelong cardioprotection ?Behrouzi, B., Udell, J.A. Nat Rev Cardiol (2022). https://doi.org/10.1038/s41569-021-00670-w
Vaccins universels contre la grippe : une chance pour une cardioprotection à vie ?


Les méta-analyses et les essais sur les résultats cardiovasculaires jettent les bases pour que les vaccins contre la grippe saisonnière soient un pilier de la prévention des maladies cardiovasculaires, rivalisant avec les mesures établies telles que le traitement par statines. Dans ces perspectives cliniques, nous mettons en évidence les approches actuelles et futures de l'utilisation de la vaccination contre la grippe pour réduire le risque de maladie cardiovasculaire athéroscléreuse et d'insuffisance cardiaque.

FLUFLU

Étant donné que la vaccination antigrippale réduit le risque de décès d'origine cardiovasculaire (CV) à un niveau similaire, voire supérieur, aux traitements préventifs des maladies CV (MCV) approuvés par les lignes directrices, tels que l'aspirine, les vaccins antigrippaux devraient être un pilier de l'arsenal pour les traitements primaires et secondaires dans la prévention des MCV,  au même titre que : ACEi, inhibiteur de l'enzyme de conversion de l'angiotensine ; ARA, bloqueur des récepteurs de l'angiotensine ; ARNI, inhibiteur des récepteurs de l'angiotensine et de la néprilysine ; BB, -bloquant; TA, tension artérielle ; DAPT, bithérapie antiplaquettaire ; IC, insuffisance cardiaque ; IM, infarctus du myocarde ; MRA, antagoniste des récepteurs minéralocorticoïdes ; SGLT2i, inhibiteur du cotransporteur sodium-glucose 2

Malgré les recommandations quasi universelles des lignes directrices pour la vaccination antigrippale chez les patients atteints de MCV, les vaccins antigrippaux continuent d'être sous-utilisés chez les patients atteints de MCV  . Outre l'hésitation persistante et la désinformation face à la vaccination, cette sous-utilisation est attribuable à l'efficacité limitée et indépendante de la plate-forme des stratégies vaccinales antigrippales existantes (protection d'environ 40 à 60 % contre l'infection), qui ne peuvent pas faciliter la production de masse rapide de vaccins en réponse aux nouveaux vaccins en circulation. mutations des virus de la grippe . Cette stratégie actuelle sous-estime également le plein potentiel cardioprotecteur des vaccins antigrippaux - un argument supplémentaire en faveur de l'accélération du développement de vaccins antigrippaux universels pour se protéger contre tous les virus grippaux pandémiques et saisonniers.

Commentaire

Les vaccins obligatoires : 
  • la diphtérie,
  • le tétanos
  • la poliomyélite
  • l’haemophilius influenzae B (bactérie provoquant notamment des pneumopathies et des méningites),
  • la coqueluche,
  • l’hépatite B,
  • la rougeole,
  • les oreillons,
  • la rubéole,
  • le méningocoque C (bactérie provoquant des méningites),
  • le pneumocoque (bactérie provoquant notamment des pneumopathies et des méningites)

Je rajouterai le Vaccin Anti Covid 19, la grippe , le vaccin HPV
Est ce possible sous une forme injectable unique ou par une autre voie d'administration? 

En médecine vasculaire nous devons insister sur le vaccin anti grippe chez les patients avec athérothrombose périphérique , la maladie thrombo embolique veineuse en particulier et en général.
 
N'oublions pas que l'Insuline vient d'avoir 100 ans et comme le souligne dan un Tweet le Pr JF Schved : 11 janvier 1922 les premières injections d’extraits pancréatiques sauvent Leonard Thompson, garçon de 14 ans atteint d’un diabète au stade de coma. C’est une première.…et s’il avait dit : » je ne veux pas qu’on m’injecte n’importe quoi….on n’a pas assez de recul » ???...idem pour Pasteur et Joseph Meister......ces deux enfants sont les héros de la SCIENCE .

N'oublions pas que c'est , Edward Jenner, le médecin de campagne qui a imaginé le concept du  vaccin en 1796. Et quatre-vingt ans plus tard, Louis Pasteur permet d’étendre ce processus à d’autres maladies, c’est la naissance des vaccins.
 
Source 
#VACCINE3.0 + grippe

Prévention MTEV et Covid-19 : est-ce la bonne dose ?

Écrit par Jean Pierre LAROCHE le .

 "Un problème sans solution est un problème mal posé." Albert Einstein

"Un fait hors de l'ordinaire est plutôt un indice qu'un embarras.”
Arthur Conan Doyle / Sherlock Holmes

Anticoagulation as a therapeutic strategy for hospitalised patients with COVID-19 S.Cullivan, M.SholzbergdeF. Ní Áinle, B Kevane, Thrombosis Update Available online 12 January 2022, 100097, 
https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S2666572722000013 , Accès Libre

La pandémie de COVID-19 a dévasté la communauté mondiale et continue de causer une morbidité et une mortalité importantes dans le monde. Le développement de vaccins efficaces a représenté une étape majeure vers la réduction de la transmission et de la gravité de la maladie, mais des défis importants subsistent, en particulier dans les régions où l'accès aux vaccins a été limité.

La COVID-19 est associé à une hypercoagulabilité et à un risque accru de thrombose, avec le plus grand risque chez les personnes gravement malades. Fait intéressant, les premières données d'observation ont suggéré que le traitement anticoagulant pourrait améliorer les résultats cliniques, en dehors des événements thrombotiques, chez les patients atteints de COVID-19.

Dans cette revue, nous résumons les données générées par trois essais cliniques randomisés publiés qui ont cherché à déterminer l'effet de l'anticoagulation thérapeutique à l'héparine sur les résultats d'efficacité et de sécurité chez les patients hospitalisés atteints de COVID-19 : les multiplateformes REMAP-CAP, ACTIV-4a et ATTACC randomisées contrôlées essais et l'essai RAPID. Dans les essais contrôlés randomisés multiplateformes REMAP-CAP, ACTIV-4a et ATTACC, l'héparine thérapeutique n'était pas associée à un bénéfice chez les patients gravement malades atteints de COVID-19 par rapport aux soins habituels (rapport de cotes proportionnel ajusté (OR) pour une augmentation des jours sans soutien des organes jusqu'au jour 21 : 0,83 ; intervalle de crédibilité à 95 %, 0,67 à 1,03, probabilité postérieure de futilité de 99,9 %). À l'inverse, parmi les patients hospitalisés sans maladie grave, l'héparine thérapeutique était associée à une probabilité accrue de jours sans support d'organes vivants (OR ajusté, 1,27 ; intervalle de crédibilité à 95 %, 1,03–1,58).

L'essai RAPID a également évalué l'effet de l'héparine thérapeutique par rapport à l'héparine prophylactique chez des patients non gravement malades. Dans cette étude, l'héparine thérapeutique n'a pas réduit de manière significative les probabilités du critère de jugement principal composite (décès, ventilation mécanique ou admission en unité de soins intensifs) (OR 0,69 ; intervalle de confiance à 95 % [IC], 0,43 à 1,10 ; p = 0,12) mais était associée à une réduction significative de la mortalité toutes causes [OR, 0,22 (IC à 95 %, 0,07 à 0,65)].

rapiremap
 
Collectivement, ces études suggèrent que l'anticoagulation thérapeutique avec de l'héparine peut réduire la gravité de la maladie et potentiellement même conférer un avantage de survie chez les patients hospitalisés non gravement malades atteints de COVID-19. Aucun bénéfice de l'anticoagulation thérapeutique avec de l'héparine n'était évident chez les patients gravement malades atteints de COVID-19. , en réanimation.
 
A cette analyse il manque the HEP COVID Trial Efficacy and Safety of Therapeutic-Dose Heparinvs Standard Prophylactic or Intermediate-Dose Heparins for Thromboprophylaxis in High-risk Hospitalized Patients With COVID-19 The HEP-COVID Randomized Clinical Trial; de Spyropoilos AC https://jamanetwork.com/journals/jamainternalmedicine/fullarticle/2785004

Dans cet essai clinique randomisé, l'HBPM à dose thérapeutique a réduit la MTEV majeure et la mortalité par rapport à la thromboprophylaxie à l'héparine standard institutionnelle chez les patients hospitalisés atteints de COVID-19 avec des taux de D-dimères très élevés (x 4). L'effet du traitement n'a pas été observé chez les patients en soins intensifs

Par conséquent, alors que les résultats d'études supplémentaires dans ce domaine en évolution sont en attente, il est important d'aborder les décisions concernant l'héparine thérapeutique chez les patients hospitalisés modérément malades atteints de COVID-19 de manière mesurée et individualisée


Déclaration du panel sur les directives de traitement COVID-19 sur l'anticoagulation chez les patients hospitalisés atteints de COVID-19
Dernière mise à jour : 5 janvier
2022

 https://www.covid19treatmentguidelines.nih.gov/therapies/statement-on-anticoagulation-in-hospitalized-patients/ Source NIH
NIG
Pour les adultes hospitalisés  (hors grossesse) qui ont besoin d'oxygène à faible débit et ne reçoivent pas de soins intensif, le groupe scientifique recommande l'utilisation d' héparine à dose thérapeutique pour les patients qui ont un D-dimère au-dessus de la limite supérieure de la normale (LSN), ont besoin d'oxygène à faible débit et n'ont pas de risque hémorragique accru (CIIa) . L'HBPM est préférée à l'héparine non fractionnée.

Sur la base des critères d'exclusion des essais cliniques, les contre-indications à l'anticoagulation thérapeutique du COVID-19 en raison d'un risque hémorragique accru sont les suivantes : numération plaquettaire <50 x 10 9 /L, hémoglobine <8 g/dL, nécessité d'un double traitement antiplaquettaire, saignement connu au cours des 30 derniers jours nécessitant une visite à l'urgence ou une hospitalisation, des antécédents connus de trouble de la coagulation ou un trouble de la coagulation héréditaire ou acquis actif.

Chez les patients sans MTEV qui commencent un traitement par héparine à dose thérapeutique, le traitement doit se poursuivre pendant 14 jours ou jusqu'à la sortie de l'hôpital, selon la première éventualité.

Le groupe scientifique recommande l'utilisation d' héparine à dose prophylactique (HBPM ou héparine non fractionnée) pour les patients qui ne reçoivent pas d'héparine thérapeutique, sauf en cas de contre-indication (AIIb) .

Le groupe scientifique déconseille l'utilisation d' anticoagulants oraux à dose thérapeutique pour la prophylaxie de la MTEV ou la prévention de la progression du COVID-19 chez les patients hospitalisés, sauf dans le cadre d'un essai clinique (AIIa) .

Pour les adultes hospitalisées (hors  grossesse)  qui reçoivent des soins intensifs  (y compris les patientes qui reçoivent de l'oxygène à haut débit), le groupe scientifique recommande d'utiliser une dose prophylactique d'héparine comme prophylaxie de la MTEV, sauf s'il existe une contre-indication (IA) .

Le groupe scientifique recommande de ne pas utiliser d' anticoagulants à dose intermédiaire (p. ex., énoxaparine 1 mg/kg par jour) et à dose thérapeutique pour la prophylaxie de la MTEV, sauf dans le cadre d'un essai clinique (IB) .

Pour les patients qui commencent à recevoir de l'héparine à dose thérapeutique alors qu'ils reçoivent de l'oxygène à faible débit en raison de la COVID-19, puis qui sont transférés à l'unité de soins intensifs (USI), le groupe scientifique recommande de passer de l' héparine à dose thérapeutique à l' héparine à dose prophylactique à moins qu'une TEV ne soit confirmée (BIII ) .

Pour les patientes enceintes hospitalisées, le groupe scientifique recommande d'utiliser une anticoagulation à dose prophylactique pour les patientes enceintes hospitalisées pour des manifestations de COVID-19, sauf contre-indication contraire 

Étant donné que les patientes enceintes n'ont pas été incluses dans la plupart des essais cliniques évaluant l'anticoagulation thérapeutique dans le cadre de la COVID-19, les preuves sont actuellement insuffisantes pour recommander soit pour ou contre l'anticoagulation thérapeutique pour les patientes enceintes atteintes de COVID-19 en l'absence d'une MTEV connue. 
 
Sur la base des données d'étude disponibles, le groupe scientifique recommande d'utiliser de l'héparine à dose thérapeutique pour les patients qui ont un D-dimère supérieur à la LSN, qui ont besoin d'oxygène à faible débit et qui n'ont pas de risque hémorragique accru (CIIa).

La notation reflète le fait que, bien que les 3 essais contrôlés randomisés aient montré un bénéfice de l'héparine thérapeutique chez les patients hospitalisés, leurs critères d'inclusion et leurs résultats bénéfiques différaient (point de discussion majeur).


Les essais RAPID et HEP-COVID nécessitaient chacun une élévation spécifiée des D-dimères pour le recrutement, mais pas l'essai multiplateforme.

Les résultats bénéfiques allaient de la réduction du critère de jugement principal des jours sans soutien d'organes sans bénéfice de mortalité dans l'essai multiplateforme, à l'absence de changement dans le critère de jugement principal composite de l'admission en soins intensifs, de la ventilation non invasive ou invasive, ou du décès au jour 28, mais une réduction dans le critère de jugement secondaire de la mortalité à 28 jours dans l'essai RAPID.

L'essai HEP-COVID a montré une amélioration du résultat composite de la thrombose et de la mort. Les taux d'événements étaient significativement plus élevés dans HEP-COVID que dans les autres essais, soulignant la différence dans leurs critères d'inclusion.
 
De plus, il convient de noter que moins de 20 % des patients sélectionnés ont été inclus dans les études ; par conséquent, ces résultats peuvent ne pas être généralisables à tous les patients hospitalisés atteints de COVID-19.
 
Affaire à suivre en attendant COVI-DOSE, les hospitalisations augmentent il serait souhaitable que ces résultats arrivent rapidement 
 
Commentaire
Ce qui est sûr aujourd'hui , les patients hospitlaiseé en médecine mais dont l'état n'est pas
grave et ceux hospitalisés en réanimation doivent justifier obligatoirement (sauf CI) d'une prévention de la MTEV par une HBPM à dose préventive. Pour les patients hospitalisés en Médecine, avec un état grave pourraient bénéficier d'une prévention de la MTEV avec une HBPM curative, mais au cas par cas en respectant les contre indications. Faut il ou non s'appuyer sur les D Dimères ? La question reste d'actualité. On perçoit au fil des publications des signaux favorables pour une prévention de la MTEV par une HBPM à dose thérapeutique.  Mais quid de la dose adaptée au poids ? 

Source

Recanalisation Veineuse

Écrit par Jean Pierre LAROCHE le .

iconographie : https://www.radiologieinterventionnelle-paris.fr/recanalisation-veineuse-femme

bloggif 61dd4fb19fbd7
Short- and Mid-Term Outcomes of Endovascular Stenting for the Treatment of Post-Thrombotic Syndrome due to Iliofemoral and Caval Occlusive Disease: A Multi-Centric Study from the French Society of Diagnostic and Interventional Cardiovascular Imaging (SFICV)David, A., Thony, F., Del Giudice, C. et al. Short- and Mid-Term Outcomes of Endovascular Stenting for the Treatment of Post-Thrombotic Syndrome due to Iliofemoral and Caval Occlusive Disease: A Multi-Centric Study from the French Society of Diagnostic and Interventional Cardiovascular Imaging (SFICV). Cardiovasc Intervent Radiol (2022).
https://doi.org/10.1007/s00270-021-03038-2
https://link.springer.com/article/10.1007/s00270-021-03038-2#citeas

Résultats à court et moyen terme du stenting endovasculaire pour le traitement du syndrome post-thrombotique dû à une maladie ilio-fémorale et occlusive cave : une étude multicentrique de la Société française d'imagerie cardiovasculaire diagnostique et interventionnelle (SFICV)

But
Évaluer les résultats du traitement endovasculaire dans une large population de patients souffrant d'un syndrome post-thrombotique (SPT) dû à une maladie occlusive ilio-cave.

Méthodes
Dans cette étude rétrospective multicentrique, 698 patients traités par stenting pour SPT dans 15 centres français ont été analysés. Les taux de perméabilité primaire, primaire assistée et secondaire ont été évalués, et l'efficacité clinique a été évaluée à l'aide des scores de Villalta et du questionnaire d'insuffisance veineuse chronique en 20 questions (CIVIQ-20). Les résultats ont été comparés à la gravité préopératoire basée sur la TDM des lésions post-thrombotiques de la cuisse (4 grades).

Résultats

Le succès technique, défini comme une recanalisation réussie et un déploiement de stent rétablissant un flux antérograde rapide dans le vaisseau ciblé, a été obtenu chez 668 (95,7 %) patients avec un taux de complications de 3,9 %. Après un suivi moyen de 21,0 mois, la perméabilité primaire, la perméabilité primaire assistée et la perméabilité secondaire ont été obtenues chez 537 (80,4 %), 566 (84,7 %) et 616 (92,2 %) des 668 patients, respectivement. La perméabilité veineuse était fortement corrélée au grade des modifications post-thrombotiques de la cuisse, avec des taux de perméabilité secondaire de 96,0 %, 92,9 %, 88,4 % et 78,9 %, respectivement, pour les grades 0 à 3 ( p  = 0,0008). Les améliorations moyennes des scores Villalta et CIVIQ-20 étaient de 7,0 ± 4,7 points ( p  < 0,0001) et de 19,1 ± 14,8 points ( p  < 0,0001), respectivement.

Conclusion
Le stenting endovasculaire en tant qu'option de traitement du SPT en raison d'une occlusion veineuse ilio-cave chronique génère un succès technique élevé, une faible morbidité, un taux de perméabilité élevé à moyen terme et une amélioration clinique. La perméabilité veineuse était fortement corrélée à la sévérité des lésions post-thrombotiques de la cuisse.

Datas complémentaires 


POPREC1668 patients, à noter une moyenne d'âge des patients relativement jeunes 43 ans, 60% de femmes, délai entre la TVP et la recanalisation entre 1 et 3 ans après la phase aigue, 1 patient sur 4 est porteur d'une thrombophilie, la grossesse et le post partum représentent un facteur déclencahnt dans 1 cas sur 6, 70% des patients avaient un score de Villalata intermédiaire et 60% un score CIVIQ-10 intermédiaire, enfin 10% avaient un ulcère veineux. Donc une population  plutôt féminie et plutôt jeune.                                                                                                                        


RECANA2
70% de TVP au niveau du MIG, plus de 80% au niveau iliaque, 17% au niveau de la VCI, plus de 1 patient sur 2 présentaient une atteinte de la veine fémorale commune                                

RECA3
Les segments veineux stentés : axes iliaque communs et externes dans 95 % des cas, veine fémoaale 50% des cas 
RECA5Les complications ont été très rare, 3.9%,  79% ont bénéficé d'une recanalisation et 20% de deux

RECA6
Le succès technique, défini comme une recanalisation réussie et un déploiement de stent rétablissant un flux antérograde rapide dans le vaisseau ciblé, a été obtenu chez 668 (95,7 %) patients Après un suivi moyen de 21 mois, la perméabilité primaire, la perméabilité primaire assistée et la perméabilité secondaire ont été obtenues chez 537 (80,4 %), 566 (84,7 %) et 616 (92,2 %) des 668 patients,


RECA7Les critères cliniques de gravité selon le Score de Villata, 62% score < 5  en post procédure (amélioration)  et 38% des scores résiduels plus sévères , la majorité des patients avaient un SPT "de  gravité intrermédiaire ", 50% des patients déclarer une amélioration de leur qualité de vie , donc un sur deux.
RMS idPAS D ISBN pu2011 18s sa20 art20 img001 i1200
Le Score de Villalta
https://www.revmed.ch/revue-medicale-suisse/2011/revue-medicale-suisse-294/prise-en-charge-du-syndrome-post-thrombotique


Le Score CIVIQ-20 de Robert Launois https://rees-france.com/wp-content/uploads/2015/12/1999-ART-9001_Insuffisance_veineuse_CIVIQ.pdf

Le Score de C Menez : scale of severity for post-thrombotic venous lesions (PTVLs) after ilio-femoral deep venous thrombosis  https://link.springer.com/article/10.1007%2Fs00270-019-02214-9

Commentaires 
Article important, très attendu. 15 centres hospitaliers de radiologie vasculaire ont participé à cette étude rétrospective. Un collectif de 668 patients renfore les résultats obtenus.
Le primum movens en matière de maladie veuineuse post thrombotique (SPT) , c'est la CLINIQUE , puis les souhaits du patient et enfin la faisabilité du traitement endovasculaire. La clinique doit prendre en compte ce qui "fait " du SPT sa gravité et engendre chez le patient une gêne importante, une altération de sa qualité de vie Les critères du score de Villalta sont très pertinents et donc très utiles. L'examen clinique se focalisera sur l'aspect du membre atteint, l'oedéme résiduel, des altérations cutanées, l'apparition de varices voire de troubles trophiques. Le ressenti du patient est très important, douleur, claudication veineuse ertc. Puis après la clinique, l'écho-Doppler pend une place décisive : obstruction résiduelle, quels segments, reflux profond , reflux superfivciel, qualité de l'endoveine(synéchies, clacifications, épaississsement pariétal, sténose) et en enfin et surtout repérage des veines vicariantes (la collatéralité) et surtout ne pas oublier l'hémodynamiquet rop souvent négligée (flux spontanés et chasses veineuses). Cet eeptrérage des vicaroances doit être attentif car c'est  un des critéres de succés d'ue recanalisation  : "l'extinction de la vicariance", le repérage préalable est donc déterminant. Le confluent veineux fémoral (fémorale commune, profonde et superficielle, carrefour favorable cad estimation de l'inf low) ,doit être étudié avec attention. Si la clinique, les données de l'écho-Doppler et les souhaits du patients sont en faveur d'une indication de traitement endovasculaire veineux, un phlébo scanner avec reconstructiuion 3D est indiaqué. Attention cet exmane comme l'écho Doppler doit être réalisé dans un centre expert qui est susceptible de pratiquer le traitement endovasculaire. En post procédure l'écho Doppler a une place majeure, ce sera l'examen référence pour le suivi. Il est indispensable que pour l'écho-Doppler ce soit le même opérateur avant et immédiatement après  le geste de recanalisation.La procédure de dsentig peut s'avérer longue, mais in fine les patients sont très staisfaits des résultats. Au CHU de Montpelllier c'est le Dr Valérie Monnin Bares qui est la référante. Cet article nous apporte beaucoup de données majeures. L'expérien preécédente  de (Systematic Review and Meta-Analysis of Iliofemoral Stenting for Postthrombotic Syndrome) Peng Qiu,https://www.ejves.com/action/showPdf?pii=S1078-5884%2818%2930700-7) publiée en 2019 dans  Eur J Vasc Endovasc Surg (2019) 57, 407e416 , a mis  en évidence sur une série de 489 patients des résultats similaires en terme de perméabilité. Dans la série française il faut noter l'absence de différenc eau n iveau de la permabilité entre les patients avecd atteinte fémorale et sans atteinte félmorale. 

La prise de décision de recanalisation veinuese est une décision collégiale, type RCP. Le délai entre la TVP aigue et la décision d'une reccanalisation est entre 6/12 mois, puis sans restriction ultérieure.


Il reste cependant une grande inconnue sur le stenting veineux dans le SPT dans cet article , le traitement médical pré , per et post stenting n'est pas mentionné. Il est souhaitable que celui ci fasse l'objet d'un deuxiéme article à la lumière de cette étude car ce traitement fait partie aussi de ce type d'étude. 

Ce traitement fait l'objet de controverses multiples. 

Un consensus de type Delphi  a récemment rapporté l'avis de 106 experts (51 chirurgiens, 42 radiologues interventionnels et 13 hématologistes) d'avril à juin 2017 [31]. Après angioplastie et stenting iliofémoral, 12 attitudes thérapeutiques différentes ont été préconisées lors du premier sondage : un tiers utilisait un traitement par AVK (antivitamines K) au long cours, 20 % des anticoagulants oraux directs au long cours, 35 % stoppaient le traitement entre 6 et 12 mois, 25 % utilisaient un antiplaquettaire à l'arrêt du traitement anticoagulant. Conclusion de cete article de 2018 : "Consensus existed amongst respondents regarding anticoagulant therapy following venous stenting. At present, there is no consensus regarding the role of antiplatelet agents in this context."

deplhistentvhttps://www.ejves.com/article/S1078-5884(18)30036-4/fulltext, Eur J Vasc Endovasc Surg (2018) 55, 537e544, Antithrombotic Therapy Following Venous Stenting: International Delphi
Consensus Millinis K et Coll.

Comme vous le voyez c'est un "doux délire entre experts".

Ce qui est prescrit encore assez souvent en post procédure une HBPM curative plus de l'aspirine ou pas  pendant 1 mois associée à une compression médicales de classe 2 ou 3 et la marche active quotidioenne.

Puis un relais par un AOD "full dose" , mais pendant combien de temps ? Tout dépend de l'étiologie de la TVP inaugurale, facteur déclenchant vs pas de facteur déclenchant, c'est à priori logique. Mais cela dépend aussi du risque hémorragique.

Mais quid de l'évolution à 5 et 10 ans de veines proximales stentées ? Nous n'avons pas la réponse  aujourd'hui. Pour les artères mais c'est différent et les recommandations sont claires. Dans la mesure où des séries importantes de stenting veineux apparaissent leur suivi thérapeutique au long cours de ces populations est indispensable afin de d'essayer de comprendre ce que devrait être le traitement médical en prévention secondaire d'une récidive.

Je dois dire que dans mon expérience si le traitement post précédure ne pose pas de problème, pour la suite c'est difficile de prendre une décision;  AOD full dose, combien de temps ? AOD low dose, au long cours ou quelques mois, arrêt de l'anticoagulantion , quand ? Quant à la compression médicale elle est indiquée , au lon cours ? Non, cela dépendant de la clinique et du patient. ne pas oublier le risque hémlorragque 

sficvsfmv

Recommandations SFICV/SFMV, 219, Antoine Diard (https://www.jficv.com/usrfile/Presentation/2019/S15-P03.pdf)

Nous proposons d’utiliser une classification pour l’évaluation de la claudication veineuse (légère : gêne intermittente, modérée : gêne quotidienne pour des efforts intenses, marche rapide, ou activité sportive, sévère : gêne quotidienne à la simple marche ou pour des efforts de faible intensité).

Nous recommandons d’évaluer le patient cliniquement avant la réalisation de l’écho-doppler et d’utiliser les mêmes scores (Villalta, questionnaires de qualité de vie) et les mêmes outils  (mesures, photos), et ce avant etaprès traitement à partir du 6ème mois à l’occasion de
chaque évaluation clinique programmée.

Les modalités de traitement doivent être vérifiées à chaque évaluation (anticoagulant / antiplaquettaire / compression), complications éventuelles, tolérance et observance .

Nous recommandons la réalisation systématique d’un contrôle écho-doppler au lendemain de l’intervention, puis un contrôle à un mois, 6 mois, un an, ensuite un contrôle annuel.

Un contrôle à 3 mois peut être proposé chez les patients à plus haut risque de re thrombose, et les prises en charge omplexe.
L’étude des segments endo-prothétiques doit être détaillée (localisation des stents, calibre, remplissage, qualité des flux). Une attention particulière doit être portée aux deux extrémités du chenal endoprothétique.

En cas de thrombose, nous recommandons la description du processus thrombotique (localisation, datation) et la recherche d’explications morphologiques ou hémodynamiques
Nous recommandons la réalisation d’un écho-doppler avant l’arrêt du traitement anticoagulant lorsque celui est décidé.

 
En 2019 Gilles Pernod faisait les recommandatoion suivant ; anticoiagulation en post précédure (recommandaions SFICV/SFMV; 20219) (https://www.jficv.com/usrfile/Presentation/2019/S15-P03.pdf)
 
- Il est recommandé de bénéficier d'une compression élastique par bas-jarret (30-40 mm Hg), pendant les 6 mois qui suivent la procédure, au moins 80% du temps en dehors
 
- Au -delà des 6 mois, l'indication de la compression sera fonction de la persistance de symptomes d'insuffisance veineuse chronique .

- Nous suggérons la mise en place d'une compression pneumatique intermittente dans les heures qui suivent la procédure

- Nous suggérons une bithérapie : anti-plaquettaire + anticoagulant pendant au moins un mois, suivi d'une anticoagulation seule pendant au moins 2 mois, si le risque hémorragique le permet.

- La durée du traitement sera adaptée aux circonstances de survenue de la thrombose

-Si le risque hémorragique ne le permet pas, ne pas faire la procédure

- Le traitement médical post procédure est en cours de validation, repose sur des consensus d’experts et doit bénéficier de prise en charge multi-disciplinaire « médico-interventionnelle »
 
D'autres recommandations sur le traitement post recanalisation veineuse sont en cours, à la lumière des données récentes de la littérature et de l'expérience des équipes médico radiologiques vasculaires. la Médecine Vasculaire est partie prenante dans la gestion des recanalisations. 

#VACCINE3.0 + grippe

FAST TRACK 13 COVID19

Écrit par Jean Pierre LAROCHE le .

 
 "On pense aujourd'hui à la révolution, non comme à une solution des problèmes posés par l'actualité, mais comme à un miracle dispensant de résoudre les problèmes." Simone Veil 

"Le journaliste ne travaille pas continuellement dans l'exceptionnel : il doit avoir la modestie de se frotter au tout venant de l'actualité en espérant que les occasions de s'enthousiasmer seront plus nombreuses que celles de râler." Bernard Pivot

"L'actualité. Ne rien choisir, tout prendre. S'étonner de tout. Insatiable curiosité, inlassable marée dont la vague laisse sur la grève les traces de faits, de noms, d'événements, trop vite effacés par la vague suivante." Michel Field










Long COVID in a prospective cohort of home-isolated patients, Blomberg B et Coll, Nature Medicine | VOL 27 | September 2021 | 1607–1613 | www.nature.com/naturemedicine ,
Long COVID dans une cohorte prospective de patients isolés à domicile , article libre d'accès 


"Les complications à long terme après la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) sont courantes chez les patients hospitalisés, mais le spectre des symptômes dans les cas plus bénins nécessite une enquête plus approfondie. Nous avons mené un suivi à long terme dans une étude de cohorte prospective de 312 patients - 247 isolés à domicile et 65 hospitalisés - comprenant 82 % du total des cas à Bergen lors de la première vague pandémique en Norvège. À 6 mois, 61 % (189/312) de tous les patients présentaient des symptômes persistants, qui étaient indépendamment associés à la gravité de la maladie initiale, à une augmentation des titres d'anticorps de convalescence et à une maladie pulmonaire chronique préexistante. Nous avons constaté que 52 % (32/61) des jeunes adultes isolés à domicile, âgés de 16 à 30 ans, présentaient des symptômes à 6 mois, notamment une perte du goût et/ou de l'odorat (28 %, 17/61), de la fatigue (21 % , 13/61), dyspnée (13 %, 8/61), troubles de la concentration (13 %, 8/61) et troubles de la mémoire (11 %, 7/61).

Les voies respiratoires sont le site d'entrée et d'infection du coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SARS-CoV-2); cependant, la COVID-19 est une maladie systémique complexe, affectant les systèmes cardiovasculaire, rénal, hématologique, gastro-intestinal et nerveux central  . À mesure que des preuves émergent d'une altération principalement durable de la fonction pulmonaire liée à la fibrose, davantage de données sur les effets à long terme du COVID-19 sur d'autres organes sont nécessaires  . Une pléthore de symptômes persiste chez les patients survivant à un COVID-19 sévère , et un long syndrome COVID a été proposé . Cependant, la gravité et la durée des symptômes restent largement inconnues. La fatigue chronique est survenue après l'infection par le SRAS en 2003  et elle est bien connue à la suite d'un spectre de maladies infectieuses . Avant la pandémie de SRAS-CoV-2, la prise en charge des patients en soins intensifs était fréquemment associée à un déclin mental et physique, ce qui pourrait expliquer en partie le long COVID chez les patients atteints d'une maladie grave  Cependant, le fardeau du COVID long chez les patients légers à modérément malades n’est pas bien défini. Nous avons évalué les symptômes persistants 6 mois après le COVID-19 initial dans une cohorte prospective de patients hospitalisés et isolés à domicile de la première vague pandémique à Bergen, en Norvège

41591 2021 1433 Fig2 HTML

La relation entre la gravité de la maladie COVID-19 initiale et l'âge avec le pic anti-SARS-CoV-2 ( a et b ) et les titres d'anticorps microneutralisants ( e et f ) à 2 mois. Relation entre les titres d'anticorps à 2 mois avec le nombre de symptômes persistants ( c et g ) et le score total de fatigue selon l'échelle de Chalder ( d et h ) à 6 mois de suivi. Les 13 symptômes utilisés sont répertoriés dans le tableau 2 . La gravité de la maladie était la suivante : 1 — asymptomatique ( n  = 5) ; 2- isolement à domicile avec symptômes ( n  = 242) ; 3-hospitalisé sans besoins médicaux ( n = 0); 4-hospitalisé avec des besoins médicaux ( n  = 31); 5-hospitalisé ayant besoin d'O 2 ( n  = 24) ; 6—hospitalisé nécessitant une ventilation non invasive ( n  = 4) ; et 7—hospitalisé nécessitant un respirateur ( n  = 6). La cohorte a été divisée en tranches d'âge de 15 ans : 0-15 ( n  = 16), 16-30 ( n  = 65), 31-45 ( n  = 69), 46-60 ( n  = 90) et > 60 ( n  = 72). a , b , e et fmontrent les pics médians d'IgG et les titres d'anticorps microneutralisants (ligne horizontale), les quantiles à 25 % et 75 % (encadré), plus les intervalles de confiance à 95 % (lignes) avec les valeurs aberrantes (points). c et d sont des tracés au violon du nombre de symptômes (jusqu'à 13) ou du score de fatigue (valeurs 0 à 33) divisés en quatre catégories d'IgG de pointe : < 150 ( n  = 21), 150 à 4 999 ( n  = 96), 5 000 –20 000 ( n  = 103) et > 20 000 ( n  = 92). 5k, 5 000 ; 20 000, 20 000. g et h sont des tracés de violon de quatre catégories de titres microneutralisants : <20 (neg n  = 42), 20-79 ( n  = 107), 80-320 ( n  = 92) et > 320 ( n = 71). O 2 , oxygène supplémentaire.

Ce qu'il faut retenir c'est que le Covid-Long est une réalité, qu'il existe une pléthore de symptomes et qu'il faut prendre ces patients au sérieu. Ce n'est pas uniquement les effets d'un stress post traumatique. Cetains ont rattaché le Covid-Long à l'atteinte de l'endothélium L'article ci dessous de nos Amis Tunisiens développent cette hypothèse

FIkUFnsWYAEWuhm

Long COVID 19 Syndrome: Is It Related to Microcirculation and Endothelial Dysfunction? Insights From TUN-EndCOV Study, Charfeddine S et Coll, Front. Cardiovasc. Med., 30 November 2021 | https://doi.org/10.3389/fcvm.2021.745758   Article Libre d'Accès 

La maladie COVID-19 est une maladie multisystémique due en partie à la lésion de l'endothélium vasculaire. Des effets durables et des séquelles à long terme peuvent persister après l'infection et peuvent être dus à un dysfonctionnement endothélial persistant.Notre étude s'est concentrée sur l'évaluation de l'indice de qualité endothéliale (EQI) par surveillance thermique des doigts avec diagnostic E4 Polymath dans une large cohorte de patients COVID-19 longs pour déterminer si les symptômes du long covid 19 sont associés à un dysfonctionnement endothélial. Il s'agit d'une étude observationnelle multicentrique transversale avec un recrutement prospectif de patients. Au total, 798 patients ont été inclus dans cette étude. Au total, 618 patients (77,4 %) présentaient de longs symptômes de COVID-19. L'EQI moyen était de 2,02 ± 0,99 IC à 95 % [1,95 –2.08]. Au total, 397 (49,7 %) patients présentaient une altération de l'EQI. La fatigue, les douleurs thoraciques et les difficultés neurocognitives étaient significativement associées au dysfonctionnement de l'endothélium avec un EQI <2 après ajustement pour l'âge, le sexe, le diabète, l'hypertension, la dyslipidémie, la maladie coronarienne et la gravité de l'infection aiguë au COVID-19. En analyse multivariée, la dysfonction endothéliale (EQI < 2), le sexe féminin et l'état clinique sévère lors d'une infection aiguë au COVID-19 avec un besoin de supplémentation en oxygène étaient des facteurs de risque indépendants du syndrome COVID-19 long. Les symptômes longs du COVID-19, en particulier les symptômes non respiratoires, sont dus à un dysfonctionnement endothélial persistant. Ces résultats permettent une meilleure prise en charge des patients présentant de longs symptômes de COVID-19.

chardeff
Il s'agit de la plus grande et de la première étude à ce jour qui s'est concentrée sur l'évaluation non invasive de la fonction endothéliale par FTM pendant le long COVID-19. Une découverte importante est l'association probable de longs symptômes « non respiratoires » du COVID-19, en particulier des douleurs thoraciques, de la fatigue et des difficultés neurocognitives, à la dysfonction endothéliale, soulignant l'importance d'une évaluation précoce de la qualité de l'endothélium pour une prise en charge appropriée.

Comprendre la physiopathologie et les mécanismes sous-jacents des symptômes persistants chez les patients COVID-19 de longue durée est nécessaire pour guider les investigations, la gestion et améliorer le pronostic des patients.

Dans une sous-étude Tun-EndCov, ont été randomisé des patients symptomatiques de long Covid en rééducation avec ou sans Sulodexide, un glycosaminoglycane qui comprend un mélange d'héparine à action rapide et de sulfate de dermatane. Il a été prouvé qu'il avait des effets sur le système fibrinolytique, les plaquettes, les cellules endothéliales et l'inflammation. Le sulodexide utilisé dans les premiers stades de COVID-19 a été associé à une limitation de la progression de la maladie, à une diminution des besoins en oxygène et en soins hospitaliers (Thromb Haemost. 7 mars 2021). Notre étude démontre que le sulodexide (250 mg x2) en plus de la rééducation a amélioré de manière significative l'indice de qualité de l'endothélium et a eu un impact bénéfique important sur les longs symptômes du COVID-19 en 3 semaines. Les symptômes liés à l'endothélium (définis par l'étude Tun EndCov) étaient les plus susceptibles de répondre à ce médicament. (dossier complet sur le SULODEXIDE : https://medvasc.info/1404-fast-track-biblio-7-ftb

Annexe : 
Évaluation de la circulation microvasculaire et de la fonction endothéliale
Tous les sites d'investigation ont utilisé le dispositif de diagnostic E4 (Société Polymath. Tunisie) avec une procédure d'hyperémie réactive post-occlusion (PORH) entièrement automatisée et standardisée. Le E4-diagnose est un appareil de mesure de la température de la peau à haute résolution (0,002 °C) non invasif. Il se compose d'une unité de microcontrôleur portable (MCU), de deux capteurs de température de doigt précis et d'un brassard intégré. Toutes les procédures et calculs automatisés sont entièrement traités par le micrologiciel MCU intégré. Un logiciel PC dédié affiche, stocke et exporte les données. Les tests ont été effectués dans une pièce sombre et silencieuse. La température ambiante (entre 22 et 24 °C) a été maintenue de manière constante pendant le test. Le patient était à jeun, sans tabac ni activité physique intense, depuis 4 h avant le test. Au moins 20 minutes ont été autorisées pour l'acclimatation et les sujets ont été maintenus dans une position assise relaxante. La pression artérielle systolique a été vérifiée pour être <160 mmHg et la température de l'index au-dessus de 27°C. Le brassard intégré est placé sur l'avant-bras dominant et les deux capteurs de doigt sont délicatement fixés aux deux index.
Le protocole standard est rapportée en matériau supplémentaire , complémentaire
Au cours de l'étude TUN-EndCOV, l'EQI a été sélectionné comme le meilleur paramètre pour refléter la fonction endothéliale en s'appuyant sur la classification ci-dessous :
  • EQI ≥ 2 : Bonne fonction endothéliale
  • EQI <2 : Dysfonction endothéliale

Cette approche originale du Covid-Long mérite une lecture attentive de ces articles notamment les études réalisés en Tunisie par une équipe de grande qualité. ENDOTHELIOPATHIE et COVID-LONG , une piste à ne pas négiulider . Quant au SULODEXIDE non disponible en France nous faît rêver......Affaire à suivre en attendant d'autres études. Y a t il une place pour cette molécule ? Possible ou impossible, l'avenir nous le dira.....mais il me semblait important d'en reparler. Il est toujours intéressant d'aller voir ailleurs ce qui se passe en médecine. Nous n'avons pas l'exclusivité de la science. la confrontation des expériences d'ici et d'ailleurs reste le moteur principal des avancées de la science. Le partage des connaissances ne peut qu'amener à la connaissance.

desabastecimiento ing
 Atorvastatin versus placebo in patients with covid-19 in intensive care: randomized controlled trial, INSPIRATION-S Investigators, BMJ 2022;376:e068407 http://dx.doi.org/10.1136/
Atorvastatine versus placebo chez des patients atteints de covid-19 en réanimation : essai contrôlé randomisé, Article d'accès libre

 
Conclusion
Chez les adultes atteints de covid-19 admis à l'USI, l'atorvastatine n'a pas été associée à une réduction significative du composite de thrombose veineuse ou artérielle, au traitement par oxygénation extracorporelle par membrane ou à la mortalité toutes causes par rapport au placebo.

Le traitement s'est toutefois avéré sûr. Comme les taux d'événements globaux étaient inférieurs aux attentes, un effet thérapeutique cliniquement important ne peut être exclu.

Qu'est-ce qu'on sait déjà à ce sujet
* Des études ont montré que les statines pourraient avoir des propriétés anti-inflammatoires, antithrombotiques et antifibrotiques
* Certaines études cliniques avant covid-19 ont indiqué que le traitement par statines pourrait être associé à une mortalité réduite chez les patients atteints du syndrome de détresse respiratoire aiguë hyperinflammatoire
* Certaines études observationnelles ont suggéré une association entre des antécédents d'utilisation de statines ou d'utilisation continue de statines pendant l'hospitalisation et de meilleurs résultats chez les patients atteints de covid-19
Ce que cette étude ajoute
* Dans cet essai randomisé, l'atorvastatine par rapport au placebo n'a pas été associée à une réduction significative du critère de jugement principal, un composite de thrombose veineuse ou artérielle, de traitement par oxygénation extracorporelle par membrane ou de mortalité toutes causes confondues.
* Étant donné que les taux d'événements étaient plus faibles que prévu, un effet de traitement plus faible ne peut être exclu
* Les résultats au sein des sous-groupes, y compris les patients qui se sont présentés dans les sept jours suivant l'apparition des symptômes, sont générateurs d'hypothèses et nécessitent une confirmation supplémentaire
dans les études en cours

Une fois de polus une statine n'a pas montré d'effets significatifs au cours de la Covid-19n sur le critère de jugement principal danbs cet article.Mais les études de sous groupes sont à prendre en considération et à affiner. Les statines du fait de leur activité pléiotropique ne sont pas à négliger

 
PLEIO
 

Toutes ces études sur les statines sont à la fois passionnates et intéressantes. Il était d'ailleurs logique de les entreprendre. La maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) est associée à une inflammation systémique, à une activation endothéliale et à des manifestations multiviscérales. Les agents modulateurs des lipides peuvent être utiles dans le traitement des patients atteints de COVID-19. L'activité pléiotropique des statines va dans ce sens.Mais ne pas oublier comme le précise différents auteurs : sur ces 40 ECR, seuls 2 ont rapporté des résultats préliminaires mais la traduction en termes de bénéfice clinique n'est pas assurée pour ces 2 études et la plupart des autres sont en cours.
 
FHtXbYDX0AIMNImCoronavirus Disease-2019 and Heart Failure: A Scientific Statement From the Heart Failure Society of America BHATT AS et Coll, Journal of Cardiac Failure Vol. 28 No. 1 2022
Article libre d'accés :
 https://www.onlinejcf.com/article/S1071-9164(21)00354-7/fulltext
Maladie à coronavirus-2019 et insuffisance cardiaque : une déclaration scientifique de la Heart Failure Society of America


INSCARDCOVID

gr1 lrg
gr3 lrg
La présente déclaration scientifique résume les découvertes cliniques et de recherche au lien de l'insuffisance cardiaque (IC) et de la COVID-19 à ce jour, au moment de la revue et de la rédaction. Les patients atteints d'IC ​​sont particulièrement sensibles aux effets indésirables dans le cadre d'une infection au COVID-19, ce qui souligne l'importance de la vaccination dans cette population. L'IC incidente est rare dans le cadre d'une COVID-19 aiguë, bien que des marqueurs soutenus de lésion myocardique dans le cadre post-aigu soulèvent des questions quant à savoir si l'IC peut être une conséquence future. Les premières phases de la pandémie ont entraîné des changements substantiels dans la prestation des soins, entraînant une utilisation accrue des technologies de surveillance non invasive et à distance et une augmentation de la télémédecine. Cependant, l'impact de ces changements devra être exploré. Les fondements physiopathologiques des lésions myocardiques et des séquelles post-aiguës liées au COVID-19 font l'objet d'une enquête en cours. Les concepts présentés ici sont susceptibles de changer à mesure que de nouvelles informations et découvertes émergent concernant COVID-19 et l'ensemble des populations d'IC, y compris l'assistance circulatoire mécanique et la transplantation cardiaque.

Les patients vivant avec une insuffisance cardiaque constituent une population particulièrement vulnérable où de pires résultats cliniques s'ensuivent dans le cadre d'un COVID-19 aigu. Les questions relatives aux mécanismes de l'activité de la maladie, à la vulnérabilité unique attribuable à une maladie CV préexistante et à l'histoire naturelle des séquelles post-aiguës font l'objet de recherches en cours. Les changements dans les modèles de soins pour les patients atteints de maladies chroniques ont entraîné des changements spectaculaires dans la prestation des soins, avec une dépendance accrue aux systèmes de surveillance à distance et aux visites virtuelles. Les soins de l'IC ont été particulièrement touchés à cet égard.

News : Karine Lacombe #CitoyensDuWeb
@LacombeKarine1
En réponse @regueyne @LouiseOdessa
et 10 autres personnes
Deux études, l’une Française (Coviboost, en cours de publication ) et l’autre Anglaise, Cov Boost, publiée dans le Lancet), ont montré qu’avec un schéma hétérologue (=vaccins différents), on obtenait un taux plus élevé d’Ac (surtout si on finit avec du Moderna).
Référence de l'article dabs le Lancet  : https://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(21)02717-3/fulltext

Le point de la pandémie by @LEXPRESS

FIlCPFkXIAA0kTq
Une fois de plus la vaccination est la solution chez tous les patients avec facteurs de comorbidités , ici l'insuffisance cardiaque. Mais la vaccination doit aller bien au delà des facteurs de comorbidités , elle doit concerner TOUTE la POPULATION, enfants compris. En cas d'insuffisance cardiaque, et dans bien d'autre situations pathologiques ne pas se faitre vacciner c'est du suicide, il faut le dire et le clamer haut et fort. Changer de vaccin pour la 3° dose serait intéressant , effet booster suractivé ,à noter. Exemple vaccin 1 et 2 PFIZER, vaccin 3 MODERNA. Enfin après le variant OMICRON : prochain variant  ?  :  VARIANT or not VARIANT, la question mérite d'être posée et souhaiter l'absence d'un nouveau variant, mais.........

#VACCINE3.0+grippe

Quelle époque !

Écrit par Jean Pierre LAROCHE le .

“La perfection des moyens et la confusion des buts semblent caractériser notre époque.” Albert Einstein 

“Nous vivons une époque où l'on se figure qu'on pense dès qu'on emploie un mot nouveau.” Alexandre Vialatte

“La vitesse est la forme d'extase dont la révolution technique a fait cadeau à l'homme.” Milan Kundera


Un Président qui  veut emmerder les nons vaccinés, une Ministre  des Sports qui n'emmerde pas les sportifs non vaccinés , ils peuvent participer aux compétitions car ils sont das une bulle sanitaire, vue le nombre de sportifs Covid-19,  la bulle explose facilement, elle n'est pas hermétique
 
Un tennisman anti vax notoire,  Djokovic qui n'a rien à faire sur un court de tennis en compétition, valider sa participaton c'est valider dans le monde les non vaccinés. 
FIm1VqgX0AMO1bi
@libe Cercle rouge #Covid19 : Novak Djokovic a assisté sans masque à un événement le lendemain de son test positif, son surnom NOVAX DJOKOVIC
 
Un pseudo épidémiologiste Marin Blachier qui nous  dit que la 6° vague n'aura pas lieu nus a prédit un effondrement des contaminations avaant Noel, Mme Irma fait mieux
 
Un taux de contaminés chaqe jour astronomique et rien ne bouge

FIkyxiFXEAM351Z
 
Hidalgo qui déplore l'absence d'accord pour une primaire
Pécresse qui resort le Karcher et qui nous dit "Agir, mais jamais agir seule. Contrairement à Emmanuel Macron, ma présidence s’appuiera sur l’intelligence collective."...ou sur la connerie collective

Pour @jmaphatie “dans l’expression nettoyer au Kärcher il y a un contenu raciste parce que le Kärcher ça blanchit tout”. Sérieux?..

FIetfFPWYAAQke FIqpQ4sXIAALPsvLes cohérences de Valérie Pécresse

Philippe Froguel @philippefroguel

Dominique Costagliola : "Croire que cette vague sera la dernière, c'est de la pensée magique" - L'Express et elle a raison 


martine storti@MartineStorti
Quand je vois que @leplanningparle de « personne à utérus » pour ne pas utiliser le mot femme je pense à Simone Iff qui en fut la présidente et qui doit pleurer dans sa tombe


@LGarnier44 Usage du pronom #iel : « l’écriture inclusive exclut, excluez l’écriture inclusive »
 
@pierrerosellini
Qu’en période de pandémie, la seule réaction des syndicats d’enseignants pour trouver des solutions aux problèmes de l’école soit un appel à la grève en dit long sur leur archaïsme.

@Nain_Portekoi Formidable interview de @DgCostagliola dans @LEXPRESS , sur la vaccination, le manque d'anticipation, ce qu'on sait et ce qu'on ne sait pas d'Omicron.
Plus quelques punchlines de la mort sur les pompeux cornichons qui brouillent l'écoute des français. https://lexpress.fr/actualite/sciences/omicron-croire-que-cette-vague-sera-la-derniere-c-est-de-la-pensee-magique_2165655.html

A déguster


COSTA1

COSTA2COSTA3COSTA4@DgCostagliola Une politique de prévention ne ciblant que les personnes à risque ne serait donc pas efficace https://bmjopenrespres.bmj.com/content/8/1/e001002

La très bonne parole de Patrick Cohen sur @cavousf5
"Au lieu d'"emmerder" les non-vaccinés, pourquoi ne pas "emmerder" vraiment les désinformateurs qui alimentent la peur du vaccin, qui continuent à semer le doute parfois avec des moyens publics et qui ont du sang sur les mains ? "


Viviane Armand @afao94
Et pendant ce temps #Barbier  (Christophe Barbier) sur LCI veut envoyer les enfants malades du Covid à l’école, pour faire flamber encore plus la pandémie au mépris de la santé des élèves, des familles et du personnel de l’EN, des soignants, des malades qui ne pourront pas avoir accès aux soins .


@BFMTV "Ils ne savent même pas localiser leur vésicule biliaire mais ont un avis tranché sur l'ARN messager et l'hydroxychloroquine"
Le sénateur Claude Malhuret dénonce les leaders anti-vax et anti-pass

bloggif 61d97b64a46ff

@jeromegodefroy La madone des cimetières :
@Anne_Hidalgo
sur la tombe de François Mitterrand à Jarnac.
Elle vient enterrer la gauche en pleurnichant sur l’unité disparue et sur ses sondages en deuil.
Pathétique logorrhée, des phrases lénifiantes au kilomètre, une interminable vacuité. Misère


Dr Clarisse Audigier-Valette@CAudigierValett
Abjecte et dangereux de confondre #antivax et non vaccinés
Les non vax qui sont dans nos lits ne sont pas les antivax révolutionnaires de pacotille qui défilent dans les manif #antipass du WE
Ce sont des gens perdus et terrorisés par la désinformation entretenue par les médias.... et c'est VRAI ++++++

"Nous ne voyons pas les choses telles qu'elles sont, nous les voyons telles que nous sommes." Anaïs Nin
FIjZL uaUAEWO86


Le labyrinthe Blanquer
FIkQFN9XEAEJFNL
proto
FInBJiYXEAgRghF
 De plus dans le JDD du 9/01/2022 : TRIBUNE. 2.700 acteurs de l'éducation et des médecins dénoncent le bilan de Macron et de Blanquer à l'école

@benjaminseffert Même Médor a compris…!
FIlRiIeXoAMeKFb
Nathan Peiffer-Smadja
@nathanpsmad
Visage pleurant à chaudes larmesOn aura beau avoir informé alerté répété répété répété rien de conséquent n'a été fait pr bloquer OmicronC'est reparti pr 1 vague qui va faire mal très mal aux COVID et à tous ceux qui ont besoin de médecine
Ceux qui vs ont menti feront 1 nouveau volte-face pour se dédouaner

La vérité @herodote1789

FIlZuR7XsAIY7DrFIlZuSMX0BAUEI1Nils Wilcke @paul_denton : Lors de sa conférence de presse ce matin à son QG, Pécresse met son masque FFP2... à l'envers, comme le montre cette photo prise par l'AFP... Misère de misère
FIlMx0XXoAM9X5O
Et ça continue sur C8 avec le vrilogue célébre Cyril Hanouna
"Est-ce que ça sert à quelque chose (la vaccination)  ? La réponse est non"
Voici ce qu'a déclaré le professeur sur C8 : "On a l'impression que ça décroche à partir de 54 ans. C'est-à-dire que les risques de faire quelque chose d'un peu plus grave à partir de 54 ans sont significatifs. On sait que c'est à la fois l'âge et l'obésité qui font le risque de cette maladie. La deuxième chose, sur le plan épidémique, est-ce qu'on a une évidence que la vaccination générale sert à quelque chose ? Je suis désolé de ne pas être d'accord avec les autorités, la réponse est non. Ça ne contrôle pas l'épidémie. Pas du tout. Ce sont les pays dans lesquels on a fait le plus de vaccins qui ont le plus de cas".https://www.ladepeche.fr/2022/01/08/covid-19-omicron-didier-raoult-se-lache-est-ce-que-la-vaccination-sert-a-quelque-chose-la-reponse-est-non-10034010.php  MAIS FAITES le TAIRE !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!, cet homme on le savait, EST DANGEREUX

La réalité hospitalière 


FIk6KwRWQAEO7Dh
Et j'en passe et des meilleurs, le meilleur est à venir : la campagne électorale, je ferai le point tous les 15 jours 


VACCINE3.0 +grippe

 

Statistiques : Aujourd'hui 293 - Hier 681 - Cette semaine 5014 - Ce mois-ci 19243 - Total 463880