Les propos qui sont tenus ici n’engagent que leur auteur. Les textes sont actualisés régulièrement et corrigés en cas d'erreur. Bonne visite

La GUERRE

Écrit par Jean Pierre LAROCHE le .

Moins de haine, moins de guerre,
Moins de larmes et moins de sang,
Moins d'espoir d'être puissant,
Moins de pouvoir et moins d'argent,
Et plus de sentiments.
Michel Berger


Les dessins de PRESSE, les caricatures, remplacent largement les mots et les états d'âmes

Le Jeudi 24 Février 2022 rentre dans l'HISTOIRE, le côté sombre de l'HISTOIRE......

Cette guerre est faite par un criminel de guerre,un paranoïaque dangreux qui menace la paix du monde, ne pas opas oublier qu'il a l'arme nucléaire ! 

Le mot de DENAZIFICATION de l'Ukraine est abject, il est horrible, il est à la hauteur de son dérangement cérébral.....et c'est ce qui attise la peur, car il devient incontrolable...jusqu'où ????? 

A lire : https://journals.openedition.org/traces/6754, la PARANOÏA...le mal dont souffre Poutine.

ONU : L'ambassadeur d'Ukraine à l'ONU s'est directement adressé à son homologue russe à la fin de la réunion du Conseil de sécurité de l'ONU : « Il n'y a pas de purgatoire pour les criminels de guerre. Ils vont directement en enfer," @ABC

"Nous n’avons pas besoin d’être éperonnés ou stimulés. La Russie a une histoire millénaire, et pratiquement elle a toujours eu le privilège de pratiquer une politique extérieure indépendante." Discours prononcé à la conférence de Munich sur la sécurité, le 10 février 2007. de Vladimir Poutine

12 slider actu poutine jpg 7636

FMN8vNzXIBAmmOX
FMRMAWzWQAAEUva
FMRC39kXoAIaNYUFMW1vrrXMAENSr6@lobs
La mesa de diálogo de Putin
FL8uKyeWUAAMKWpFMW9lVuWQAAMQxU
putin bélico.1
FMV 12bXoAI0WBM
FMMBcyoWUAEXtwc
FMOEzxjXwAM5BhF
FMTLZ zWYAM1OjP
FMTMMrIWUAkJ1LV
FMNEb7MXIAQtLR1FLtHR5gXwAAq5xG
FMUKPCYWYAcTWtQ

Le pire est à venir 

bye bye europa marian kamensky

Exit la pandémie, comme par miracle

FMXCWQYXsAMQx L
Retour aux sources
 

Prévenir ou Périr ?

Écrit par Jean Pierre LAROCHE le .

 “ En tant que communauté de spécialistes, nous devons délivré un message plus unifié, plus coordonné et plus fort : la prophylaxie de la MTEV chez les patients à haut risque est OBLIGATOIRE et non facultative” S . Z. GOLDHABER, JHT 2007;5:1607-1609

An update on the global use of risk assessment models and thromboprophylaxis in hospitalized patients with medical illnesses from the World Thrombosis Day steering committee: Systematic review and meta-analysis,
Forgo G et Coll, J Thromb Haemost. 2022;20:409–421.https://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/jth.15607 

Une mise à jour sur l'utilisation mondiale des modèles d'évaluation des risques et de la thromboprophylaxie chez les patients hospitalisés atteints de maladies médicales par le comité directeur de la Journée mondiale de la thrombose : examen systématique et méta-analyse


introduction

La thromboembolie veineuse (TEV) est l'une des principales causes de morbidité et de mortalité cardiovasculaires. La majorité des événements de TEV sont associés à l'hôpital. En 2008, l'étude transversale multinationale Epidemiologique International Day for the Evaluation of Patients at Risk for Venous Thromboembolism in the Acute Hospital Care Setting (ENDORSE) a rapporté que seulement environ 40 % des patients médicaux à risque de TEV recevaient une thromboprophylaxie adéquate.

Méthodes

Dans notre revue systématique et méta-analyse, nous avons cherché à fournir des chiffres actualisés concernant l'utilisation de la thromboprophylaxie dans le monde. Nous nous sommes concentrés sur : (a) la fréquence des patients avec une indication de thromboprophylaxie selon les modèles individuels ; (b) l'utilisation d'une thromboprophylaxie adéquate; et (c) ont signalé des contre-indications à la thromboprophylaxie. Les études observationnelles non randomisées ou les enquêtes portant sur des patients médicalement malades ont été considérées comme éligibles.

Résultats

Après sélection, nous avons inclus 27 études provenant de 20 pays pour un total de 137 288 patients. Globalement, 50,5 % (intervalle de confiance [IC] à 95 % : 41,9–59,1, 2 99 %) des patients avaient une indication de thromboprophylaxie : parmi ceux-ci, 54,5 % (IC 95 % : 46,2–62,6, 2 99 %) ont reçu thromboprophylaxie adéquate. L'utilisation d'une thromboprophylaxie adéquate était de 66,8 % en Europe (IC 95 % : 50,7–81,1, 2 98 %), 44,9 % en Afrique (IC 95 % : 31,8–58,4, 2 96 %), 37,6 % en Asie (95 % IC : 25,7–50,3, 2 97 %), 58,3 % en Amérique du Sud (IC 95 % : 31,1–83,1, 2 99 %) et 68,6 % en Amérique du Nord (IC 95 % : 64,9–72,6, 296 %). Aucune différence majeure dans l'utilisation adéquate de la thromboprophylaxie n'a été constatée entre les modèles d'évaluation des risques. Les hémorragies, la thrombocytopénie et l'insuffisance rénale/hépatique étaient les contre-indications les plus fréquemment rapportées à la thromboprophylaxie.

conclusion

L'utilisation d'anticoagulants pour la prévention de la MTEV s'est avérée efficace et sûre, mais les prescriptions de thromboprophylaxie sont encore insatisfaisantes chez les patients hospitalisés médicalement malades dans le monde entier avec des différences géographiques marquées.

 Préventiontourdu

Essentiel

  • En 2008, ENDORSE a signalé que seulement 40 % des patients médicaux recevaient une thromboprophylaxie adéquate.
  • Nous avons effectué une méta-analyse de 27 études ( N  = 137 288) pour fournir des chiffres actualisés à l'échelle mondiale.
  • Malgré une amélioration, son utilisation reste encore insatisfaisante (55%) avec des différences géographiques marquées.
  • La Journée mondiale de la thrombose  (WORLD THROMBOSest essentielle pour accroître la sensibilisation à la MTEV et réduire la charge de morbidité.


Commentaire 

Nous avons abordé ce sujet dans cet article : https://medvasc.info/1512-pr%C3%A9vention-mtev-en-m%C3%A9decine-actus . Mais cet article rapporte ce qui est fait en matière de prévention de la MTEV en médecine dans 20 pays. Triste constat, dans 55% des cas, donc chez 1 patient sur 2 qui justifie d'une prévention , la prévention n'est pas faite. 

La réalité de la MTEV chez les patients en médecine

PREVMEDDERappel ENDORSE 2007

PREVISTHENDEntre 2007 et 2020, peu de changement  peu d'évolution de la prévention de la MTEV en médecine. Si on faisait la même études chez les patients  médicaux alités à domicile ce serait pire.

WTD2020
 
Comme le suggère l'article , il faut communiquer pour sensibiliser les patients à cette prévention. Le WORLD THROMBOSIS DAY est une bonne occasion. 
https://medvasc.info/865-world-thrombosis-day
 
En France la diffusion de cette fiche de risque de THROMBOSE auprès du Grand Public, dans les cabinets médicaux, dans les cliniques, dans les hôpitaux serait opportun et surtout très utile.

FICHEWT1fichemtev1fiche MTEV2Prévention MTEV  au cours du CANCER + COVID-19 , reste complexe mais certainement indispensable
 
 
Article sur ce sujet : Venous thromboembolism risk, prophylaxis and management in cancer patients with COVID-19: An unmet medical need,Benjamin Brenner, Cihan Ay, Grégoire Le Gal ,Marc Carrier, Andrés J.Muñoze GiancarloAgnelli,Ana Thereza Cavalcanti, Rochag, HikmatAbdel-Razek ,Ismail Elalamy Anna Falanga, Thrombosis Update
Volume 6, March 2022, 100098, https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S2666572722000025

"À ce jour, peu d'études ont évalué l'interaction entre le cancer et le COVID-19. Bien que certaines études aient récemment mis en évidence les effets cliniques à long terme du COVID-19, les preuves de l'évolution clinique de la thrombose associée au COVID-19 et de ses effets à long terme sur la morbidité et la mortalité des patients atteints de cancer sont rares. De futures études sont justifiées pour améliorer les connaissances sur la TEVrisque, prophylaxie et traitement dans cette population unique. De plus, bien qu'il existe plusieurs lignes directrices sur l'initiation ou la poursuite des thérapies anticancéreuses pendant la pandémie de COVID-19, des conseils spécifiques sur la prophylaxie et le traitement de la TEV chez les patients atteints à la fois de cancer et de COVID-19 font largement défaut. De tels conseils seraient essentiels pour garantir des soins appropriés aux patients et de meilleurs résultats cliniques chez les patients cancéreux atteints de COVID-19.
,

1 s2.0 S2666572722000025 ga1 lrgComme vous pouvez le voir , rien n'est simple. La prévention de la MTEV en médecine peut être optimisée par des alertes électroniques, une bonne solution. Mais le plus important c'est que les personnels de santé, médecins et non médecins doivent être sensibilisés sur ce sujet et c'est URGENT, trop d'épisodes de MTEV indue, inutile, c'est une perte de chance pour les patients ++++ et ça un coût prohibitif pour la société. 
 
#VACCINE3.0 + grippe
 
 
 

AOD : sont-ils différents : là est la question !

Écrit par Jean Pierre LAROCHE le .

"Je ne cherche pas à connaître les réponses, je cherche à comprendre les questions." Confucius

"Toute question ne mérite pas réponse". Publilius Syrus


Des études qui .......interpellent .....


Real-world safety and efficacy of direct oral anticoagulants in atrial fibrillation: a systematic review and meta-analysis of 605 771 patients, Danilo Menichelli , Francesco Del Sole , Arianna Di Rocco ,, Alessio Farcomeni ,  Annarita Vestri, Francesco Violi, Pasquale Pignatelli , Gregory Y.H. Lip and Daniele Pastor,European Heart Journal - Cardiovascular Pharmacotherapy (2021) 7, f11–f19,
 Lien

Innocuité et efficacité réelles des anticoagulants oraux directs dans la fibrillation auriculaire : une revue systématique et une méta-analyse de 605 771 patients

La conclusion de cet article : L'analyse des études du monde réel montre des différences significatives de sécurité entre les AOD.

Les résultats de cette vaste méta-analyse en conditions réelles montrent un meilleur profil d'innocuité d'Apixaban par rapport au Rivaroxaban et au Dabigatran pour les saignements majeurs et gastro-intestinaux. De plus, l'Apixaban et le Rivaroxaban présentaient un risque d'AVC ischémique (IS), inférieur à celui du Dabigatran. Une performance similaire des trois AOD en ce qui concerne l'hémorragie cérébrale, l'IM, toutes causes de décès et l'ES a été constatée.
Les classements ont montré qu'Apixaban était susceptible d'être le traitement de premier choix pour tout (65 %) saignement majeur (100 %) et gastro-intestinal (100 %) suivi du dabigatran (46 %, 100 %, 99 %, respectivement). Le dabigatran et l'apixaban avaient un rang similaire en tant que premier choix pour l'ICH (44 % et 55 %) et l'HS (52 % et 48 %). Les AOD ont montré une association similaire avec IS/SE, MI, toutes causes de décès.

 Ingason AB, et al. Rivaroxaban Is Associated With Higher Rates of
Gastrointestinal Bleeding Than Other Direct Oral Anticoagulants : A Nationwide Propensity Score-Weighted Study, Ann Intern Med 2021;174:1493-502.

Analyse RMS 2022 du  26 Janvier

Une étude de cohorte populationnelle à l’échelle nationale a été menée en Islande avec pour
objectif la comparaison des taux de saignements digestifs pour l’apixaban, le dabigatran et le
rivaroxaban. De 2014 à 2019, tous les patients ayant reçu une nouvelle prescription de ces
ACOD ont été recensés. Au total, 2157 patients sous apixaban, 494 sous dabigatran et 3217 sous rivaroxaban ont été retenus. Globalement, 241 cas de saignement;,digestif ont été comptés. Par rapport à l’apixaban, le rivaroxaban a montré davantage de saignements gastro-intestinaux (3,2 vs 2,5 cas pour 100 personnes/ année, HR : 1,42 ; IC 95 % : 1,04- 1,93). Comparé au dabigatran, le rivaroxaban a également montré davantage de saignements (3,2 vs
1,9 cas pour 100 personnes/annéeHR : 1,63 ; IC 95 % : 0,91-2,92),sachant que ce résultat est à
interpréter dans un contexte de large intervalle de confiance. Si l’on considère uniquement les
indications de fibrillation auriculaire, le rivaroxaban était encore une fois associé à un risque plus
accru de saignement digestif en comparaison à l’apixaban (HR : 1,40 ; IC 95 % : 1,01-1,94) et au 
dabigatran (HR : 2,04 ; IC 95 % : 1,17-3,55). Les auteurs concluent que le rivaroxaban a montré des taux plus importants de saignements gastro-intestinaux indépendamment de l’indication à l’anticoagulation. Commentaire : Les limitations de cette étude comprennent de
potentielsfacteurs confondants(notamment la consommation d’alcool qui n’a pas été prise en
compte, ni l’automédication par AINS/IPP) et le nombre relativement faible de patients recensés.
Néanmoins, ces résultats semblent confirmer ce qui a été rapporté par d’autres études populationnelles menées ailleurs. La raison de l’augmentation du risque de saignement digestif sous rivaroxaban pourrait être liée au fait qu’il est administré une fois par jour (avec un pic de concentration plasmatique important), contrairement aux deux autres ACOD ici étudiés qui sont  manièreoptimale l’ACOD le mieuxadapté à nos patients, en particulier si un risque de saignement digestif est déjà présent.
 
Association of Rivaroxaban vs Apixaban With Major Ischemic or Hemorrhagic Events in Patients With Atrial Fibrillation, WA Ray et Coll, JAMA. 2021;326(23):2395-2404. doi:10.1001/jama.2021.21222, 

Question
Existe-t-il une différence de risque d'événements ischémiques ou hémorragiques majeurs chez les patients atteints de fibrillation auriculaire traités par rivaroxaban vs apixaban ?

Résultats
Dans cette étude de cohorte rétrospective qui a inclus 581 451 patients de 65 ans ou plus inscrits à Medicare atteints de fibrillation auriculaire, l'incidence ajustée des événements ischémiques ou hémorragiques majeurs était de 16,1 pour 1000 personnes-années pour le rivaroxaban contre 13,4 pour 1000 personnes-années pour l'apixaban, une différence statistiquement significative.

Signification
Chez les personnes âgées atteintes de fibrillation auriculaire, le traitement par le rivaroxaban par rapport à l'apixaban a été associé à un risque significativement accru d'événements ischémiques ou hémorragiques majeurs.

Attention le profil des patients FA et MTEV sont très différents. Ce qui est vrai pour la FA n'est pas vrai pour la MTEV et vice versa.

Heavy menstrual bleeding in women on oral anticoagulants, Bethany T. Samuelson Bannow ,Vivia Chi ,Paul Sochacki ,Owen JT, McCarty et Coll  Thrombois Resaerch,  
Volume 197, January 2021, Pages 114-119https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S0049384820306198

Points forts de cet article 

•Les antécédents menstruels sont rarement évalués avant et pendant le traitement anticoagulant.
•Des saignements menstruels abondants antérieurs sont prédictifs de saignements abondants sous anticoagulation.
•Le rivaroxaban est associé à 1,4 fois plus de saignements menstruels abondants que les autres agents.
Direct Oral Anticoagulant Use in Chronic Kidney Disease and Dialysis Patients With Venous Thromboembolism: A Systematic Review of Thrombosis and Bleeding Outcomes,  Catherine Y S Cheung et coll, Ann Pharmacother ,  2021 Jun;55(6):711-722.
Sur 7 286 études, neuf études remplissaient les critères d'inclusion. Il n'y avait pas de différence significative entre les AOD (dabigatran, rivaroxaban, apixaban) et la warfarine pour réduire la MTEV récurrente et les événements hémorragiques chez les patients atteints d'IRC modérée. Le risque d'hémorragie majeure globale augmentait lorsque le degré d'insuffisance rénale augmentait. Il n'y avait pas de différence significative entre l'apixaban et la warfarine pour les résultats de la TEV chez les patients dialysés.

Pertinence pour les soins aux patients et la pratique clinique : Il y a toujours un débat controversé sur la question de savoir s'il peut être plus bénéfique d'utiliser les AOD que la warfarine chez les patients IRC/dialysés atteints de thromboembolie veineuse (TEV). Le rapport bénéfice/risque de l'utilisation des AOD dans la population CKD/ESKD doit continuer à être évalué pour chaque patient.

Conclusion : l'pixaban peut être utilisé avec prudence comme alternative dans le traitement de la TEV aiguë chez les patients atteints d'IRC sévère. Les preuves disponibles sont insuffisantes pour suggérer l'utilisation du dabigatran et du rivaroxaban dans cette population de patients. Le bénéfice de l'utilisation des AOD dans cette population pour le traitement de la MTEV doit être mis en balance avec le risque potentiel de saignement chez les patients atteints d'IRC.

THE SAFETY AND EFFICACY OF DIRECT ORAL ANTICOAGULATION IN POST-BARIATRIC PATIENTS: A SYSTEMATIC REVIEW WITH META-ANALYSIS, Daniel Hanna,Rajesh Malik,J Am Coll Cardiol. 2021 May, 77 (18_Supplement_1) 1795;https://www.jacc.org/doi/10.1016/S0735-1097%2821%2903151-X

Cetteb  analyse a montré qu'il n'y avait pas de risque accru significatif de saignement ou d'embolie systémique par rapport à l'énoxaparine ou à la warfarine. Bien que RYGB ait montré un pourcentage plus élevé de niveaux de C-max par rapport à SG, il n'a pas montré de signification statistique en raison de la petite taille de l'échantillon. De plus, les patients qui ont utilisé l'apixaban ont atteint des taux de médicament C-max acceptables 100 % du temps. De futures études prospectives devraient être menées sur l'innocuité et l'efficacité de certains AOD après des chirurgies bariatriques.

Eude NAXOS, Picard F, Van Ganse E, Ducrocq G, Danchin N, Falissard B, Hanon O, et al. EvaluatioN of ApiXaban in strOke and systemic embolism prevention in patients with non-valvular atrial fibrillation in clinical practice Setting in France, rationale and design of the NAXOS: SNIIRAM study. Clin Cardiol 2019;42:851–9.https://www.cardio-online.fr/Actualites/A-la-une/NAXOS-l-etude-francaise-comparant-les-trois-AOD

Regroupant les données du SNDS (base de données de la Sécurité Sociale française), l’étude NAXOS [1] est une étude de cohorte historique qui a inclus de 2014 à 2016 les patients de plus de 18 ans chez qui il était initié une prescription d’AOD dans les 24 mois après un diagnostic de FANV. Cette étude regroupe environ 300 000 patients dont 100 000 étaient traités par rivaroxaban (50%), 80 000 par apixaban (40%) et 20 000 par dabigatran (10%). Il est intéressant de noter que les patients sous rivaroxaban et apixaban recevaient dans deux tiers des cas la pleine dose (5mg x 2/jour et 20mg x 1/jour respectivement) alors que les patients sous dabigatran recevaient dans plus de 50% des cas la demi-dose (110mg x 2/jour). Les patients sous apixaban étaient plus âgés, à plus haut risque thromboembolique et avec un plus grand nombre de comorbidités.Les résultats montrent une plus grande efficacité et sécurité de l’apixaban pleine dose par rapport aux AVK, comme l’avait démontré l’étude pivot ARISTOTLE [2]. Les résultats suggèrent également un profil de sécurité de l’apixaban plus intéressant que celui du rivaroxaban et comparable au dabigatran. Ces résultats concernent la comparaison entre AOD à pleines doses. Pourtant, la proportion de patients sous dabigatran dose réduite est très importante (>50%) contrairement aux deux autres molécules. Ce résultat soulève le problème de la juste prescription de ces molécules. Ainsi, dans l’étude PAROS [3], 70% des patients ne prenaient pas le dosage auquel ils étaient éligibles selon le résumé des caractéristiques produits. Cette information doit donc être prise en compte dans les études de vraie vie afin de ne pas sous-estimer l’efficacité du traitement non correctement prescrit.(https://www.cardio-online.fr/Actualites/A-la-une/NAXOS-l-etude-francaise-comparant-les-trois-AOD) Orianne Weizman CCF, Nancy

NAXOSNAXOS2
Deux dias d'Olivier Hanon, Hôpital Broc , Paris

Commentaires
 
A ce jour il n 'y a aucune étude qui a comparer directement les AOD entre eux et notamment l'Apixaban vs Rivaroxaban, que ce soit pour la FA et ou la MTEV. Mais publications après publications , sur des études qui étudient des popiulations différentes traitées par AOD, on observe "un frémissement " sur les propriétés de l'apixaban vs rivaroxaban sur le risque hémorragique en général comme le montre les études citées. Ce fait impose une réfléxion sur ce sujet "difficile" au vue des enjeux. Qu'est ce qui différencie l'apixaban du rivaroxaban ?  Ce sont deux Anti Xa avec les mêmes propriétés et les mêmes résultats sur la récidive de la  MTEV et sur la protection des patients en FA. Ce qui semble les différencier, le risque hémorragique. Leur différence tient essentiellement à la posologie : 2 doses pour l'apixaban et 1 dose pour le rivaroxaban. Est ce que cette diffétrence explique tout ?  Tout d'abord la monoprise évite plus les erreurs de prise à priori  que la "biprise", mais on peut aussi consdérer que les patients concernés par l'anticoagulation ont d'aitre traitements souvent en 2 prises. On retrouve l sur le plan pharmacodynamique  des variations de concentionsmais avec un impact faible. La complinace est elle différente entre la monoprise et la biprise, 30% d'arrêt voire plus pour les deux modes de prises. Donc peu de différences excepté le risque hémorragique. Il sembe que ce risque diminue avec la biprise.  notamment chez les sujets âgés avec une fonction rénale altérée. L'apixaban ferait mieux à priori avec les réserves de l'absence de comparaison directe de ces 2 molécules. Le noeud du problème, se résoudra à parti d'études "head to head". Nous avons la chance de disposer de deux moléciles complémentaires. Dans mon expérience je privilége le riavaroxaban chez les sujets jeunes ne prenat npas de médicaments avec une réserve poir les femmes dont les régles sont réguoièrement abondantes. Pour les sujet plus âgés avec des facteurs de co morbidité de prévilége l'apixaban.Dans le cancer c'est du cas par cas avec toujours dans tous les cas l'avis et les souhaits du patient. MTEV et chirurgie bariatrique, je privilége l'apixaban.  Ces choix on les fait dans le contexte cancer et MTEV, avec les HBPM et avec maintenet les AOD. Chaque cas est différent, chaque risque de récidive et hémorragique aussi. Donc pas de prescription systématique de l'apixaban ou du rivaroxaban , on réfléchit avant. Par contre je regrette l'absence en France de l'Edoxaban......

VRIGENSoubliprise
Référence des 2 DIAS ci dessus.

https://www.cardiologie-pratique.com/axistv/video/aod-en-monoprise-ou-en-biprise
,CARDIOPRTAIQUE/AXIS SANTE, Bernard VRIJENS, Liège (Belgique),Avec le soutien de PFIZER/BMS

Avons nous toutes les réponses ? NON, mais des débuts de réponses. L'expérience sur le terrain, la vraie vie éclaire chaque jour nos connaissances et nos doutes....on ne sait pas encore tout sur les AOD, àça, c'est sûr. 

Enfin n'oublios pas que les AOD ont trasformé l'anticoagulation, en la rendant par rapport aux AVK, plus sûr, plus facile à prescrire , moins hémorragique (notamment au niveau cérébral)  plus simple pour les patients. Les multiples études en cours vont nous aider à délimiter les indications de chaque AOD.


#VACCINE3.0 + grippe


POLLUTION et THROMBOSE VEINEUSE

Écrit par Jean Pierre LAROCHE le .

 iconographie : effet de serre


" En France les gens commencent à s'intéresser à la pollution trois mois par an, en juin, juillet et août." Coluche

"Tout ce qui est contraire à la Nature est en effet contraire à la Raison ; et ce qui est contraire à la Raison est absurde et doit en conséquence être rejeté." Baruch Spinoza

"Ce qui organise le monde aujourd’hui, ce sont des infrastructures et des capacités de production qui sont l’aboutissement de plusieurs siècles d’accumulation et qui ont des durées de vie très longues. Pour changer un réseau de transport ou d’électricité, il faut environ un siècle. Pour modifier l’urbanisme à large échelle, il faut plusieurs siècles. Le paysage agricole, il faut au minimum deux générations.Donc si on veut changer ce système, si on veut garder la plus grande part possible de ce que les combustibles fossiles nous ont offert tout en supprimant ces sources d’énergie, on a besoin de voir loin et de faire les choses avec méthode. Sinon, soit on déstabilise tout le système, soit on ne fait rien parce qu’on craint de déstabiliser tout le système. Et faire les choses avec méthode, ça s’appelle planifier."Jean-Marc Jancovici  (Le Monde)


Deux articles sur cette thématique si importante


En Europe, la pollution est responsable de plus de 4 millions de décès chaque année et près de 60% des décès sont dus à des maladies cardiovasculaires.
1/ Correlation between short-term air pollution exposure and unprovoked lung embolism. Prospective observational (Contamina-TEP Group)
Javier de Miguel-Diez ,Isabel Blasco-Esquivias, Consolacion Rodriguez-Matute ,Remedios Otero-Candelera, Juan Manuel Praena Fernandez,Luis Jara-Palomares et coll, Thrombosis Research 192 (2020) 134–140,https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/32480167/

L'objectif était d'analyser la relation temporelle entre l'exposition à court terme à la
pollution de l'air et l'embolie pulmonaire (EP) aiguë symptomatique non provoquée.

Patients/méthodes : Nous avons réalisé une étude prospective multicentrique chez des patients consécutifs diagnostiqués avec une EP aiguë symptomatique non provoquée de février 2012 à janvier 2013. Nous avons analysé les données démographiques et cliniques, les adresses des patients, les données météorologiques et les polluants atmosphériques (PM 10 , SO 2 , CO, NO 2 , données sur les émissions d'ozone). Nous avons considéré le nombre de jours pendant lesquels le patient avait des symptômes et la période d'étude constituait les 30 jours précédents. De même, les données annuelles moyennes de la saison de référence ont été calculées ainsi que les données de la période d'étude de 30 jours correspondant aux mêmes dates des 3 années précédentes afin d'obtenir la moyenne mensuelle des différents polluants pour chaque période.

Résultats : Au total, 162 patients atteints d'EP symptomatique aiguë ont été recrutés (43,2 % d'EP non provoquée). Les polluants atmosphériques ont pu être déterminés chez 50 % des patients atteints d'EP non provoquée, et une analyse finale a été réalisée chez 35 patients. Dans l'analyse de comparaison multiple pour vérifier une éventuelle corrélation entre la période d'étude et la médiane annuelle, seul le NO 2 a montré une association statistiquement significative (p = 0,009). En comparant la période d'étude avec les 3 années précédentes, seul le NO 2 a maintenu une association statistiquement significative pour les 3 périodes d'étude.

Conclusion : Nous avons trouvé une relation entre l'exposition à court terme au NO 2 et la présence d'EP non provoquée.


santpopopop


2/ Association between particulate air pollution and venous thromboembolism: A systematic literature review, Franchini M, Mengoli C, Cruciani M, Bonfanti C, Mannucci PM. Eur J Intern Med. 2016 Jan;27:10-3. doi: 10.1016/j.ejim.2015.11.012. Epub 2015 Nov 27. PMID: 26639051.
https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/26639051/

La pollution atmosphérique est un problème mondial majeur de santé publique. Un certain nombre de polluants ambiants ont été impliqués, notamment le monoxyde de carbone (CO), le dioxyde d'azote (NO2), le dioxyde de soufre (SO2), l'ozone (O3) et les particules (PM). Bien que l'exposition aux PM ait été liée à un large éventail de troubles cardiovasculaires et respiratoires, son effet sur les troubles thrombotiques veineux est encore incertain. Pour élucider cette question, nous avons effectué une revue systématique de la littérature existante sur l'association entre la MP et la thromboembolie veineuse (TEV), en utilisant les bases de données électroniques MEDLINE, EMBASE et Cochrane. Sur les 158 études examinées, 11 d'entre elles (3 études cas-croisées, 2 études de séries chronologiques, 2 études cas-témoins, 2 études de cohortes prospectives, 2 études rétrospectives) impliquant plus de 500, 000 événements remplissaient les critères d'inclusion et les résultats sont présentés ici. En raison d'une hétérogénéité substantielle dans la conception des études, la durée du suivi, la mesure statistique des effets, les résultats cliniques et le seuil, nous nous sommes abstenus d'effectuer une analyse quantitative des données disponibles et n'avons effectué qu'une revue systématique. Dans l'ensemble, les données de la littérature suggèrent un lien entre la MP et la MTEV, mais d'autres essais sur des populations plus importantes de patients avec des plans d'étude et des résultats homogènes sont justifiés.
 
Commentaire

Ces deux études l'une espagnole et l'autre italienne confirme que la pollution peut être à l'origine de thromboses veineuse et d'embolies pulmoniaire . La première étude est locale (région de Séville) , la deuxième est une revue systématique. En Espagne c'est la pollution au dioxyde d'azote qui est  en cause, en Italie les microparticules sont incriminées. Mais il est difficle d'être véritablement discréminant quant aux polluants responsables .

"Un grand facteur de risque cardiaque, les particules fines : les particules jouent un rôle clé dans la dégradation vasculaire de la pollution atmosphérique, confirme la nouvelle étude : « nous sommes particulièrement préoccupés par ces poussières ultrafines. Ces particules ont la taille d’un virus. Lorsque ces particules sont inhalées, elles pénètrent immédiatement dans la circulation sanguine par les poumons, sont absorbées par les vaisseaux et provoquent une inflammation locale. Or l’athérosclérose est le grand responsable de maladies cardiovasculaires telles que l'infarctus du myocarde, l'infarctus aigu du myocarde, l'insuffisance cardiaque et les arythmies cardiaques. Le dioxyde d'azote (NO2), exerce également un effet négatif puissant sur la fonction vasculaire », commente le Pr Münzel." Mayence , https://www.santelog.com/actualites/pollution-comment-la-qualite-de-lair-fait-le-risque-cardiovasculaire

Micro particules et thrombose

"Il existe un lien linéaire entre l'exposition à des particules de petite taille (inférieures à 10 microgrammes de diamètre) et le risque de développer une thrombose veineuse profonde.
La thrombose veineuse profonde représente un risque sérieux d'embolie pulmonaire.Une étude italienne a été menée sur dix ans, entre 1995 et 2005. Les chercheurs ont étudié le rapport entre le diagnostic de thrombose veineuse et le niveau de pollution de l'air auquel le patient avait été exposé durant  toute l'année qui précédait."
 
Bilan : à chaque fois que le taux de particules dans l'air augmente de dix microgrammes par mètre cube, le risque de thrombose veineuse augmente de 70%.

TVFFF

https://www.e-sante.be/lien-entre-pollution-thrombose-veineuse/actualite/1264

Commentaire 

Maladie thrombo-emboiique veineuse et pollution : une association plus que possible . Les complications cardiaques sont plus évidentes comme en témoignent des centaines d'articles sur ce sujet ce qui n'est pas la cas de la MTEV où la littérature est en retard, mais le risque existe  : pollution et MTEV, probablement plus liée que ve que l'on croit.

Les faits
poluluC'est l'homme qui est à l'origne du changement climatique et de la pollution, ce qui signifie que l'homme doit être à l'oeuvre pour modifier son comportement vis à vis du climat.

Les remédes

Solutions


pli333
Rendez vous pour en savoir plus  : Collége Français de Pathologie Vasculaire (CFPV) , Vendredi 18 Mars 2022, Petit Amphithéâtre


CLIROGER1VCLIROGER2
 
#VACCINE3.0 + grippe

Pause Café

Écrit par Jean Pierre LAROCHE le .

iconographie : Caféine

Talleyrand (homme politicien et diplomate sous Napoléon Bonaparte), à propos du café idéal « Noir comme le diable, chaud comme l’enfer, pur comme un ange, doux comme l’amour"

"Aspartame était un célèbre guerrier sparte qui prenait son café sans sucre." Marc Escayrol

"Le café est un lieu de consommation d’alcool, mais fondamentalement aussi un lieu de parole et un espace de sociabilité." Susanna Barrows


Préambule : 

Le café est la graine d’un arbrisseau, le caféier (Coffea arabica), originaire des hauts plateaux d’Éthiopie, qui poussait à l’ombre des grands arbres. Il était consommé localement sous forme d’une pâte à base de beurre et de grains de café écrasés. De là, le caféier traversa la mer Rouge pour aboutir en Arabie heureuse (Yémen actuel) à une date imprécise entre le v e et le xv e siècle, où on inventa un breuvage par décoction de ses grains. Il existe deux principales espèces de caféiers : l’arabica, qui donne les cafés les plus aromatiques et les plus corsés, et le robusta (originaire du Congo), qui donne des cafés plus riches en caféine.
Une légende rapportée par un moine maronite mort en 1710, Antonio Fausto Nairone, nous conte l’origine de la découverte des propriétés excitantes du café : un berger d’Éthiopie (ou du Yémen, selon d’autres traditions) avait remarqué que ses chèvres, qui avaient consommé des grains de café, étaient excitées et ne trouvaient pas le sommeil ; il en fit part au prieur d’un couvent voisin, qui en fit une décoction, en faisant bouillir les grains de café dans de l’eau, et la donna à ses moines qui dormaient trop, ce qui éveilla le couvent. Une variante plus islamique nous dit qu’un derviche, banni dans le désert pour y mourir de faim, consomma des grains de café en infusion, survécut, en donna à des lépreux qui guérirent : ce miracle fut reconnu par le calife qui le rétablit dans ses biens.........https://www.cairn.info/la-mondialisation-a-table--9782130576662-page-147.htm

Walter K. Caffeine and Health. JAMA. 2022;327(7):693. doi:10.1001/jama.2021.21452,https://jamanetwork.com/journals/jama/fullarticle/2789026 Article libre d'accès, Caféine et Santé / Document Patient JAMA

cafeier coffea arabica

Page PATIENT du JAMA
La caféine est un stimulant chimique naturel qui peut également être créé synthétiquement pour la consommation.

La caféine naturelle se trouve dans les grains de café, les feuilles de thé, les fèves de cacao, les baies de guarana et les feuilles de yerba maté. Les préparations de caféine peuvent être ajoutées aux boissons, aux aliments, aux comprimés ou aux suppléments en poudre. 

Aux États-Unis, environ 85 % des adultes consomment quotidiennement de la caféine et la consommation moyenne est de 135 mg par jour (l'équivalent de 12 oz de café). La source de caféine la plus courante est le café pour les adultes et les boissons gazeuses et le thé pour les adolescents.

Comment le corps absorbe-t-il et métabolise-t-il la caféine ?
                    
La caféine est absorbée dans la circulation sanguine dans les 45 minutes suivant l'ingestion. Le métabolisme de la caféine varie selon les individus, mais sa durée d'action est généralement de 2,5 à 4,5 heures. La grossesse et certains médicaments (contraceptifs oraux, certains antidépresseurs, médicaments cardiovasculaires et antibiotiques) ralentissent l'élimination de la caféine du sang. En revanche, le tabagisme augmente le taux d'élimination de la caféine du sang.
                     

Effets bénéfiques de la caféine

La caféine à doses modérées (40-200 mg) agit dans le cerveau pour diminuer la fatigue, augmenter la vigilance et diminuer le temps de réaction. La caféine peut également diminuer l'appétit et réduire légèrement la prise de poids. À doses modérées, la caféine a été associée à une diminution du risque de dépression et de suicide dans certaines études.

Utilisations médicales de la caféine

La caféine est utilisée pour traiter les pauses respiratoires intermittentes (apnée) chez les prématurés. L'ajout de caféine aux analgésiques couramment prescrits (comme l'acétaminophène) peut diminuer la douleur aiguë causée par certaines conditions, comme les migraines.

                     m jpg210036fa 1644783378.17226

Effets négatifs courants de la caféine

La caféine entraîne des augmentations temporaires de la pression artérielle chez les personnes ayant peu ou pas d'utilisation antérieure. La caféine, en particulier à fortes doses, peut provoquer de l'anxiété, ainsi que des difficultés à s'endormir si elle est consommée tard dans la journée. L'arrêt brutal de la caféine chez les consommateurs réguliers peut entraîner des symptômes de sevrage, qui culminent généralement après 1 à 2 jours et comprennent des maux de tête, de la fatigue et une humeur dépressive. Étant donné qu'un apport élevé en caféine pendant la grossesse est associé à un poids inférieur à la naissance, la consommation de caféine ne doit pas dépasser 200 mg par jour pendant la grossesse.

Effets de la caféine à très fortes doses

L'ingestion de doses très élevées de caféine (1200 mg ou plus) peut provoquer une agitation, une anxiété sévère, une pression artérielle élevée et des palpitations. Cela peut se produire en cas d'utilisation excessive de comprimés de caféine ou de suppléments sous forme liquide (boissons énergisantes) ou sous forme de poudre. Consommer des boissons énergisantes contenant de la caféine ou des shots énergétiques avec de l'alcool est dangereux et a entraîné la mort.

Avantages possibles pour la santé de boire du café

Certaines études ont montré une diminution de la mortalité associée à la consommation de 2 à 5 tasses standard de café caféiné ou décaféiné par jour. Dans certains rapports, la consommation régulière de café caféiné et décaféiné a été associée à un risque réduit de diabète de type 2 et de cancer de l'endomètre. Dans d'autres rapports, la consommation de café caféiné et décaféiné était associée à un risque moindre de cancer du foie, de calculs biliaires et de cancers de la vésicule biliaire, mais le bénéfice potentiel était plus important avec le café caféiné. La consommation de café contenant de la caféine a également été associée à un risque réduit de maladie de Parkinson et de cirrhose du foie.

Effets du caffé sur la santé

caff2
caff

https://www.topsante.com/nutrition-et-recettes/les-bons-aliments/cafe/infographie-les-effets-du-cafe-sur-la-sante-252264

Le marché du café 

1458 cafe howmuch

https://www.courrierinternational.com/grand-format/infographie-le-cafe-un-enorme-marche-disperse

La référence scientifique sur Caffé et Santé : Coffee, Caffeine, and Health Rob M. van Dam, Ph.D., Frank B. Hu, M.D., Ph.D., and Walter C. Willett, M.D., Dr.P.N Engl J Med 2020; 383:369-378,https://www-nejm-org.proxy.insermbiblio.inist.fr/doi/10.1056/NEJMra1816604

caffeNEJM1nejmra1816604 f1caffeNEJM3

Cet article du NEJM est la référence sur Café et Santé 
Les effets toxiques du café : EFFETS TOXIQUES

Les effets secondaires de la caféine à des niveaux très élevés de consommation comprennent l'anxiété, l'agitation, la nervosité, la dysphorie, l'insomnie, l'excitation, l'agitation psychomotrice et le flux décousu de pensées et de paroles.  On estime que des effets toxiques se produisent avec des apports de 1,2 g ou plus, et une dose de 10 à 14 g est considérée comme mortelle.  Un examen récent des taux sanguins de caféine dans les cas de surdose mortelle a montré que le taux médian de caféine sanguine post-mortem était de 180 mg par litre, ce qui correspond à un apport estimé de 8,8 g de caféine. L'intoxication à la caféine due à la consommation de sources traditionnelles de caféine telles que le café et le thé est rare car une très grande quantité (75 à 100 tasses de café standard) devrait être consommée en peu de temps pour que la dose soit mortelle. Les décès liés à la caféine sont généralement dus à de très fortes doses de caféine provenant de comprimés ou de suppléments sous forme de poudre ou de liquide, principalement chez des athlètes ou des patients souffrant de troubles psychiatriques.

Un grand nombre de preuves suggèrent que la consommation de café contenant de la caféine, la principale source d'apport en caféine chez les adultes aux États-Unis, n'augmente pas le risque de maladies cardiovasculaires et de cancers. En fait, la consommation de 3 à 5 tasses de café standard par jour a été systématiquement associée à un risque réduit de plusieurs maladies chroniques.

Cependant, une consommation élevée de caféine peut avoir divers effets indésirables, et des limites de 400 mg de caféine par jour pour les adultes qui ne sont pas enceintes ou qui allaitent et de 200 mg par jour pour les femmes enceintes et allaitantes ont été recommandées.

 

Une grande majorité d'adultes aux États-Unis adhèrent à ces directives, mais en raison de la variation du métabolisme et de la sensibilité à la caféine d'une personne à l'autre, une quantité inférieure ou légèrement supérieure peut être appropriée dans des cas individuels. Les preuves actuelles ne justifient pas de recommander la consommation de caféine ou de café pour la prévention des maladies, mais suggèrent que pour les adultes qui ne sont pas enceintes ou qui n'allaitent pas et qui n'ont pas de problèmes de santé spécifiques, une consommation modérée de café ou de thé peut faire partie d'un mode de vie sain.

Commentaire

Le café est il bon pour la santé ou non ? Question régulièrement posée par les patients. Est ce que je peux boire du café Docteur ? Comme en toute chose la modération est de rigueur. Alors oui , vous pouvez boire du café. Interdire ce plaisir est irresponsable. Par contre comme  certaines personnes, mettre 4 à 5 sucres dans le café non. Et comme m'a dit un patient diabétique récemment, le café très sucré , neutralise le sucre et c'est bon pour le diabète...."in café veritas" . 

Comme le précise le NEJM :
"une très grande quantité (75 à 100 tasses de café standard) devrait être consommée en peu de temps pour que la dose soit mortelle"....donc buvez tranquillement votre café avec plaisir; Ne le considérez pas comme un médicament , mais jutes comme un plaisir , le plaisir du café, le plaisir du partage, le plaisir de la discussion quand on partage le café entre ami. Finalement le café favorise le lien social et en même temps le plaisir du palais, de plus le café appaise.

Pour terminer

Jacques DELILLE
1738 - 1813

Le café

Il est une liqueur, au poëte plus chère,
Qui manquait à Virgile, et qu'adorait Voltaire ;
C'est toi, divin café, dont l'aimable liqueur
Sans altérer la tête épanouit le coeur.
Aussi, quand mon palais est émoussé par l'âge,
Avec plaisir encor je goûte ton breuvage.
Que j'aime à préparer ton nectar précieux !
Nul n'usurpe chez moi ce soin délicieux.
Sur le réchaud brûlant moi seul tournant ta graine,
A l'or de ta couleur fais succéder l'ébène ;
Moi seul contre la noix, qu'arment ses dents de fer,
Je fais, en le broyant, crier ton fruit amer,
Charmé de ton parfum, c'est moi seul qui dans l'onde
Infuse à mon foyer ta poussière féconde ;
Qui, tour à tour calmant, excitant tes bouillons,
Suis d'un oeil attentif tes légers tourbillons.
Enfin, de ta liqueur lentement reposée,
Dans le vase fumant la lie est déposée ;
Ma coupe, ton nectar, le miel américain,
Que du suc des roseaux exprima l'Africain,
Tout est prêt : du Japon l'émail reçoit tes ondes,
Et seul tu réunis les tributs des deux mondes.
Viens donc, divin nectar, viens donc, inspire-moi.
Je ne veux qu'un désert, mon Antigone et toi.
A peine j'ai senti ta vapeur odorante,
Soudain de ton climat la chaleur pénétrante
Réveille tous mes sens ; sans trouble, sans chaos,
Mes pensers plus nombreux accourent à grands flots.
Mon idée était triste, aride, dépouillée ;
Elle rit, elle sort richement habillée,
Et je crois, du génie éprouvant le réveil,
Boire dans chaque goutte un rayon du soleil.

 Source complémentaire : Caféine

#VACCINE3.0 +grippe

Questions autour des statines

Écrit par Jean Pierre LAROCHE le .

icongraphie: Dc différentiel











La mauvaise réputation (...de la statine) 
Georges Brassens

Au village, sans prétention

J'ai mauvaise réputation

Qu'je me démène ou que je reste coi

Je passe pour un je-ne-sais-quoi

Je ne fais pourtant de tort à personne

En suivant mon chemin de petit bonhomme

Mais les braves gens n'aiment pas que

L'on suive une autre route qu'eux

Non, les braves gens n'aiment pas que

L'on suive une autre route qu'eux

Tout le monde médit de moi

Sauf les muets, ça va de soi

Préambule

"Un patient sur deux arrête de prendre des statines, en réduit la dose ou en prend de façon irrégulière parce qu'il pense que les médicaments hypocholestérolémiants provoquent des douleurs musculaires et d'autres effets secondaires. Maintenant, une nouvelle étude portant sur plus de quatre millions de patients a montré que la véritable prévalence de l'intolérance aux statines dans le monde se situe entre six et dix pour cent.

Les auteurs de la recherche, publiée dans le European Heart Journal [article ci dessous) , affirment que leurs résultats montrent que l'intolérance aux statines est surestimée et surdiagnostiquée, avec pour résultat que les patients sont plus à risque de problèmes cardiaques et vasculaires, y compris la mort, causée par un taux de cholestérol élevé (https://www.escardio.org/The-ESC/Press-Office/Press-releases/Statin-intolerance-is-over-estimated-and-over-diagnosed)"

Prevalence of statin intolerance: a meta-analysis,Ibadete Bytyçi, Peter E. Penson, Dimitri P. Mikhailidis, Nathan D. Wong, Adrian V. Hernandez, Amirhossein Sahebkar, Paul D. Thompson, Mohsen Mazidi, Jacek Rysz, Daniel Pella, Željko Reiner, Peter P. Toth, Maciej Banach, on behalf of the Lipid and Blood Pressure Meta-Analysis Collaboration (LBPMC) Group and the International Lipid Expert Panel (ILEP), Prevalence of statin intolerance: a meta-analysis, European Heart Journal, 2022;, ehac015, https://doi.org/10.1093/eurheartj/ehac015

Prévalence de l'intolérance aux statines : une méta-analyse

L'article

Objectifs

L'intolérance aux statines (IS) représente un problème de santé publique important pour lequel des estimations précises de la prévalence sont nécessaires. L'intolérance aux statines reste un défi clinique important, et elle est associée à un risque accru d'événements cardiovasculaires. Cette méta-analyse estime la prévalence globale de l'IS, la prévalence selon différents critères de diagnostic et dans différents contextes pathologiques, et identifie les facteurs de risque/conditions possibles qui pourraient augmenter le risque d'IS.

Méthodes et résultats

Nous avons effectué des recherches dans plusieurs bases de données jusqu'au 31 mai 2021 pour trouver des études faisant état de la prévalence de l'IS. Le critère d'évaluation principal était la prévalence globale et la prévalence selon une gamme de critères de diagnostic [National Lipid Association (NLA), International Lipid Expert Panel (ILEP) et European Atherosclerosis Society (EAS)] et dans différents contextes pathologiques. 

Le critère d'évaluation secondaire était d'identifier les facteurs de risque possibles d'IS. 

Un modèle à effets aléatoires a été appliqué pour estimer la prévalence globale regroupée. Un total de 176 études [112 essais contrôlés randomisés (ECR) ; 64 études de cohorte] avec 4 143 517 patients ont finalement été inclus dans l'analyse.

La prévalence globale de l'IS était de 9,1 %
(intervalle de confiance à 95 % : 8,0–10 %). La prévalence était similaire lorsqu'elle était définie à l'aide des critères NLA, ILEP et EAS [7,0 % (6,0–8,0 %), 6,7 % (5,0–8,0 %), 5,9 % (4,0–7,0 %), respectivement]. 

La prévalence de l'IS dans les ECR était significativement plus faible par rapport aux études de cohorte [4,9 % (4,0-6,0 %) contre 17 % (14-19 %)]. La prévalence de l'IS dans les études comprenant à la fois des patients en prévention primaire et secondaire était beaucoup plus élevée que lorsque les patients en prévention primaire ou secondaire étaient analysés séparément [18 % (14-21 %), 8,2 % (6,0 - 10 %), 9,1 % (6,0 – 11 %), respectivement].

 La solubilité des lipides des statines n'a pas affecté la prévalence de l'IS [4,0 % (2,0–5,0 %) contre 5,0 % (4,0–6,0 %)]. Âge [odds ratio (OR) 1,33, respectivement]. La solubilité des lipides des statines n'a pas affecté la prévalence de l'IS [4,0 % (2,0–5,0 %) contre 5,0 % (4,0–6,0 %)]. Âge [odds ratio (OR) 1,33, respectivement]. L

La solubilité des lipides des statines n'a pas affecté la prévalence de l'IS [4,0 % (2,0–5,0 %) contre 5,0 % (4,0–6,0 %)]. Âge [odds ratio (OR) 1,33,P  = 0,04], sexe féminin (OR 1,47, P  = 0,007), race asiatique et noire ( P  < 0,05 pour les deux), obésité (OR 1,30, P  = 0,02), diabète sucré (OR 1,26, P  = 0,02), hypothyroïdie (OR 1,37, P  = 0,01), l'insuffisance hépatique chronique et l'insuffisance rénale ( P  < 0,05 pour les deux) étaient significativement associées à l'IS dans le modèle de méta-régression. Les agents antiarythmiques, les inhibiteurs calciques, la consommation d'alcool et l'augmentation de la dose de statine étaient également associés à un risque plus élevé d'IS.

Conclusion

Sur la base de la présente analyse de plus de 4 millions de patients, la prévalence de l'IS est faible lorsqu'elle est diagnostiquée selon les définitions internationales. Ces résultats appuient le concept selon lequel la prévalence de l'IS complète pourrait souvent être surestimée et soulignent la nécessité d'une évaluation minutieuse des patients présentant des symptômes potentiels liés à l'IS.

Question clé

Quelle est la prévalence globale de l'intolérance aux statines (IS) dans le monde ? Quels sont les principaux facteurs de risque d'IS ?

Découverte primordiale

La prévalence globale de l'IS est de 9,1 % et même inférieure selon les définitions internationales (entre 6 et 10%) : National Lipid Association, International Lipid Expert Panel, European Atherosclerosis Society (7,0, 6,7, 5,9 %). Le sexe féminin, l'hypothyroïdie, la forte dose de statine, l'âge avancé, les antiarythmiques et l'obésité sont les principaux facteurs qui augmentent le risque d'IS.

Message à retenir

Les cliniciens devraient utiliser ces résultats pour encourager l'adhésion au traitement par statine chez les patients qu'ils traitent.

ehac015ga1
Statins3

Commentaire

De même qu'il ya des ANTI-VAX , il y a des ANTI-STATINES parmi les médecins et les patients.C'est surtout l"effet NOCEBO des statines qui est à l'origine dec ette intolérance associé aux autresz facteurs décrits danbs cette étude magnifique (cf fin d'article) 

Principaux facteurs d'IS (@drraviele) 

✔️ Female gender

✔️ Hypothyroidism
✔️ High statin dose
✔️ Advanced age, 
✔️ Anriarrhythmics
✔️ Obesity

En 2016, rcommandations canadiennes  : Diagnosis, Prevention, and Management of Statin AdverseEffects and Intolerance: Canadian Consensus Working Group Update (2016) faisait le point sur les statines, Mancini GBJ et coll, Canadian Journal of Cardiology 32 (2016) S35eS65,https://www.onlinecjc.ca/article/S0828-282X(16)00007-6/fulltext

L IS était illustrée ainsi  et évalueé à 5/6%; 6 ans plus tard on arrive à 9% , mais cela diverge seront les différentes recommandations, les pays d'origine des patiznt etc.

1 s2.0 S0828282X16000076 gr5

 

 L'arbre diagnostique en 2016 est toujours d'actualité (ULN, upper limit of normal)

1 s2.0 S0828282X16000076 gr1

  

Optimisationhttps://www.cardio-online.fr/Actualites/A-la-une/Optimisation-prescription-hypolipemiante-post-SCA-quete-traitement-maximal-tolere-en-cas-intolerance-musculaire, Cardio-online, Pr Pr Nicolas Meneveau

optimisation prescription hypolipemiante intolerance musculaire fig 1En cas d'IS les CPK sont l'examen à prescrire

Rappel : 2021 nouvelles recommandations canadiennes : 2021 Canadian Cardiovascular Society Guidelines for the Management of Dyslipidemia for the Prevention of Cardiovascular Disease in Adults, accès libre : https://www.onlinecjc.ca/article/S0828-282X(21)00165-3/fulltext

CAN1
CAN2CAN3

Mais que peux t-on faire contre l'effte NOCEBO des statines ?

EFFET NOCEBO

On parle d’effet nocebo lorsque l’effet psychologique ou physiologique associé à la prise d’une substance inerte engendre des effets délétères pour l’individu. À l’inverse, suite à la prise d’une substance inerte, l’effet placebo est lui associé à des bénéfices.Si le cerveau est capable de soulager certaines douleurs et affections simplement après la prise de substances inertes, il peut aussi mener à des symptômes redoutés, voire un effet indésirable attendu ou non. Ces effets indésirables associés à l’effet nocebo sont le plus souvent non spécifiques, tels que des maux de tête et/ou des symptômes gastro-intestinaux. Ils sont aussi moins étudiés que l’effet placebo mais sont régulièrement associés à des personnes ayant un positionnement marqué par une certaine opposition ou un rejet du médicament (NOCEBO)

En pratique

Commentaire des auteurs (Prevalence of statin intolerance: a meta-analysis)

"La taille de notre étude, qui est la plus grande au monde pour enquêter sur cette question, signifie que nous sommes en mesure de répondre enfin et efficacement à la question sur la véritable prévalence de l'intolérance aux statines", a déclaré le professeur Banach. "Ces résultats montrent clairement que les patients n'ont pas à avoir peur du traitement par statine car il est très bien toléré jusqu'à 93 %, ce qui est similaire ou même meilleur que d'autres médicaments de cardiologie, y compris ceux pour réduire la pression artérielle et la coagulation ou le blocage de vaisseaux sanguins. De plus, les patients doivent savoir que les statines peuvent prolonger leur vie, et dans les cas où des effets secondaires apparaissent, nous avons suffisamment de connaissances pour les gérer efficacement. Le message le plus important aux patients à la suite de cette étude est qu'ils doivent continuer à prendre des statines en fonction de la dose prescrite.


L'offre thérapeutique est maintenant importante en dehors des statines qui restent la priorité. Attention prescrire un anti-PCSK9 pour quelques crampes anodines : non!  Il faut toujours devant l'apparition de crampes musculaires sous statine, étayer cet effet secondaire. La clinique reste majeure (facteurs de comorbidité) , le recours au dosage des CPK est important. De plus ne pas hésiter à modifier le dosage de la statine mais aussi à changer de statine. Le dialogue médecin patient sur ce sujet est toujours important , il aide à "déminer" la situation......ça ne vous rappelle rien ?

m ehab841f6https://medvasc.info/1520-la-saga-des-hypolip%C3%A9miants

Dès que l'on comprend que la prescription d'une statine pour un patient donné sera mal vécue , même si ce patient n'a JAMAIS eu de statine , il faut EXPLIQUER ce qu'est une statine et pourquoi cette prescription chez lui. Il faut parler des effets secondaires et ne pas les cacher, douleurs musculaires, 1 patient sur 11 (car las patients ne tiennent que cet effet secondaire). En  cas d'effets secondaires ne pas hésiter à prescrire le contrôle des CPK qui validera ou non un effet secondaire à type de crampe. Autre manière qui donne des bons résultats ; la prescription masquée par une association statine/Ezetrol. Paradoxalement si le cas du patient justifie d'une telle association, lorsque l'on revoit le patient, avec  ce nouveau traitement plus de crampes.......Et puis il y a les patients qui arrêtent la statine (à tord et potentiellement dangereux) et qui vous annoncent , j'ai arrêté la statine et je prends de la levure de riz rouge. Et là nouvelle explication afin de stopper ce complément alimentaire inutile et dangereux. Exemple d'uin cas d' Hépatite rapporte suite à la prise de levure de riz rouge.

Levure de
riz rouge , note de l'ANSES : 

La levure de riz rouge est une moisissure de couleur rouge cultivée sur du riz et utilisée dans de nombreux compléments alimentaires revendiquant le « maintien d’une cholestérolémie à un niveau normal ». L’Anses a reçu 25 signalements d’effets indésirables (majoritairement des atteintes musculaires et hépatiques) susceptibles d’être liés à la consommation de compléments alimentaires contenant de la levure de riz rouge. L’Agence considère que l’usage de ce type de compléments alimentaires contenant des monacolines peut exposer les consommateurs à des risques pour la santé, notamment ceux particulièrement sensibles du fait de prédispositions génétiques, de pathologies ou de traitements en cours, etc. Ainsi, l’Agence recommande de prendre conseil auprès d’un professionnel de santé avant de consommer ces produits. Elle précise que ceux-ci ne doivent pas être utilisés par les patients traités avec des médicaments à base de statines ni ceux ayant dû interrompre ces traitements suite à l’apparition d’effets indésirables (patients dits « intolérants aux statines »). Ils ne doivent pas non plus être consommés par les personnes sensibles, notamment les femmes enceintes et allaitantes, les enfants et adolescents, les sujets de plus de 70 ans ou atteints de certaines pathologies, ou encore les forts consommateurs de pamplemousse.

Remis au patient qui prend de la levure de Riz rouge

Cholestérol : attention à la levure de riz rouge
DERNIÈRE MISE À JOUR : SEPTEMBRE 2019


NEWS : Afin de réduire leur taux de « mauvais » (LDL) cholestérol, certainspatients recourent à la levure de riz rouge. Or, cette démarche ne va pas sans risque. Voici peu, des médecins belges et français ont pris position en faveur des préparations à base de levure de riz rouge pour faire baisser le taux de cholestérol, plus particulièrement chez les patients qui ne peuvent ou neveulent pas prendre une statine (médicament). En Belgique comme en France , ces préparations sont disponibles en tant que compléments alimentaires en vente libre.

Des critères plus stricts de commercialisation
Le Centre belge d’information pharmaco-thérapeutique (CBIP) rappelle que « les compléments alimentaires à base de levure de riz rouge ne constituent pas une alternative à l’approche médicamenteuse de l’hypercholestérolémie ». L’effet sur le « mauvais » (LDL) cholestérol de 10 mg de monacoline K (le principe actif de la levure de riz rouge) serait comparable à celui d’une statine à faible dose (10 mg de simvastatine, par exemple), poursuit le CBIP.

Toutefois, on ne dispose pas de suffisamment de données sur l’efficacité en termes de critères majeurs d’évaluation. On observe aussi un risque d’interactions et des effets indésirables identiques à ceux des statines (toxicité musculaire et hépatique). Ce à quoi il faut ajouter les inquiétudes suscitées par un contrôle limité de la composition de ces suppléments (teneur en monacoline K,présence de citrinine cancérigène), notamment pour les préparations disponibles dans les magasins d’aliments naturels et sur Internet.

Le CBIP rappelle enfin que le Conseil supérieur belge de la santé, à l’instar de l’Agence nationale française de sécurité du médicament et des produits de santé, a proposé d’interdire la commercialisation comme compléments alimentaires des produits à base de levure de riz rouge, et de les considérer comme des médicaments, avec une évaluation et une réglementation
appropriée.

Toutefois, jusqu’à présent, cet avis n’a pas encore été suivi

Aujourd’hui la levure de riz rouge n’est pas un médicament , il s’agit d’un complément alimentaire qui ne peut remplacer une statine en prévention CV primaire ou secondaire.

Les points - clefs : https://www.revmed.ch/revue-medicale-suisse/2010/revue-medicale-suisse-239/statines-et-effets-indesirables-musculaires

PRATLLLRajoutons encore que les Anti-PCSK9 peuvent remplacer ou être  prescrit avec une statine que si le contexte clinique CV le justifie (++++). Les Anti-PCSK9 ne sont pas des molécules "anti crampes" , comme un patient me l'a rapporté récemment.......tout fière de lui et de son médecin, no comment , mais .......c'est ça aussi la vraie vie en 2022 ! 

Ne pas oublier que dans un avenir très proche les médecins vasculaires pourront prescrire un anti- PCSK9, Merci au Collége National Professionnel de Médecine Vasculaire de son travail et de son  efficacité.

#VACCINE3.0 + grippe

 #VACCINE3.0 + grippe

Dépistage sténose carotidienne : oui ou non ?

Écrit par Jean Pierre LAROCHE le .

"La passion du jeu est une des moins dissimulées ; elle se manifeste, soit dans le gain, soit dans la perte, par des symptômes frappants." Diderot

"La science ? Après tout, qu'est-elle, sinon une longue et systématique curiosité ?" André Maurois


Dépistage de la sténose de l'artère carotide interne

Page info patient JAMA

                                  
                 Description de l'image non disponible.
                 

Le groupe de travail américain sur les services préventifs (USPSTF) a récemment publié des recommandations sur le dépistage de la sténose asymptomatique de l'artère carotide.

Qu'est-ce que la sténose de l'artère carotide ?

carocaro2

                 La sténose de l' artère carotide, également appelée sténose carotidienne ou maladie de l'artère carotide , fait référence au rétrécissement des principaux vaisseaux sanguins du cou. Les artères carotides sont 2 vaisseaux sanguins principaux (un de chaque côté du cou) qui acheminent le sang vers le cerveau. Tout comme pour les artères coronaires du cœur, la plaque peut s'accumuler dans les artères carotides et provoquer un rétrécissement, également appelé sténose . Au fil du temps, ce rétrécissement peut entraîner des problèmes d'apport sanguin au cerveau, ce qui peut entraîner un accident vasculaire cérébral.
                 
Les conditions qui augmentent le risque de sténose de l'artère carotide comprennent le tabagisme, le diabète, l'hypercholestérolémie, l'hypertension artérielle, l'âge avancé et le sexe masculin.
                 

La sténose de l'artère carotide peut être traitée avec des médicaments pour réduire le cholestérol, contrôler la tension artérielle et contrôler la glycémie. C'est ce qu'on appelle la thérapie médicale . Chez certaines personnes présentant un rétrécissement sévère, certaines procédures ou interventions chirurgicales peuvent être effectuées pour ouvrir l'artère ou retirer la plaque.

Quels tests sont utilisés pour dépister la sténose de l'artère carotide ?

Bien que le dépistage de la sténose de l'artère carotide chez les patients asymptomatiques ne soit pas recommandé, il existe 3 types d'imagerie qui peuvent être utilisés pour rechercher une sténose de l'artère carotide : l'échographie carotidienne, l'angiographie par résonance magnétique ou l'angiographie par tomodensitométrie.

Quelle est la population de patients envisagée pour le dépistage de la sténose de l'artère carotide ?

Cette recommandation de l'USPSTF s'applique aux adultes sans antécédents d'accident ischémique transitoire, d'accident vasculaire cérébral ou d'autres signes ou symptômes neurologiques.

Quels sont les avantages et les inconvénients potentiels du dépistage de la sténose de l'artère carotide ?

         carocaro1        

L'objectif du dépistage de la sténose de l'artère carotide est de prévenir les accidents vasculaires cérébraux et la mort. Cependant, aucune étude n'a examiné directement si le dépistage de la sténose de l'artère carotide dans la population générale diminue les taux d'AVC et de décès. Des études qui ont comparé les procédures chirurgicales/interventionnelles pour la sténose de l'artère carotide par rapport à la thérapie médicale seule ont montré que la chirurgie/procédures supplémentaires entraînent peu ou pas d'avantages dans la réduction des accidents vasculaires cérébraux ou des décès. Étant donné que le traitement médical est un soin standard pour les personnes présentant des facteurs de risque de sténose de l'artère carotide, si la chirurgie/les procédures n'offrent aucun avantage supplémentaire, le dépistage n'en vaut pas la peine.

                 

En termes de préjudices potentiels, le dépistage par ultrasons dans la population générale peut avoir des taux élevés de résultats faussement positifs, entraînant des tests ou des traitements supplémentaires inutiles. Cela peut entraîner des effets indésirables potentiellement graves des procédures ou de la chirurgie carotidiennes, y compris des accidents vasculaires cérébraux et la mort.

Quelle est la force de la recommandation de dépister la sténose de l'artère carotide ?

Sr la base des preuves actuelles, l'USPSTF conclut avec une certitude modérée que le dépistage de la sténose asymptomatique de l'artère carotide dans la population générale n'a aucun avantage et peut être nocif.

Commentaire

il faur moduler cette recommandation qui repose sur "une certitude modérée". Aucun problème pour tous les patients qui ont présenté un accident neurologique , notamment AIT, AVC etc pour aller recommander un écho-Doppler des vaisseaux du cou. Il s'agit donc d'une sténose carotidienne symptomatique. Rechercher une sténose carotidienne symptomatique est vivement recommandée, voire obligatoire. Le cas de la sténose asymptomatique est plus délicate. Un écho - Doppler des vaisseaux du cou dans le cadre du bilan d'extension de l'athérothrombose symptomatique dans un autre  territoire : coronaire, aorte abdominale, artériopathie des MI est recommandé . Le problème des patients totalement asymptomatique sur le plan CV  est plus difficile. Soit il s'agit de patents asymptomatiques mais avec un risque CV calculé élevé (diabète notamment ) , la réalisation d'un contrôle carotidien est justifié. Par contre pour les pateints asymptopmatiques et sans risque CV calculé, l'indication est illégitime.

Voici les recommandations SFMV/PERTINENCE DES SOINS dans le cadre des sténoses carotidiennes sur leur SUIVI (https://cnpmv.fr/images/pertinence_soins/pertinence_des_soins_en_echo-doppler.pdf,
SITE  : COLLEGE NATIONAL PROFESSIONEL DE MEDECINE VASCULAIRE,(CNPMV)

666 ckeditor perso 28559 5e26cf3ce8d84 9PERT 11PERT1PERT2PERT3PERT4PERT5

Pour plus d'informations

Pour trouver cette page et d'autres pages de patients JAMA, accédez à la collection Pour les patients sur jamanetworkpatientpages.com .

                 
La page des patients JAMA est un service public de JAMA . Les informations et recommandations figurant sur cette page sont appropriées dans la plupart des cas, mais elles ne remplacent pas un diagnostic médical. Pour des informations spécifiques concernant votre état de santé personnel, JAMA vous suggère de consulter votre médecin. Cette page peut être photocopiée à des fins non commerciales par des médecins et d'autres professionnels de la santé pour la partager avec les patients.

Source : Groupe de travail américain sur les services préventifs. Dépistage de la sténose asymptomatique de l'artère carotide: déclaration de recommandation du US Preventive Services Task Force. JAMA . Publié le 2 février 2021. doi : 10.1001/jama.2020.26988

Pour en savoir plus sur les sténoses carotidiennes asymptomatiques
https://medvasc.info/1425-entretien-fran%C3%A7ois-becker-21-10-21-st%C3%A9nose-carotidienne-asymptomatique,  entretien  avec François Becker

A lire intégralement 
Un  xtrait .....
.

"Sujet polémique ! L’USPSTF (US Preventive Services Task Force Recommendation Statement) a réitéré en 2021 son opposition de 2014 au dépistage de sténose carotide en se prononçant against. L’American Heart Association (AHA) et l’American Stroke Association (ASA) ont fait de même.

caro55
Certes,il s’agit de dépistage en population générale mais les trois raisons majeures de cette opposition sont

  • La cascade d’examens lorsque le 1er examen n’est pas jugé suffisamment crédible (problème de l’écho-Doppler « opérateur-dépendant ») ou lorsque le 1er examen (en général l’écho-Doppler) est systématiquement vérifié par une artériographie dès lors qu’il n’est pas normal ou lorsqu’il est seulement demandé à l’écho-Doppler des critères de vitesse systolique de sténose « ≥ 50% » auquel cas une artériographie est réalisée pour décider de la suite (position radiologique).

  • La iatrogènie liée aux actes inutiles etsurtout le fait que dans la vraie vie le taux de complications opératoires est assez souvent supérieur au maximum de 3% requis pour pratiquer la chirurgie ou le stenting pour sténose carotide asymptomatique (et encore ces 3% datent d’études anciennes, maintenant ce devrait être < 1.5%).

  • Le fait qu’il n’y a pas de bénéfice prouvé à la chirurgie ou au stenting préventif pour les sténoses carotides asymptomatiques (tout particulièrement chez la femme). Les dernières données sont celles de l’étude SPACE-2 interrompue prématurément à 513 patients pour recrutement trop lent. Dans cette étude le taux d’AVC et décès post-opératoires (chirurgie ou stenting) était de 2.5%, et à 1 an il n’y avait pas de différence dans le critère d’évaluation principal (tout AVC et décès à 30 j. + AVC ischémique ipsilatéral à 5 ans) : 2.5% pour l’endartériectomie, 3% pour le stenting, 0.9% pour le traitement médical optimal (Chaturverdi, jama neurol. Fev. 2021)."

ATTENTION en médecine le SYSTEMATIQUE est toujours à HAUT RISQUE . La modulmatiopn et la modération doivent reposer sur la CLINIQUE, la PROBABILITE CLINIQUE et avec l'expérience sur l'INTUITION. Mais le SYSTEMATIQUE sans refléxion préalable ou justification ets une erreur qui peut conduire à l'ERREUR MEDICALE ou à la découverte d'un "INCIDENTALOME", porte ouverte à tous les excès.


VACCINE3.0 + grippe

Statistiques : Aujourd'hui 381 - Hier 681 - Cette semaine 5102 - Ce mois-ci 19331 - Total 463968