Les propos qui sont tenus ici n’engagent que leur auteur. Les textes sont actualisés régulièrement et corrigés en cas d'erreur. Bonne visite

THALIDOMIDE News express

Écrit par Jean Pierre LAROCHE le .


“Plus une découverte est originale, plus elle semble évidente par la suite.”
Arthur Koestler

“Les plus belles découvertes cesseraient de me plaire si je devais les garder pour moi.” Sénèque


"Toutes les grandes découvertes sont faites par ceux qui laissent leurs émotions devancer leurs idées.”
C. H. Parkhurst


COMMUNIQUÉ DE PRESSE 

La thalidomide est un traitement efficace pour les malformations sévères artério veineuses 
Case report Study of thalidolmide therapy in 18 patients woth severe arteriovenous malformations

Laurence M. Boon, Valérie Dekeuleneer, Julien Coulie, Liliane Marot, Anne-Christine Bataille, Frank Hammer, Philippe Clapuyt, Anne Jeanjean, Anne Dompmartin & Miikka Vikkula, Nature Cardiovascular Researchs 2022

logo thalidomie
Rappel : qu'est ce que la thalidomide
https://thalidomide.ca/quest-ce-que-la-thalidomide/




https://www.eurekalert.org/news-releases/955305
https://www.nature.com/articles/s44161-022-00080-2
https://www.deduveinstitute.be/about/news-events/new-treatment-severe-vascular-disease-proves-effective

CONGRES SOCIÉTÉ EUROPÉENNE DE GÉNÉTIQUE HUMAINE

Vienne, Autriche : Les mêmes propriétés qui provoquaient des malformations congénitales lorsqu'il était administré aux femmes enceintes, l'inhibition de la formation de vaisseaux sanguins (anti-angiogenèse), ont suscité un intérêt pour l'utilité thérapeutique de la thalidomide dans d'autres domaines

Lors de la conférence annuelle de la Société européenne de génétique humaine dimanche, le professeur Miikka Vikkula, de l'Institut de Duve, Université catholique de Louvain, Bruxelles, Belgique, a présenté les résultats d'une étude sur l'utilisation de la thalidomide chez des patients atteints de malformations artério-veineuses graves (MAV). 

Ces résultats, publiés aujourd'hui dans Nature Cardiovascular Research , montrent une réduction frappante des symptômes et une amélioration subséquente de la qualité de vie.

Résumé de l'article : 

Pr Laurence M Boon

  • Division of Plastic Surgery, Center for Vascular Anomalies, Cliniques universitaires Saint-Luc, UCLouvain, VASCERN VASCA European Reference Centre, Brussels, Belgium
  • Human Molecular Genetics, de Duve Institute, UCLouvain, Brussels, Belgium

Pr Miikla Vikkula 
  • Division of Plastic Surgery, Center for Vascular Anomalies, Cliniques universitaires Saint-Luc, UCLouvain, VASCERN VASCA European Reference Centre, Brussels, Belgium
  • Human Molecular Genetics, de Duve Institute, UCLouvain, Brussels, Belgium
  • @MiikkaVikkula



"Les malformations artério-veineuses (MAV) sont des lésions à flux rapide qui peuvent être destructrices et sont les anomalies vasculaires les plus difficiles à traiter. L'embolisation suivie d'une résection chirurgicale est couramment utilisée; cependant, une résection complète est rarement possible et une résection partielle conduit souvent à une aggravation dramatique. L'accumulation de données implique une activité angiogénique anormale dans le développement des MAV. La thalidomide a été rapportée comme inhibiteur de la prolifération vasculaire. Nous rapportons ici une étude observationnelle expérimentale prospective testant les effets de la thalidomide, un inhibiteur de l'angiogenèse, sur 18 patients présentant une MAV sévèrement symptomatique réfractaire aux thérapies conventionnelles. Tous les patients ont connu une réduction rapide de la douleur, un arrêt des saignements et une cicatrisation de l'ulcère. L'insuffisance cardiaque a disparu chez les trois patients concernés. Une vascularisation réduite à l'artériographie a été observée chez deux patients. Une MAV semblait guérie après 19 mois de thalidomide et un suivi de 8 ans. Huit MAV étaient stables après un arrêt moyen de la thalidomide de 58 mois et quatre lésions ont récidivé après 11,5 mois. Le traitement combiné avec l'embolisation a permis une réduction de dose chez cinq patients avec une amélioration clinique. Les effets secondaires de grade 3 étaient dose-dépendants, y compris l'asthénie (n  = 2) et érythrodermie ( n  = 2).

Les résultats suggèrent que la thalidomide est efficace dans la prise en charge de la douleur chronique, des saignements et de l'ulcération des MAV étendues réfractaires au traitement conventionnel. D'autres études cliniques sont nécessaires pour confirmer l'innocuité et l'efficacité du traitement par la thalidomide dans la MAV."

MIIK1

MIIK2
Les MAV sont des enchevêtrements anormaux des vaisseaux sanguins reliant les artères et les veines qui altèrent le flux sanguin normal. Ils sont très douloureux et provoquent des saignements et des déformations de la partie du corps touchée ainsi que des problèmes cardiaques. Habituellement congénitaux, ils ne sont souvent perceptibles qu'à l'adolescence ou à l'âge adulte, au fur et à mesure que la personne grandit. Le traitement des cas graves repose généralement sur la chirurgie ou l'embolisation (l'injection d'un agent qui détruit les vaisseaux sanguins localement, induisant ainsi des tissus cicatriciels), bien que cela soit rarement totalement efficace et puisse aggraver les choses.

Certaines personnes atteintes de MAV peuvent mener une vie relativement normale, mais même dans les cas moins graves, il existe toujours un risque que les enchevêtrements anormaux de vaisseaux sanguins éclatent et provoquent un accident vasculaire cérébral lorsqu'ils se trouvent dans le cerveau. Environ un patient sur cent souffrant de MAV subit un accident vasculaire cérébral chaque année.

"Notre groupe étudie les causes des anomalies vasculaires depuis 30 ans", explique le professeur Vikkula. « Nous avons identifié plusieurs causes génétiques et avons pu montrer que certaines mutations activent la signalisation à l'intérieur des cellules de la paroi des vaisseaux sanguins et cela favorise la formation anormale de vaisseaux sanguins (angiogenèse). Cela nous a amenés à nous interroger sur la possibilité d'utiliser la thalidomide pour inhiber la formation anormale de vaisseaux sanguins.

Après avoir montré qu'une malformation vasculaire pouvait être corrigée dans un modèle murin, le Professeur Laurence Boon du Centre des Anomalies Vasculaires du CHU Saint Luc à Bruxelles, qui travaille en collaboration avec le Pr Vikkula depuis 30 ans, a recruté 18 patients atteints de MAV pour une étude de l'utilisation de la thalidomide dans leur état. Ils étaient âgés de 19 à 70 ans et tous avaient des malformations graves qui ne pouvaient pas être traitées par les approches conventionnelles. Les patientes devaient accepter d'utiliser une contraception pendant au moins quatre semaines avant de commencer la thalidomide et de continuer pendant quatre semaines après l'arrêt du traitement. La thalidomide étant présente dans le sperme, les hommes devaient également accepter d'utiliser des préservatifs lors des rapports sexuels.

Les patients ont reçu 50 mg, 100 mg ou 200 mg de thalidomide par jour pendant 2 à 52 mois. Huit MAV étaient stables après un arrêt moyen de la thalidomide de 54 mois et quatre ont récidivé après une durée moyenne de 11,5 mois. Le traitement combiné avec l'embolisation, où les artères ou les veines de la MAV sont bloquées par un agent qui détruit les cellules de la paroi vasculaire, a permis de réduire la dose de thalidomide à 50 mg par jour chez cinq patients. Il était important de réduire la dose dans la mesure du possible, explique le professeur Vikkula, car une dose plus élevée était associée à des effets secondaires, en particulier de la fatigue et une neuropathie périphérique, des lésions des nerfs situés à l'extérieur du cerveau et de la moelle épinière qui provoquent une faiblesse et un engourdissement, en particulier dans les mains et pieds.

"Tous les patients ont ressenti une réduction rapide de la douleur, ainsi que l'arrêt des saignements et la cicatrisation des ulcères là où ils étaient présents", explique le professeur Vikkula. « Les trois patients souffrant d'insuffisance cardiaque ont également vu leurs problèmes résolus, et une MAV est apparue complètement guérie après 19 mois de thalidomide et un suivi de huit ans.

« Nous savons que la thalidomide agit par l'intermédiaire du facteur de croissance de l'endothélium vasculaire (VEGF), une protéine de signalisation qui favorise la croissance de nouveaux vaisseaux sanguins. Les taux de VEGF sont élevés dans les anomalies vasculaires telles que les MAV et il est donc probable que la thalidomide réduise la signalisation via les voies favorisant l'angiogenèse. Bien que notre étude ne soit que de petite taille, les résultats sont convaincants et nous espérons qu'ils seront confirmés par des essais plus importants.

Un autre avantage de l'utilisation de la thalidomide dans le traitement des MAV est celui du coût. Deux autres médicaments, récemment mis au point pour être utilisés en oncologie, et testés pour traiter les MAV, coûtent jusqu'à douze fois plus cher, en plus d'avoir de nombreux effets secondaires.

"Nous avions émis l'hypothèse que la thalidomide devrait fonctionner chez ces patients, nos résultats n'ont donc pas été une surprise, mais c'était formidable d'avoir la confirmation clinique que nous avions raison", conclut le professeur Vikkula. "À notre avis, il s'agit d'une découverte révolutionnaire et fournit une base solide pour le développement de traitements moléculaires pour les MAV."

Le professeur Alexandre Reymond, président de la conférence, a déclaré: "Cette étude montre non seulement les avantages sanitaires et économiques de la réutilisation des médicaments - même les plus décriés - mais aussi comment la recherche génétique peut conduire à de véritables percées thérapeutiques pour des conditions difficiles à traiter et pénibles. .”

Commentaire

L'équipe de Laurence Boon et Miikka Vikkula font avancer  la science des malformations vasculaires
Une fois de plus une nouvelle piste thérapeutique 
FELICIATIONS à toute votre équipe ! 
Ce sont les malades qui sont les gagnants, grâce à vous,leurs maux peuvent s'atténuer
En combinant le traitement médical, les techniques d'embolisation voire de chirurgie les malformations artério veineuses seront un peu moins voire moins invalidantes

MERCI pour eux 

La cardiologie au féminin

Écrit par Jean Pierre LAROCHE le .

"Les femmes ont franchi le plafond de verre et se retrouvent de plus en plus dans les sièges du pouvoir." Aretha Franklin

« Je ne regarde jamais en arrière. Toujours droit devant. »
Steffi Graf

ARTICLE 1 : "LA CARDIOLOGUE"
Women leaders: transforming the culture in cardiology, 
http://orcid.org/0000-0001-8134-1787Parham Eshtehardi, Renee P Bullock-Palmer, Katia Bravo-Jaimes, Biykem Bozkurt, Sharmila Dorbala, Linda D Gillam, Cindy L Grines, Roxana Mehran, Jennifer H Miere8, Toniya Singh and Nanette K Wenger, Open Heart 2022;9:e001967, article libre d'accès 

Dr. Helen Taussig, professor emeritus of pediatrics at John Hopkins University, testifies before a senate committee about the distribution of the drug thalidomide after it was found to cause birth defects
Hellen Taussig
a persisté malgré la dyslexie, la surdité et la discrimination sexuelle. 
En 1924, elle était l'une des 10 femmes acceptées à la Johns Hopkins School of Medicine et a ensuite dirigé le développement du shunt Blalock-Taussig-Thomas et la fondation de la cardiologie pédiatrique. En 1965, elle devient la première femme présidente de l'American Heart Association (AHA), 41 ans après sa fondation. 

Plus de 50 ans plus tard, en 2020, un moment véritablement historique a eu lieu lorsque 10 femmes ont été élues présidentes de grandes sociétés cardiovasculaires. Le domaine de la cardiologie est traditionnellement dominé par les hommes. Malgré les contributions importantes des femmes aux soins aux patients et à la recherche en cardiologie, leur sous-représentation disproportionnée par rapport aux autres domaines de la médecine a entraîné un écart important en matière de recrutement et de promotion. 

Ceci, cependant, semble évoluer lentement, car la prise de conscience accrue de la nécessité d'attirer davantage de femmes vers la cardiologie a entraîné une légère augmentation du nombre de femmes en cardiologie (WIC). Les comités WIC de l'AHA et de l'American College of Cardiology (ACC) ont joué un rôle essentiel dans la direction de ces efforts visant à lutter contre les inégalités entre les sexes en cardiologie, dans le but de créer une main-d'œuvre inclusive et diversifiée. Nous avons interviewé des femmes leaders en cardiologie et les avons interrogées sur les lacunes et les obstacles ainsi que sur les possibilités de surmonter ces inégalités pour renforcer la représentation du WIC. Les comités WIC de l'AHA et de l'American College of Cardiology (ACC) ont joué un rôle essentiel dans la direction de ces efforts visant à lutter contre les inégalités entre les sexes en cardiologie, dans le but de créer une main-d'œuvre inclusive et diversifiée. Nous avons interviewé des femmes leaders en cardiologie et les avons interrogées sur les lacunes et les obstacles ainsi que sur les possibilités de surmonter ces inégalités pour renforcer la représentation du WIC. 

Que nous disent les statistiques sur le WIC ?

Selon le rapport de données sur les spécialités médicales de 2020, seulement 15 % des cardiologues adultes sont des femmes, et la cardiologie est classée 39e sur 47 spécialités en pourcentage de femmes. Bien qu'il y ait eu une augmentation significative du pourcentage de femmes dans les sous-spécialités de la médecine interne, la cardiologie a enregistré l'un des taux de croissance les plus faibles. En 2016, seulement 21 % des boursiers en cardiologie étaient des femmes contre 60 % des boursiers en rhumatologie.  Seuls 4 % des cardiologues interventionnels en 2016 étaient des femmes. Une enquête auprès des boursiers de l'ACC en formation a révélé que le très faible pourcentage de femmes en cardiologie interventionnelle est largement lié à la culture de la cardiologie interventionnelle. Au cours de la dernière décennie, il y a également eu une augmentation constante de la proportion globale de femmes parmi les professeurs à temps plein en médecine universitaire, les directeurs de département et les doyens des facultés de médecine. La cardiologie, cependant, accuse un retard par rapport aux autres spécialités de médecine interne en ce qui concerne le nombre de femmes qui accèdent à des postes de direction. Dans une analyse de 2014, les femmes étaient moins susceptibles que les hommes d'être professeures titulaires après avoir tenu compte de plusieurs facteurs connus pour influencer le rang du corps professoral. Alors qu'il y avait plus de femmes au poste de directeur de programme en 2019 qu'en 1992, seulement 5 % des chefs de division étaient des femmes, et leur représentation à ce poste n'a pas changé depuis 1992......

 

Commentaire et chiffres

Je vous conseille de lire cet article, édifiant sur la place aujourd'hui des femmes en cardiologie

Des chiffres : 7410 cardiologues en France en 2020, 28% de femmes......
https://www.profilmedecin.fr/contenu/chiffres-cles-medecin-cardiologue/ 


En 2016 aux USA , les femmes représentaient 46,4 % des diplômés des écoles de médecine américaines et 42,6 % des médecins résidents en médecine interne, mais seulement 21,5 % des boursiers en cardiologie générale et 12,6 % des cardiologues en exercice .Ce qui est encore plus décourageant, c'est que parmi les opérateurs qui effectuent des interventions coronariennes aux États-Unis, seulement 4,5 % sont des femmes
https://www.ahajournals.org/doi/10.1161/JAHA.120.019431

Tout ceci explique la sous représentation des femmes dans les études scientifiques en tant qu'expertes et en tant que patients.Tout cela explique par exemple que la pathologie CV soit sous estimée, sous diagnostqiuée et sous traitée chez les femmes, nous y reviendrons

En médecine vasculaire, nous avons la parité à 50% entre femmes et hommes. La Médecine Vasculaire est une jeune spécialité (2015), prochainement , les femmes vont être majoritaires et c'est tant mieux. En Juin 2021 on dénombrait actuellement 73 PU-PH (51 chirurgiens et 22 médecins) et 7 MCU-PH (4 chirurgiens et 3 médecins) sont rattachés à la sous-section 51-04 : chirurgie vasculaire, médecine vasculaire.

"Mais il existe  un 
plafond de verre existe au sein  des plus grands groupe hospitaliers français.Les critères de sélection universitaire devraient évoluer pour limiter le désavantage des femmes lié à un engagement familial plus important et à des attitudes moins centrées sur la compétition et la prise de risque"https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02503211/document



openhrt 2022 February 9 1 F1.largeLes 6 piliers d'une plus grande représentation des femmes en cardiologie.

plafond de verre 3

ARTICLE 2 : la FEMME "CARDIAQUE" 
Call to Action for Cardiovascular Disease in

Women: Epidemiology, Awareness, Access, and Delivery of Equitable Health Care: A Presidential Advisory From the American Heart Association, Nanette K Wenfer et Coll, Circulation. 2022;145:e1059–e1071
Appel à l'action pour les maladies cardiovasculaires chez les femmes : épidémiologie, sensibilisation, accès et prestation de soins de santé équitables : un avis présidentiel de l'American Heart Association

Combler les lacunes omniprésentes dans les connaissances et la prestation des soins pour réduire les disparités fondées sur le sexe et atteindre l'équité est fondamental pour l'engagement de l'American Heart Association à faire progresser la santé cardiovasculaire pour tous d'ici 2024.

Cet avis présidentiel sert d'appel à l'action pour l'American Heart Association et d'autres parties prenantes à travers le monde pour identifier et supprimer les obstacles à l'accès et à la qualité des soins de santé pour les femmes.

Un résumé concis et à jour des données existantes dans les domaines du risque et de la prévention, de l'accès et de la prestation de soins équitables, et de la sensibilisation et de l'éducation fournit un cadre pour examiner les lacunes dans les connaissances et les besoins de recherche essentiels à la réalisation de progrès significatifs pour la santé et le bien-être des toutes les femmes.

Les maladies cardiovasculaires restent aujourd'hui la cause la plus fréquente de décès chez les femmes et les hommes aux États-Unis  , comme c'était le cas il y a 30 ans. 

Au cours des 5 dernières décennies, des découvertes fondamentales et des études de recherche clinique ont révélé d'importantes différences biologiques entre les femmes et les hommes, ainsi que des différences dans leurs réponses respectives aux stress sociaux, environnementaux et comportementaux.

La sous-représentation des femmes dans tous les aspects de la recherche biologique (du laboratoire aux enquêtes sur la population) a retardé le rythme de ces découvertes et entravé une traduction efficace.
Par conséquent, le rôle des facteurs génétiques, moléculaires, cellulaires et physiologiques, y compris le sexe et le genre, les déterminants sociaux de la santé (DSS), les comportements, l'environnement et les politiques sur la santé des femmes commencent seulement à être compris.

Il est urgent de combler ces lacunes omniprésentes dans les connaissances et la prestation des soins afin de réduire les disparités fondées sur le sexe et de parvenir à l'équité. En tant que championne de l'équité en santé, l'American Heart Association (AHA) s'est engagée à faire progresser la santé cardiovasculaire pour tous d'ici 2024, notamment en dressant un tableau de la santé cardiovasculaire et en identifiant et en supprimant les obstacles à l'accès et à la qualité des soins de santé. Pour atteindre cet objectif, il faut faire progresser la découverte et la traduction, sensibiliser, responsabiliser et impliquer les communautés, et plaider sans relâche pour garantir l'accès aux soins de santé et une santé de qualité pour tous.

CALL
Prévalence de certains facteurs de risque cardiovasculaire chez les adultes américains. Prévalence des facteurs de risque cardiovasculaire chez les femmes et les hommes ( A ) et chez les femmes selon la race et l'origine ethnique ( B ). C , Prévalence du diabète chez les femmes et les hommes. D , Prévalence du cholestérol LDL élevé (>=130 mg/dL) chez les femmes et les hommes. E , Prévalence de l'hypertension chez les femmes et les hommes. F , Prévalence du surpoids et de l'obésité chez les femmes et les hommes. Les barres pleines indiquent les données de prévalence pour les femmes américaines ; les barres vides indiquent la prévalence chez les hommes américains. LDL indique une lipoprotéine de basse densité ; et NH, non hispanique. Adapté de Virani et al. 1Copyright (C) 2021 American Heart Association, Inc. *Remarque : La cohorte hispanique décrite dans cette figure est composée principalement d'Américains d'origine mexicaine.
De : Wenger : Circulation, Volume 145(23).07 juin 2022.e1059-e1071

cir.0000000000001071.fig03

Appel à l'action pour réduire les risques et le fardeau des maladies cardiovasculaires (MCV) chez les femmes.
De : Wenger : Circulation, Volume 145(23).07 juin 2022.e1059-e1071

Ce document passe en revue les défis persistants et les opportunités émergentes pour atteindre la santé cardiovasculaire et l'équité en matière de santé pour toutes les femmes. L'AHA et ses partenaires s'engagent depuis longtemps dans l'optimisation de la santé cardiovasculaire des femmes tout au long de leur vie. L'intention de ce document est de galvaniser un appel à l'action et de délimiter les éléments essentiels du cheminement vers l'équité en santé ( Figure 3 ). Il s'agit notamment des éléments suivants :

  • Des campagnes de sensibilisation qui sont culturellement sensibles et appropriées avec des traductions pour les publics appropriés doivent être déployées en synergie pour identifier les maladies cardiovasculaires comme la plus grande menace pour la santé des femmes [guillemet simple virgule] et l'éducation doit mettre l'accent sur les avantages étendus de la prévention (80 % -90 % des maladies cardiovasculaires sont évitables) et l'optimisation de la santé cardiovasculaire à vie.

    En France le BUS du COEUR des FEMMES.

    15 busducoeur


  • Pour optimiser la prévention et les soins cliniques, une collaboration interdisciplinaire entre les cardiologues, les neurologues vasculaires, les cliniciens de soins primaires, les obstétriciens-gynécologues et d'autres professionnels de la santé concernés est nécessaire pour améliorer la reconnaissance du risque de MCV chez les femmes tout au long de la vie et améliorer la mise en œuvre de stratégies holistiques de réduction des risques. La formation clinique doit souligner l'importance des facteurs de risque spécifiques ou prédominants chez la femme. Les calculateurs de risque doivent intégrer des mesures quantitatives du risque chez les femmes pour une utilisation tout au long de la vie (visites de puits pendant l'enfance et l'adolescence, visites préconceptionnelles, gestationnelles et post-partum, et visites de soins primaires et gynécologiques).

  • Un recueil de recherches axé sur les femmes et les maladies cardiovasculaires a été publié en 2022.Les ressources seront essentielles pour plaider sans relâche en faveur de la recherche fondamentale, translationnelle, clinique, démographique et de mise en œuvre sur la prévention et le traitement des maladies cardiovasculaires et des accidents vasculaires cérébraux chez les femmes de tous âges, en mettant particulièrement l'accent sur les populations sous-financées et les opportunités très gratifiantes d'améliorations tout au long de la vie. dans la santé cardiovasculaire dès le plus jeune âge. Il sera important de veiller à ce que les études animales incluent des souris femelles avec une stratégie et un plan pour évaluer et diffuser les résultats de toutes ces études dans leur ensemble. Une attention et une priorité supplémentaires doivent être accordées à la garantie que les études scientifiques fondamentales et liées aux omiques utilisent et comparent les cellules individuelles, les lignées cellulaires, les cellules souches et les organoïdes femelles et mâles. L'élaboration de stratégies visant à accroître la participation de diverses populations de femmes aux essais cliniques sera un objectif clé,60 tout comme la participation croissante des femmes plus jeunes et plus âgées.

  • Engager les communautés à optimiser la santé cardiovasculaire tout au long de la vie : les exemples incluent, mais sans s'y limiter, les programmes scolaires qui impliquent les parents et responsabilisent les familles ; rencontrer les groupes sous-représentés là où ils se trouvent au sein des communautés ; faisant appel à nos partenariats avec des communautés religieuses, des salons de coiffure et d'autres groupes. Les départements et les écoles de santé publique doivent être activement engagés et soutenus pour favoriser l'intégration de la santé publique et des soins primaires.

  • Le plaidoyer en faveur de politiques publiques et d'interventions législatives doit se concentrer sur la DSS, y compris l'accès à des aliments sains et la sécurité alimentaire, des espaces sûrs pour l'activité physique, un air intérieur et extérieur pur et l'accès à des soins de haute qualité pour la prévention et le traitement.

  • Des systèmes de surveillance des maladies cardiovasculaires sont nécessaires pour évaluer les progrès et fournir une rétroaction aux principales parties prenantes. Sous les auspices de l'AHA, les éléments constitutifs d'une surveillance efficace des maladies et des facteurs de risque ont été définis.  Nous devons tirer parti des technologies numériques innovantes pour saisir des paramètres de prévention, de résultats et de prestation de soins. Les plateformes de données nationales telles que Research Goes Red sont particulièrement bien placées pour suivre les événements du parcours de vie indépendamment de l'emplacement géographique et seront essentielles à cet égard.

ARTICLE 3 : le saviez vous ? 
Early Coronary Atherosclerosis in Women With Previous Preeclampsia,  Maria G. Hauge et Coll, JACC 2020, Volume 79, Numéro 23 , 14 juin 2022 , Pages 2310-2321
https://www.jacc.org/doi/10.1016/j.jacc.2022.03.381
Athérosclérose coronarienne précoce chez les femmes ayant des antécédents de prééclampsie


Les femmes ayant des antécédents de prééclampsie ont un risque accru de maladie coronarienne plus tard dans la vie.

Objectifs
Cette étude visait à déterminer la prévalence de l'athérosclérose coronarienne chez les jeunes femmes ayant des antécédents de prééclampsie par rapport aux femmes de la population générale.

Méthodes
Les femmes âgées de 40 à 55 ans ayant des antécédents de prééclampsie ont été appariées 1:1 sur l'âge et la parité avec les femmes de la population générale. Les participants ont rempli un questionnaire détaillé, un examen clinique et une angiographie coronarienne par tomodensitométrie (CTA). Le principal résultat de l'étude était la prévalence de toute athérosclérose coronarienne sur CTA coronaire ou un score calcique > 0 en cas de CTA coronaire non diagnostique.
 
Résultats
Au total, 1 417 femmes, d'âge moyen 47 ans, ont été incluses (708 femmes ayant des antécédents de prééclampsie et 709 sujets témoins issus de la population générale). Les femmes ayant des antécédents de prééclampsie étaient plus susceptibles de souffrir d'hypertension (284 [40,1 %] contre 162 [22,8 %] ; P < 0,001), de dyslipidémie (338 [47,7 %] contre 296 [41,7 %] ; P = 0,023), de diabète sucré ( 24 [3,4 %] vs 8 [1,1 %] ; P = 0,004) et un indice de masse corporelle élevé (27,3 ± 5,7 kg/m 2 vs 25,0 ± 4,2 kg/m 2 ; P < 0,001). Une tomodensitométrie cardiaque a été réalisée chez toutes les femmes. La prévalence de toute athérosclérose coronarienne était plus élevée dans le groupe prééclampsie (193 [27,4 %] vs 141 [20,0 %] ;P = 0,001) avec un OR : 1,41 (IC 95 % : 1,08-1,85 ; P = 0,012) après ajustement sur l'âge, la dyslipidémie, le diabète sucré, le tabagisme, l'indice de masse corporelle, la ménopause et la parité.
 
Conclusion
Les femmes plus jeunes ayant des antécédents de prééclampsie avaient une prévalence légèrement plus élevée d'athérosclérose coronarienne par rapport aux femmes appariées selon l'âge et la parité de la population générale. La prééclampsie est restée un facteur de risque indépendant après ajustement sur les facteurs de risque cardiovasculaires traditionnels. (L'étude COPENHAGEN PREeClampsia and cardIOvascUlar disSease [CPH-PRECIOUS] ; NCT03949829 )
 
1 s2.0 S0735109722047507 fx1


Commentaire

"Les femmes leaders changent le visage de la médecine cardiovasculaire, améliorent la culture à prédominance masculine de la cardiologie, réduisent les inégalités sur le lieu de travail et mettent au défi nos entités professionnelles, y compris les universités, l'industrie et les organisations de recherche professionnelle et clinique, de poursuivre l'héritage de Taussig et de démontrer que notre diversité est notre force" Sur le plan pratique , les affections CV chez la femme sont sous estimées, sous évaulées, sous diagnotiquées et sous traitées.

CIAURDES
Des opérations grands publiques comme le "BUS du COEUR des FEMMES" montrent l'exemple.

Après avoir créé le fonds de dotation Agir pour le Coeur des Femmes en mai 2020, le Pr Claire Mounier-Vehier et Thierry Drilhon ont lancé le Bus du Coeur des Femmes à la rentrée 2021

Le Parcours Coeur Arteres Femmes 30 1


Pr Claire Mounier Véhier : "les maladies cardio-vasculaires sont devenues en plus de 30 ans la première cause de mortalité chez les femmes en France, véritable épidémiologique s’explique par une modification de leurs habitudes de vie ainsi que par la méconnaissance desspécificités féminines du risque cardiovasculaire, entrainant des inégalités de prise en charge. Certains facteurs de risque sont aussi plus délétères chez la femme, comme l’HTA, le tabac, le diabète, le stress sont également exposées à des facteurs de risque hormonaux (principalement la contraception, la grossesse et la ménopause). A l’inverse, une hygiène de vie optimisée est extrêmement efficace chez la femme."....

Complément d'infos sur le BUS du COEUR des FEMMES
https://www.agirpourlecoeurdesfemmes.com/agir/media/Les-Bus-du-Coeur
https://www.youtube.com/watch?v=HXB1a6zNv0I&t=4s&ab_channel=AgirpourleCoeurdesFemmes
https://www.portailvasculaire.fr/espace-sfmv/actualite/le-bus-du-coeur-des-femmes
https://medvasc.info/1516-entretien-avec-le-pr-claire-mounier-v%C3%A9hier-le-c%C5%93ur-des-femmes
https://medvasc.info/1461-avc-chez-la-femme-une-in%C3%A9galit%C3%A9-de-plus
https://medvasc.info/1527-entretien-avec-l-auteur-gr%C3%A9goire-detrich%C3%A9-aomi-femme




A lire

Mon combat pour le coeur des femmes 33 1

carotide asymptomatique : post chirurgie

Écrit par Jean Pierre LAROCHE le .


« Je trouve toujours intéressants les rapports qui concluent que quelque chose n'est pas arrivé ; parce que, comme chacun sait, il y a le connu connu, c’est à dire les choses que nous savons que nous savons ; nous savons aussi qu'il y a l'inconnu connu, c’est à dire les choses que nous savons que nous ne savons pas ; mais il y a aussi l'inconnu inconnu — les choses que nous ne savons pas que nous ne savons pas. Or si l'on examine l'histoire de notre pays, et d'autres pays libres, c'est dans cette dernière catégorie que se trouvent les cas difficiles. » Donald Rumsfeld , belle citation qui résume parfaitement la question de la sténose carotidienne asymptomatique

"Une sténose carotide asymptomatique est donc définie comme sans aucun antécédent neurologique déficitaire focalisé, hémisphérique ou oculaire, dans le territoire homolatéral à la sténose dans les 4 à 6 mois précédents." François Becker

Reamarque préliminaire : 

Sténose carotidienne asymptomatique
Jean Louis MAS in Traité de Médecine Vasculaire 2021, Elsevier Masson


"La prévalence des sténoses carotidiennes augmente avec l'âge. Elle varie de 0,2 % chez les sujets âgés de moins de 50 ans à 7,5 % pour les sténoses modérées (50–69 %) et 3,1 % pour les sténoses serrées (70–99 %) chez les plus de 80 ans avec, à âge égal, une prédominance masculine . La prévalence des sténoses carotidiennes est plus importante chez les patients ayant des facteurs de risque vasculaire (hypertension artérielle, tabac, diabète et hypercholestérolémie)  Enfin, ces sténoses sont plus fréquentes chez les patients ayant une autre localisation de l'athérosclérose. Leur prévalence est de 12 % à 38 % en cas d'artériopathie des membres inférieurs [8] et de 4 à 13 % en cas de coronaropathie  pour les sténoses d'au moins 50 %. Les sténoses carotidiennes extracrâniennes sont responsables d'environ un infarctus cérébral sur dix.

Le caractère asymptomatique d'une sténose carotidienne est habituellement défini par l'absence d'infarctus cérébral ou d'accident ischémique transitoire (AIT) en rapport avec cette sténose au cours des 6 mois précédents. Cette définition se justifie par le fait qu'après un infarctus cérébral ou un AIT, le risque de récidive d'infarctus cérébral décroît pour atteindre en quelques semaines un risque proche de celui d'une sténose n'ayant jamais provoqué d'accident ischémique cérébral. La définition est aussi purement clinique. La découverte fortuite d'un infarctus cérébral silencieux en aval d'une sténose sur un scanner ou une IRM cérébrale ne doit pas faire considérer la sténose comme symptomatique et enclencher une prise en charge urgente, même si la découverte de cette lésion silencieuse apporte des informations d'ordre pronostique"
STECARO11
Incidence of Ischemic Stroke in Asymptomatic Severe Carotid Stenosis,Chang RW, Tucker LY, Rothenberg KA, et al., Incidence of Ischemic Stroke in Patients WithAsymptomatic Severe Carotid Stenosis WithoutSurgical Intervention. JAMA2022;327:1974-1982
Incidence de l'AVC ischémique dans la sténose carotidienne sévère asymptomatique

https://www.acc.org/Latest-in-Cardiology/Journal-Scans/2022/05/26/14/11/Incidence-of-Ischemic-Stroke

Points importants

  • Il existe une incertitude quant à la supériorité de la prise en charge médicale ou de l'intervention chirurgicale (endartériectomie carotidienne ou stenting carotidien) en cas de sténose carotidienne asymptomatique sévère (70-99%).
  • Cette incertitude est due en partie à l'amélioration de la thérapie médicale moderne, qui peut être associée à un taux plus faible d'accidents vasculaires cérébraux ischémiques liés à une maladie carotidienne par rapport aux données d'études plus anciennes.
  • Les chercheurs de cette étude rétrospective ont cherché à définir le risque d'accident vasculaire cérébral ischémique parmi une cohorte plus contemporaine de patients atteints de sténose carotidienne asymptomatique sévère identifiée entre 2008 et 2012.
  • Parmi 3 737 patients avec ≥ 1 carotide asymptomatique sévèrement sténosée, le risque annuel d'AVC ischémique ipsilatéral était faible, à environ 1 %.

Question :

Quel est le risque à long terme d'AVC ischémique ipsilatéral chez les patients présentant une sténose carotidienne asymptomatique sévère ?

Méthodes :

Les patients inclus dans cette analyse rétrospective présentaient une sténose de 70 à 99 % de ≥ 1 artère carotide identifiée entre 2008 et 2012 et n'avaient aucun antécédent d'accident ischémique transitoire (AIT)/AVC au cours des 6 mois précédents. Si un patient avait une sténose sévère asymptomatique bilatérale, chaque artère était évaluée indépendamment. Le critère de jugement principal était l'AVC ischémique aigu ipsilatéral à la carotide sévèrement sténosée.

Résultats:

Un total de 4 230 artères présentant une sténose sévère asymptomatique chez 3 737 patients ont été incluses dans l'analyse finale : 133 (3,1 %) AVC ischémiques liés à la carotide sont survenus chez 129 (3,5 %) patients sur 4,1 années moyennes de suivi. Le taux annuel d'AVC ipsilatéral était de 0,9 % (intervalle de confiance à 95 %, 0,7-1,2 %).

Conclusion :

Dans cette étude rétrospective de patients présentant une sténose carotidienne asymptomatique sévèrement sténosée sans intervention chirurgicale, le risque annuel d'AVC ipsilatéral était d'environ 1 %.

Perspective:

Il n'est pas certain que la prise en charge médicale ou l'intervention chirurgicale (endartériectomie carotidienne ou stenting carotidien) soit supérieure chez les patients présentant une sténose carotidienne asymptomatique sévère. 

stecaro1

Dans cette étude rétrospective, le risque annuel d'AVC lié à la carotide chez ces patients n'était que d'environ 1 %.
 

Compte tenu de ce faible risque annuel, le taux de complications d'une intervention chirurgicale pour une maladie asymptomatique devrait être extrêmement faible pour fournir un profil risque-bénéfice favorable. 

L'essai multicentrique CREST-2 en cours de recrutement (NCT02089217), dans lequel les patients atteints de sténose carotidienne sévère asymptomatique sont randomisés pour recevoir un traitement médical plutôt qu'une intervention, aidera à clarifier la meilleure approche pour ces patients.

CREST 2 : Revascularisation carotidienne et prise en charge médicale de l'essai sur la sténose carotidienne asymptomatique (CREST-2);  Identifiant ClinicalTrials.gov : NCT02089217

Résumé :

La revascularisation carotidienne pour la prévention primaire des accidents vasculaires cérébraux (CREST-2) est constituée de deux essais contrôlés randomisés multicentriques indépendants sur la revascularisation carotidienne et la prise en charge médicale intensive par rapport à la prise en charge médicale seule chez des patients présentant une sténose carotidienne asymptomatique de haut grade. Un essai randomisera les patients selon un ratio 1:1 entre l'endartériectomie et l'absence d'endartériectomie et un autre randomisera les patients selon un ratio 1:1 entre l'endoprothèse carotidienne avec protection embolique versus l'absence d'endoprothèse. La prise en charge médicale sera uniforme pour tous les groupes de traitement randomisés et sera centralisée.

Commentaire

De nouvelles preuves liées aux préjudices liés aux procédures provenant des bases de données nationales et des registres chirurgicaux contemporains ont signalé des taux de complications ; cependant, leurs biais de sélection et de mesure restent de sérieuses préoccupations. La grande variation signalée dans les taux de complications peut être attribuable à la sélection du patient et du chirurgien/opérateur. Bien qu'il y ait eu peu de nouveaux essais examinant l'efficacité comparative de la revascularisation par rapport au meilleur traitement médical contemporain seul, le CREST-2 en cours ( NCT02089217 , date d'achèvement estimée de décembre 2022), ECST-2 ( ISRCTN97744893 , date d'achèvement estimée de mars 2022), et les essais ACTRIS ( NCT02841098 , date d'achèvement estimée en décembre 2025) viendront s'ajouter à cette base de données probantes sur le traitement de la sténose asymptomatique de l'artère carotide à l'avenir.

Donc wait and see. La découverte d'une  sténose carotidienne asymptomatique de 60 à  70% nécessite la prise en compte de plusieurs paramètres : 

Sténose carotide asymptomatique : quels patients pourraient bénéficier de la chirurgie ? 

< 75 ans, espérance de vie > 5 ans
 Homme > Femme
Sténose  ≥ 70% NASCET
 Infarctus cérébral ipsilatéral silencieux (type embolique)
 Diminution de la réserve circulatoire cérébrale
 Progression de la sténose avec traitement médiacl optimal suivi

STECARO5STECARO4
Les souhaits du patient et de son entourage
 Signaux micro-emboliques au DTC
 Structure de la plaque : IRM, ultrasons, PET, …
 Biomarqueurs circulants


En rouge nécessité d'une validation

RCP NEURO VASCULAIRE avant prise de décision pour les sténoses carotidienne asymptomatique

En pratique , découverte d'une sténose carotidienne asymptomatique >/= 70% (NASCET) 

- s'assurer que sue le plan clinique que cette sténose est vraiment asymptomatique, attention à l'AIT passé inaperçu (interrogatoire, toujours et encore)
- S'assurer que la correction des FDRCV est effective
- S'assurer ou prescrire un traitement médical OPTIMAL : Statine, AAP, IEC
- Expliquer au patient les raions de votre décision

- Faut il prescrire un angio scanner : pas systématiquement, au cas par cas, sténose dont la quantification en écho Doppler pose problème
- Faut-il prescrire une IRM cérébrale afin de "rendre la sténose asymptomatique en sténose symptomatique " ?
- Suivi écho Doppler tous les 6 mois, une évolutivité de la sténose peut être un argument pour intervenir ainsi que des modifications de la structure de la plaque 
- Une occlusion carotidienne contro latérale nécessite un avis en RCP Neuro Vasculaire
- DEMAIN l'IA devrait nous apporter des réponses quant à la vulnérabilité de la plaques.

La sténose carotidienne ASYMPTOMATIQUE  alimente la controverse depuis de nombreuses années....jusqu'à quand ?

La sagesse et la prudence  : 
"La valeur ajoutée de la revascularisation des sténoses carotides asymptomatiques par rapport au traitement médical moderne est incertaine. Elle est en cours de réévaluation dans des essais randomisés. En attendant les résultats de ces études, la décision d’une revascularisation carotide ne semble devoir être envisagée que chez des patients ayant des caractéristiques cliniques et en imagerie associées à un risque plus élevé que la moyenne d’infarctus cérébral ipsilatéral, ayant une espérance de vie permettant d’envisager un réel bénéfice du traitement et ayant été informés des risques d’infarctus cérébral ipsilatéral sous traitement médical seul, ainsi que des risques et des incertitudes sur les bénéfices de la revascularisation par chirurgie ou stenting carotide."https://www.realites-cardiologiques.com/2017/02/15/stenoses-carotides-asymptomatiques/

Le mot de la fin à François Becker  
"L’écho-Doppler cervical et transcrânien a un rôle majeur à jouer mais à condition qu’on arrête de dire «ah mais, c’est opérateur-dépendant ! », à condition que le but de cet examen aille bien au-delà de sténose < ou > 50%, à condition qu’on sache utiliser toutes les possibilités de l’EDC et de l’EDTC pour dire risque standard ou haut-risque neurovasculaire ipsilatéral.
Dans le cas contraire je crois que l’EDC n’aura bientôt, n’a peut-être déjà, plus d’intérêt dans les sténoses carotides asymptomatiques.

Enfin si demain on se met véritablement à vouloir faire des économies de santé, peut-être qu’on misera tout sur le TMO (traitement médical optimal) chez les patients avec des facteurs de risque vasculaires, avec un traitement gradué en fonction du risque, sans chercher à savoir si les patients ont telles ou telle lésions ou sténoses......"

https://medvasc.info/1425-entretien-fran%C3%A7ois-becker-21-10-21-st%C3%A9nose-carotidienne-asymptomatique




LDL, too low ?

Écrit par Jean Pierre LAROCHE le .

"Nous souhaitons la vérité, et ne trouvons en nous qu'incertitude." Blaise Pascal

« La découverte est le fruit de longues méditations. »
Lavoisier

J Kleinke, dans la revue américaine Health Affairs, écrit « le coût de l’innovation est le prix du progrès"

Remarque préliminaire : "Le développement d’un médicament suit un parcours long et balisé. Plus d’une décennie s’écoule entre la découverte par un chercheur d’une « cible thérapeutique » (une protéine, un gène, etc. lié à une maladie) et la commercialisation d’un médicament. Les étapes de tests nécessaires à cette mise sur le marché sont bien codifiées et réglementées. Elles exigent un investissement considérable en temps et en ressources pour tout laboratoire pharmaceutique."
newmolomo
https://www.synergielyoncancer.fr/les-enjeux/le-parcours-du-medicament

aodrivaro

L'exemple du rivaroxaban 

Low Levels of Low-Density Lipoprotein Cholesterol, Intracerebral Hemorrhage, and Other Safety Issues: Is There Still a Matter of Debate?

Pierre Sabouret, Denis Angoulvant, Christopher P. Cannon, Maciej Banach
European Heart Journal Open, oeac038, https://doi.org/10.1093/ehjopen/oeac038 Published: 07 June 2022
Faibles niveaux de LDL , hémorragie intracérébrale et autres problèmes de sécurité : y a-t-il encore matière à débat ?

 
"Bien que certaines études observationnelles suggèrent une association potentielle de faibles niveaux de cholestérol à lipoprotéines de basse densité (LDL-C) avec une hémorragie intracérébrale (ICH), ces analyses ont des problèmes de confusion lorsque d'autres facteurs (p. ex., âge avancé, fragilité) qui expliquent probablement le résultats, et le nombre d'événements était très faible.

Des résultats plus récents d'essais cliniques randomisés n'ont pas révélé de risque accru d'ICH, notamment des essais utilisant des inhibiteurs de PCSK9 qui atteignent de très faibles niveaux de LDL-C, mais également dans le suivi à long terme de l'essai IMPROVE-IT. De plus, d'autres problèmes de sécurité associés aux statines, y compris le diabète d'apparition récente (NOD) et le risque de cancer ne devraient pas être la raison de l'arrêt des statines, en particulier pour le premier, les avantages l'emportent largement sur le risque (même 5x), et pour le second il y a aucun lien confirmé suggérant une augmentation du risque, à l'opposé, il existe des données suggérant les avantages du traitement par statine dans la prévention du cancer.

De plus, l'utilisation de stratégies intensives de réduction des lipides avec des statines et des médicaments autres que les statines entraîne une diminution des événements cardiaques indésirables majeurs ischémiques (MACE), sans problème de sécurité, dans une grande population de patients atteints de maladie cardiovasculaire athéroscléreuse (ASCVD). Ces données devraient promouvoir le concept "le plus tôt, le plus bas, le plus longtemps, le mieux" pour la gestion des lipides des patients ASCVD.

Bien que peu d'incertitudes subsistent dans plusieurs populations qui ont été sous-représentées dans les essais cliniques (patients afro-américains et asiatiques, personnes de faible poids), les données les plus récentes sur la réduction intensive du LDL-C avec les inhibiteurs de PCSK9 rassurent sur le fait que le bénéfice l'emporte sur tout risque éventuel."

Commentaire

Article rassurant qui doit rassurer les septiques.

Les connaissances sur le rôle de PCSK9 dans différents tissus se sont accumulées depuis sa découverte en 2003. L'intervention thérapeutique dans la voie PCSK9 a abouti à la mise en œuvre réussie d'un nouveau groupe de médicaments dans le traitement hypolipidémiant, ce qui a considérablement amélioré le pronostic des patients à très- risque cardiovasculaire élevé. Depuis lors, de nouveaux aspects de PCSK9 fonctionnant dans des tissus sélectionnés, par exemple les vaisseaux artériels, le sang, le tractus gastro-intestinal, le SNC et les reins, ont été décrits. De plus, il semble que PCSK9 puisse jouer un rôle important dans l'initiation d'autres morbidités. L'observation que PCSK9 est impliqué dans la physiopathologie de l'inflammation, des maladies cardiaques, de l'athérosclérose, du syndrome néphrotique, de la stéatose hépatique, des infections, et les métastases cancéreuses pourraient avoir une influence positive sur l'approche thérapeutique de ces maladies à l'avenir. Néanmoins, d'autres études sont nécessaires pour bien comprendre le fonctionnement de PCSK9 dans les cellules humaines avant que de nouvelles thérapies interférant avec PCSK9 puissent être introduites.

Nouveau médicament = nouveau débat, une constante dans l'exercice de la médecine. Immédiatement il y a les POUR et les CONTRE avant toute prescription. Pour les patients c'est pareil : "vous êtes sûr que......" Ce qu'il faut rappeler ,les nouvelles molécules qui arrivent sur le marché sont tester en amont de nombreuses années. Il faut faire confiance à l'AMM et ensuite voire si parmi vos patients , qui pourrait en bénéficier. La lecture des articles médicaux sur cette nouvelle molécule est vivement conseillé. Face à un nouveau médicament avoir une réflexion médico-économique, avoir fait l'effort d'une lecture critique de la littérature médicale sur cette nouvelle molécule.

L'innovation thérapeutique en France est à la "recherche de sa recherche" .

"Les autorités de santé ne peuvent que se réjouir ,si en autorisant le remboursement d’un nouveau médicament, elles permettent de sauver des vies, mais encore faut-il que le prix auquel elles le remboursent reflète le progrès thérapeutique espéré, ce qui n’est pas toujours  la règle aujourd’hui.

" Recommandation 1. Augmenter les fonds publics alloués à la recherche fondamentale et poursuivre les efforts visant à renforcer les collaborations entre les universités et les start-ups.

Recommandation 2. Réserver les financements publics aux essais cliniques avec des normes élevées de preuve scientifique.

Recommandation 3. Au niveau européen, permettre l’élaboration de contrats dont la durée de l’exclusivité commerciale varie en fonction du degré d’innovation du médicament.

Recommandation 4. Pour certaines pathologies jugées prioritaires, lancer des concours d’innovations pharmaceutiques, et s’engager à l’avance de manière crédible à en financer le montant. Ces appels d’offres doivent être concertés entre États membres  pour être efficaces et attractifs pour les entreprises, et pour éviter le resquillage entre les pays.

Recommandation 5. Améliorer la cohérence des règles de fixation du prix en France et permettre leur évolution sur la base des données en vie réelle. Encourager l’expérimentation de contrats de rémunération à la performance et d’autres nouveaux modes de fixation des prix.

Recommandation 6. Soutenir l’initiative du European Health Data Space, pour un partage de données au niveau européen afin de développer la recherche et l’évaluation de nouveaux médicaments par les agences de santé. Poursuivre le travail d’ouverture des données au sein du Health Data Hub au niveau national.

Recommandation 7.
Mettre en place un interlocuteur unique pour les porteurs d’innovation, afin d’améliorer la cohérence et fluidifier les exigences des différentes institutions impliquées dans le développement d’un nouveau médicament.

Recommandation 8.
Évaluer l’efficacité des dernières mesures visant à favoriser la substitution vers les génériques (LFSS 2019) afin de faire jouer la concurrence et de libérer le budget pour les dépenses en médicaments innovants.

Au total, la France souffre d’une série de dysfonctionnements dans le domaine pharmaceutique, qui lui ont fait perdre des places dans la course internationale à l’innovation.

Des initiatives récentes comme la Loi pour la recherche et le 4e volet du Programme investissement avenir (PIA) répondent aux besoins d’investir davantage dans la recherche. Il convient toutefois d’aller encore plus loin dans la réduction de la complexité du millefeuille administratif, le rapprochement du monde de la recherche fondamentale et de la recherche appliquée et la meilleure exploitation des données pour tenir compte de la valeur des traitements dans la gestion économique afin de définir un socle de mesures favorables à l’innovation dans ce secteur important."

https://www.cairn.info/revue-notes-du-conseil-d-analyse-economique-2020-8-page-1.htm

La France a fait le choix de ne pas limiter l’accès à l’innovation médicale, se privant par là-même de mettre en relation progrès thérapeutique et montant de dépense consentie. Jusqu’à quand?"

https://www.cairn.info/revue-apres-demain-2012-2-page-16.htm

Pour ce qui est des anti PCSK9 , comme les iGLP2, le nombre de vies sauvées n'est plus à calculer, c'est un fait indéniable.

Un anti-PCSK9 un  nouveau traitement efficace, à réserver dans le domaine de la médecine vasculaire aux patients présentant une athérothrombose associée à l'absence de maîtrise sur le LDL malgrè une association STATINE forte dose et EZETIMIDE. Cela concerne les patients qui ont corrigé les FDRCV, et qui n'atteignent pas la cible d'un LDL< 0.55, prescription encadrée de 3° intention, prise en charge soumise à une demande d'accord préalable

"L’innovation dans le domaine des médicaments est un parcours semé d’embûches, un coût et un risque financier majeur pour les entreprises qui en sont les promoteurs, mais c’est aussi un véritable investissement pour nos sociétés."

https://www.cairn.info/revue-les-tribunes-de-la-sante1-2004-1-page-47.htm

A lire : 

https://medvasc.info/1445-anti-pcsk9-per-os
https://medvasc.info/1630-anti-psk9-cochrane

Covid-19 Thrombose et décès

Écrit par Jean Pierre LAROCHE le .

" La Covid-19 se déverse dans le monde en ce XXIe siècle semblable au réseau internet. Que cherche-t-il ? Est-il signe de solidarité universelle ? " Nacira Boukli-Hacene

"Le mot « crise » en Chinois est représenté par deux idéogrammes qui signifient danger et opportunité. Il y a toujours dans une crise la possibilité de changer, de s'ouvrir à autre chose, d'en comprendre les causes et d'essayer d'en tirer les conséquences. Elle peut être une prise de conscience qui nous permet de vivre autrement, tant au niveau individuel que collectif." Férdéric Lenoir

Venous or arterial thrombosis and deaths among COVID-19 cases: a European network cohort study,
Burn E et Coll, Lancet Infect Dis 2022
Published Online May 13, 2022 https://doi.org/10.1016/ S1473-3099(22)00223-7
Thrombose veineuse ou artérielle et décès parmi les cas de COVID-19 : une étude de cohorte en réseau européen
Libre d'accès 
 

Contexte

Il existe peu de données sur l'incidence de la thrombose parmi les cas de COVID-19, la plupart des recherches se concentrant sur les patients hospitalisés. L'objectif était d'estimer l'incidence de la thromboembolie veineuse, (MTEV) de la thromboembolie artérielle et des décès parmi les cas de COVID-19 et d'évaluer l'impact de ces événements sur les risques d'hospitalisation et de décès.

Méthodes

Cette étude de cohorte en réseau distribué a utilisé des dossiers de soins primaires des Pays-Bas, d'Italie, d'Espagne et du Royaume-Uni, et des dossiers de spécialistes ambulatoires d'Allemagne. 

La base de données espagnole était liée aux admissions à l'hôpital. Les participants ont été suivis à partir de la date d'un diagnostic de COVID-19 ou d'un test RT-PCR positif pour le SRAS-CoV-2 (date index) pendant 90 jours. Les principaux critères de jugement de l'étude étaient les événements thromboemboliques veineux, les événements thromboemboliques artériels et le décès, tout au long des 90 jours à compter de la date index. Nous avons estimé les incidences cumulées pour les résultats de l'étude. Des modèles multi-états ont été utilisés pour calculer les rapports de risque (HR) ajustés pour l'association entre la survenue d'une MTEV ou d'une thromboembolie artérielle et les risques d'hospitalisation ou de décès par COVID-19.

Résultats

THRTCOVDECESTHRCOVIDE2THRCOVDE3

Dans l'ensemble, 909 473 cas de COVID-19 et 32 ​​329 patients hospitalisés avec COVID-19 le 1er septembre 2020 ou après ont été étudiés. Les dernières dates d'index dans les bases de données allaient du 30 janvier 2021 au 31 juillet 2021.

L'incidence cumulée sur 90 jours de la thromboembolie veineuse variait de 0,2 % à 0,8 % parmi les cas de COVID-19, et jusqu'à 4-5% pour les personnes hospitalisées.

COCITHART 

Pour la thromboembolie artérielle, les estimations allaient de 0,1 % à 0,8 % parmi les cas de COVID-19, augmentant à 3,1 % parmi les personnes hospitalisées

Le taux de létalité variait de 1,1 % à 2,0 % chez les patients atteints de COVID-19, passant à 14,6 % chez les patients hospitalisés.

 La survenue d'une thromboembolie veineuse chez les patients atteints de COVID-19 était associée à un risque accru de décès (RR ajusté 4·42 [3·07–6·36] pour ceux non hospitalisés et 1·63 [1·39–1·90 ] pour les personnes hospitalisées),

Interprétation

Les risques de MTEV  et de thromboembolie artérielle étaient jusqu'à 1 % parmi les cas de COVID-19 et augmentaient avec l'âge, chez les hommes et chez ceux qui étaient hospitalisés. Leur survenue était associée à une surmortalité, soulignant l'importance de développer des stratégies de traitement efficaces qui réduisent leur fréquence.

"S'appuyant sur des données collectées en routine dans toute l'Europe, dans cette étude, nous avons décrit plus en détail l'épidémiologie de la thromboembolie veineuse et de la thromboembolie artérielle dans le COVID-19. Bien que les risques soient relativement faibles dans l'ensemble, ils augmentent avec l'âge, chez les hommes et chez ceux qui présentent certains facteurs de risque. Lorsqu'elles surviennent, la thromboembolie veineuse et la thromboembolie artérielle sont associées à des résultats plus graves, y compris l'hospitalisation et la mort. Le fardeau absolu de la thrombose est élevé compte tenu du grand nombre de personnes infectées et des conséquences de ces événements sur leur santé. La prévention de lla MTEV et de la thromboembolie artérielle reste donc au premier plan dans la prise en charge du COVID-19 sévère."

Le financement

Agence européenne des médicaments.

Commentaire


FSzkBYIUcAEVuZB
Quelques chiffres
USA : plus de 1 millions de décés
INDE: plus de 5 millions de décés
EUROPE : 2 millions ou plus 
FRANCE : on approche des 150 000 

Comme le dit Eric Topol  (@EricTopol) à propos des USA :"il ne devait pas en êttre ainsi"
Cette comptabilié reste difficile , car il faut faire la part des morts directs et des morts indirects

Rappel la Grippe Epagnole (1918)  : Cette pandémie a fait de 20 à 50 millions de morts selon l'Institut Pasteur, et peut-être jusqu'à 100 millions selon certaines réévaluations de 2020, soit 2,5 à 5 % de l'humanité et environ 4 à 20 % des malades (on estime le taux de létalité aux alentours de 10 %).
 
La  Covid -19 : 17 millions de décès évalués , l'humanité 8 milliards de personnes , soit un taux de décès de 0.21 %

Concernant le risque de MTEV au décours de la Covid-19 , les mesures préventives ont été rapidement mis en oeuvre
 
Voivi l'état des lieux MTEV/COVID-19 selon Stéphane ZUILY (SMMV 2022) 

PROPJYLXXXZUILY
ZZZZZZZ
DRAFTZZZZZZZZZZ
 ISTH DRAFT : WORH in PROGRESS, non DEFINITIF ++++

Diabète type 2 : Nice Recommandations

Écrit par Jean Pierre LAROCHE le .

  • "On mesure notre diabète et notre tension, mais on ignore souvent de nous mettre en question." Nabil Alami"

    "Le sucre. On peut dire qu'il est le condiment universel, et qu'il ne gâte rien." Brillat Savarin


    Rappel :   Le DIABETE


En 2019, plus de 4,5 millions de personnes en France sont diabétiques, mais environ 1 million d’entre elles l’ignorent ! Cela représente un coût de 4 500€/ par pers atteinte de diabète par an.

infographie diabète CeeD
Conséquences cliniques du diabète

aldedaiadia
  • Lors de l'évaluation ou de l'examen d'adultes atteints de diabète de type 2, inclure une évaluation de l'état cardiovasculaire et du risque cardiovasculaire de la personne

  • Évaluer le risque à vie de maladie cardiovasculaire chez les personnes atteintes de diabète de type 2 âgées de moins de 40 ans, au lieu du risque cardiovasculaire sur 10 ans

  • Offrir aux adultes atteints de diabète de type 2 souffrant d'insuffisance cardiaque chronique ou de maladie cardiovasculaire athéroscléreuse un inhibiteur de la protéine de transport sodium-glucose 2 (SGLT2) avec un bénéfice cardiovasculaire prouvé

  • Envisager un inhibiteur du SGLT2 chez les adultes atteints de diabète de type 2 qui n'ont pas d'insuffisance cardiaque chronique ou de maladie cardiovasculaire athéroscléreuse mais qui ont un risque cardiovasculaire accru

  • Si un inhibiteur du SGLT2 est indiqué et qu'aucun médicament hypoglycémiant n'est déjà pris, il doit être prescrit en association avec la metformine dès que la tolérance à la metformine est confirmée

  • Vérifier et traiter les risques modifiables d'acidocétose diabétique avant de commencer un traitement avec un inhibiteur du SGLT2


Bien que toutes les personnes atteintes de diabète de type 2 soient considérées comme présentant un risque accru de maladie cardiovasculaire, les essais contrôlés randomisés récemment publiés se sont concentrés sur deux groupes présentant un risque cardiovasculaire plus élevé : les personnes atteintes d'une maladie cardiovasculaire athéroscléreuse établie et celles présentant un risque accru de développer une maladie cardiovasculaire risque cardiovasculaire » ci-dessous). Le score de risque cardiovasculaire QRISK2 est recommandé dans les directives actuelles du NICE  pour évaluer le risque cardiovasculaire chez les personnes atteintes de diabète de type 2 et est largement utilisé dans la pratique. Cependant, QRISK2 ne reflète pas le risque cardiovasculaire à vie ; par conséquent, des facteurs de risque supplémentaires doivent être pris en compte pour les personnes âgées de moins de 40 ans atteintes de diabète de type 2, qui peuvent avoir un risque accru de maladie cardiovasculaire et de mortalité 

Q2RISKCALCUAlhttps://qrisk.org/2017/

  • Évaluez l'état et le risque cardiovasculaires de la personne pour déterminer si elle souffre d'insuffisance cardiaque chronique ou d'une maladie cardiovasculaire athéroscléreuse établie ou si elle présente un risque élevé de développer une maladie cardiovasculaire. [ Basé sur l'expérience et l'avis du Comité d'orientation (GC) ]

 

Définitions de la maladie cardiovasculaire athéroscléreuse et du risque élevé de développer une maladie cardiovasculaire

Maladie cardiovasculaire athéroscléreuse

  • Inclut maladie coronarienne, syndrome coronarien aigu, antécédent d'infarctus du myocarde, angor stable, antécédent de revascularisation coronarienne ou autre, maladie cérébrovasculaire (AVC ischémique et accident ischémique transitoire) et artériopathie périphérique

Risque élevé de développer une maladie cardiovasculaire

  • Défini comme les adultes atteints de diabète de type 2 qui ont :

    • Score de risque cardiovasculaire QRISK2 > 10 % chez les adultes âgés de ≥ 40 ans ou

    • Risque élevé de maladie cardiovasculaire au cours de la vie (défini comme la présence d'au moins 1 facteur de risque cardiovasculaire* chez une personne âgée de moins de 40 ans)

  • * Facteurs de risque de maladie cardiovasculaire : hypertension, dyslipidémie, tabagisme, obésité, antécédents familiaux (chez un parent au premier degré) de maladie cardiovasculaire prématurée

Le National Institute for Health and Care Excellence (NICE) a mis à jour pour la dernière fois la section sur le traitement médicamenteux des directives sur le diabète de type 2 en 2015.

Depuis lors, de nouvelles preuves sur le traitement médicamenteux issues d'essais randomisés étudiant les effets des médicaments hypoglycémiants sur les résultats cardiovasculaires ont émergé, incitant à une nouvelle mise à jour.

Choisir un traitement médicamenteux

La recommandation de la ligne directrice de 2015 énumérait plusieurs facteurs à considérer lors du choix d'un traitement médicamenteux, notamment l'efficacité des traitements médicamenteux en termes de réponse métabolique. La recommandation mise à jour a élargi ce point pour inclure la protection cardiovasculaire et rénale sur la base de preuves issues d'essais randomisés montrant que les inhibiteurs du SGLT2 présentent des avantages à la fois cardiovasculaires et rénaux. Le comité des lignes directrices a également mis l'accent sur la prise de décision partagée en ce qui concerne le choix des traitements médicamenteux, en tenant compte des préférences, des besoins et des circonstances cliniques individuelles de la personne (comme les contre-indications ou les préoccupations concernant le poids).



Cet article résume les recommandations les plus récentes sur le traitement médicamenteux du diabète de type 2 de la ligne directrice NICE. Cette mise à jour rapide se concentre sur les preuves des résultats cardiovasculaires, avec une mise à jour complète de la section en cours. Les principaux changements apportés à la pratique actuelle comprennent de nouvelles recommandations pour l'utilisation des inhibiteurs du co-transporteur sodium-glucose 2 (SGLT2) chez les adultes atteints de diabète de type 2 qui souffrent d'insuffisance cardiaque chronique ou d'une maladie cardiovasculaire athéroscléreuse établie ou qui présentent un risque élevé de développer une maladie cardiovasculaire. De nouvelles recommandations pour les adultes atteints de diabète de type 2 et d'insuffisance rénale chronique ont été ajoutées à la ligne directrice en 2021, mais ne sont pas couvertes dans cet article

SYNTHESE

NICE DIADIASource : https://www.bmj.com/content/377/bmj.o775.long

Commentaire 

Cette actualisation de NICE pointent du doigt  l'importance des  inhibiteurs de la protéine de transport sodium-glucose 2 (SGLT2).

En médecine vasculaire , en cas  d'AOMI par exemple il faut indiquer aux patient et au médecin traitant , la place d'un iGLT2. 


A lire
https://medvasc.info/1370-diab%C3%A8te-une-r%C3%A9volution

RIETE EXPRESS : RIETECAT Study

Écrit par Jean Pierre LAROCHE le .

"La vie réelle se porte mieux si on lui donne ses justes vacances d'irréalité." Gaston Bachelard

Enoxaparin versus dalteparin or tinzaparin in patients with cancer and venous thromboembolism: The RIETECAT study
  
Javier Trujillo-Santos PhD,Dominique Farge-Bancel PhD,José María Pedrajas PhD,Covadonga Gómez-Cuervo PhD,Aitor Ballaz PhD,Andrei Braester MD,Isabelle Mahé PhD,Aurora Villalobos PhD,José Antonio Porras PhD,Manuel Monreal MD, PhD,The RIETE Investigators, RPTH, 2022, First published: 03 June 2022 https://doi.org/10.1002/rth2.12736
Énoxaparine versus daltéparine ou tinzaparine chez les patients atteints de cancer et de thromboembolie veineuse : l'étude RIETECAT
Libre d'accés :https://onlinelibrary.wiley.com/doi/epdf/10.1002/rth2.12736

L'objectif de l'étude RIETECAT était de comparer l'efficacité et l'innocuité à long terme de l'énoxaparine par rapport à la daltéparine ou à la tinzaparine pour la prévention secondaire de la MTEV chez les adultes atteints d'un cancer actif.

Méthodes

Ont été  utilisé les données du registre multicentrique et multinational RIETE pour comparer les taux de récidives de MTEV, d'hémorragies majeures ou de décès sur 6 mois chez les patients atteints d'un cancer actif et d'une MTEV aiguë en utilisant des doses complètes d'énoxaparine par rapport à la daltéparine ou à la tinzaparine, et un test proportionnel multivariable de Cox. modèle de risque a été utilisé pour analyser le critère d'évaluation principal.

Résultats

De janvier 2009 à juin 2018, 4451 patients atteints d'un cancer actif ont reçu des doses complètes des médicaments à l'étude : énoxaparine, 3526 patients ; et daltéparine ou tinzaparine, 925 (754 + 171) patients. Il y avait une différence limitée dans les récidives de MTEV (2,0 % contre 2,5 %) et le taux de mortalité (19 % contre 17 %) entre les sous-groupes énoxaparine et daltéparine ou tinzaparine. Cependant, il y avait une légère augmentation numérique des saignements majeurs (3,1 % contre 1,9 %). L'appariement des scores de propension a confirmé qu'il n'y avait pas de différences dans le risque de récidives de MTEV (risque relatif ajusté [aHR], 0,81 ; intervalle de confiance [IC] à 95 %, 0,48-1,38), d'hémorragie majeure (aHR, 1,40 ; IC à 95 %, 0,80 -2,46) ou décès (aHR, 1,07 ; IC à 95 %, 0,88-1,30) entre les sous-groupes.

Conclusion

Dans RIETECAT, chez les patients atteints de cancer et de TEV recevant une dose complète d'énoxaparine, de daltéparine ou de tinzaparine, aucune différence statistiquement significative n'a été observée concernant les résultats d'efficacité et de sécurité sur une période de 6 mois.

Les point importants

  • Les patients atteints de cancer et de MTEV doivent recevoir un traitement anticoagulant à long terme.
  • RIETECAT a comparé l'efficacité et l'innocuité de l'énoxaparine par rapport à la daltéparine ou à la tinzaparine.
  • Il n'y avait pas de différence statistique entre les traitements dans la MTEV récurrente.
  • Il n'y avait pas de différence statistique entre les traitements en termes de complications hémorragiques ou de décès.


Données
RIETECAT2
RIETECAT3Commentaire

Excellent étude de RIETE avec encore une fois des données applicables à la vraie vie.

Les HBPM défèrrent essentiellement par les indication en cas d'insuffisance rénale, Clairance < 30 ml/mn. Dans RIETECAT seulement 4% des patients avaient une clairance < 30 ml/mn.

Rappelons à ce propos les recommandations pour l'enoxaparine, la tinzaparine et la daltéparine en cas d'insuffisance rénale avec une clairance < 30 ml/mn. 

Tinzaparine : 20 à 30ml/mn,pas d’ajustement posologie
Enoxaparine : 15 à 30 ml/mn, ajustement posologie
Daltéparine <  30 ml/mn : CI

Autre point , les HBPM sont recommandées en cas de Cancer actif et MTEV, c'est une réalité mais cette prescription tend à diminuer progressivement face aux AOD avec bien entendu les restrictions d'usage.

Par contre on n'est pas surpris que ces 3 molécules se compoetent de manière similaire en cas  de MTEV au décours du cancer, toutes ont fait l'oibjet d'tudes dans ce sens. le comparateur restant l'enoxaparine.

Rappelons que le risque de TIH au cours d'un cancer actif est rarissime, les plaquettes doivent cependant être contrôlées.

Pour mémoire ces 3 HBPM ne sont pas contre iniquées en cas de grossesse ni d'alaitement.


 
 

Statistiques : Aujourd'hui 16 - Hier 875 - Cette semaine 1633 - Ce mois-ci 11957 - Total 533369